Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Et PAF, dans la lucarne !

Nous sommes des enfants de Tele Santana.

  • OLpeth le 14/09/2021 à 08h22
    Benoit Fleck
    aujourd'hui à 07h26
    *************

    Un périble c'est un voyage difficile ? Une promenhard ?

  • Benoit Fleck le 14/09/2021 à 08h28
    C'est l'épisode d'Ulysses 31 où il avait le rhube. Sniff.

  • Pierluigi Scollina le 14/09/2021 à 16h26
    Vu hier le documentaire de France 3 sur Badinter, sans apprendre énormément je l'ai trouvé plutôt bien fait. Et Luigia qui ne connaissait quasiment pas le grand homme à adoré. Dispo en replay je pense pour ceux que cela peut intéresser.

  • OK Choucroute! le 17/09/2021 à 13h41
    Je suis en train de me faire Anna (la série italienne), c'est effectivement assez extraordinaire avec beaucoup de thèmes abordés et des séquences hallucinantes, les jeunes acteurs sont très bons, le tout étant esthétiquement chiadé et protéiforme. Ça fait un peu penser à un mix de Aeon Flux, de Dark, de Stalker et de Old Boy mais ça donne un résultat totalement original. Hâte de terminer tout ça ce soir.

  • J'ai remis tout l'allant le 18/09/2021 à 11h04
    [MR ROBOT]

    Attention, petit pavé parsemé de grains de spoilers.

    Les avis ici étant quelque peu mitigés, et n'ayant pas grand-chose d'autre à regarder, et étant un peu curieux de voir comment la série allait finir, je l'ai finalement terminée en avance très rapide (voix des Inconnus dans 'Le pari' => "pas bieeeen").

    Cela m'a peut-être fait passer à côté de certaines choses, mais globalement, je ne pense pas, tant le rythme semblait toujours aussi laborieux, et les dialogues toujours aussi cryptiques.

    Sans parler de l'épisode 4x7 qui, comme le disait coche, faisait pas mal d'esbrouffe et sonnait faux par rapport au reste de la série.

    Tout ça pour dire que la série aurait pu être grandiose mais, entre :
    - des arcs très mal écrits (Vera),
    - des Deus Ex Machina en veux-tu en voilà, surtout au niveau des "menaces" qui planent au-dessus des personnages principaux (Irving qui disparaît au moment où logiquement il aurait dû zigouiller tout le monde, Joey Bada$$ qui change de camp comme par magie, au moment opportun bien sûr),
    - des morts qui devraient être marquantes mais qui sont insignifiantes à la fois pour le spectateur, mais aussi apparemment pour les personnages (celle de Shayla, mais surtout celle de Joanna et d'Angela, que dire de celle de Whiterose, complétement incompréhensible),
    la série restera pour moi simplement une bonne série, car elle s'est emmêlé les pinceaux un peu à l'image de Game of Thrones.

    J'ai eu la même sensation d'un passage à un style d'écriture de "pantsers" à un style "plotters" : Sam Esmail avait une fin en tête, et il a tout fait pour qu'elle arrive telle quelle, en faisant le forcing sur les points évoqués ci-dessus.
    Mais je ne trouve pas que cette fin justifiait de tout charcuter à ce point, c'est assez bizarre.

    Alors j'ai farfouillé un peu, et je suis tombé sur des théories séduisantes :
    - le fameux projet de Whiterose serait une machine à remonter, ou à distordre, le temps, permettant de tout rembobiner, d'où le basculement d'Angela

    - Wellick serait en fait l'unique personnage principal, souffrant de troubles de la personnalité, et Elliot le hacker (ainsi que les 3 autres) étant en fait l'une de ses personnalités (d'où la scène de l'interrogatoire dans laquelle il dit ne pas vouloir ressembler à son père, et la ressemblance du petit garçon avec Wellick et non avec Elliot)

    Mais là encore, la série aurait pu en sortir grandie si elle avait dévoilé un peu plus clairement ses intentions, mais là encore, j'ai plus l'impression que les showrunners n'arrivaient plus à se raccrocher aux branches pour que ce soit satisfaisant et cohérent.

    Pour la 1ère théorie, qu'elle était finalement le rôle d'Elliot dans ce projet ? Les morts de Whiterose et d'Angela se justifient donc par la mise en marche de ce projet avec une résurrection ou un monde parallèle ?

    Pour la 2ème théorie, le plan final de l'œil ne semble pas en raccord (ni la 1ère saison), et pourtant cette théorie permettrait de raccorder pas mal de pièces du puzzle, et serait en fait la plus "satisfaisante".

    Bref, d'un côté j'ai envie de revoir la série avec le prisme de ces 2 éléments en tête, mais d'un autre côté, j'ai une méga flemme, vu que la série en demande trop sans en dire/donner assez. Sinon, peut-être dans quelques années...

    Au revoir Elliot

  • Jean-Huileux de Gluten le 18/09/2021 à 15h57
    Franchement, tu as déjà trouvé quelque chose de bien en le regardant comme ça ?

    Tu es passé complètement à côté de deux choses, au choix :

    - Regarder une série dont les qualités de réal et de narration sont très largement dans le haut du panier, malgré son côté expérimental et hétérogène parfois.
    - T'épargner une perte de temps avec un truc qui visiblement ne te plaît pas, parce que ses défauts sont rédhibitoires pour toi, ce qui se comprend amplement.


    Les théories qu'on trouve sur internet, c'est comme d'habitude. Esmail ne va pas se fatiguer à y répondre une par une. Le propos de la série est très clair et les délires de fans sont risibles, je pense qu'il en rigole bien, d'ailleurs. Le projet de White Rose, c'est celui d'un milliardaire à qui personne ne dit non, mais tous les personnages sont d'accord sur son côté "delusional". Wellick est un personnage intéressant, mais pour ma part c'est son arc que je trouve mal terminé. Le scénario thriller a amené des tas de fans à imaginer des doubles personnalités partout, pour ma part ça relève du folklore. Ce que la série nous dit à la fin, c'est limpide, et ça justifie beaucoup de choses. C'est ce que le scénario veut nous dire depuis le début. Le reste ne me convainc absolument pas.

    Regarder une série en accéléré, je pensais que ça ne prendrait pour personne. Le simple "Joey Bada$$ qui change de camp comme par magie" montre bien le souci. La scène montre bien qu'il reçoit toujours ses ordres d'en haut, et qu'il attend juste l'avis du chef, qui lui arrive depuis son mobile juste avant son intervention. La série est pleine de défaut, mais elle vaut quand même bien mieux qu'un binge watching en accéléré, qui rendrait n'importe quel œuvre audiovisuelle médiocre.

  • Radek Bejbl le 18/09/2021 à 17h25
    Je suis d'accord, j'ai du mal avec la fin de l'arc Wellick, le seul défaut que je vois à la série, mais les théories qui l'impliquent sont fumeuses. Tout ce qui devait être explicité l'est, seuls les délires ne sont pas toujours rationalisés.

  • J'ai remis tout l'allant le 18/09/2021 à 19h19
    Aucun souci de mon côté niveau réalisation, photographie, ambiance sonore : on est clairement dans le haut du panier, et je l'ai ressenti même en accéléré (hormis le fameux épisode 4x7 qui est clairement tourné en studio, ce qui fait s'envoler toute la magie et l'intensité de la scène).

    Pour le reste, je n'en démords pas. Et j'avais oublié effectivement la mauvaise gestion de l'arc Wellick, alors que c'est l'un des personnages principaux, et l'un des plus intéressants.
    Pour le volt-face de Joey, pareil, il tient en joue les "gentils" et puis bon, il reçoit des contre-ordres d'en haut on ne sait trop pourquoi, et finalement sauve tout le monde.
    Whiterose élimine les gens un par un, au compte-gouttes (y compris les soldats de sa propre armée, ou ses lieutenants), on ne sait trop pourquoi, vu qu'à la fin, il se tire une balle et basta.

    Par contre, Jean-Huileux et Radek, je suis intéressé pour que vous développiez un peu plus "ce que dit la série à la fin, c'est limpide" ou "tout ce qui devait être explicité l'est" (le projet de Whiterose, je vois pas), parce que là, on est clairement dans des dialogues cryptiques à la Esmail (smiley clin d'oeil).

    Et si c'est simplement : "le héros a 637 personnalités" c'est un peu facile, ça permet de justifier tout et n'importe quoi, c'est un peu comme "tout ça n'était finalement qu'un rêve". Mouais.

  • Radek Bejbl le 18/09/2021 à 19h34
    [SPOILER MR ROBOT]
    [SPOILER MR ROBOT]

    "Seuls les délires ne sont pas toujours rationalisés", Whiterose est clairement dans un délire mégalomaniaque, ça me semble 100% volontaire de ne pas expliciter le projet. Quant à la fin, je ne vois pas où est le mystère : il a enfermé sa vraie personnalité dans la boucle qu'on voit dans l'épisode 11, pendant toute la série il est contrôlé par le "Mastermind", version de lui qui ne cède le contrôle qu'à cinq secondes de la fin de la série. Ayant tout revu par la suite en connaissant l'épilogue, les indices sont d'ailleurs semés régulièrement par Darlene, qui fait comprendre que même le Elliot "normal" ne l'est pas.

  • Aristofan le 18/09/2021 à 23h04
    J'imagine que Le Bureau des légendes a dû être abondamment commenté en ces pages, notamment la fin de la saison 5.
    Y a-t-il des détracteurs de cette fin ? je serais curieux d'avoir votre sentiment, tant elle est décriée, tant je l'ai trouvée magnifique. Je pense même qu'elle fait basculer cette série parfois inégale dans le registre des grandes séries.
    Pourtant, Audiard n'est vraiment pas un cinéaste que j'admire par ailleurs.