auteurs
Frédéric Scarbonchi et Christophe-Cécil Garnier

> article précédent

Le geste fair play du week-end

Ultras à Troyes : l'Aube en solitaires

Supps Par Terre – Au stade de l'Aube, les Ultras sont bien présents, mais ils se sentent un peu seuls à soutenir une ESTAC dont le destin semble de revivre montées et descentes..  

Partager

 

Inspirés par les "collectionneurs de stades" anglais, les deux auteurs de Supps Par Terre ont lancé un tour de France des vingt stades de Ligue 1 pour aller à la rencontre des supporters et vivre le supportérisme de l'intérieur. Au fil de cette saison, ils publient une partie de leurs reportages les Cahiers du football. Après NiceParisGuingamp, Nantes, Caen et Lyon, ils sont passés par Troyes.

 

* * *

 

Sous la pluie torrentielle, les pom-pom girls n’ont pas été exemptées de leur show. C’est comme ça, au Stade de l’Aube: avant et à la mi-temps de chaque match, une dizaine de jeunes femmes viennent remuer leurs pompons aux couleurs de l’ESTAC. Et tant pis si la météo est particulièrement hostile – comme "une fois tous les trois ans", assure Sébastien Arbona, président des Kop D-Tricasse, un groupe aujourd’hui mis en sommeil.

 

Troyes a du mal à remplir son stade, cette saison, et le temps du soir, au moment de recevoir Lille, n’arrange rien à l’affaire. Toute la moitié de la tribune Marcel Vitoux, face à la présidentielle, n’est pas protégée de la pluie, par exemple. Malgré tout, dans les gradins de la Champagne, deux cents irréductibles se font entendre.

 

 

 

 

« Troyes n’est pas une ville de football »

Deux groupes sont ainsi ensemble, à chanter d’une même voix, dirigée par celle d’Anthony, le président des Magic Troyes. Avec les Partisans Troyens, les deux entités font du bruit, n’arrêtent jamais leurs chants. Une ferveur qui force le respect, surtout quand on apprend qu’une partie du groupe sort un peu éreintée d’un événement particulier: les Magic ont fêté leur vingt ans en fin d’année.

 

"Troyes n’est pas une ville de football". Cette phrase a été prononcée par plusieurs personnes, samedi, de Sébastien Arbona à Frédéric Larché, le coprésident des Partisans. Dans ce pays qui n’aime pas le foot, selon le titre du livre de Joachim Barbier, rien de surprenant. Mais, malgré sa montée au bout d’un barrage haletant face à Lorient, l’ESTAC n’a pas réussi à mobiliser, cette saison.

 

Pourtant, les chiffres paraissent bons: cette ville de 60.000 habitants, plus connue pour ses sorties d’usine que pour son football, a réussi à flirter avec la barre des 8.000 abonnés, se plaçant à la treizième place de ce classement en L1, devant de grandes agglomérations, comme Montpellier et Toulouse. "En tribune, ce sont toujours les mêmes", relève Vincent, le bras droit de Frédéric Larché aux Partisans. Autrement dit: hormis les abonnés fidèles, le club de Troyes ne parvient pas à emmener avec lui une autre communauté.

 

Certains reviennent même après de petits exils. Raphaël en est un bon exemple. Rencontré dans le local des supporters, situé dans les entrailles du stade, alors que le déluge faisait rage derrière la porte métallique, cet enfant de Troyes revient de six années à Nantes, où il s’était posé pour des raisons professionnelles. Pour ne pas perdre la main, il s’était encarté au sein de la Brigade Loire. Mais de retour à Troyes, le cœur a naturellement repris le dessus, indique-t-il, pendant que les autres ultras essayent de forcer une porte capricieuse qui les empêche de se procurer leur matos.

 

 

 

 

« Les gens ne se rendent pas compte de la chance d’avoir un club en Ligue 1 »

Toutefois, cette difficulté à fédérer reviendra souvent dans les discussions. Si Sébastien a mis son groupe en sommeil, c’est parce qu’il a intégré le staff des U13 de l’ESTAC, surtout. Mais il pointe une forme de "lassitude". "C’était compliqué de ramener des gens au stade. Il n’y a que des fidèles, il y a très peu de nouveaux. Ça se compte à la dizaine par an. Ce n’est pas une question d’argent, parce que nos tarifs sont mêmes moins chers qu’à certains endroits en L2. Il y a une question de motivation, d’envie, les gens ne se rendent pas compte de la chance que c’est d’avoir un club en L1."

 

Une fois le problème posé, il reste à établir les causes de cet engouement en berne. L’heure n’est qu’aux hypothèses, et la première serait les résultats. "Le Troyen est plutôt spectateur", selon Sébastien Arbona. Même si ce manque d’entrain a toujours existé, selon l’ex-président de groupe, au début des années 2000, les excellents résultats du club de l’Aube (deux septièmes places en L1 en 2001 et 2002) attirent plus de 15.000 spectateurs dans cette jolie petite enceinte qui peut accueillir jusqu’à 20.000 personnes.

 

Depuis, en quinze ans, l’ESTAC fait le yoyo entre la Ligue 1 et la Ligue 2, avec même un bref passage en National. Il se passe toujours quelque chose, puisque le club a connu dans cette période cinq accessions et cinq relégations. "Faut pas oublier une chose: On est à Troyes, prévient Frédéric Larché. L’ESTAC sera toujours entre les dix et trente clubs français. On est condamnés à faire cet ascenseur. On en a connu et on en connaîtra encore."

 

Les chiffres ne mentent pas: ne pas se pérenniser en L1 empêche de fidéliser les supporters. Quand les groupes comptent jusqu’à près de deux cents membres chacun dans l’élite, les adhérents se divisent par deux, voire par trois, lors des saisons dans l’antichambre.

 

 

 

« Si on aime son club, on passe au-dessus »

La saison galère d’il y a deux ans n’a pas aidé. "Cette année, l’engouement est plus difficile, les tribunes sont plus tristes qu’il y a deux ans. On sortait de notre premier titre. La déception était immense en finissant avec 18 points", résume Frédéric, avant la rencontre, attablé au Five du coin – leur QG, propriété de Sébastien Dallet, un ancien ailier du club.

 

Lors de cette saison catastrophique, une fronde se forme, notamment sur les réseaux sociaux, contre Daniel Masoni, le président. "Tout avait mal commencé: on avait été interdit de recrutement par la DNCG", rappelle Sébastien qui, pour sa part, a toujours soutenu le patron de l’ESTAC. Les difficultés du club ajoutées à la saison presque historique – dans le mauvais sens du terme – en nombre de points, jette l'opprobre sur celui qui avait récupéré le club au plus mal, en National.

 

Cette colère n’a pas atteint les groupes actifs des Partisans et du Kop-D Tricasse. "Nous, on l’a soutenu parce qu’on avait la reconnaissance du ventre. Il est arrivé, on venait de descendre en National. Avec des finances qui n’étaient pas au beau fixe. Si Masoni n’était pas arrivé, alors qu’il avait d’autres choses à faire, je pense qu’aujourd’hui on serait dans la situation de Sedan, Grenoble, Le Mans", assure Frédéric, ajoutant que le président a admis et appris de ses erreurs.

 

Reste que des spectateurs, des supporters ont décidé de ne plus mettre le pied au stade tant que celui qui est aussi président du Racing Union Luxembourg sera à la tête du club. "Le club doit passer avant tout, pourtant. Si on aime son club, on passe au-dessus", pense Frédéric. Sébastien, de son côté, le lendemain du match, tempère: "Beaucoup de gens me disaient, il y a deux ans: 'Tant que Masoni est là je ne me réabonne pas'. Et puis au moment de la montée, ils ont été les premiers à téléphoner pour s’abonner".

 

 

 

 

« Si le club se pérennise en L1… »

Le souhait des frondeurs pourrait, cependant, être exaucé, puisque Daniel Masoni cherche à vendre le club. Ce qui, de l’extérieur, ressemble à un chassé-croisé d’acheteurs potentiels depuis plusieurs mois, sans qu’aucun acte de vente ne soit signé, rassure finalement les Partisans troyens. "Je fais plutôt confiance. Le président actuel, c’est son club, son père a aussi été président. Il ne va pas le lâcher à n’importe qui pour qu’il disparaisse ensuite", assure Vincent, emmitouflé dans un pull bleu marine.

 

En attendant, la saison continue avec un "groupe sain", qui mériterait "d’être encouragé", selon les mots de Frédéric. Et les discussions pour mobiliser autour de l’Estac se poursuivent, même à l’intérieur du club. Il y a quelques saisons, il avait tenté de faire venir les étudiants au stade. En vain. Et quant aux petits Troyens, qui devraient prendre la relève, peut-être sont-ils devant leurs écran à rêver de Paris et de Neymar, à moins de deux heures en bagnole. "Si le club se pérennise en L1, grâce à sa vente par exemple, c’est possible que plus de monde vienne au stade", tranche Sébastien.

 

Le portrait du stade de l’Aube ne doit pas s’arrêter, cependant, à la désertification de ses tribunes. En Champagne, le noyau met l’ambiance. Rien ne les arrête, et eux mesurent leur chance d’encourager une équipe de Ligue 1, même s’il a fallu passer par une restructuration de la tribune. En cause, des petites guéguerres entre groupes, qui s’éparpillaient plutôt que chanter à l’unisson. C’est ce constat qui a poussé Frédéric Larché à créer les Partisans Troyens, et le pari a été réussi, puisque l’entente entre les groupes est désormais très bonne et regroupe plus de 300 encartés (130 Partisans et 180 Magic).

 

Aux Magic, la jeunesse, l’animation de la tribune par la voix de son capo, la confection des tifos. Aux Partisans, majoritairement âgés de dix-neuf à trente ans – avec même une octogénaire parmi ses membres –, l’expérience et l’envie d’amener une cohésion. Pour l’instant, cela fonctionne. L’appel à rejoindre le mouvement est lancé.

 


Suivez les déplacements de Supps par Terre sur Twitter et Facebook 

 

LIRE AUSSI :
"GÉNÉRATIONS OL, SUPPORTERS AU PLURIEL"
"48 HEURES AVEC LA POPULAIRE SUD NICE"
"RETOUR DES ULTRAS AU PARC DES PRINCES : UN AN APRÈS" 
"À GUINGAMP, UN DERBY DISCRET MAIS PASSIONNÉ"
"AU NOM DE LA LOIRE"
"MNK, PLUS POÈTES QU'ULTRAS"

Partager
>> aucune réaction

Supps Par Terre


Christophe-Cécil Garnier et Frédéric Scarbonchi
2018-05-23

À Lens, les Red Tigers ont pris Racing

Supps Par Terre – Malgré une nouvelle saison compliquée, les Red Tigers ont continué à animer les tribunes lensoises, jusqu'à la défaite face aux Herbiers en Coupe. Ici, on vient par amour du club plus que pour le spectacle.


Christophe-Cécil Garnier et Frédéric Scarbonchi
2018-05-12

Dijonnais, mais pas en paix

Supps Par Terre – Dijon peut compter sur des ultras aussi jeunes que le DFCO, mais cette génération bien organisée doit encore s'imposer dans son propre stade. Rencontre avec les Lingons Boys. 


Christophe-Cécil Garnier et Frédéric Scarbonchi
2018-05-06

Roazhon Celtic Kop : le K rennais

Supps Par Terre – Pas facile d'être supporter en terre de lose? Le Roazhon Celtic Kop n'en a cure: il produit une des plus belles ambiances de Ligue 1, et promet un avenir enflammé. 


>> tous les épisodes de la série "Supps Par Terre"

Sur le fil

[tuto présidents de clubs] [cc Waldemar] 4 erreurs à ne pas commettre dans la gestion de son entraîneur. Par… https://t.co/5ljK8bCQKv

RT @richardcoudrais: Qui se souvient du magazine Footy, qui entre 1978 et 1982 œuvra pour l'information du ballon rond à l'attention des pl…

RT @a_la_nantaise: YelloPark? Démolition de la Beaujoire? "Il y a des alternatives et d’autres projets possibles. On peut faire rentrer le…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Dans le haut du panier

aujourd'hui à 02h47 - Mevatlav Ekraspeck : J'hésitais entre Boston-Orlando et Toronto Charlotte, j'ai opté pour ce dernier. J'aurai pas dû.... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 01h21 - Mevatlav Ekraspeck : Ah et aucun lien, mais Velvet Revolver c'est aussi sympatoche en mode Road Trip. >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h56 - Tricky : Mevatlav Ekraspeckaujourd'hui à 00h05———————Quand tu veux.(Et aussi des programmes... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 00h54 - cocobeloeil : (Merci pour le haut de page, ça revient..) >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 00h29 - 12 mai 76 : Oh nous c’est plutôt la série B d’été de Max Pecas: Roro chez les nudistes, ou Gasset à... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 00h17 - mr.suaudeau : Frédéric Brando? >>


CdF Omnisport

22/10/2018 à 23h38 - La Metz Est Dite : "Gazieraujourd'hui à 23h29TDF 19comme tous les ans, le parcours est déjà connu dans ses grandes... >>


Parties de campagne, bières, et football...

22/10/2018 à 23h33 - mr.suaudeau : [LYON] S+8, on reprend ?Plaine des Jeux de Gerland, dimanche 28 octobre, 10h00 :- balashov22-... >>


Bréviaire

22/10/2018 à 23h25 - De Gaulle Volant : Je tâchais de filer la métaphore aquatique mais avec un succès discutable à ce que je vois.Bon,... >>


LA GAZETTE : Les gestes / Les antigestes

22/10/2018 à 23h04 - Mik Mortsllak : Gestes:-l'ouverture longue et précise de Baptiste Santamaria dans la course de Stéphane Bahoken,... >>


Les brèves

Le cachemire serre

"PSG, un maillot à 60 M€ ?" (sports.fr)

Anthony pire qu'Ince

"Anthony Lopes (Lyon) : ‘Je n'ai pas envie qu'on dise que j'étais taré complet’." (lequipe.fr)

Javier AppStore

“Neymar, coach sur... mobile.” (lequipe.fr)

Match à huis cloclos

"Le MHSC foudroie Nîmes dans un derby électrique. " (madeinfoot.com)

Cocktail de drogues

"Maradona conseille à Messi d'arrêter la sélection." (lequipe.fr)