Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Figo 2000, un ballon en or

[rétro Euro 2000 • 3/5] Un jour, un but – Le 12 juin 2000, Luis Figo décoche une frappe limpide qui remet le Portugal dans le bon sens. 

Auteur : Richard Coudrais le 23 Juin 2020

 

 

Luis Figo reçoit le ballon dans le rond central. Il traverse la ligne médiane et, libre de tout marquage, se met à courir droit devant. À vingt-cinq mètres des buts anglais, le défenseur Tony Adams songe à le contrer, mais l’attaquant portugais déclenche une frappe du pied droit.

 

Le ballon poursuit la trajectoire rectiligne du joueur qui l’a propulsé et va se loger dans la lucarne de David Seaman. Nous sommes à la 22e minute d’un haletant Angleterre-Portugal, au premier tour de l’Euro 2000 au Philips Stadion d’Eindhoven.

 

Menée par un David Beckham étincelant, l’Angleterre semblait avoir posé sa patte sur ce match grâce à un but de Paul Scholes dès la 3e minute, puis un deuxième de Steve McManaman – deux buts concrétisant deux centres ciselés par le numéro 7 de Manchester United.

 

 

 

 

Buteur à la relance

Le Portugal n’est alors pas loin de s’écrouler. Il n’a pourtant pas manqué d'occasions avant le premier but. Une reprise de la tête de João Pinto a manqué de précision, puis une frappe de Rui Costa a été détournée d’une main ferme par le gardien anglais.

 

Ce genre de situation est typiquement de celles où se révèlent les très grands joueurs, ceux qui, d’une inspiration, décident de tenter l’exploit personnel avec la conviction de parvenir à leurs fins. Luis Figo démontre ce jour-là qu’il est un footballeur au-dessus de la moyenne.

 

Sa course limpide ponctuée d’une frappe magnifique remet l’équipe du Portugal dans le bon sens. Le numéro 7 portugais ne s’attarde pas en célébrations et va chercher lui-même le ballon dans la cage. Le processus est enclenché. 

 

 

 

 

La selecção prend le dessus et égalise au bout d’une quinzaine de minutes. Sur un centre beckhamien de Rui Costa, une tête plongeante de João Pinto va se nicher au pied du poteau droit. Sans la sidération provoquée par le but de Figo, sans doute ce petit chef-d’œuvre n’aurait pas été oublié parmi les plus beaux buts du tournoi.

 

En seconde période, après un quart d’heure de jeu, le jeune Nuno Gomes, idéalement lancé par Rui Costa, bat David Seaman et lance le Portugal vers une victoire (3-2) qui le propulse parmi les favoris du tournoi.

 


Double empreinte

Ainsi Luis Figo a-t-il relancé une sélection portugaise qui semblait se laisser gagner par ses vieux démons. La prometteuse génération lusitanienne avait gardé un sentiment d’échec de l’Euro 1996 (éliminée en quarts de finale) et surtout de sa non-qualification à la Coupe du monde 1998.

 

L’Euro 2000 vient donc à point nommé pour relancer son ambition. Luis Figo et les siens assurent leur qualification dès le deuxième match après une victoire de dernière minute (1-0) arrachée à la Roumanie.

 

La sélection d’Humberto Coelho signe ensuite un trois sur trois en liquidant (3-0) une équipe d’Allemagne à la dérive. En quart de finale, le sort de la Turquie est réglé par un doublé de Nuno Gomes (2-0).

 

En demi-finale, l’équipe portugaise parvient à faire douter de longs moments les champions du monde en titre, lesquels s’en remettront au but en or au terme d’une rencontre qui ne fut pas sans rappeler, en termes d’intensité et de scénario, celle de 1984 à Marseille.

 

La génération Figo s’incline face à Zinédine Zidane comme la génération Chalana s’était inclinée face à Michel Platini. Mais le Portugal a marqué cet Euro belgo-néerlandais de son empreinte et Luis Figo en est la figure de proue.

 

Si Zinédine Zidane n’était pas au sommet de son art cette année-là, sans doute le meneur de jeu portugais postulerait-il pour le Ballon d’Or.

 

2000, le meilleur Euro de l’histoire
Toldo 2000, un Euro pour la vie
Figo 2000, la lucarne d’or
Totti 2000, le grand numéro
Comment finir un match de coupe ?

 

 

 

Réactions

  • Citron Merengue le 24/06/2020 à 11h12
    Quand on y pense, le nombre de buts mythiques qu'a encaissé David Seaman... Entre le but incroyable de Nayim au Parc, celui de Figo à l'Euro 2000 ou celui de Ronaldinho en 2002, ça fait beaucoup pour un seul homme.

  • Milan de solitude le 24/06/2020 à 14h15
    Le dernier alinéa est ironique ?

    On parlait de la légende italienne dans l'article précédent, parlons pour ce souvenir de la légende anglaise : souvent l'impression que l'Angleterre est forte, et rarement au rendez-vous. Ce match où elle est rattrapée puis dépassée par une équipe plutôt inattendue mais déterminée en est une illustration.

  • Gouffran direct le 24/06/2020 à 16h58
    Citron, Seaman était déjà un vestige du foot anglais pre Premier League.
    Grosse moustache, cheveux pas peignés, léger surpoids, maillots trop amples, prises de balles pas toujours rassurantes, jeu au pied discutable, buts casquettes et buts stratosphériques encaissés.

    Mais comment Diable la détection anglaise n'a pas trouvé un chti jeune à la Barthez ou Lloris pendant toutes ces années?


  • Milan de solitude le 24/06/2020 à 20h55
    Je viens de revoir le but. Je ne me rappelais pas que la frappe était déviée. Ça en diminue beaucoup la beauté.
    La tête de Pinto, elle, est splendide.

  • El Mata Mord le 25/06/2020 à 09h26
    @Milan

    A mes yeux, c'est même pire que cela : si la frappe de Figo n'est pas déviée, j'estime qu'il n'y a JAMAIS but !


  • Josip R.O.G. le 25/06/2020 à 13h44
    Sur ces images je ne perçois pas de déviation

  • leo le 25/06/2020 à 16h24
    Pas sur ces images mais c'est évident sur le plan face aux buts : lien

  • L'amour Durix le 26/06/2020 à 00h04
    Donc Figo a eu son ballon d'or grâce à un coup de boule et un CSC ?

  • leo le 26/06/2020 à 04h20
    L'amour Durix
    aujourd'hui à 00h04

    Donc Figo a eu son ballon d'or grâce à un coup de boule et un CSC ?
    ---

    Et son transfert dans le plus grand club du monde !

  • Richard N le 26/06/2020 à 08h42
    J'ai beaucoup regardé les images pour rédiger l'article, je les regarde à nouveau depuis vos récents commentaires, et je ne vois toujours pas de tir dévié. Tout juste le ballon frôle-t-il le talon ou l'arrière du tibia de Tony Adams. Il semble surtout qu'il lui passe entre les jambes. Il est peu probable que son intervention ait une influence sur la trajectoire du ballon.

La revue des Cahiers du football