auteur
Christophe Zemmour

Du même auteur

> article suivant

Trente-cinq

> article précédent

Les Bleus, le pressing et le cynisme

> article précédent

Incalifiés

Messi, tel Son Goku

Un prodige que l’on attend sur le toit du monde mais qui peine à décrocher le titre suprême, tout en vivant dans l’ombre d’un prédécesseur génial et farceur: voilà une histoire que l’on a déjà entendue quelque part...

Partager

 

Le championnat du monde allemand n’avait été pour lui qu’une manière de découvrir le gratin de sa discipline. On n’attendait pas encore qu’il soit le plus fort, simplement qu’il observe l’art des grands. Mais déjà, on connaissait son potentiel, au petit Son Leo. Depuis qu’il est môme, il impressionne par son génie, sa créativité. Alors Diego Génial, ce grand farceur connu de tous, volontiers agaçant et obsessionnel, mais véritable légende vivante pour avoir une fois gagné la compétition en démontrant un brio inédit – non sans quelques entourloupes dont il a le secret, décide de prendre les rênes de la maison et de guider son élève le plus doué vers le prochain tournoi.

 

 

 

 

Seulement voilà, il serait malvenu de voir le petit décrocher le titre suprême trop rapidement. Ce serait gâcher un talent splendide si d’aventure il venait à remporter cette première compétition dans laquelle on l’attend vraiment. L'élève risquerait de ne plus rien faire de sa carrière par la suite et laisserait son potentiel se faner. Alors Diego Génial ruse, emploie des tactiques étranges et met la pression sur son poulain. Et au fond, personne n’est dupe: son Jackie Choun à lui, c’est bien ce grand sans style du nom de Thomas, inconnu avant la compétition. C’est lui, l’impitoyable, qui va emporter les rêves du petit Leo. Le coup était fomenté depuis quelques mois déjà, quand l’école du Gamin en Or avait rencontré, pour une joute amicale, ce foutu dojo de la Crotte de Nez: ce gars que personne ne connaissait, qu’on lui avait collé en conférence de presse et qu’il pensait n’être qu’un ramasseur de balles, ferait une couverture parfaite.

 

 

 

 

Le facétieux sensei garde donc pour lui certains secrets, certains arcanes. Ce qui l’amuse surtout, c’est de continuer à être le chouchou du public, de le régaler par ses grimaces et ses simagrées, de cultiver son propre mythe. Le succès populaire, il n’est pas prêt de le céder à son successeur. Le salaud. Alors, Leo quitte cette première école et s’entraîne aux côtés du sage Maître Pep, avec qui il progresse petit à petit, à la fois en sagesse, en technique et en rapidité. Dans l’intervalle, il accumule les Ballons de Cristal si désirés en ce bas monde.

 

 

 

 

Son Leo s’est reposé les mois précédant cette seconde épreuve, devenue son objectif principal. Il brille lors des premiers tours, au point de penser que son heure est enfin arrivée. Le parcours est semé d’embûches, comme cette demi-finale face à ce petit chauve mi-sympa, mi-relou, mais décidément loser – un bon gars, quand même. La finale est haletante, longue, et ne décide son vainqueur que dans les derniers instants… et encore une fois, ce n’est pas Son Leo. Ce ne sont pourtant pas les occasions de gagner qui ont manqué, mais quand votre principal compagnon d’armes est un mangeur invétéré qui se dérobe au moment crucial, comment voulez-vous avancer…

 

 

 

 

Le temps est donc venu de repartir à l’entraînement, encore une fois. Quatre longues années à attendre la prochaine opportunité… Son Leo doit aussi composer avec cet arrogant, ce prétentieux de Ronaldo Petit Cœur qui n’a de cesse de vouloir que le monde soit à ses pieds. Leo est le seul à pouvoir se dresser face à lui, le seul qui stoppe quelque temps cette domination sans partage. Avec son allure, son dédain et son assurance, il faut dire qu’il est plutôt gonflant, ce petit diable. Qui sait, peut-être qu’il deviendra gentil un jour... Mais pour le moment, Son Leo ne doit pas négliger cette menace au prochain tournoi auquel son rival a daigné également s’inscrire.

 

 

 

 

Ce troisième championnat, ce doit être le sien. Son destin est ainsi écrit. Néanmoins, le premier match est passé, non sans qu’il n’ait révélé au petit Leo qu’il lui restait des progrès et des ajustements à faire. Le doute est là. Sans compter que dans le même temps, son antagoniste, plus jeune et plus affûté que jamais, a déjà impressionné par sa puissance et son efficacité. Trois coups de maître qu’il lui a filés, à l’ancien champion du monde… La pression est sur les épaules du petit Leo, que tout le monde attend de voir sacré. Et qui sait, si cela arrivait en battant, dans une finale de légende, son grand rival… L’autre grande gueule de Diego Génial peut continuer à faire le mariole en tribunes avec ses lunettes noires et son cigare: la gloire attendra enfin notre jeune héros au tournant.

 

Partager

> déconnerie

Parodie de football

> sur le même thème

[JDD #7] Irrésistibles

> du même auteur

Sala 2018, l’ultime cadeau

> Dossier

Déconneries

Déconneries


Gilles Juan
2019-09-09

Le Blanc est-il encore supérieur au Noir ?

Il faut parfois savoir trancher les polémiques et mettre un terme aux mauvais procès. Défense de Pierre Ménès et Lilian Thuram (dans cet ordre décroissant). 


Richard N et Christophe Zemmour
2019-08-26

Retour vers le footoir [2]

Uchronies - Biff Tannen a mis la main sur votre collection de France Football et a décidé de changer vos meilleurs souvenirs en cauchemars… Seconde partie de nos uchronies: les victoires en défaites.


Richard N et Christophe Zemmour
2019-08-20

Retour vers le footoir [1]

Uchronies - Embarquez dans la DeLorean, poussez les gaz jusqu’à atteindre 88 miles à l’heure et réécrivez l’histoire de quelques rencontres du passé. Première partie: les défaites en victoires. 


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"


Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 15h10 - Toni fils brillant : @classico"Bref, ça nous fait donc une représentation de l'avenir de l'humanité sensiblement... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 15h00 - Lucho Gonzealaise : Les micros sur les arbitres, ça avait déjà été fait en finale de Coupe de la Ligue (initiative... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 14h54 - Sens de la dérision : C'est quoi cette histoire de d'inutile de passer derrière la caméra ? S'il a envie de réaliser... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 14h48 - El Mata Mord : RavioJean Michel Trivial"Aulas ne sera pas poursuivi" (lequipe.fr) >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 14h44 - syle : C'était en des temps pré-russo-qataris... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 14h42 - suppdebastille : En dernier recours je suppose que mes parents ont quelque part dans un placard un papier genre... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 14h26 - Roy compte tout et Alain paie rien : Si on fait fi des subtilités, la philosophie du LMP1 est la même depuis 2014. Le LMP2 a lui été... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 14h26 - Gilles et jeune : Vu le 1er épisode de MandalorianJ'ai trouvé ça plat, très convenu, mal réalisé et grotesque.... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 14h23 - suppdebastille : "Tonton Danijelaujourd'hui à 14h00 Et mine de rien, il a décroché son dernier podium sur le Tour... >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 14h18 - forezjohn : Un peu comme schnouf :Je suis dans une société qui fait de l'agile/scrum dans l'informatique.Sur... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)