auteur
Harry Pearson

Barton, égérie cantonesque

When Saturday Comes – En Angleterre, ceux qui détestent le football trouvent Joey Barton fascinant. Un malentendu embarrassant pour tout le monde. 

Partager


Extrait du numéro 322 de
When Saturday Comes (décembre). Titre original : "Vocal Minority". Traduction: Toto le zéro.

* * *
 


L'un de mes professeurs au lycée était fils d'un mineur de Durham. Il avait été un footballeur de talent en Northern League et continuait alors de jouer au cricket à un bon niveau. Pourtant, son père ne l'avait pas encouragé à poursuivre dans ces deux disciplines. Les amateurs de sport n'étaient certes pas légion dans le Nord-est du pays à cette époque, mais son cas allait au-delà de la simple indifférence: "Mon père est un socialiste convaincu et il participe avec enthousiasme aux programmes d'éducation des travailleurs", avait-il avoué un jour en classe. Son père pensait que le sport, comme la religion, avait été créé par les classes dominantes afin d'occuper le prolétariat, de le détourner des questions plus sérieuses, et qu'une fois assuré l'accès des gens ordinaires à un niveau supérieur d'éducation, tous les sports disparaîtraient. Il avait l'habitude de dire: "Au lieu de se préoccuper du football, le mineur du futur rentrera chez lui à la fin de sa journée et écoutera Beethoven à la radio."

 

Joey Barton montre la lune

 

Le père de mon ancien professeur n'était pas le seul à détester le football. Des pans entiers de la gauche restent aujourd’hui encore idéologiquement opposés au sport en général, et au football en particulier. Il est donc, selon moi, quasiment certain qu'à chaque Coupe du monde ou championnat d'Europe, je finirai par avoir au moins un débat en soirée avec quelqu'un qui me déclarera: "Les drapeaux, la foule qui chante... On se croirait aux rassemblements de Nuremberg!"

 


Morrissey et Nietzsche

C'est encore pour cette raison qu'au cours des douze derniers mois, j'ai dû supporter lors de réunions en société nombre de personne qui venaient me voir pour me dire: "Tu sais combien je déteste le football, mais je trouve quand même que ce Joey Barton est vraiment quelqu'un de fascinant." Faisant fi de mes protestations, ils me déclarent ensuite que le joueur "n'est pas un footballeur ordinaire" car il cite Morrissey et lit Nietzsche. Je leur réponds alors: "Oui, comme les étudiants en 1985. Je me demande s'il porte aussi un T-Shirt à slogan démesuré signé Katharine Hamnet et traîne chez Hyper Hyper le samedi matin en espérant voir un membre de de Scritti Politti." [1] Je sais bien que cela ne changera rien, car il est déjà trop tard: Joey Barton n'appartient plus seulement à la presse sportive, il est devenu un sujet de discussion. Grâce à Twitter et au fait que les medias ont considéré que reproduire des propos en faisant passer cela pour de l'information était plus facile que d'avoir à travailler vraiment, il est désormais davantage connu que Pelé, Maradona ou Messi auprès des ceux qui "ne supportent pas le football, mais...".

 

Le phénomène n'est pas nouveau, bien sûr. Avant que le joueur de Queen Park Rangers n'assure sa notoriété à coup de citations Wiki et se pose en sorte de rebelle existentialiste engagé et incompris (sa tenue rayée bleue et blanche, ses tatouages et sa coiffure stricte n'aurait certainement pas laissé Jean Genet indifférent), les fans avaient déjà subi les vicissitudes d'un Mario Balotelli ("Lorsque la police lui a demandé pourquoi il portait autant de liquide, il leur a répondu: 'Parce que je suis très riche!'"), Tony Adams post-équipe d'Angleterre ("Il visite des galeries d'art et apprend à jouer au piano!") ou encore, et c'est bien difficile à imaginer aujourd'hui... George Reynolds [2]. La publication en 2003 de son autobiographie Cracked it: My wicked life alors qu’il était encore propriétaire du club de Darlington lui valut un créneau très convoité dans l'émission Midweek sur Radio4 avec Libby Purves (un honneur également accordé à Harry Redknapp récemment), l'occasion pour lui de parler une fois de plus du nouveau stade de son club: "Il y a vraiment mis des robinets en or dedans!", m'ont assuré ceux qui "ne supportent pas le football, mais" durant les mois qui suivirent.
 


Footballeur pour les gens qui n'aiment pas le football

Il serait aisé de voir dans tous ces exemples une sorte de thème latent: un passé violent, un besoin de s´améliorer, un effet de mode, un goût pour le bizarre. En vérité, c’est vraiment une certaine forme de hasard pur qui est à l'œuvre: le comportement de Faustino Asprilla à Newcastle n'était pas moins excentrique que celui d'un Mario Baletolli, le tout plus ou moins à deux pas de chez moi. Et pourtant, aucun de mes voisins de table en soirée durant la période 1996-1998 ne m'a jamais dit: "Je déteste le football, mais..." avant de parler de l’incident du CD dans le chariot roulant chauffant. Tout dépend du moment choisi: les jours de gloire du Colombien dégingandé en Premier League ont coïncidé avec ceux d'Eric Cantona ("Apparemment, il leur a dit que son héros était Rimbaud, et dans le programme ils lui ont mit Rambo") et il n'y a de la place que pour un joueur dans l'inconscient de ceux qui "ne supportent pas le football, mais".
 

Le fait que Barton soit l'un des footballeurs les plus connus de Grande-Bretagne n'est pas spécialement réjouissant, mais on peut y trouver une forme de consolation. À l'école, il arrivait que l'un des plus jeunes enseignants tente de bien se faire voir auprès de ses élèves de troisième ricanants en leur disant: "Bon, vous savez que je trouve que cette soi-disant musique 'pop' ne vaut le plus souvent pas grand-chose, par contre j'adore ceci", avant de nous passer une sorte d'album concept entier de soft rock, enregistré de préférence avec un orchestre symphonique complet. Voilà la position que Joey Barton occupe désormais: celle du footballeur pour les gens qui n'aiment pas le football. Malgré tous ses efforts pour se donner une personnalité torturée mais branchée, le milieu de terrain de QPR est le Days of Future Passed du jeu, son Eldorado. [3]

 


Notes des traducteurs
[1] Scritti Politti est un groupe de pop "intello" fondé à Leeds qui a placé plusieurs chansons dans les charts britaniniques au cours des années 80. Hyper Hyper est un magasin de vêtements à Kensington Market.
[2] George Reynolds est un ancien forceur de coffre-fort qui fit fortune et racheta le club de Darlington FC en 1999, pour y dépenser trente millions de livres en quatre ans et y échouer complètement (lire le post de Mangeur Vasqué - 26/03/2010 à 02h39).
[3] Days of Future Passed (1967) et Eldorado (1974) sont des albums des groupes de rock symphonique The Moody Blues et Electric Light Orchestra.

 

 

 

Soignez votre anglais et votre culture foot : abonnez-vous à When Saturday Comes.

 

 

Les cinq derniers articles de WSC sur les Cahiers du football
Moyes, l'homme de la renaissance
La jeunesse perdue de l'Angleterre
United, premier de la classe affaires
Entraîneurs noirs, c’est noir
Qui c'est le plus fort ?
 

 

Partager

> déconnerie

Dopé au cannabis !

When Saturday Comes


Geoff Pearson
2019-01-30

Supporters : la police britannique mise sur le dialogue et la prévention

When Saturday Comes – Les violences baissent au Royaume-Uni, mais les moyens aussi. Les forces de l'ordre expérimentent avec succès des méthodes qui privilégient une gestion intelligente. 


Simon Hart
2019-01-03

Away to Hell

When Saturday Comes – Les controverses sur les maillots hérétiques ne datent pas d'hier, mais le phénomène a pris des proportions extrêmes en Premier League. 


Jon Spurling
2018-12-06

Des supporters aux abonnés absents

When Saturday Comes – En laissant des sièges vides dans des stades de Premier League affichant "complet", les abonnés à la saison exercent leur droit de boycotter certains matches, mais d’autres ne peuvent en profiter.


>> tous les épisodes de la série "When Saturday Comes"

Le forum

Etoiles et toiles

aujourd'hui à 02h57 - PCarnehan : Même sentiment sur « 1917 ». A voir, une fois, pour l'intensité équivalente à une partie de... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 01h25 - Biocentrix : Pas grand chose, Footpol et Football club geopolitics ça parle pas forcément du dessous des... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 01h07 - Tricky : Ah voilà, on l’a, notre réponse sur le taux de pénétration de LREM dans les petites communes,... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 01h04 - dugamaniac : Ils jouent où ces portugais en club? >>


CDF sound system

17/01/2020 à 22h59 - et alors : Merci à tous pour ce tour de PoS d'excellente tenue. La contrainte géographique semble faire du... >>


Changer l'arbitrage

17/01/2020 à 22h16 - forezjohn : Vas y ce dont tu parles n'est qu'une variante du pénalty. >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

17/01/2020 à 21h59 - Balthazar : John Six-Voeux-Berk13/01/2020 à 20h58---Désolé de répondre si tard à ton message qui m’a... >>


Le Calcio, du foot qui te botte

17/01/2020 à 21h44 - et alors : Ca fait un moment que j'ai pas parlé de la Roma ici. Elle est pourtant assez passionnante à... >>


Observatoire du journalisme sportif

17/01/2020 à 21h36 - TiramiSuazo : A la gloire de Coco Michel15/01/2020 à 13h11Je suis tombé dessus jeudi et je confirme que c'est... >>


Scapulaire conditionné

17/01/2020 à 21h33 - Yul rit cramé : Merci, son image, à l'opposé de celle d'un Sousa a terni son passage chez nous, et à travers... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)