auteur
Joe Sandler Clarke

> article suivant

Libres arbitres

> article précédent

La Gazette de la L1 : 8e journée

Entraîneurs noirs, c’est noir

When Saturday Comes – Racisme latent ou inertie, qu'est-ce qui explique la rareté des entraîneurs noirs dans le football anglais?

Partager


Extrait du numéro 320 de
When Saturday Comes (octobre). Titre original : "Opportunity Knocks". Traduction: Toto le zéro.


* * *
 

Avant même le début de l’entretien, Michael Johnson savait qu’on ne lui confierait pas les rênes des U20 d’Angleterre. Hormis un bref intermède en tant qu’entraîneur à temps partiel de Birmingham City, l’ancien défenseur de Derby County était resté deux ans sans travail avant de postuler.
 

Malgré ses vingt ans de carrière dans le milieu professionnel et ses nombreuses références d’entraîneur, c’était seulement son troisième entretien en trente-cinq candidatures. Et pourtant l’intéressé admet que, pour lui, franchir la porte était déjà une réussite en soi: "Rares sont les entraîneurs issus des minorités ethniques à avoir l’opportunité de s’asseoir devant un groupe de personnes, donc lorsque l’on est dans cette situation, on a l’impression de remporter une victoire alors que cela ne veut pas dire grand-chose."
 

 



 


3 sur 92

Sur les 92 clubs professionnels du pays, seuls trois ont un manager noir: Blackpool (Paul Ince), Charlton Athletic (Chris Powell) et Norwich City (Chris Hughton). Il y a douze ans, lorsque Jean Tigana et Ruud Gullitt officiaient encore en Premier League, il y en avait six… "Ces chiffres sont parlants", déplore Brendon Batson, qui fut la vedette de West Bromwich Albion et occupe actuellement de hautes responsabilités à la Fédération Anglaise (FA). "Nous semblons régresser, à l’heure actuelle."
 

Cofondateur de l’Association des entraîneurs noirs et asiatiques (Black and Asian Coaches Association), affiliée à la campagne de lutte contre le racisme "Kick It Out" sans en recevoir de subventions, Colin King a son idée sur le sujet: "S’il y a aussi peu d’entraîneurs noirs, c’est parce que le système est basé sur la cooptation et les réseaux de connaissances. Chris Powell avait fait du très bon boulot à Charlton, mais avait dû retourner dans un club où il avait été joueur."
 

Paul Hall, l’ancien avant-centre de Coventry City et de la Jamaïque, avait dû compter sur ses propres contacts afin d’obtenir son premier poste d’assistant de Duncan Russell à Mansfield Town en 2010, poste qu’il n’occupera que six mois malgré une finale de FA Trophy (coupe réservée aux clubs évoluant de la D5 à la D8) à Wembley. Depuis, le travail s’est fait plus rare, si ce n’est une pige effectuée à titre gracieux en 2012 à la tête de l’équipe première de Tamworth, qu’il aidera à se qualifier au troisième tour de la Coupe d’Angleterre – mais devra quitter car le club ne pouvait plus rembourser son trajet de plus de 190 kilomètres aller-retour jusqu’au centre d’entraînement.
 


Étiquette

Chaque poste d’entraîneur compte des centaines de postulants et, du fait de l’arrivée massive de techniciens étrangers, les opportunités pour les Britanniques sont restreintes d’autant. Selon Colin King, les entraîneurs noirs ont davantage de pression: "Les échecs sont bien plus lourds de conséquences car ils s’en trouvent affublés de l’étiquette «d’entraîneur noir». Il existe une méritocratie sur le terrain et il est vite évident si un joueur est à la hauteur ou non. Mais cette méritocratie est également déterminée par la couleur de la peau dans certains niveaux de l’économie. Le mouvement Kick It Out est une organisation à dominante blanche, les comités directeurs sont en majorité composés de mâles blancs, comme la plupart des médias. Il y a des barrières dans tous les domaines."
 

Lors d’une conférence récemment organisée à Londres sur la question du racisme dans le football, l’assemblée avait estimé que le système de signalisation des incidents à caractère raciaux à la FA n’était pas du tout fiable. Trevor Hutton, président de l’AFC Wembley, l’un des rares clubs dont les propriétaires sont noirs, a déclaré que dans la mesure où la représentation de la FA dans le comté n’avait pas réagi à une série d’incidents racistes ayant concerné de jeunes joueurs du club, celui-ci dénoncerait désormais ces incidents à des autorités plus haut placées telles que Kick It Out ou à la police: "En ce qui me concerne, se plaindre auprès la FA locale revient de toutes façons à se plaindre auprès de ceux qui nous ont agressés."
 


Plan anti-discriminations

Mark Ives, responsable des questions disciplinaires au sein de la FA, a reconnu ces problèmes, mais estimé que le nouveau plan d’action anti-discrimination permettrait d’améliorer le processus: à compter de cette saison, la FA chargera du personnel de superviser la manière dont les incidents sont traités par la FA au niveau des comtés et ceux qui s’occuperont de ces cas devront obligatoirement suivre une formation sur les questions de racisme et d’égalité.
 

Brendon Batson gère un programme de bourses qui offre un soutien financier aux entraîneurs issus des minorités ethniques qui suivent des cours pour obtenir des diplômes. Pour lui, plus les Noirs seront qualifiés, plus ils seront nombreux à trouver du travail. Toutefois, l’exemple des anciens pros blancs rapidement promus à divers postes laisse Michael Johnson particulièrement amer: "Gary Neville a directement intégré les moins de 21 ans, tout comme Phil Neville et Dougie Freedman. Je n’ai rien contre ces types, mais je repense à d’autres joueurs aussi qualifiés et à la carrière aussi brillante. Je n’ai pas vu Andy Cole intégrer aussi rapidement Manchester United ou bien Sol Campbell obtenir ce genre d’opportunités. Frank Sinclair entraîne désormais à un niveau non professionnel malgré sa belle carrière. De nombreux Noirs de talent ont déchanté devant le manque d’opportunités, ce malgré tous leurs efforts consentis pour obtenir les qualifications nécessaires."
 

Notre homme commence à envisager un départ à l’étranger, à l’instar de Brian Deane, l’ancien avant-centre de Leeds United parti en Norvège. Il commence également à se demander s’il ne devrait pas plutôt abandonner complètement le métier: "La question que je dois me poser, c’est combien de temps je vais encore frapper à des portes qui ne semblent pas s’ouvrir."

 

 

Soignez votre anglais et votre culture foot : abonnez-vous à When Saturday Comes.

 

 

Les dix derniers articles de WSC sur les Cahiers du football
La place de l'étoile
Le Brésil, bel horizon
Lever les foules
Jour de désastre
Œil tranquille pour penalty réussi
Chat noir, Chat blanc
Spirit of 1882
Moyes, l'homme de la renaissance
La jeunesse perdue de l'Angleterre
United, premier de la classe affaires

Partager

When Saturday Comes


Geoff Pearson
2019-01-30

Supporters : la police britannique mise sur le dialogue et la prévention

When Saturday Comes – Les violences baissent au Royaume-Uni, mais les moyens aussi. Les forces de l'ordre expérimentent avec succès des méthodes qui privilégient une gestion intelligente. 


Simon Hart
2019-01-03

Away to Hell

When Saturday Comes – Les controverses sur les maillots hérétiques ne datent pas d'hier, mais le phénomène a pris des proportions extrêmes en Premier League. 


Jon Spurling
2018-12-06

Des supporters aux abonnés absents

When Saturday Comes – En laissant des sièges vides dans des stades de Premier League affichant "complet", les abonnés à la saison exercent leur droit de boycotter certains matches, mais d’autres ne peuvent en profiter.


>> tous les épisodes de la série "When Saturday Comes"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)