Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

En finir avec les Footix

Stéréotype né en 1998 mais fort mal défini, le concept de Footix n'a cessé de dégénérer jusqu'à ne plus vouloir dire grand-chose, à part de ceux qui l'emploient sans cesse.

Auteur : Nicolas P. le 28 Mars 2014

 


On reconnaît les concepts fumeux à l'impossibilité de leur associer une définition claire. C'est le cas du "Footix", tour à tour supporter à distance, amateur d'équipes "à la mode" ou de plusieurs équipes à la fois, ignorant des règles et du jeu. Un mauvais connaisseur de football aux humeurs changeantes, s'emballant inutilement à l'occasion de "ola" embarrassantes ou conspuant bêtement un joueur en méforme. Le Footix est tout cela à la fois, c'est à dire rien de bien identifiable. Derrière ce terme fourre-tout se cache en fait l'archétype vague et bancal du "mauvais supporter" (lire "L'invention du Footix").

 

Footix
 


Le problème de ce quolibet, c'est qu'il connaît désormais tellement d'acceptions différentes qu'on peut aisément l'opposer à n'importe qui pour n'importe quoi. Le "Footix", qui n'était au départ que le nom donné à ces supporters post-Mondial 98, désigne aujourd'hui à peu près tout le monde dans une certaine mesure. On est tous le Footix de quelqu'un, comme on est tous le con d'un autre. Il est devenu l'insulte ultime, celle qui met fin au débat footballistique: il est d'ailleurs à ce dernier son point Godwin. Le Footix du football est un peu le bobo de la politique. Du reste, seize ans après la victoire française en Coupe du monde, le mot devrait être définitivement passé de mode. Railler cette génération de "nouveaux" supporters, moqués gentiment pour la fraîcheur de leur passion à l'époque, n'a plus de sens.
 


Classé Footix

Le plus gênant dans l'invasion de ce terme, c'est qu'elle a fini par accoucher d'une définition du supporter "authentique" par exclusion: qui est Footix ne peut être un vrai supporter, donc qui est un vrai supporter est tout ce que n'est pas un Footix – c'est à dire, en réalité, pas grand-chose. Le supporter pur et incontestable, lit-on régulièrement, doit supporter le club de sa région, si possible natale.


Un amateur de football qui deviendrait le supporter d'une équipe concurrente, ou pire, étrangère, dont il apprécie les joueurs, le jeu ou les performances se verrait affublé par certains de l'ignoble qualificatif qui nous occupe. Au fond, c'est réduire le supportérisme à une simple question d'appartenance, c'est même nier qu'il y ait le moindre choix dans l'équipe que l'on se doit de supporter. Ainsi les nombreux supporters à distance marseillais ou stéphanois, qui ont vibré à l'occasion des campagnes européennes de ces deux clubs mythiques et ne les ont plus lâchés depuis, ne seraient pas d'authentiques supporters. En poussant le raisonnement au ridicule, un club ne pourrait potentiellement posséder plus de supporters que la ville qu'il représente n'a d'habitants. On n'est plus très loin des imbéciles heureux qui sont nés quelque part.
 


Miroir du Footix

Ainsi également des amateurs de football qui supportent, à divers degrés, plusieurs équipes à la fois: le vrai supporter devrait rester insensible à ce qui se passe autour de lui et ne jamais se prendre d'intérêt pour un autre club, comme si la part de passion qu'il a en lui devait rester absolument indivisible, comme si elle était divisible (lire "De la liberté de supporter un autre club "). Il devrait ainsi mettre en scène et surjouer une sorte d'autisme romantique sur fond de métaphore nuptiale douteuse: on n'aime qu'un club comme on n'aime qu'une femme, ou quelque chose dans le genre. Ou on peut tromper sa femme mais pas son club. Bref, le parallèle conjugal n'est jamais loin.
 

Le Footix originel, celui qui était bien brave, pas franchement conscient de l'étiquette dont il était flanqué, et qui n'avait rien demandé à personne, a surtout cristallisé la tendance déprimante de nombreux supporters à se définir par le rejet. On ne se reconnaît guère entre supporters, mais plutôt entre détenteurs d'une même conception du supportérisme. Le Footix en dit sûrement plus sur le supporter que sur le Footix lui-même.


Le concept était rigolo, il est devenu un peu pénible, et vide de sens. Il irrite plus qu'il n'amuse. Sur Twitter, il sert souvent d'exutoire à un agacement paresseux: un petit "Footix!", et puis s'en va. À bien y réfléchir, le Footix, le vrai, celui sur lequel on pourrait tous s'accorder, c'est peut-être d'abord celui qui traite tout le monde de Footix en permanence. 


Voir aussi "10 successeurs pour Footix"

 

Réactions

  • dugamaniac le 28/03/2014 à 12h02
    CQFD, Sens de la Dérision

  • Tonton Danijel le 28/03/2014 à 12h24
    Metzallica
    aujourd'hui à 10h48

    En faisant l'avocat du diable je dirais que le vrai amateur de foot devient fan d'un club avant qu'il ne gagne et le reste une fois qu'il est mauvais.
    - - - - - - - - - - - - - - - -

    Je suis évidemment d'accord avec toi.

  • Zlatanist le 28/03/2014 à 12h37
    Oui, tout à fait, d'ailleurs Forza Grenoble !

    (article sympa mais pour moi, Footix a encore un sens, désolé... il suffit de passer 5 minutes à la machine à café du taf au lendemain d'un match de l'EdF pour en prendre conscience)

  • Lucarelli 1 le 28/03/2014 à 12h58
    Le Footix est un supporter ? Ben non. Comme dit Zlatanist, c'est la secrétaire ou le dessinateur industriel de ma boite qui vient me tenir le crachoir le lundi sur les performances de Zlatan ou Benzema, enthousiaste s'ils ont gagné, railleurs s'ils ont perdu. On les verra picoler sur les Champs ou se poster en vidéo si la France fait un beau parcours au Brésil, ou répondre "Oui" au sondage post coupe du monde qui demandera si nos footballeurs sont des connards (après une piteuse élimination au premier tour). Ma définition c'est que le Footix n'y connait RIEN au foot (ou juste ce qu'il peut en apprendre en écoutant les autres) mais adore en parler, parce que depuis 1998 c'est hype. En conclusion, vous réalisez donc maintenant tout le mal que nous a fait, à nous les vrais footeux, cette victoire de 1998 [1]

  • Gouff le 28/03/2014 à 13h18
    Tout pareil que Luca.
    Le footix est protéiforme mais il est toujours là, à l'affût, partout, machine à café, repas de famille, stade, cabine des commentateurs sur TF1...

  • Matu-Verratti-Vieira-Touré-Clément-Cearà le 28/03/2014 à 13h18
    Tonton Danijel
    aujourd'hui à 12h24

    Metzallica
    aujourd'hui à 10h48

    En faisant l'avocat du diable je dirais que le vrai amateur de foot devient fan d'un club avant qu'il ne gagne et le reste une fois qu'il est mauvais.
    - - - - - - - - - - - - - - - -

    Je suis évidemment d'accord avec toi.
    _________________________________________

    Eh ben moi, pas du tout. L'amateur de foot aime le football, pas un club.

    Quand on aime le foot, on aime le Nantes de Loko, Ouedec et Pedros et on déteste celui de ce début d'année 2014.

    En 1998, en demie, j'étais pour la Croatie. En 2000, j'étais à fond derrière les bleus. Est-ce que ça fait de moi un footix ?

  • Metzallica le 28/03/2014 à 13h29
    Non cela fait de toi un traître a la nation, mais c'est un autre débat :2nd:

    En fait mon message répondait a un autre qui dit que l'amateur de foot voit un club, le voit gagner, le supporte. Moi aussi j'aime des équipes tous les ans mais un seul club a vie.

    Sinon +1 avec Lucarelli. Le vrai footix c'est celui qui danse quand la France gagne et crache a gueule des joueurs quand elle perd. Et ceux-la sont nombreux.
    Le mec qui fait un peu semblant de s’intéresser mais n'y connais rien, pourquoi pas? Moi-même je regarde le XV de France sans rien suivre par ailleurs. Je découvre des nouveaux joueurs et nouvelles règles tous les ans.
    Mais ceux qui viennent parader pendant la victoire et participer a la curée durant la défaite sont les vrais footix.

  • Matu-Verratti-Vieira-Touré-Clément-Cearà le 28/03/2014 à 13h59
    Rugbix ?

  • poiuyt le 28/03/2014 à 14h01
    Gouff
    aujourd'hui à 13h18

    Tout pareil que Luca.
    Le footix est protéiforme mais il est toujours là, à l'affût, partout, machine à café, repas de famille, stade, cabine des commentateurs sur TF1...

    ------

    Moi je suis d'accord avec Luca, mais pas avec Gouff. Toi tu parles de la définition du footix de 98. Parce qu'en 2014, ils ont quittés TF1 pour canalplus depuis longtemps..

    ET puis bon, quand on s'est inscrit y a 2 semaines, peut on vraiment commenter la discussion sur les footix???

  • Radek Bejbl le 28/03/2014 à 15h12
    José-Mickaël : L'inverse est déjà défini et théorisé, c'est le hipster. Il y a plusieurs espèces, du romantique au puriste. Le premier est fan de Bielsa et La Volpe, trouve que Riquelme est le meilleur joueur du monde, demande l'utilisation massive du 3-3-1-3 et regarde l'Universidad de Chile. Le second regarde le Championship, défend les 0-0 et va au stade voir les matches de CFA.