Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Divine comédie

Consternation dans les cieux: le FC Hell a battu l'AC Paradis. Les forces du mal étaient très bien organisées.

Auteur : ABC le 3 Jan 2013

 


Il neige. Il est 20 heures, l’enfer s’éveille. Enfer, Paradis. Quelle différence. Au fond, nous sommes tous identiques. La pelouse a revêtu son manteau blanc. Mauvais présage. Faim, froid, besoin d’espoir. Ces mots résonnent dans ma mémoire. Mais c’est trop tard : condamné à vivre dans un isoloir, une vie tronquée, partielle. Ezéchiel. "J'abattrai le bras d'une terrible colère, d'une vengeance furieuse et effrayante sur les hordes impies qui pourchassent et réduisent à néant les brebis de Dieu."


Guignol. S’il ne veut pas passer pour un charlot, Dieu va devoir agir. Rapidement. Depuis hier, l’Humanité a les yeux braqués sur lui. Impatiente, inquiète, elle attend qu’il exécute enfin sa promesse. Car oui: les brebis de l’AC Paradis ont été défaites 4 buts à 2 par les hordes impies du FC Hell.

 


Fußball macht frei

Pour une première, c’est une première. Oussama Ben Laden, nommé à la tête de l’équipe du FC Hell depuis que Philippe Pétain a mis un terme à sa collaboration, avait fait quelques choix forts. Comme la titularisation d’Attila, en numéro 6-6-6, pour muscler son milieu de terrain. Une initiative salvatrice tant le Hongrois a été impressionnant, venant gratter les ballons huns à huns et distribuant quelques caviars à un Staline trop maladroit. C’est pourtant bien le petit père des peuples qui ouvrait le score à la 33e minute, sur un service magistral d’Hitler. Le kop explose, les NTP (Nazis Trop Puissants, ndlr) exultent. C'est un stade en fusion qui entonne son célèbre You’ll never hate alone.

 

 

 



Le Führer, qui récupérait le brassard à l’occasion de son retour, a donné une véritable leçon de concentration. Présent sur toutes les situations dangereuses du FCH, il a largement mérité son nom en une du journal d’Anne Frank ce matin: "Le FC Hell Hitler".


En face, l’AC Paradis s’apprête à s’effondrer. Les hommes de l’inamovible Schindler auront rivalisé une mi-temps avant de décliner peu à peu. Une défaite qui fragilise un peu plus le technicien autrichien, déjà mal en point après les récentes déclarations de Martin Luther King: "I have a dream, that one day, I will coach ACP" dans le quotidien La Bible. Le tableau n’est pourtant pas si noir. Les couleurs du Tintoret devraient permettre au manager de bénéficier d’encore un peu de temps. Mais jusqu’à quand?

 


Le Bal des Naze

Au rang des satisfactions, il faut retenir l’excellente prestation de Jésus Christ. Mauvais lors de ses dernières sorties, le capitaine est en train de vivre une véritable résurrection. Placé au centre d’un système en croix, il a marché sur l’eau pendant soixante-dix minutes avant de se sacrifier pour son équipe. Soixante-douze minutes, plus exactement. Sur une infiltration d’Amin Dada, Saint-Pierre, gardien du Paradis, lit mal la trajectoire et fauche le héros ougandais. L’homme en noir n’a rien vu mais Judas, l’arbitre assistant, désigne le coupable. Penalty.


Saint-Pierre exclu, De Nazareth enfile les gants. Dada se charge lui-même de l’exécution et crucifie un Jésus qui tendait la mauvaise joue. Mené 3-0, le Paradis n’a plus le choix s’il ne veut pas faire mentir Polnareff. Salir sa mémoire, le traîner dans la boue. Finalement, nous n’irons pas tous au paradis.


L’entraîneur heaven tente le tout pour le tout et effectue un double changement. Présent pour la première fois dans la liste de Schindler, Léon Blum s’est montré prometteur. Le jeune ailier gauche a réveillé ses partenaires en étant présent sur tous les fronts. Populaire, il y a fort à parier qu’on le verra à nouveau dans le groupe. C’est également le cas de Jean Moulin, entré en cours de partie avec son terrible cortège. Pour sa première sélection, l’avant-centre s’est fendu d’un doublé et est même passé tout proche d’un incroyable coup du chapeau. Au four et au Moulin. Hat Trick. Très déçu en conférence d'après-match, il déclare même à la presse allemande: "Je ne dirai rien".

 


Jardin d’Eden

Ce matin, le monde a la gueule de bois. Polnareff est un salaud. Benoit XVI est un tricheur. Deux mille ans d’une histoire bâtie sur un horrible mensonge: l’Enfer est meilleur. En conférence de presse, Gandhi tente, tant bien que mal, de sauver les meubles: "Non mais, les derniers seront les premiers…. Et puis la non-violence". Ferme-la. Illusions gâchées, utopie perdue. Existences saccagées. Ce weekend, ces hommes n’ont pas honoré leurs maillots blancs du Paradis. Michel Berger s’égosille, mais la caravane passe; le Paradis est perdu.


S’il veut sauver l’Humanité, Schindler va devoir se remettre au travail. Le match retour approche, et ses hommes ne sont pas prêts. Voilà 2.000 ans qu’ils jouent selon les mêmes principes tactiques. Mais aujourd’hui, leurs 10 commandements ne suffisent plus. Et Moïse ne sera plus là pour écarter leur mare de sang.


Personne n’est dupe. L’Humanité tremble, elle a peur. Elle a peur car elle voit se rapprocher dangereusement l’éventualité d’une victoire finale de l’Enfer. Et les joueurs le savent. Abraham Lincoln, en pleurs au micro de David Astorga, conclut même: "Nous n'avons pas été dignes. Le monde nous regarde, et nous le décevons. Ça ne peut plus durer. L'Enfer mérite sa victoire, il a été bien meilleur. L'Enfer l'emporte. Malheureusement, l'Enfer, c'est les autres."

 

 

Texte d'inscription de ABC. Vous aussi, inscrivez-vous pour participer au forum (pas besoin d'en faire autant).
 

Réactions

  • José-Mickaël le 03/01/2013 à 03h19
    Ce texte est génial ! Plein de jeux de mots, d'allusions... Tiens, je vais le relire une deuxième fois, je crois que j'en ai loupés.

  • Sens de la dérision le 03/01/2013 à 07h49
    "pas besoin d'en faire autant".
    Tu m'étonnes, il est vraiment bien ce texte d'introduction !

  • Mandandamadeus le 03/01/2013 à 08h12
    Une entrée réussie !
    Welcome home, ABC.

  • Marius T le 03/01/2013 à 08h41
    Un bijou !!!!

    David Astroga ? C'est pas plutôt Thierry Gilardi.

  • Cyril Gignac le 03/01/2013 à 09h21
    Une merveille, sans aucun doute !

  • Grosnoblois le 03/01/2013 à 09h47
    Un texte qui parle religion, histoire, politique et football tout en mettant tout le monde d'accord. Bien joué!
    Vivement le match retour.

    Bienvenue!

  • Nadine Zamorano le 03/01/2013 à 10h09
    ABC, aussi facile qu'1, 2, 3.

    Superbe entrée en matière. Et toutes ces boutades mettent remarquablement en lumière la façon dont les journalistes ne cessent de puiser dans les lexiques religieux et belliqueux pour commenter les matchs.

  • Tonton Danijel le 03/01/2013 à 10h20
    Mais qu'est ce que ça veut dire, comme pseudo, ABC?

  • Tonton Danijel le 03/01/2013 à 10h25
    Et sinon 2013 débute en beauté avec des nouveaux membres aussi inspirés.

  • Paul de Gascogne le 03/01/2013 à 11h02
    Un texte tout bonnement jubilatoire. Espérons que le nouveau venu soit aussi prolixe sur les différents fils du forum !

La revue des Cahiers du football