En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Blatter et Platini en flagrant déni de dopage

Une Balle dans le pied – "Un ou deux cas", un peu de "schnouf", mais pas de dopage organisé dans le football: nous pouvons dormir tranquilles, l'UEFA et la FIFA n'ont même pas peur.

Auteur : Jérôme Latta le 4 Dec 2012

 

Le hasard ou le calendrier des relations publiques suisses nous ont valu ces derniers jours une série de déclarations sur l'éventualité du dopage dans le football, très classiques mais dont on peut encore s'étonner. Précédant de quelques jours Joseph Blatter, Michel Platini, spécialiste de cet exercice depuis toujours (lire "Platini, positif à la mauvaise foi"), a ouvert le bal avec une interview pour Ouest France, mercredi dernier, dans laquelle il dit ne pas croire en l'existence d'un dopage organisé dans le football.

 

PLATINI NE VOIT PAS

 

"Il y a peut-être quelques cas isolés. Mais je ne vois plus les clubs de football organiser leur dopage." Le président de l'UEFA sait que son ancien club, la Juventus, a été convaincue de dopage organisé pour ses pratiques des années 1994-1998, ses dirigeants n'échappant en appel à leur condamnation que par un biais juridique (lire "La Vieille dame tapait dans la pharmacie"). Mais il ne nous explique pas ce qui ferait qu'aujourd'hui, les clubs auraient renoncé à cette tentation alors que le rythme des compétitions s'est accru en même temps que l'intensité physique des matches et la pression des enjeux économiques.

 

En réalité, les clubs n'ont jamais eu autant de raisons d'organiser le dopage de leurs effectifs, et l'une des meilleures d'entre elles est que la lutte antidopage n'est pas de la plus grande virulence dans ce sport. Probablement parce que tout le monde s'applique à "ne pas y croire", et ne craint pas, comme Platini pour expliquer des "différences de rythme flagrantes entre certaines équipes ou certains championnats" (c'est la question du journaliste), de recourir à des fables: "Ce sont les angles des caméras de télévision, les façons de filmer qui ne sont pas les mêmes partout, qui donnent cette impression", nous dit Platini, qui n'a pas tout à fait tort de préciser: "Je dis cela de façon tout à fait sérieuse".

(...)


Lire la suite de l'article :


Réactions

  • Zlatanist le 04/12/2012 à 10h02
    Je n'ai aucun doute sur l'existence de pratiques dopantes dans le foot, mais je suis surpris par l'efficacité de l'omerta en vigueur... Vu le nombre de personnes concernées, on pourrait s'attendre à plus de révélations, même sporadiques et individuelles.
    Cela accrédite la thèse d'un dopage non pas rampant mais totalement intégré au fonctionnement du foot et que ses principaux acteurs ne songent même pas à remettre en cause ou dénoncer.

  • Ba Zenga le 04/12/2012 à 10h06
    J'ai des doutes également, mais ce qui m'énerve le plus, ce sont la langue de bois et la candeur des instances dirigeantes.

  • Pascal Amateur le 04/12/2012 à 11h10
    À mon sens, seule la mort massive et précoce de joueurs célèbres pourra susciter une réaction. Imaginons que Zidane, Deschamps et quelques autres meurent "étrangement" dans leur quarantaine finissante, et des questions se poseront (peut-être). Il a fallu que des ouvriers crèvent par grappe pour que la question de l'amiante survienne – cinquante ans après que ses dangers furent révélés.

  • Tonton Danijel le 04/12/2012 à 11h22
    Pascal Amateur
    aujourd'hui à 11h10

    Il n'y a pas eu une épidémie suspecte de scléroses en plaque d'anciens joueurs en Italie?

  • Marius T le 04/12/2012 à 11h48
    Et peut être que l’on ne meurt pas du dopage.

    On va tous finir avec un cancer, à cause de la bouffe, de la flotte, du stress, du téléphone, et du cirque ambiant alors après pour déterminer si c’est le dopage il faudra se lever tôt.

    Le dopage s’installe « naturellement » dès le centre de formation, il faut tenir la cadence et être plus performant que son copain.
    Certains stagiaires pro sont plus au fait que l' étudiant en pharmacie.


  • Pascal Amateur le 04/12/2012 à 12h01
    @ Tonton Danijel
    Un documentaire, diffusé il y a longtemps sur Arte, pointait des joueurs italiens en effet, lesquels étaient horriblement tombés comme des mouches entre 40 et 50 ans. Quelque chose comme une sclérose en plaques, en effet.

    @ Marius T
    Je vois bien, en effet, une dépêche AFP : "Zinédine Zidane meurt à 48 ans d'une terrible maladie. Ses proches invoquent un abus de sandwichs, de coups de fil, ainsi que plusieurs représentations du cirque Ambiant, qu'il préférait à Achille Zavatta."

    Peut-être serait-il plus logique de considérer les sportifs actuels comme les cobayes des générations à venir ?

  • José-Mickaël le 04/12/2012 à 12h13
    Je soupçonne que le dopage organisé sous surveillance médicale (avec le staff médical de l'équipe ou avec un médecin spécialiste indépendant) n'est pas si dangereux. Ce n'est plus du bricolage comme autrefois...

  • Elmander mon cher Larsson le 04/12/2012 à 12h27
    La position de Blatter et de Platini est criticable mais pas étonnante. La priorité des Fédés internationales (comme l'UCI avec le cyclisme) n'est pas la lutte antidopage mais d'éviter le scandale. Imaginez que Platini dise "Le dopage est en train de gangréner le foot", il scierait la branche sur laquelle il est assis.
    Ce qu'il faudrait pour le foot c'est l'équivalent d'une affaire Festina. Peut-être que les langues se délieraient et qu'on irait vers des contrôles plus pointus et plus sévères.

  • Espinas le 04/12/2012 à 15h14
    Elmander mon cher Larsson
    aujourd'hui à 12h27

    La position de Blatter et de Platini est criticable mais pas étonnante. La priorité des Fédés internationales (comme l'UCI avec le cyclisme) n'est pas la lutte antidopage mais d'éviter le scandale. Imaginez que Platini dise "Le dopage est en train de gangréner le foot", il scierait la branche sur laquelle il est assis.
    Ce qu'il faudrait pour le foot c'est l'équivalent d'une affaire Festina. Peut-être que les langues se délieraient et qu'on irait vers des contrôles plus pointus et plus sévères.
    ---
    Le truc, c'est que tant que c'est la fédération organisatrice qui est chargée des contrôles, on n'aura pas des contrôles sérieux et des têtes qui tombent.

    Le cyclisme est le contre-exemple absolu pour nos chères fédés qui ne veulent pas des conséquences négatives du dopage: image dégradée, baisse du nombre de licenciés au profit des fédés moins "chercheuses", audiences en baisse (la télé allemande a arrêté de diffuser le Tour de France à cause d'un cas avéré: quelle belle incitation à trouver des cas!), pertes de sponsors, affaires judiciaires...

  • Yapéno le 04/12/2012 à 19h13
    M'enfin !
    Platini a été le premier à prendre des produits illicites, parce qu'il n'avait pas le tempérament à boire du "raplapla" :
    lien

    Quant à Papin, il se shootait au Cacolac...

La revue des Cahiers du football