Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Ballon d'Eau fraîche 14/15, les candidats : Zoumana Camara et Romain Danzé

Le remplaçant le plus sympa de Ligue 1 et le Raymond Poulidor de l'eau fraîche, soit deux des favoris de cette édition. Cela méritait bien une présentation conjointe.

Auteur : Nicolas P. et inamoto le 6 Mai 2015

 

 

LE BUREAU DE VOTE

 

 

Papus fait de la résistance

À bien regarder la carrière de Zoumana Camara, on peut d'abord se demander si l’on ne tient pas là un merveilleux Ballon de Plomb. Formé à Saint-Étienne, il s'exile très vite dans un club prestigieux, l'Inter Milan, où il côtoie quelques légendes, comme Baggio ou Ronaldo. En défense, où la concurrence est pourtant moins forte, il peine à s'imposer: barré par Taribo West ou Mickaël Silvestre, il ne joue que deux matches avec le maillot nerazzurro. Prêté deux ans de suite, à Empoli et Bastia, il signe finalement à l’OM avant de se blesser gravement. S’ensuivent un passage à Leeds et un retour dans le Forez pour deux saisons. Puis, c'est le transfert au Paris Saint-Germain.

 

 

Ballon d'Eau fraîche 2014/2015 ZCamara

 

 

Homme des saisons galères, Zoumana Camara a failli connaître la relégation à de nombreuses reprises: avec l'ASSE, d'abord, en 1997 (les Verts évoluent alors en D2); dès son arrivée à l'OM (le club est encore dans la zone rouge à quatre journées de la fin); enfin, dans ce PSG pré-QSI qui frise la correctionnelle lors de la saison 2006-2007. En 2010, Antoine Kombouaré lui préfère une charnière Armand-Sakho: le replacement dans l'axe d'un latéral peut être perçu comme un désaveu pour un joueur expérimenté comme Camara, mais on ne l'entend pas se plaindre.

 

Depuis, il cire le banc avec un sourire communicatif. Et il est toujours là, seul rescapé du PSG d'avant, celui dont Bernard Tapie disait: "Zoumana a tellement les adducteurs broyés que le jour où il rejouera, il pleuvra de la merde." Mais Papus ne saurait être cantonné à ce rôle de remplaçant heureux, ce qui suffirait peut-être à justifier sa candidature. Bon défenseur de Ligue 1, joueur international s'il en est (une sélection), il ne déçoit jamais lorsqu'il entre en jeu. "Quand il est sur le terrain, tout le monde est soulagé", de l'aveu même de son entraîneur Laurent Blanc. Son palmarès, d'ailleurs, reste plus qu'honorable: deux championnats, une Coupe de France, une Coupe de la Ligue et un Trophée des champions.

 

Tous louent son professionnalisme et un "état d'esprit irréprochable" (Laurent Blanc). Élément essentiel du vestiaire, il prend sous son aile les jeunes du centre de formation autant qu'il se lie d'amitié avec les stars: grand pote de Zlatan, avec qui il chasse parfois dans le grand nord suédois, il est connu pour faire le lien entre les anciens et les nouveaux. Il a pour lui une modestie incontestable et une simplicité naturelle. Il est tellement sympathique qu'on en oublierait même qu'il est peu courant, pour un nominé au Ballon d'Eau Fraîche, d'avoir joué à l'OM et au PSG. Une "âme belle et bonne", résume Peguy Luyindula.

 

Point fort

Il a fait passer Bernard Tapie pour un con.

 

Point faible

Beaucoup seraient aussi très sympas si on leur proposait d’être remplaçants au PSG.

 

Le slogan de campagne

Zoum, zoum, Zoumana.

 

 


Danzé immédiat

Il court, derrière, comme d'habitude. À la poursuite d'un trophée taillé pour lui, mais qui lui échappe depuis deux ans, se classant chaque fois à la place qu'il déteste le plus mais qu'il finit par bien connaître: celle du finaliste. Distancé au départ de l'action, grimaçant, il s'accroche. Et finalement, pas à pas, comme souvent, il devrait finir par s'imposer. À force de hargne avant tout, Romain Danzé continue d'empiler, année après année, tous les éléments d'un dossier de candidature déjà bien épais. La question n'est presque plus tant de savoir quels arguments mettre en avant, mais lesquels pourraient être portés à son débit.

 

 

Ballon d'Eau fraîche 2014/2015 Béria

 

 

Sa candidature de 2012 insistait sur son parcours, fidèle à son club formateur, le Stade rennais, dont il est depuis plusieurs années le capitaine emblématique. Arrivé à quinze ans au centre de formation, il n'a jamais lâché le maillot rouge et noir jusqu'à aujourd'hui, alors qu'il approche le double de cet âge. Sa prochaine apparition en Ligue 1 sera la trois-centième, nombre symbolique pour celui qui est déjà le sixième joueur le plus capé de l'histoire du club. Il est à quatre-vingt-quinze matches du record détenu par Yves Boutet. "C’est clairement l'un de mes objectifs, déclare-t-il sur le site officiel du Stade rennais. Je ferai tout pour réussir." De quoi présager une carrière à maillot unique, rareté du football contemporain.

 

Fidèle à son club, Romain Danzé l'est également à sa ville d'adoption. Alors que la frontière entre joueur et supporter s'estompe dès qu'il s'exprime au sujet du Stade rennais (ainsi que le rappelle son portrait de l'an dernier), il a cette année accompli un nouveau pas en direction des fans, avec l'ouverture en grande pompe d'un bar dont il est à la fois actionnaire et parrain, en plein centre ville.

 

Sur le plan sportif, la saison du Rennais a été assez similaire aux précédentes: décevante collectivement, satisfaisante sur le plan individuel. Alors que de nouveaux concurrents (Steven Moreira, Benjamin André) semblaient en mesure de l'inquiéter pour le poste d'arrière droit, il a été indispensable et inamovible, malgré ses habituels trous d'air qui font le bonheur de ses contempteurs. Au final, il n'est ni directement responsable, ni totalement étranger à la morne saison rennaise, qui aura vogué entre le haut et le bas du ventre mou.

 

Récemment, on a découvert une nouvelle facette méconnue: celle d'un joueur engagé syndicalement. Il est le représentant rennais à l'UNFP. "J’ai été choisi parce que je connais bien l’histoire du club et toutes les personnes qui y travaillent, explique-t-il au Monde fin avril. Il y a des gens qui sont là pour nous défendre, et on est bien contents de trouver le syndicat quand on a des petites choses à régler. Dans le foot pro, comme on vit dans une bulle et que l’on n’a pas à se plaindre de grand-chose, dès qu’il y a un problème ou un litige, toute notre profession en parle. Ça sensibilise les joueurs."

 

Sympathique, disponible pour les supporters, toujours pondéré dans son attitude et ses analyses, lucide sur son niveau et sur son milieu, peut-être un peu trop discret pour faire la Une des médias hors de Rennes, lui dont le rôle sur le terrain est déjà obscur: Romain Danzé symbolise la face humaine et accessible du foot professionnel. Celle, précisément, que le Ballon d'Eau Fraîche cherche à valoriser.

 

Point fort

Grâce à votre vote, ce sera tournée d'eau fraîche pour tout le monde dans son bar.

 

Point faible

Soulever un trophée pourrait compromettre la suite de sa carrière rennaise.

 

Le slogan de campagne

L'année de tous les Danzé.

 

 

 

Réactions

  • Sens de la dérision le 06/05/2015 à 08h19
    J'ai compris. Le but c'est de faire gagner Danzé. Pour l'instant je trouve qu'on revient un peu trop sur le parcours footballistique des candidats et pas assez sur le côté eau fraîche comme par exemple pour Zoumana Camara : 4 paragraphes, un seul "eau fraîche" avec comme arguments "état d'esprit irréprochable", "modestie", "simplicité", "âme belle et bonne". Mouais mouais.

  • Yohan Cowboy le 06/05/2015 à 12h47
    C'est logique que les portraits de campagne cherchent à faire gagner leur sujet, non ?

  • Sens de la dérision le 06/05/2015 à 13h31
    Je veux dire que pour l'instant il me semble que le côté eau fraîche des candidats est très limité comme, si la raydac avait choisi des candidats eau entre fraîche et tiède pour qu'on soit obligé de choisir Danzé.

  • Carlos Alberto Riera Pas le 06/05/2015 à 13h48
    L'argument éliminatoire pour Camara c'est qu'il a été candidat UMP dans une élection locale dans une bourgade marseillaise.

  • et alors le 06/05/2015 à 14h16
    Même impression que Sens de, les candidats ne sont pas très marquants (Danzé non plus). Bon esprit sûrement, mais pas vraiment le truc en plus qui donne envie de les récompenser d'une manière ou d'une autre (ce truc qu'avaient à mon avis davantage Janot ou Le Lan, à leurs manières). Cheick Diabaté pourrait me faire mentir.

  • Jamel Attal le 06/05/2015 à 16h32
    "comme si la raydac avait choisi des candidats eau entre fraîche et tiède pour qu'on soit obligé de choisir Danzé"
    ---
    #complot #manipulation #lobbybreton #disparitiondejoueurs #thiriez #lienstroubles #pentagone #illuminatis

  • Sens de la dérision le 06/05/2015 à 17h14
    Un Valenciennois qui a principalement joué à Saint-Étienne, un Limougeaud passé par Sedan et Valenciennes, un Breton qui n'a jamais quitté sa Bretagne et un Stéphanois qui ne s'est jamais éloigné du Furan.
    Ça me semble évident que la victoire est déjà prévue pour un autre Breton aussi aventurier que mes ascendants.

    #lobbydelaboisson

  • inamoto le 06/05/2015 à 17h17
    Sens de la dérision
    aujourd'hui à 13h31

    Je veux dire que pour l'instant il me semble que le côté eau fraîche des candidats est très limité comme, si la raydac avait choisi des candidats eau entre fraîche et tiède pour qu'on soit obligé de choisir Danzé.
    ---

    Haha, très bon ça. Sans ton pseudo j'aurais pu me faire avoir en te lisant au 1er degré. C'est marrant pas plus tard qu'hier j'accusais la rédac de complot anti-rennais, n'ayant qu'une soirée devant moi pour pondre le texte publié aujourd'hui.

    Pour répondre à et alors concernant Danzé il faut lire le portrait de cette année dans la lignée des deux précédents qui sont cités dans l'article. Pour ne pas avoir excessivement l'impression de me répéter j'essaie de prendre un angle un peu différent et de ne pas reciter deux fois les mêmes faits ou les mêmes déclarations. Je pense que ce qui sépare principalement Danzé des deux exemples que tu cites n'a vraiment rien à voir avec les critères du BDEF mais seulement avec leurs notoriétés respectives...

  • et alors le 06/05/2015 à 22h54
    inamoto, j'ai bien compris la perspective sur Danzé, qui m'est plutôt sympathique. Mais niveau notoriété, autant Janot en a sans doute profité, autant Le Lan, remplaçant à Lorient, n'a pas celle de Danzé, qui est tout de même un pilier de la L1. Sauf que Le Lan avait un parcours plus marrant, de type arrivé là un peu par hasard. Alors que Danzé est juste un joueur pro, bon esprit, très pro justement, sans doute attachant (et attaché à son club) mais qui semble lisse malgré tes efforts pour lui donner du relief.

    Pour rester dans le même profil que Le Lan et en Bretagne, on aurait pu parler de Kerbrat. Il n'y a pas eu Coco Michel pour le défendre?

  • Sens de la dérision le 07/05/2015 à 09h10
    inamoto
    06/05/2015 à 17h17
    ----
    J'avais bien compris l'exercice difficile de faire un troisième portrait différent des deux autres. D'ailleurs, si je vote pour Danzé, c'est pour "l'ensemble de sa carrière", plutôt que ce portrait particulier.