auteur
Brice Tollemer

Du même auteur

> article suivant

Double jeu à la française

> article précédent

Le meilleur commercial du monde

France versus… Angleterre

La France a plusieurs fois rencontré, en Coupe du monde, les six autres vainqueurs de la compétition... Premier chapitre de la saga, en deux rounds et avec de bien belles images.
Partager
Au mois de juin prochain, l’équipe de France disputera sa treizième Coupe du monde. Au cours de ses précédentes participations, il lui est bien évidemment arrivé de croiser le fer avec les six autres nations qui sont parvenues à inscrire leur nom au palmarès. Retour sur ces confrontations forcément marquantes, en commençant par l'Angleterre…


Angleterre-France : 2-0

20 juin 1966 – Londres, Wembley – 98.000 spectateurs
Buts pour l'Angleterre : Hunt 38e, 75e
Arbitre: M. Yamasaki (Pérou)

Angleterre : Banks – Cohen, J.Charlton, Moore (capitaine), Wilson – Stiles, R.Charlton, Peters, Callaghan – Greaves, Hunt.
Sélectionneur: Sir Alf Ramsey.
France : Aubou – Djorkaeff, Artelesa (capitaine), Budzynski, Bosquier – Herbet, Bonnel, Herbin – Simon, Gondet, Hausser
Sélectionneur: Henri Guérin.

Il faut donc attendre que la voisine Albion organise sa propre Coupe du monde pour pouvoir enfin assister à la première confrontation entre les deux pays dans cette compétition. Alors que les Bleus s’étaient brillamment qualifiés en écartant notamment la Yougoslavie, il apparaît très vite des divergences de vue dans la conduite du jeu, entre certains joueurs à forte personnalité et l’encadrement technique.

La France rate complètement son début de tournoi en concédant le nul face au Mexique et en s’inclinant face à l’Uruguay. Le dernier match contre le pays organisateur est donc celui de la dernière chance. Sous l’impulsion de Robert Budzynski notamment, la sélection change de système et passe en 4-3-3 avec une défense de zone. Ce changement tactique est bénéfique et l’équipe joue mieux. Malheureusement, la blessure de Robert Herbin dès la 8e minute, l’indulgence arbitrale sur le premier but de Hunt avant la mi-temps et sur l’attentat de Stiles sur Simon à un quart d’heure de la fin mettent un terme aux illusions tricolores.
La France, malchanceuse, s’incline ainsi deux buts à zéro et termine bonne dernière de sa poule. Elle a surtout été victime des tensions au sein de son groupe, qui auront raison du sélectionneur Henri Guérin, limogé à son retour en France. L’Angleterre, elle, s’envole vers son premier succès mondial.




Angleterre- France : 3-1


16 juin 1982 – Bilbao, San Mames – 44.000 spectateurs
Buts pour l'Angleterre : Robson 1e, 67e ; Mariner 83e
But pour la France : Soler 24e
Arbitre: M. Garrido (Portugal)

Angleterre : Shilton – Mills (capitaine), Butcher, Thompson, Sansom – Coppel, Wilkins, Robson, Rix – Mariner, Francis
Sélectionneur: Ron Greenwood.
France : Ettori – Battiston, Lopez, Tresor, Bossis – Larios, Girard, Platini (capitaine), Giresse – Soler, Rocheteau
Sélectionneur : Michel Hidalgo.

Seize années plus tard, les deux pays se retrouvent et c’est un petit événement. En effet, si la France est sortie d’un long tunnel de douze ans sans Coupe du monde en 1978, les Anglais arrivent au bout de ce même tunnel à l’occasion de cette édition espagnole. Et les protégés de Ron Greenwood, le mythique manager de West Ham, sont affutés, prêts à en découdre pour faire une grosse impression au cours de ce premier match de la poule. Michel Hidalgo a à peine le temps de s’asseoir sur son banc que Bryan Robson en profite pour marquer le premier but après vingt-sept secondes de jeu. Platini et ses coéquipiers sont KO debout mais parviennent néanmoins à revenir au score, le Toulousain Gérard Soler égalisant vingt-quatre minutes plus tard sur une ouverture d’Alain Giresse.

Les Bleus vont s’écrouler durant la seconde période, Robson doublant la mise à la 67e tandis que le buteur d’Ipswich Paul Mariner corse l’addition en fin de rencontre, après une interruption due à l'agitation des supporters anglais dans les tribunes. Le soleil de Bilbao et la préparation physique de Font-Romeu ont apparemment anéanti une équipe de France qui a totalement manqué son entrée dans la compétition – mais qui saura se rattraper par la suite. Quant aux Anglais, ils quitteront l’Espagne lors de la deuxième phase de poule, en étant pourtant invaincus et en n’ayant concédé qu’un seul but au cours du tournoi…

France versus... Brésil

France versus... Argentine
France versus... Uruguay
Partager

> sur le même thème

Les mots croisés de Noël

Cultures football


Gilles Juan
2020-08-26

Peut-on ne pas avoir de regrets ?

Minichro – C'est le mot d'ordre d'avant une finale, qui intime de "ne pas avoir de regrets" après. Ça veut dire quoi, et est-ce possible? 


Gilles Juan
2020-08-18

Peut-on enculer l’Europe sans être homophobe?

En PLS pour avoir cité PNL, les communicants de Winamax peinent à défendre leur dernier tweet provocant. Et pour cause. 


Marion Rousset
2020-07-11

À l'école, le début d'une nouvelle récré

Dans les cours de récréation, le football et les garçons prennent toute la place en reléguant les filles dans les marges. Mais des écoles repensent leurs espaces pour plus d'égalité et de mixité.


>> tous les épisodes du thème "Cultures football"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)