auteur
Christophe Kuchly


Dé-Manager, qui parle dans Vu du Banc et écrit pour l'AFP et dans La Voix du Nord.


Du même auteur

> article précédent

Revue de stress #161

Le journal du jeu #10 : les failles mancuniennes et le renouveau du Bayer

Et toujours aucun match nul pour Tottenham... • United: des victoires et des problèmes • Leverkusen: changement de cap

Partager

  

Dans un football de plus en plus inégalitaire mais loin d'être linéaire, chaque semaine offre son lot d'enseignements plus ou moins anecdotiques. Tour d'horizon de téléspectateur.

 

* * *

 

Manchester Disunited

La blague de la semaine vient d'Angleterre. Paul Ince, désormais consultant sur BT Sports après une carrière d'entraîneur plus que mitigée, a assuré qu'il aurait pu redresser Manchester de la même façon que le fait actuellement Ole Gunnar Solskjaer. Avant d'ajouter, le lendemain, que ce n'était pas tant pour se lancer des fleurs que pour souligner que la mission était facile.

 

Sur le plan psychologique, l'ancien milieu n'a pas forcément tort. Mais United n'est pas une prison dont on a libéré les détenus. Rapidement, Solskjaer a changé le visage de son équipe sur le terrain en responsabilisant les défenseurs centraux et en incitant les latéraux à monter, recentrant ainsi des éléments offensifs dont la proximité permet de multiplier les combinaisons. En demandant de presser, aussi, ce que José Mourinho ne voulait pas.

 

 

Samedi, à Leicester, il a suffi d'ajouter les intentions au talent pour marquer le seul but du match. Après une mauvaise passe d'Ander Herrera, Alexis Sanchez et Jesse Lingard ont couru en direction de Ricardo Pereira au lieu de se replier. Sous pression, le Portugais a précipité sa relance axiale. Un contrôle et une passe en un temps de Paul Pogba plus tard, Marcus Rashford convertissait l'offrande. Simple, à condition de vouloir aller de l'avant.

 

Voilà pour le côté positif. Et, depuis fin décembre, c'est le positif qui domine, les Red Devils ayant gagné neuf de leurs dix rencontres avec des individualités à nouveau séduisantes. À commencer par Pogba, positionné proche des attaquants, dans une zone où ses qualités sortent beaucoup plus du lot que devant la défense, où la plupart des pros peuvent relancer proprement s'ils ne sont pas pressés.

 

Mais si l'affrontement face au PSG semble bien plus équilibré qu'au moment du tirage, et que la qualification pour la prochaine Ligue des champions via le championnat est de nouveau envisageable, les Mancuniens ont encore une énorme faille: la maîtrise de l'entrejeu. Car Pogba, Nemanja Matic et Ander Herrera font rarement la même chose, le premier défendant en avançant quand les deux autres se collent à la défense (voir la photo ci-dessus).

 

Le but de Rashford a en effet un côté négatif: le pressing n'ayant été suivi par personne, une meilleure relance aurait abouti à une occasion dans l'autre sens. Le risque zéro n'existe évidemment pas, mais United est trop souvent coupé en deux pour que ce soit un accident. Quand le Français veut mettre le porteur sous pression, ses deux compères se collent à la défense, créant des espaces pour que l'adversaire joue entre les lignes.

 

Peu mobiles, surtout un Matic dont le temps de réaction est en plus extrêmement long, l'Espagnol et le Serbe sont faillibles sous pression. Si l'on ajoute le mauvais jeu au pied de David de Gea, chaque situation de pressing à la perte de l'adversaire devient très dangereuse, là où la construction sur phase placée est devenue cohérente.

 

Voilà le paradoxe de Manchester, capable de maîtriser les matches sur une durée bien plus longue qu'avant en mettant le pied sur le ballon mais incapable de penser de manière unie quand il subit les événements – peut-être encore influencé par les principes travaillés pendant des années avec le précédent coach. Une équipe qui se déplie sans se replier, dont le réalisme dans les deux surfaces (et la réussite) permet de décrocher des résultats très flatteurs, mais qu'un affrontement face au bloc de l'Atlético renverrait à sa fragilité.

 

Le PSG a aussi son lot de soucis au milieu, et c'est peut-être plutôt dans les duels sur les côtés, face à des latéraux qui perdent vite leur concentration, que se jouera une double confrontation où la présence de Marco Verratti changerait tout. Sauf si De Gea décide, comme face à Tottenham, de sauver seul une équipe qui se déstructure à la moindre course croisée.

 

 

Leverkusen like a Bosz

Il y a des entraîneurs dont la plus grande force, le refus de transiger, peut aussi être la plus grande faiblesse. Des hommes qui doivent convaincre leur groupe de les suivre les yeux fermés, quitte à ce que ce soit dans le mur. Des tacticiens dont la stratégie perd en surprise ce qu'elle gagne en maîtrise et pour qui travailler un plan B serait rater l'occasion de perfectionner le plan A. Peter Bosz est de ceux-là.

 

Le Néerlandais est arrivé pour relancer une équipe de Leverkusen dont les résultats, moyens sans être catastrophiques (milieu de tableau en Bundesliga, qualification en Ligue Europa), ne reflétaient qu'en partie la médiocrité du fonds de jeu. Et le sentiment de stagnation, dans la foulée d'une pourtant encourageante cinquième place, avec autant de points que Dortmund et Hoffenheim.

 

 

Après une défaite contre Gladbach faute de réalisme (0-1) et un succès à Wolfsbourg (3-0), le nouveau venu a enchaîné en faisant tomber le Bayern (3-1). Un résultat qui récompense les intentions du Bayer, disposé dans un 4-3-3 avec les milieux offensifs Julian Brandt et Kai Havertz dans l'entrejeu. Un choix ultra offensif, presque incohérent sur le papier, légèrement assoupli quand le second s'est blessé et que Julian Baumgartlinger l'a remplacé à la pause.

 

Si Bosz n'a pas quasiment pas d'entrejeu – seul Charles Aranguiz devait protéger la défense –, c'est qu'il mène sa bataille ailleurs sur le terrain. Avec un pressing de tous les instants, symbolisé par sa règle des cinq secondes pour récupérer le ballon, cet admirateur de Johan Cruyff (sa seule idole, dont il collectionnait les articles), Louis van Gaal (pour qui il faisait 80 bornes voir les séances d'entraînement à l'Ajax) et Pep Guardiola (dont il adapte les principes) fait entrer les matches dans une sorte de quitte ou double.

 

"Quand je vois mon équipe uniquement défendre et détruire comme je le faisais en tant que joueur, je ne vais pas prendre de plaisir, disait-il au Guardian. Quand je suis sur le banc, je peux au moins faire en sorte de passer un après-midi sympathique, et donc offrir ça aux fans." Lesquels doivent aussi accepter les ratés de la stratégie.

 

Les Lyonnais, qui se souviennent de la demi-finale de C3 contre l'Ajax, savent qu'affronter un adversaire qui défend toujours en avançant et essaie de ne jamais baisser le pied amène beaucoup d'incertitude. Les Munichois, à quelques centimètres de mener 2-0 et finalement battus, auraient tout aussi bien pu gagner 4-2. Ou 2-0. Ou perdre 5-1. À Dortmund l'an dernier, la série de victoires s'était rapidement arrêtée et le coach n'avait pas passé l'hiver.

 

À l'image de Marcelo Bielsa, le danger qui guette Bosz est de tomber amoureux de ses idées. D'une philosophie qui s'adapte si peu au profil des joueurs qu'elle peut réduire leur expression et en faire des exécutants. Et créer les mêmes débats sur les choix de jeu, là où les entraîneurs sans idées pourront toujours blâmer les erreurs individuelles et une liberté mal utilisée.

 

Samedi, Leverkusen a encaissé un but sur une phase de pressing où ses dix joueurs de champ étaient dans le camp adverse (illustrée par la photo ci-dessus). Mais l'outsider a surtout su accepter de subir un peu plus en seconde période pour concrétiser des transitions. Car, dans une Bundesliga où l'on court toujours autant, savoir trouver le bon moment pour se reposer est parfois le meilleur moyen de gagner.

 

 

En vrac

Nouveau nul ridicule pour Villarreal, qui avait match gagné contre l'Espanyol avant un csc de Daniele Bonera et une frappe incroyable de Robert Rosales et dont les chances de maintien baissent chaque semaine (2-2). Comme prévu, le Betis et l'Atlético se sont neutralisés, les hommes de Quique Setien profitant d'une main de Filipe Luis pour mettre le seul but du match sur un penalty tiré tête levée par Sergio Canales (1-0). Le retour en forme de Rodrigo permet à Valence de revenir logiquement à deux points du top 5, même si un doublé de Lionel Messi a empêché de renverser Barcelone (2-2). 

 

Manchester City a encore innové face à Arsenal, mais l'absence d'ambition des Gunners empêche de savoir si le placement d'Aymeric Laporte à gauche et de Fernandinho en charnière a vraiment changé le rapport de force (3-1). Dans un match d'une énorme intensité à West Ham, Liverpool a payé cher une incapacité à défendre les coups de pieds arrêtés (1-1). Marco Reus a beaucoup raté, mais Francfort a bien donné le change contre Dortmund et bien mérité son nul (1-1). Le point Atalanta de la semaine: élimination de la Juve en Coupe (3-0), victoire à Cagliari en championnat (1-0).

  

 

Il est sorti, faites-le entrer chez vous

 

Présentation.
Pour le commander ou savoir où le trouver, cliquez.

Partager

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


La rédaction
2019-10-21

« Contredire l'idée que le 10 aurait disparu »

Pour la sortie de L'Odyssée du 10, nous avons posé dix questions à ses auteurs. Ils ont distribué les transversales. 


Philippe Rodier
2019-10-10

Real, OL : quel est le bon moment pour arriver sur un banc ?

S'il veut que son banc soit un fauteuil et non un siège éjectable, un entraîneur a intérêt à s'y installer dans le bon timing. Soit, pour le futur coach de l'OL, plutôt celui de Zidane que de Benitez à Madrid.


Les Dé-Managers
2019-10-08

“L’Odyssée du 10”, un livre au cœur du jeu

Troisième ouvrage des Dé-Managers, L’Odyssée du 10 (sortie le 24/10) propose une plongée dans le mythe et l'histoire technico-tactique du numéro 10.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"


Le forum

Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 03h20 - PCarnehan : En passant, avant de jouer Metz pour votre qualif en C1, toussa. Gardez un œil attentif sur Lille,... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 03h11 - Run : Bah, en taquinant un peu, j'ai pas vu Limoges sur le podium de L1, battre le PsG (plusieurs fois),... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 03h08 - ULF : J'ai une interrogation sur comment réagir à ce que je pense être une tentative... >>


Merlus, Tango et Friture

aujourd'hui à 02h41 - Joswiak bat le SCO : @tes fesséesIl me semble que tu as laissé échapper l'ironie de Christ.Clairement, vu l'effectif... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 02h27 - leo : dugamaniac13/12/2019 à 19h47Le problème s'était posé en Espagne mais le Barça et le Real ont... >>


Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

aujourd'hui à 00h59 - Radek Bejbl : Marcus Thuram qui fait un début de saison énorme, c'est assez fou de passer de matches... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 00h27 - forezjohn : Euh je vois pas en quoi on a été ridiculeLes 2 campagnes précédentes on est éliminés par MU... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h11 - Espinas : Carrément espinas.cdf at gmail point com >>


Oh mon maillot

13/12/2019 à 23h46 - cachaco : Info sortie par Le Parisien il y a quelques jours: Leonardo serait personnellement intervenu pour... >>


In barry we trust

13/12/2019 à 23h37 - JL13 : Vaut mieux suivre les U21 champions d'Europe............bon, je prêche pour ma paroisse.. >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)