auteur
Le Feuilleton de la Ligue 1

Du même auteur

> déconnerie

Lettre à (la) France

> article précédent

King size ou King con ?

La Gazette > 22e journée

Bouleversée par les déboires lyonnais, la Gazette a sauté un épisode mais n'a pas lâché le fil de l'histoire.
> Le Classement en relief
> Les gestes de la journée
> La Bannette
> Deux centimètres de détente verticale
>
Sans et hors>
L'envers du championnat
Partager
Les Lensiens ayant progressé à la vitesse de la voiturette de Gervais Martel, ce sont leurs voisins lilliens qui profitent d'une belle semaine pour pointer leur pomme de dauphins. Les Sochalistes marquent le pas, laissant Marsiliens et Saintétiennois les devancer.

Tandis que Rennards et Lorientés se propulsent, à la faveur de deux victoires, sur le gros bourrelet du ventre mou, les Nancistes effectuent un terrible surplace avec autant de défaites. Bordixiens et Toulouseurs restent placés, en tête de ce peloton dont les Auxerreux ferment la marche.
Les Montécharlots s'intercalent avec les Valentiniens, laissant à distance un arrière-train composé des Lutéchiens, des Troysièmes, des Nantois, des Nissards et des Sedamnés.


classement_0607_22.jpg


Les résultats de la journée
Le Mans-Marseille : 2-0
Auxerre-Nancy : 2-0
Rennes-Valenciennes : 1-0
Lens-Saint-Étienne : 3-3
Lyon-Nice : 1-1
Toulouse-Troyes : 1-1
Paris SG-Sochaux : 0-0
Nantes-Lorient : 0-2
Sedan-Monaco : 0-1
Bordeaux-Lille : 0-1



Les gestes de la journée

> le déboulé de Jallet sur son aile droite, alternant une-deux avisé et percussion autoritaire pour se débarrasser de sept Nantais en offrant le premier but lorientais à Gignac.
> le lob en pleine course d’Abriel aux dix-huit mètres côté gauche, face à l’ex-(futur?) gardien des Bleus.
> le lob en pleine course de Kone aux dix-huit mètres dans l’axe, face au (futur-ex) gardien des Bleus.
> la vivacité de Govou avant de donner une offrande à Baros, qui, effectivement, va plus vite que Carew pour tacler un ballon dans les buts.
> la déviation de gardien de hand réussie en fin de match par Riou sur une bonne frappe d’Oliech.
> la tête renversée ni super belle ni super volontaire de Barbosa, mais qui fait tellement plaisir après la longue galère traversée par le néo-Troyen.
> la déviation de l’extérieur du pied victorieuse d’Arribagé, dos au but, mais surtout tellement statique que sa conclusion est un peu miraculeuse.
> les échanges de tennis ballon entre Fabinho et Emana : neuf touches de balle aériennes avec un seul rebond avant la volée malheureusement pas cadrée du Brésilien.
> la passe géniale de l’épaule réalisée par Gallardo dans la course de Kalou.
> les merveilleuses "Bakayoko" de Pauleta face à Sochaux.
> la Ravanelli de Camara, avec Valbuena dans le rôle de Rabesandratana.
> les sauvetages de Rafael Schmitz qui joue les Jack Bauer de service face aux attaques bordelaises.
> la note de 14,25 SMSisée par les télespectateurs de Canal à la fin de Lens-Sainté, qui relance l'éternelle question: mais qui peut donc bien être assez con pour claquer 0,50 euro en envoyant une note incongrue pendant les matches de Canal?



La Bannette

La sortie tardive des vestiaires
José Pasqualetti (AFP) : "Je ne peux leur reprocher qu'une seule chose : leur absence pendant la première minute du match".

L'aveu
Bernard Mendy (lequipe.fr) : "Il ne faut pas en vouloir aux attaquants".

L'entraîneur qui veut garder son président
Paul Le Guen (Reuters) : "Il faut surtout se dire qu'il ne faut pas changer de direction".

Le kaiser saucé
Gérard Houllier (lequipe.fr) : "Nous n'avons plus le même liant".

L'entraîneur qui ne veut pas payer les pots cassés
Ricardo (AFP) : "On a perdu une belle occasion de recoller".

L'hommage à la prime de victoire
Frédéric Hantz (L'Équipe) : "Le métier d'entraîneur est très enrichissant dans ces moments-là".

Le néo-Lillois qui veut accélérer la construction du grand stade
Ludovic Obraniak (AFP) : "Je suis vraiment content d'avoir pu apporter ma pierre à l'édifice".

La solidarité avec Olivier Rouyer
Jean-Marc Furlan (L'Équipe) : "Des fois, on a du mal à expliquer le foot".

L’application pas très réussie des méthodes lyonnaises
Pablo Correa (AFP) : "J'ai le sentiment qu'on a lâché le match en cinq minutes. Ces cinq minutes nous ont été fatales. Je ne sais pas à quoi est dû ce relâchement. Cela fait trois-quatre matches qu'on commet des erreurs qui nous coûtent le match".

L'équipe fantomatique
Gérard Houllier (L'Équipe) : "L'esprit est toujours là".

L'éloge modéré
Pauleta (AFP) : "Il y a des ballons que l'on ne peut pas louper". Effectivement, Teddy Richert n'a pas eu trop de mal à les capter.

La lutte contre l'éjaculation précoce
Frédéric Hantz (AFP) : "On verra en février si le groupe a grandi dans sa gestion des émotions".

Le point de vue
Alain Perrrin (L'Équipe) : "Je ne suis pas trop inquiet pour le PSG". C'est facile à dire quand on est entraîneur de Sochaux.

L’entraîneur qui a lu le menu de la cantoche.
Frédéric Hantz (AFP) : "Je savais que ce serait haché".

Le championnat avec un œil qui dit merde à l’autre
José Pasqualetti (AFP) : "Ce soir j'ai envie de pleurer".
Gervais Martel (AFP) : "Je n'ai pas envie de pleurer".

Le Top "Lancement d'Ariane à Kourou"
1. Pierre Dréossi (lequipe.fr) : "Je ne tire pas de plan sur la comète".
2. Simon Pouplin (lequipe.fr) : "Nous avons toujours regardé vers le haut".
3. Antoine Kombouaré (lequipe.fr) : "On a eu du retard à l'allumage".



Deux centimètres de détente verticale

On ne va pas revenir, toutefois, sur les deux "penalties" – le sifflé et le non-sifflé, au point qu'on ne sait lequel des deux est "l'imaginaire" – du Lyon-Bordeaux de la semaine passée (21e journée). On va donc éviter de décréter où est la vérité (cette chose qui serait cachée quelque part dans les ralentis).
En revanche, les deux actions incriminées ont permis de souligner un phénomène extrêmement répandu, qui nuit beaucoup à la qualité de l'arbitrage, mais qui n'est que rarement commenté. En effet, comment ne pas s'étonner que des footballeurs surentraînés – de véritables athlètes dont la condition et les performances physiques font l'objet de soins quasiment scientifiques –, se retrouvent, comme victimes d'une paralysie des membres inférieurs, avec une détente verticale de deux centimètres dès qu'un gardien de but se prend à sortir dans leurs pieds? Si Cris n'a pas réussi à sauter un obstacle de quarante centimètres (Ramé), il avait au moins l'excuse d'avoir un match entier dans les jambes. Tandis que Jean-Claude Darcheville n'a eu besoin de que de quelques minutes pour être le sujet d'une étonnante "double syncope des chevilles", bien avant l'impact avec Rémi Vercoutre. Cyril Linette, Franck Sauzée et Gilles Veissière ont eu beau revoir l'action sous quatre angles différents, aucun de ces voyeurs professionnels n'est parvenu à percevoir ledit phénomène...

detente_verticale.jpg

Alors certes, la sortie du gardien lyonnais était totalement ratée. Au point que la balle lui est tranquillement passée au travers. Justement: si Darcheville avait daigné franchir l'obstacle, il aurait eu le but grand ouvert et tout le loisir de marquer. Mais voilà, ce genre d'attaquant a plus peaufiné ses techniques de simulation que son efficacité devant les cages. Le Guyanais, qui n'a pas réussi à inscrire plus de huit buts en championnat au cours des trois dernières saisons – en dépit de son ambition affichée de signer un dernier beau contrat dans un club anglais – semble singulièrement manquer de confiance en ses qualités de scoreur.
Il y a quand même une "morale" à cette petite histoire. L'ami Jean-Claude s'est blessé sur l'action, et a dû quitter ses camarades quelques minutes plus tard. Mais ce serait mal de se moquer du malheur des autres.



Sans et hors

Fabuleux mercato hivernal. D'une criante absurdité (voir Frais de Piquionne), il semble altérer la santé mentale des dirigeants et des joueurs. Prenons le RC Lens. Actuels troisièmes du championnat et en course pour une qualification en Ligue des champions, les Nordistes ont réalisé dimanche dernier en championnat contre Saint-Étienne l’une des prestations les plus épiques qui soient. Menés 3-0 au terme de la première période, ils sont parvenus à arracher un match nul inespéré dans les dernières minutes de la partie.
Olivier Thomert et Jussié étaient titulaires lors de cette rencontre et ont participé respectivement à 17 et 21 matches de leur équipe cette saison. C’est donc tout naturellement qu’ils ont pris la direction du Stade Rennais pour l’un (Olivier Monterrubio – joueur emblématique du club breton – effectuant le chemin inverse) et de Bordeaux pour l’autre.

Difficile de prendre décisions plus illogiques. Cette frénésie d’achats évoque les comportements de consommateurs durant les soldes, pris d’une soudaine envie d’acheter tout et n’importe quoi sous la pression des "affaires à faire". À force de s’enfoncer plus profondément dans les aberrations gestionnaires, les dirigeants français vont finir par trouver du pétrole…
Ils trouveront sans doute sur leur chemin Frédéric Piquionne, qui a finalement quitté l’AS Saint-Étienne, cinquième à deux points de la Ligue des champions, pour rejoindre Monaco (qui l'a soufflé à Lens), quatorzième à onze longueurs de la troisième place. Continuez de creuser…



L’envers du championnat
L’échéance se rapprochant peu à peu, les places sont plus chères que jamais sur le podium. Malgré sa très belle forme du moment, emmené par un Pauleta enfin efficace à la finition, le PSG reste en dessous de la ligne de flottaison.Il est rejoint par l’ESTAC, qui perd lentement pied, au profit de Nantais auteurs de la meilleure opération de la semaine. On ne serait pas inquiets pour les Troyens si leur calendrier ne s’avérait pas si piégeux : ils reçoivent en effet la lanterne rouge du championnat lors de la 23e journée, mais aussi étrange que cela puisse paraître, ils devraient être confrontés à une opposition plus relevée que prévu. On s’attend à une surprise qui n’en serait pas vraiment une.

classement_env22.jpg

Car ce début d’année 2007 est marqué par le réveil de l’orgueil lyonnais. En sommeil depuis si longtemps, il était enfoui sous un début de saison catastrophique, l’un des pires de toute l’histoire du Championnat à l’envers. Il est malheureusement déjà trop tard pour les hommes de Gérard Houllier, mais ils peuvent nourrir bien des regrets. Le constat est effectivement amer: débarrassée des nombreuses erreurs d’arbitrage et des fins de matches si malchanceuses qui avaient jonché le parcours gone depuis le début de la saison jusqu’à enterrer prématurément leurs ambitions, cette équipe s’avère redoutable.

Les Lyonnais semblent enfin avoir trouvé leur attaquant de niveau international, en la personne d'un Fred intenable. Vercoutre a très vite fait oublier Coupet, qui était tout de même un sacré handicap dans la compétition. Sous la houlette d’un entraîneur que l’on savait compétent depuis l’incroyable épopée des Bleus de 93, la voici enfin sortie de sa période noire. L’OL relève la tête avec dignité et enchaîne les performances avec la régularité du champion: un ratio de 0,5 point par match récompense leur parcours – quasi parfait depuis quatre journées. Une série pour du beurre qui a tout de même le mérite de révéler un Jean-Michel Aulas des plus sympathiques quand les résultats sont là.
Partager

> sur le même thème

La Gazette > 20e journée

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard Coudrais
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Le forum

Etoiles et toiles

aujourd'hui à 10h20 - 2Bal 2Nainggolan : MarcoVanPastequeaujourd'hui à 10h17Ben, ils peuvent plus. Ils font un avec la force, et sont donc... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 10h18 - 2Bal 2Nainggolan : Roger Cénisseaujourd'hui à 09h49Tu veux dire que Murphy fait sa loi ?(tchikaboum)---Ce serait... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 10h12 - Flo Riant Sans Son : Depuis que j'ai décidé d'essayer de rire de tout, je vois en chaque chose l'opportunité de me... >>


Manger (autre chose que) la feuille

aujourd'hui à 10h07 - Roger Cénisse : C'est l'idée de la double cuisson des frites en effet, première cuisson pour faire la couche... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 09h51 - Oh Mamm Billig : Ah ouais 'scuse. En plus y'a une sacrée gueule de bois sur le fil. J'vais faire des oranges... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 09h50 - MarcoVanPasteque : À Paris on appelle ça "se faire Ceará-kiri" >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 09h46 - lunatic XV : Tonton Danijel23/11/2020 à 20h54OLpethaujourd'hui à 13h39Jalibert il a un gros défaut, il a le... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 09h11 - El Loco Motive : Bonjour, Navré d'interrompre vos échanges hi-fi mais une bonne âme pourrait-elle me dire à... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 06h49 - Di Meco : Joie de KanuHaaland masséKaka où t'es ? >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 06h24 - Hyoga : Résultats / qualité de jeu n’est pas une séparation stricte, ils sont évidemment liés.De... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)