auteurs
C. Zemmour et Toni Turek

> déconnerie

Vol aux Cahiers

> article suivant

Petit 1998, millénaire nuit

> article précédent

Pourquoi le Brésil m'a gonflé

Cruyff 1974, la symphonie inachevée

Les héros malheureux de la Coupe du monde - Johan Cruyff et les Pays-Bas marchent sur le Mondial allemand de 1974. Avant que le destin ne leur tourne le dos.

Partager

 
Dans sa chronique dédiée aux vingt-cinq moments les plus stupéfiants de l’histoire de la Coupe du monde sur le site de The Guardian, Scott Murray qualifie le geste de "symbole durable du football total", et le décrit comme "la signature de l'un des joueurs les plus talentueux, enchanteurs et magiques à avoir jamais foulé un terrain de football". À la 23e minute du match de poule entre la Suède et les Pays-Bas, Johan Cruyff mystifie le défenseur scandinave Jan Olsson d'une feinte de centre du droit suivie d'un ballon passé derrière la jambe d'appui, puis d'une rotation à 180° pour se remettre dans le sens du but. Le tout, à une vitesse et avec une grâce inouïes. Peu importe que le centre n'aboutisse à rien de décisif. Comme l'inoubliable parcours de l’équipe néerlandaise lors de cette Weltmeisterschaft 1974, dont l'issue tournera, elle aussi, dans un sens contraire.

 

 


 


Football régal

À l'aube de la compétition, les Pays-Bas ne sont pas considérés comme favoris, contrairement au pays hôte, la RFA. En effet, le règne de l'Ajax Amsterdam en C1 a pris fin, avec notamment le départ de l'icône Cruyff pour Barcelone en 1973, le Bayern Munich commençant à rprendre sa succession. Pourtant, le football total et le fondateur Rinus Michels, alors à la tête de la sélection batave, vont marquer cette Coupe du monde en particulier – et l'histoire en général. Un doublé de Johnny Rep a raison de l'Uruguay (2-0) lors du premier match à Hanovre. Après le 0-0 face à la Suède, la Bulgarie est balayée (4-1) à Dortmund. Cruyff n'a toujours pas marqué, mais il est déjà stratège, accélérateur, insaisissable, passeur décisif comme sur ce centre tranquille et inspiré pour Theo de Jong sur le dernier but néerlandais de cette première phase.
 

En tête de leur groupe au premier tour, les Pays-Bas doivent cependant composer au second avec l'Argentine, la RDA et le Brésil, alors champion en titre. À Gelsenkirchen, l'Albiceleste encaisse également quatre buts, dont deux signés Cruyff. Le premier, inscrit à la 11e, porte une autre signature du Hollandais volant: lancé dans la surface, le capitaine de la sélection orange élève sa jambe très haut pour contrôler, puis élimine Daniel Carnevali d'un crochet intérieur, avant de pousser la balle au fond du pied gauche. La sérénité, la décontraction et la maîtrise du geste sont impressionnantes, comme sur ce centre au second poteau pour une nouvelle tête de Rep à la 73e. Cruyff achève le travail à la dernière minute, en reprenant fort du droit un ballon relâché. La supériorité technique, territoriale et rythmique est stupéfiante, et l’équipe néerlandaise, après avoir éliminé la RDA au match suivant (2-0), surclasse le Brésil de la même manière lors de la dernière rencontre (2-0), avec encore un caviar pour Johan Neeskens et une reprise dans les six mètres victorieuse de Cruyff.
 


Les Allemands pris de vitesse

Le 7 juillet, à l’Olympiastadion de Munich, la finale oppose les Pays-Bas à la RFA. On a beaucoup parlé des tensions liées au passif de la Seconde guerre mondiale, qui auraient exacerbé l'envie d'écraser et d'humilier l'adversaire germanique chez certains Oranje, tels le milieu Willem van Hanegem, laissé orphelin de père, de deux frères et d’une sœur par le conflit. Dès la première minute de jeu, alors que les coéquipiers de Franz Beckenbauer n'ont pas encore touché le ballon, Cruyff conduit le cuir depuis le rond central et se présente face à Berti Vogts. Un premier crochet très rapide vers la gauche, puis un temps d'arrêt avec un pied planté au sol, avant une seconde phase d'accélération et toujours juste techniquement. 
 

La différence est faite, les opposants pris de vitesse, la surface allemande pénétrée. Ce sera un duel face à Sepp Maier ou bien une faute, comme ce tacle de Uli Hoeness. Penalty, le premier pour une finale de Coupe du monde, le troisième du tournoi pour Neeskens qui le transforme, en force. Les Pays-Bas monopolisent le ballon. Vogts, chargé individuellement de Cruyff, est averti dès la 4e minute pour, déjà, une succession de fautes. Mais le rythme ralentit peu à peu, et le joueur du Bayern se place constamment à une frontière ténue entre le duel et la charge illicite. La RFA égalise à la 25e minute, sur un penalty dû à une faute de Wim Hansen sur Bernd Hölzenbein, puis réussit à prendre l'avantage peu avant la pause, grâce au quatorzième but en Coupe du monde du “Bomber” Gerd Müller.
 

 

Un perdant dont on se souvient

Le numéro 14 orange s'agace et proteste auprès de l'arbitre, ce qui lui vaut un avertissement à la mi-temps. On connaît la suite: en dépit de tous leurs efforts offensifs, malgré les entrées en jeu de René van de Kerkhof puis de Theo de Jong, les Néerlandais, alors menés au score pour la toute première fois du tournoi, ne reviendront jamais. Impuissance et déception accompagnent l'équipe et sa star, si exquises, si caractérielles jusque-là [1], mais au final non couronnées. Un destin qui n’est pas sans rappeler celui de la géniale Hongrie et de sa star Puskás qui, vingt ans plus tôt, avaient aussi dû s’incliner en finale contre la RFA après avoir pourtant très tôt mené au score.
 

Quatre ans plus tard, les Oranje échoueront en finale, encore contre le pays organisateur. Mais sans Johan cette fois, lui qui avait pourtant participé à la qualification. On a longtemps pensé que son absence était en réaction contre la junte militaire alors au pouvoir en Argentine, ou que son unique expérience avec la Coupe du monde avait été trop singulière, trop intense pour être reconduite. Trente ans après, Cruyff racontera une histoire bien plus troublante: quelques mois avant la compétition, il a été, avec sa famille, victime d'une tentative de kidnapping. "Pour jouer une Coupe du monde, vous devez être à 200%. Il y a des moments où d'autres valeurs priment dans la vie." Comme savoir que devenir une légende, et entrer dans les cœurs, va bien au-delà du simple fait de gagner ou perdre un match de football. Ou être “le premier joueur à comprendre qu’il était un artiste”, comme le journaliste Hubert Smeets le décrira dans un hommage à l’occasion du cinquantième anniversaire de Cruyff.

 

 


[1] Cruyff, sous contrat avec Puma, concurrent historique d'Adidas alors équipementier de la sélection néerlandaise, aura joué tout le Mondial avec un maillot à deux bandes plutôt que trois. Il y a également cette sortie nocturne polémique quelques jours avant la finale, durant laquelle les membres de la sélection auraient été aperçus en compagnie de jeunes femmes.

 

Partager

> Dossier

Histoire FC

Histoire FC


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


Paul Brown
2018-07-13

Finale 1930 : les balles du match

When Saturday Comes – Lors de la première finale de la Coupe du monde, en 1930 à Montevideo, un seul ballon fut utilisé… ou bien deux? Le choix a en tout cas fait l'objet d'une dispute entre l'Uruguay et l'Argentine. 


Richard N et Christophe Zemmour
2018-07-12

Zidane 1998, double Z au SDF

Un jour, un but – Le 12 juillet 1998 au stade de France, Zinédine Zidane marque deux fois le même but et assomme le Brésil. Le jour de gloire est arrivé.


>> tous les épisodes du thème "Histoire FC"

Sur le fil

Alerte rouge, les Bleus sont favoris - https://t.co/hR805piHrN (comment faire pour se faire peur?) https://t.co/PV7ge4c6hQ

RT @MickaCQFD: ⚽️👨🏾‍🌾Mais d'où vient le foot ?👨🏾‍🌾⚽️ De l'amusement paysan à la discipline des aristocrates anglais, enclosures et ratio…

RT @corcostegui: Les fan-zones en mode drive-in ou devant un écran plat dans le majis, les travaux pharaoniques (500 millions de dollars pa…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Toujours Bleus

aujourd'hui à 06h27 - djay-Guevara : je ne suis que joie ce soir, je ne m'en remets pas. L'image que je garderai, ce sont ces sorties de... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 05h08 - A la gloire de Coco Michel : Coupe du monde ou non, elles sont sifflées dans la très grande majorité des cas. >>


Le Ballon d'Or (ne pas le réveiller)

aujourd'hui à 03h53 - Run : FPZaujourd'hui à 00h29Vous croyez vraiment que ce sera ni Messi, ni Ronaldo ? C’est... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 01h32 - Brian Hainaut : Portnaouacaujourd'hui à 01h24-----------En fait je prenais sa défense, étant assez peu remué... >>


Ligue des nations

aujourd'hui à 01h31 - Hal 9000 : balashov2215/07/2018 à 20h28Quelqu'un a envie de réexpliquer le principe, histoire de saluer nos... >>


Oh mon maillot

aujourd'hui à 01h29 - forezjohn : le Bleu15/07/2018 à 23h00C'est quand même dommage que le maillot bleu soit aussi laid.Déjà... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 01h17 - Mevatlav Ekraspeck : Je sais, je sais...***se ressert un jus d'endive*** >>


World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 01h07 - Mevatlav Ekraspeck : Madar Kvador :Grave erreur cédéfique, tu oublies la citerne d'eau fraîche que fut Colombie... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 01h00 - Hok : A Aouar et/ou à Gouiri, qui aura 22 ans, c'est jouable.Gouiri qui entame demain l'Euro U19 avec... >>


Café : "Au petit Marseillais"

15/07/2018 à 22h57 - lunatic XV : Le médecin je sais pas Bala mais les autres ils étaient tous sur la pelouse au coup de sifflet... >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)