Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Histoire Football Club

Dis, cédéfiste érudit, raconte-moi une histoire...

  • Samba le 08/06/2010 à 01h09
    le_merlu_frisé
    lundi 7 juin 2010 - 19:51
    Ah ben merci pour tout ça.

    D'ailleurs, petite requête. Je serai bientôt en oral de Capes histoire-géo, et il arrive que des membres de jury inspirés posent des questions sur des événements d'actualité. Et on sera en pleine Coupe du Monde.

    Quelqu'un a suivi les dernières parutions d'historiens sur le thème ? (voire de géographes)


    ---------------

    DIETSCHY, Paul, Histoire du football, éditions Perrin, 2010

    Travail vraiment exceptionnel, c'est une mine d'information!

  • Lubo le 08/06/2010 à 08h29
    Tiens, je profite pour la remontée de ce fil pour signaler la récente sortie de : "Football et identité en France et en Allemagne", sous la direction d'Ulrich Pfeil, Professeur de civilisation allemande à l’Université de Saint-Étienne.

    lien

    I. Football et nation

    - Football et identité nationale en Allemagne par Wolfram Pyta
    - Une petite nation sportive ? L'entre deux guerres, miroir de l'inégal enracinement du football en France par Paul Dietschy

    II. Football et région

    - De la difficile quête d'autonomie du football sarrois entre 1945 et 1956 par Dietmar Hüser
    - Football et identité en Alsace-Lorraine (1890 - 1914) par Pierre Pirot

    III. Football et milieu

    - Le FC Schalke 04, une équipe d'ouvriers ? Analyse d'un mythe par Stefan Goch
    - Un football ouvrier dans le "chaudron" ? Le cas de l'AS Saint-Étienne(1932-2006) par Pascal Charroin

    IV. Football et ethnicité

    - Identités recomposées. Sur quelques usages contemporains du football par Nicolas Bancel
    - "Schimanski joue au football". Sport, football et ethnicité en Allemagne par Diethelm Blecking

    V. Football et les relations entres les sexes

    - Football féminin et société en Allemagne depuis 1900 par Mareike König
    - Les femmes, les football et la nation. Le cas de France de 1917 à nos jours par Xavier Breuil

    VI. Le football et la dissolution des identités au temps de la globalisation

    - Sentiments mitigés - identités multiples. Le football contemporain à l'ère de la globalisation par Albrecht Sonntag
    - La culture footbalistique au niveau local et mondial. Remarques sociologiques à propos d'un phénomène de masse par Dieter H. Jütting

    ----

    Pour l'instant, j'ai lu uniquement la partie sur l'ASSE par Pascal Charroin (que l'on connait déjà bien grâce aux interviews réalisés par charbo dans les deux derniers numéros sur l'évolution des systèmes dejeu) qui décrit en une vingtaine de pages d'abord la création de l'identité ouvrière propre au club qui se manifeste par 4 composantes entretenues au fil des années :

    - Le style de jeu : besogneux et laborieux, faisant appel, dès les années 30 et 40 à beaucoup d'étrangers de l'Est de l'Europe, venus de pays à tradition ouvrière.
    - La culture des dirigeants : patrons d'entreprise "à l'ancienne", issus du monde ouvrier et restés proches de leurs racines. Au premier rang desquels Rocher, dont les affaires ont toujours marché avec la proximité bienveillante des syndicats et du PCF local.
    - La composition socio-professionelle des supporters : les ouvriers sont sur-représentés au stade par rapport à la moyenne nationale et locale
    - L'architecture du stade et son environnement : stade britannique, refermé sur lui même où les corps s'entassent, encerclé par les cheminées des usines

    Puis sa déconstruction entamée au tournant des années 80 avec :

    - L'émergence d'un style de jeu commun, sans spécificités particulières. L'abandon de la filière de l'Est pour le recrutement de joueurs africains.
    - L'apparition de dirigeants agissant non plus comme des patrons mais comme des managers. Les patrons ne sont plus des chefs d'entreprise, ce sont des banquiers, des assureurs...
    - L'homogénéité du public disparait en même temps que disparaissent les ouvriers de la ville. Politiquement, le stade se droitise.
    - Les tribunes latérales deviennent des endroits confortables, les salons VIP apparaissent, le stade est refait en 1984, on gomme les matériaux froids (acier, béton) qui faisaient la particularité du stade, les places assises disparaissent après les nouveaux travaux pour 1998. Plus généralement, le stade s'ouvre sur la ville.


    C'est passionnant et je pense que ça devrait intéresser les nombreux fans de foot allemand qu'on rencontre ici, et aussi, le fan de foot féminin pour le chapitre 5.

  • liquido le 08/06/2010 à 13h56
    suppdebastille
    lundi 7 juin 2010 - 22:43

    Sinon c'est vrai que je trouve un peu triste (même si c'est sympa) tous ces petits bus d'Abidjan ("les gbaka") aux couleurs du Barça et que dans les maquis on refait tous les matches de LDC et pas ceux de l'ASEC.

    ---

    Une fois un mec blanc bien intentionné m'a dit "Abidjan, tous ces gratte-ciel, c'est pas l'Afrique". J'ai eu très envie de l'étrangler. Il lui fallait du bon sauvage, ouais ca, c'était l'Afrique. Et je me dis que le même genre de prémisse est à l'œuvre dans le commentaire qui précède. C'est quoi le problème au juste?

  • Edji le 08/06/2010 à 14h14
    C'est marrant, j'interprète de mon côté de manière totalement inverse le message de supp'.

  • suppdebastille le 08/06/2010 à 14h35
    "liquido
    mardi 8 juin 2010 - 13:56"

    Je suppose donc que tu dois être très content de voir la FIFA avec l'appui des collectivités locales SudAf virer les dames qui préparent des petits plats dans les rues pour faire place à Mac Do.
    Que le monde entier bouffe du Mac Do, c'est mieux que bouffer des plats africains arriérés.

    Ou alors j'ai rien compris à ce que tu sous-entends, si tu peux m'expliquer ce que mon post avait de condescendant, je répondrai plus longuement dès que j'ai un peu plus de temps.


  • liquido le 08/06/2010 à 15h27
    suppdebastille
    mardi 8 juin 2010 - 14:35

    Je suppose donc que tu dois être très content de voir la FIFA avec l'appui des collectivités locales SudAf virer les dames qui préparent des petits plats dans les rues pour faire place à Mac Do.
    Que le monde entier bouffe du Mac Do, c'est mieux que bouffer des plats africains arriérés.

    ---

    Je ne vois pas quel rapport il peut y avoir entre des expulsions manu militari d'activités locales et l'adoption de référents culturels nouveaux, tels que ceux que tu déplores (Chelsea, Barca, Arsenal). Pour une large part, les clubs Brits suscitent autant d'engouement parce qu'y jouent des expatriés africains. Drogba aujourd'hui, Joel Tiehi hier et Youssouf Fofana avant-hier. Et il est intéressant de constater ce que les deux derniers sont devenus. Tiehi est devenu une figure des Jeunes Patriotes, Fofana a investi dans l'immobilier à Treichville: l'un et l'autre ont réussi. Mieux, ils ont converti le capital accumulé ailleurs en activités on ne peut plus autochtones. Tu trouveras difficilement plus local que cette figure de la réussite par la mobilité géographique: si tu as discuté avec quelques jeunes Abidjanais, sans doute auras-tu entendu l'expression "partir se chercher", celle qui fait que des gamins quittent la brousse pour bosser dans l'atelier de couture d'un oncle qu'ils connaissent à peine, celle qui fait qu'on retrouve des types dans les trains d'atterrissage des avions en partance pour l'Europe, celle qui fait aussi qu'on s'engage dans des milices lorsque la situation politique nationale se débine. Cette figure-là est beaucoup plus commune que tu ne l'imagines et n'a pas forcement grand-chose à voir avec la mondialisation qui excite ta bien-pensance de gauche. Il existe même, figure-toi, des mecs qui la relient à des motifs traditionnels des mythologies africaines, tel que celui du "trickster", du filou qui tire son épingle du jeu. Il y a par exemple un beau texte de Paul Richards qui décrit que le Rambo célébré par les combattants du RUF en Sierra-Leone est typiquement sierra-léonais avant d'être américain. Après, tu peux toujours fantasmer sur une Afrique conforme à l'image que tu t'en fais, étanche aux influences du monde. Mais tu auras tout faux.

  • suppdebastille le 08/06/2010 à 16h18
    "Après, tu peux toujours fantasmer sur une Afrique conforme à l'image que tu t'en fais, étanche aux influences du monde. Mais tu auras tout faux."

    Je ne fantasme sur rien du tout, j'aime voir l'Afrique avancer mais je ne vois pas bien en quoi préférer les clubs européens aux locaux, c'est une avancée de la société ivoirienne (je peux te faire la même remarque, je trouve ça tout aussi triste de voir en France de plus en plus de maillots d'Arsenal, Barça, etc... )

    Quant au reste de ton poste, je ne vois strictement pas le rapport avec ce que j'évoquais.

  • suppdebastille le 08/06/2010 à 16h21
    "Cette figure-là est beaucoup plus commune que tu ne l'imagines et n'a pas forcement grand-chose à voir avec la mondialisation qui excite ta bien-pensance de gauche"

    Justement ma bien pensance de gauche fait qu'il y a un truc qui me gonfle particulièrement dans la mondialisation, c 'est quand tout se ressemble, du genre entrer dans une boutique et entendre une soupe musicale commerciale US quelque soit l'endroit où je suis.
    Si je te dis que j'aime bouffer un poisson braisé dans un maquis avec du riz ou de l'attiéké, tu vas dire aussi que je souhaite que l'Afrique reste au moyen-âge?

  • Tecumseh le 08/06/2010 à 17h59
    Sans vouloir me faire le messager d'un autre, je crois que ce que te dit liquido, supp, c'est que ces figures-là ne sont pas des modèles hexogènes, importés si tu veux, mais sont appropriées par les acteurs locaux, transformées, retravaillées, et donc participent pleinement à l'évolution de ces acteurs (et de ces figures, par la même occasion).

    Evolution n'impliquant pas jugement de valeur dans un sens ou dans l'autre.

  • le_merlu_frisé le 08/06/2010 à 18h04
    Merci beaucoup pour l'info sur Paul Dietschy !