Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Wiltord 2000, héros sur le tard

Un jour, un but – Le 2 juillet 2000 à Rotterdam, l’équipe de France attend la 94e minute pour se sortir d’une situation mal embarquée face à l’Italie. Le buteur, Sylvain Wiltord, confirme qu’il aime sortir tard.

Auteur : Richard N. le 26 Juin 2012

 

Le quatrième arbitre a accordé quatre minutes de jeu supplémentaires, mais trois, déjà, viennent d’être grillées. Devant le banc italien, le staff et les remplaçants sont debout, parés pour se précipiter sur la pelouse dès que l’arbitre sifflera la fin. Dans les tribunes du stade De Kuip, on agite frénétiquement des drapeaux vert-blanc-rouge. Sur le terrain, la Squadra Bianca (car c’est la France qui joue en bleu ce soir-là) mène 1-0 depuis la 55e minute, but de Marco Delvecchio après une talonnade de Totti et un centre de Pessoto. Et elle maîtrise parfaitement son sujet, sans panache mais avec pragmatisme. Le foot italien n’a pas remporté le moindre titre depuis la Coupe du monde 1982, Dino Zoff était le capitaine. Ce 2 juillet 2000, à Rotterdam, il est le sélectionneur. Plus qu’une minute et il deviendra l’homme de l’Italie qui gagne.

 

 


L’angle idéal

Une ultime attaque italienne est avortée par un coup de sifflet de l’arbitre, qui accorde dans leur camp un coup franc aux Français. Fabien Barthez sort de sa cage pour le frapper, loin devant. Aux abords de la surface italienne, David Trezeguet se détend pour dévier le ballon du haut du crâne. Fabio Cannavaro touche également le ballon de la tête, mais il ne fait que le placer idéalement dans la course de Sylvain Wiltord. Le Bordelais, légèrement décalé sur la gauche, contrôle de la poitrine, entre dans la surface, laisse le ballon rebondir le temps de trouver l’angle idéal. Puis il frappe du pied gauche. Le ballon passe entre les jambes d’Alessandro Nesta, qui s’était placé en opposition. Francesco Toldo, le gardien italien, plonge un poil en retard: il touche bien le ballon, mais ne parvient pas à en dévier la course. Il ne lui reste qu’à le suivre des yeux et atteindre le petit filet après quelques rebonds, une éternité.

 

C’est un de ces petits miracles qui font l’histoire des grandes équipes. La France, championne du monde en titre, vient de réaliser un Euro 2000 époustouflant durant lequel elle ne fut pas épargnée par la qualité de ses adversaires. Mais la finale lui a échappé, non pas qu’elle ait mal joué, mais son adversaire a mieux maîtrisé son sujet ce soir-là. Roger Lemerre, le coach français, n’est pourtant pas resté les bras croisés: il a fait entrer tour à tour les attaquants Sylvain Wiltord (58e), David Trezeguet (76e) et Robert Pires (86e), les trois mêmes remplaçants que lors de la demi-finale face au Portugal. Un choix guidé par les impératifs plus que par la superstition, et qui a doté l’équipe de France de quatre attaquants.

 


54 secondes

Peu de temps après l'entrée du Girondin (à la 58e minute et à la place de Dugarry), celui-ci est servi par Zidane et se retrouve dans la position de son futur but, pour échouer sur Toldo en oubliant Djorkaeff au second poteau. Même angle et même conclusion pour Henry quelques minutes plus tard, après un coup franc de Zidane... Les Bleus insisteront sur ce côté gauche. L’Italie est habituée à tenir un siège devant son but, comme elle l'a prouvé au cours d'une demi-finale épique face aux Pays-Bas. Les Azzurri auraient pourtant dû la boucler pour de bon cette finale, lorsque les Français se ruaient à l’assaut, laissant des espaces en défense. Une erreur stratégique face à des Tricolores qui n’ont jamais été aussi sûrs d’eux que lors de ce tournoi, avec un parcours sans doute encore plus difficile que celui de la Coupe du monde, où ils ont croisé tant d’adversaires coriaces, tant de situations différentes à régler que rien vraiment, ne semble pouvoir bousculer leurs certitudes. Alessandro Del Piero, entré à la 53e minute, s’est bien retrouvé deux fois seul devant Fabien Barthez, mais il a trop croisé sa frappe du gauche puis vu le gardien monégasque repousser sa tentative. Delvecchio, servi par Totti, ne cadre pas plus.

 

Et ce fut sans doute au moment où la France entière commençait à ranger ses drapeaux, à admettre que son équipe chérie n’était plus invincible, et qu’après tout, elle restait championne du monde, c’est à ce moment précis que Sylvain Wiltord récupéra le ballon aux abords de la surface italienne. Il ne restait plus, officiellement, que 54 secondes à jouer.

 

Les Italiens plongent leurs visages entre leurs mains ou lèvent les yeux au ciel en maudissant celui qui leur a joué ce mauvais tour. Les Français, eux, congratulent leur buteur miracle. Hormis Thierry Henry,qui préfère signifier au banc italien qu’il faut se rasseoir. Une autre histoire commence, celle de la prolongation.
 

 

 

Un jour, un but - série spéciale Euro

Panenka 1976, le penalty de velours
Arconada, naufrage au Parc
Gazza 1996, pourvu qu'on ait l'ivresse
Trezeguet 2000 : de l'or sous la barre

Réactions

  • chapoto le 26/06/2012 à 02h28
    Vous êtes bien cruels

  • Xeneise le 26/06/2012 à 03h32
    Rohhh putain les frissons !!

    Et le Trez, c'est quand même quelque chose. Il a la même démonstration de joie sur ce but qui donne l'Euro a la France en 2000 que sur les 13 qu'il a marqué avec River cette année, en deuxieme division argentine. C'est beau.

  • zx_tampax le 26/06/2012 à 08h43
    Mon pessimisme m'avait fait rater le but de Wiltord.
    J'étais sorti quelques secondes avant pour ne pas voir le coup de sifflet finale et la joie italienne.
    Ca semble être une époque révolue...

  • le Bleu le 26/06/2012 à 09h02
    Ce but était une revanche. Une revanche de 40 ans contre la lose. Contre la blessure de Jonquet, la charge de Schumacher, la défaite de 86. Contre tous les sorts contraires subis par nos clubs en Europe.

    Ce soir-là, la lose avait changé de camp et choisi celui qui avait pour culture de l'infliger sans pitié à ses adversaires.

    C'était magique.

  • OLpeth le 26/06/2012 à 09h03
    C'était le bon temps...

  • Il m harcèle de saillies le 26/06/2012 à 09h40
    C'est pas possible... Toute ma vie il va me filer la chair de poule ce match ?
    Sinon, une chose que j'avais jamais remarqué avant, sur le deuxième but aussi Nesta se prend un petit pont (sur le centre en retrait de Pirès)!

  • ocatarinabellatchictchic le 26/06/2012 à 09h58
    Rhalalala...
    J'ai jamais demandé à un Italien, mais je pense sincèrement qu'une reprise de volée dans la lunette- But en or, ça fait vachement plus mal à la gueule qu'une séance de TaB perdue.
    Quand bien même la coupe du monde.

  • José-Mickaël le 26/06/2012 à 10h08
    le Bleu
    aujourd'hui à 09h02

    > Ce but était une revanche. Une revanche de 40 ans contre la lose. Contre la blessure de Jonquet, la charge de Schumacher, la défaite de 86. Contre tous les sorts contraires subis par nos clubs en Europe.

    Oh que c'est bien dit !

    Pour moi c'est le sommet de cette époque. Je préfère l'équipe de Lemerre à l'équipe de Jacquet, même si elle perdait de temps en temps et encaissait plus de buts. D'ailleurs comme le souligne l'article, le parcours 2000 était plus difficile que celui de 1998.

    Mais bon, c'est une époque révolue, et il ne faut pas compter en revivre une de ce genre avant longtemps...

  • LLBB1975 le 26/06/2012 à 10h49
    J'étais avec des amis de mes parents dont un était d'origine italienne. Avant la fin du temps réglementaire, il est parti en douce pour revenir sourire au lèvre en cachant quelque chose derrière son dos.

    Wiltord marque.

    Il jette l'objet sur la table devant nous. C'est un paquet de mouchoir. et il nous dit : c'était pour vous mais je crois que c'est moi qui vais en avoir besoin. C'est foutu vous serez champion d'Europe...

    Et puis Trézéguet lui donna raison.

    Ce jour là, je savais qu'on paierai un jour pour tant de bonheur. Je savais que les Italiens se vengeraient. Mais je ne savais pas que cela durerait 6 ans !

  • inamoto le 26/06/2012 à 11h05
    Waouh cool cet article, ça fait toujours autant plaisir. Bien qu'ayant vu 10 fois toutes ces images je suis toujours épaté par ces deux actions, et tout ce qu'elles transpirent en émotion pour nous autres supporters.

    Par contre je n'avais jamais remarqué le fait que Thierry Henry s'est tourné illico vers le banc italien pour leur intimer de se rasseoir... C'est marrant de vivre un moment pareil et que la première pensée qui vienne à l'esprit soit non pas de sauter partour ou de féliciter le buteur mais une sorte un réflexe méchamment chambreur. Au final c'est plutôt marrant!

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.