En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Dans les cartons des Dé-Managers : #27

On arrive à la fin. Fin de saison en Liga, où le titre se jouera lors d'un dernier duel. Fin du suspense en équipe de France, alors que Didier Deschamps va annoncer sa liste. Fin de carrière pour Zanetti, Giggs et Puyol, joueurs majeurs depuis plus de quinze ans.

Auteur : Les Dé-Managers le 13 Mai 2014

 

 

Changements de dispositifs ou de joueurs, batailles philosophiques et stratégiques, échecs et réussites… Chaque semaine, les quatre Dé-Managers proposent leurs billets d’humeur.


* * *

 

Laxité et rupture d’une Liga menteuse ?

Christophe Kuchly (@CKuchly) – En cette fin de saison, c’est un peu comme si personne ne voulait aller chercher le titre de champion d’Espagne. En position idéale, l’Atlético rate, les unes après les autres, les occasions de creuser un écart définitif. Juste derrière, le Real s’est éliminé tout seul de la course en enchaînant les faux-pas face à des équipes à sa portée. Et c’est Barcelone, condamné cent fois, qui se retrouve avec les cartes en main pour se succéder à lui-même. Un épilogue improbable qu’on a pourtant du mal à imaginer.
 

 


 


La dernière impression a tendance à faire foi dans les têtes. On se souvient du dernier Ballon d’Or, verrouillé par Cristiano Ronaldo dans les dernières semaines avant le vote, notamment grâce à un barrage extraordinaire face à la Suède… où lui et le Portugal n’auraient jamais dû se trouver sans des mois de médiocrité en phase qualificative. En Liga, un sentiment similaire se fait de plus en plus prégnant, mais de manière inverse. Le moyen éclipse le bon. Tout le monde profiterait des échecs des autres plutôt que de ses propres qualités. Comme si le nombre de points marqués (89, 86 et 84 à une journée de la fin, contre 86 pour City par exemple), certes plus bas que les années précédentes, était historiquement faible.


Ce serait oublier que Barcelone, moins flamboyant que sous Pep et Tito, était encore considéré comme une très grande équipe en mars après des victoires successives face à City (2-1), Osasuna (7-0), le Real (4-3), le Celta (3-0) et l’Espanyol (1-0). Oublier, aussi, que Madrid, quasi miraculé du début de saison (victoires face au Bétis à la 86e, Elche à la 96e et Levante à la 94e, en plus d’une défaite et un nul lors des huit premiers matches), paye au prix fort des blessures et un parcours européen qui a fait de “la Décima” un concept incontournable. Oublier, enfin, que l’Atlético, également mobilisé par les échéances de Ligue des champions, a surtout manqué de réussite ces deux dernières semaines face à des équipes de Levante et Malaga solidaires et un brin chanceuses.


Alors que la dernière journée arrive, avec une finale pour le titre au Camp Nou, il faut remettre les choses en perspective: Barça ou Atléti, il n’y aura pas de champion au rabais. Au-delà de l’attirance que l’on peut avoir pour l’une ou l’autre équipe, un titre des Colchoneros permettrait de briser une série bicéphale un peu trop répétitive depuis 1984 (seulement rompue par l’Atlético de Radomir Antic en 1996, le Deportivo de Javier Irureta en 2000 et le FC Valence de Rafa Benitez en 2002 et 2004). Et l’on ne peut s’empêcher d’avoir une tendresse particulière pour Diego Simeone et ses hommes, dont le projet en construction permanente atteint sans doute, cette année, des limites structurelles qu’il faut valider en trophées.


Le contexte des matches couperet transcende toujours les rapports de force. Mais, sur un plan purement footballistique, il semble difficile d’imaginer Barcelone l’emporter. Sans solution lors des précédents affrontements cette saison, sans idées face à Elche, le club catalan ne brille plus. Face à lui se dresseront onze joueurs qui semblent possédés, et dont on attendra sans doute jusqu’au bout, en vain, qu’ils subissent l’effondrement tant prédit. Mais attention, mars n’est pas si loin.
 

 

 

L’holiste liste

Julien Momont (@JulienMomont) – À l'heure de nous lire, vous connaitrez peut-être déjà la liste concoctée par Didier Deschamps pour la Coupe du monde au Brésil. Un moment tellement attendu qu'il a droit aux faveurs du journal de 20 heures de TF1. Sur les réseaux sociaux et ailleurs, chacun défend ses favoris, et il est peu probable que l'annonce définitive mette un terme aux débats.


Dans ces échanges, les comparaisons individuelles priment généralement sur la réflexion globale d'équilibre du groupe. Or, bien au-delà d'une somme de talents, aussi indéniables soient-ils, c'est un effectif le plus complémentaire et adaptable possible que Didier Deschamps doit composer, et ce en nuisant au minimum à sa compétitivité. Le sélectionneur en a conscience, lui qui déclarait à la mi-avril qu'il ne prendrait “pas les vingt-trois meilleurs joueurs” mais “les vingt-trois les plus aptes à aller le plus loin dans la compétition ensemble”. Sans évoquer la dynamique et la vie de groupe, sujettes à nombre de palabres fondées sur peu d'éléments concrets, cette approche a des implications sur le plan tactique.
 

 


 


Une petite vingtaine de joueurs sont déjà pratiquement assurés d'être sélectionnés. Profils potentiels des dernières places à pourvoir, si l'on en croit la structure habituelle des listes de Didier Deschamps: un troisième gardien, un latéral gauche remplaçant, un milieu axial plutôt récupérateur, un attaquant de couloir et un créateur. Des éléments d'appoint, censés compléter le noyau dur de la sélection en apportant des qualités différentes. Car tout l'enjeu, sur le terrain, est de disposer d'une variété de solutions suffisante pour répondre au plus grand nombre de problématiques possibles.


La polyvalence peut évidemment être un atout dans une compétition aussi exigeante, où la blessure est redoutée. Mais les joueurs spécialisés dans un rôle, presque unidimensionnels, ont également une carte à jouer, si leur fonction n'est pas déjà couverte par le reste des appelés. Dans le cas de l'équipe de France, une véritable sentinelle dans l'entrejeu et un avant-centre de profondeur sont certains des profils à pourvoir. Mardi soir, Didier Deschamps se donnera peut-être le temps d'étudier plusieurs pistes en annonçant un groupe élargi. Et permettrait ainsi aux discussions de se prolonger encore quelques semaines.
 

 

 

On a aimé


Le maintien de Sassuolo en Serie A, acquis notamment grâce à la philosophie offensive de leur entraîneur Eusebio Di Francesco. Remplacé en janvier par Alberto Malesani, après que Pippo Inzaghi eut refusé l’offre, il a repris les commandes quelques semaines plus tard suite à l’échec complet de son successeur et réussi son pari. Mené par son trident Zaza-Berardi-Floro Flores vif et technique, Sassuolo a embêté énormément d’équipes, et c’est finalement très symbolique que la plus petite ville de l’histoire de l’élite italienne (41.000 habitants) se maintienne après un match prolifique (victoire 4-2 contre le Genoa).


Voir Carles Puyol, Ryan Giggs et Javier Zanetti sur les terrains. Leur retraite sonne la fin d'une époque pour des joueurs qui ne vivaient que pour leur club.


La confirmation du retour en forme de Jorge Valdivia. Meilleur joueur de Palmeiras dans la victoire face à Goias (2-0), le génial meneur de jeu chilien s’est montré précieux à la récupération comme dans l’animation, délivrant quelques superbes passes. De bon augure avant le Mondial.


Roberto Firmino, qui aura été exceptionnel du début à la fin de la saison, et l’a ponctuée d’une magnifique volée qui condamne Braunschweig. Cela mérite bien que la mascotte d’Hoffenheim vienne fêter le but avec les joueurs.


 

 

On n'a pas aimé

 

Le coup de coude de Giorgio Chiellini sur Miralem Pjanic. Pas le plus violent du monde, mais un de plus à ajouter au très long palmarès du défenseur turinois, qu’on rêverait de voir arrêter les coups en douce à chaque match ou presque.


Les erreurs défensives assez improbables de Sergio Ramos et Xabi Alonso, qui offrent la victoire au Celta Vigo et éliminent le Real de la course au titre. On ne peut s’empêcher de penser que les Madrilènes se sont sortis seuls de la lutte alors que la dixième Ligue des champions est plus proche que jamais.


L’invasion du terrain par des gens se revendicant du Zenit Saint-Pétersbourg, qu’on évitera d’appeler supporters, ayant entraîné l’arrêt de la rencontre face au Dinamo Moscou. Avec, en point d’orgue, ce coup de poing donné à Vladimir Granat par une personne venue des tribunes. On disait la semaine dernière tout le bien qu’on pensait de cette équipe: la situation a bien changé depuis. Si le titre reste possible grâce à la défaite du Lokomotiv, celle du Zenit sur le terrain (2-4 à la 88e) et en dehors (de lourdes sanctions à prévoir) ne grandit pas le football russe.

 

 

 

L'infographie de la semaine

 

Les dix-huit clubs européens (des huit plus grands championnats) classés en fonction du nombre de joueurs sortis du centre de formation évoluant en première division. Sans surprise, on retrouve l’Ajax et Barcelone en tête mais aussi quatre clubs français: Lyon, Rennes, Paris et Sochaux. Seule l’Eredivise fait mieux avec cinq représentants (CIES).

 

 

 

 

Les déclas


Les joueurs comme Javier ne sont pas seulement des joueurs-symboles ou des icônes qui représentent un club depuis très longtemps, ce sont également des vrais champions qui resteront dans l'histoire de ce sport de par leur comportement et leur professionnalisme et bien sûr pour leur attachement au maillot. Pupi, je t'embrasse fort et merci pour tout ce que tu as fait pour le football. Tu es une légende pour nous tous.” Francesco Totti, sur son site, rend hommage à Javier Zanetti, la mèche immobile la plus célèbre du football mondial.


David De Gea est très calme. J’en ai parlé à des amis et ils disent de Leo Messi: «C’est comme s’il ne se souciait de rien». Il marque des buts et fait comme si c’était normal. Mais peut-être que c’est une bonne chose. Il y a tellement de pression et peut-être que si vous vous dites que vous devez toujours être excellent, vous vous effondrez quand vous faites une erreur. Peut-être qu’il faut tout aborder tout ça un peu plus normalement. Je pense que c’est une qualité qu’ont les grands joueurs.” Juan Mata, qui est par ailleurs l’un des joueurs les plus positifs du football mondial en terme de communication.


Il n’y a aucun sentiment comme celui de faire une passe décisive. Quand vous donnez cette dernière passe, vous pensez: «Putain, c’est fantastique !»Xavi, poète de la passe.

 

 

 

 

La vidéo de la semaine

 

 

On est désormais familier des exploits de Diego Maradona du temps de sa splendeur. Voici une compilation d’autres moments tout aussi magiques, mais composée d’images rares et oubliées.

 

 

 

L'allégorie de la semaine


Semaine agitée au Stade rennais (2 Samuel 12:27, Production Footballallegorie).

 

 

 

L'anecdote


On est au-delà de la tendance. Alors que les entraîneurs espagnols (ainsi que ceux venus de Liga) sont de plus en plus nombreux à occuper des postes à l’étranger, souvent avec succès, les Anglais ne s’exportent pas et sont désormais en nette minorité en Premier League. Au-delà des considérations tactiques – qui méritent d’être analysées en détail –, une raison à cela: devenir coach ne se fait pas à n'importe quel prix. Le coût de la formation pour obtenir une Licence A est ainsi de 530 euros en Allemagne, 1.200? euros? en Espagne et… 5.600 livres en Angleterre, soit près de 7.000? euros?. Forcément, un tel coût dissuade et explique que la base soit moins dense qu’ailleurs. On ne compte que 1.178 titulaires du diplôme outre-Manche, contre 5.500 en Allemagne et 12.720 en Espagne.

 

 

 

Le bonus dépression


Andrei Arshavin, voyant l’absence de commentaires lors des dernières éditions des Cartons, est au fond du trou.

 

 

 

La revue de presse (presque) anglophone

 

C’est en français et c’est du très bon: récit des deux années de Marcelo Bielsa aux Newell’s Old Boys, avec des passages inédits en France issus de sa biographie.


Le pressing efficace dans un 4-1-4-1 expliqué et illustré.


Que ressent un gardien de but dans un match de football? Réponse avec deux d’entre eux.


Portrait de Béla Guttmann, l’entraîneur qui a ensorcelé Benfica.


Le mauvais sort a en revanche quitté Manuel Pellegrini, enfin débarrassé de son étiquette de loser. Et il n’y est pas pour rien.


Entraîneurs toujours, avec un portrait de Luiz Felipe Scolari, le sélectionneur brésilien, paru dans O Globo.


 

  

Réactions

  • Ô Mexico le 13/05/2014 à 05h27
    Je suis content de voir qu'on parle aussi d'équipes comme Sassuolo, dont le maintien a été un grand moment de mon week-end, notamment par son dénouement : scénario à rebondissement, hargne offensive qui faisait plaisir à voir, et longues minutes d'attente à la fin du match de tout le club pour assister au match de Bologne et décompter les secondes qui les séparaient du maintien définitif.
    Un bonheur vrai avec un entraîneur vraiment sympathique et qui n'a pas dérogé aux principes qu'il appliquait déjà en Serie B : un 4-3-3 offensif qui tournait l'an dernier autour de Berardi-Pavoletti-Boayke (aujourd'hui supersub à Elche) qui ont été avantageusement remplacé par Zaza et Floro Flores.
    Sur certains matchs, le manque d'expérience et l'excès de fougue ont été sévèrement puni (70 buts encaissés, 2e plus mauvaise défense de Serie A) mais comme avec le Rayo Vallecano, cela fait plaisir de voir des équipes tournées vers le jeu et qui sont en plus récompensées de leur projet.
    Le rappel de Di Francesco aura donc été la meilleure idée de l'année, dommage que la manière de l'évincer au mois de janvier n'ait pas été la plus élégante. Mais j'espère que Squinzi va le garder pour l'an prochain, je serai curieux de voir ce que ça peut donner (cette saison ils ont finalement pris des points contre Naples, la Lazio, la Fiorentina, la Roma et Milan).

  • et alors le 13/05/2014 à 10h23
    Personnellement, ça ne me réjouit pas vraiment le maintien de Sassuolo. Mais c'est vrai que le retour de Di Francesco avec ses jeunes attaquants (on peut ajouter Nicola Sansone) est rafraîchissant après l'échec de Malesani (pas "Masalani") et de ses coureurs de cacheton - Squinzi a quand même fini la saison avec quarante joueurs sous contrat.

    Ce maintien (à 34 points) est tout de même lié à la faiblesse de la Serie A, ou plutôt à son hétérogénéité alors que les clubs de tête battent des records. Sassuolo a la chance d'avoir trois clubs plus mauvais que lui : Livourne qui n'a rien derrière une intéressante attaque Paulinho-Emeghara-Greco, Bologne qui ne s'est pas remis du départ de son moteur Diamanti-Gilardino et Catane qui a explosé en vol après plusieurs saisons intéressantes (alors que Palerme remonte, encore raté pour le derby). Le Chievo me paraît bien plus méritant, pour continuer à se maintenir en jouant pas mal non plus, avec bien moins de moyens.

    Sinon, il y a en Amérique du Sud aussi des anciens qui tirent leur révérence dans leur club historique : Veron, Riquelme, Heinze et Recoba (oui, ils jouaient tous encore).

  • Troglodyt le 13/05/2014 à 10h42
    J'ai cru lire que Riquelme nous enchantera une saison de plus.

    J'ai même entendu qu'il pourrait remplacer Valbuena.

  • Beubeu le 13/05/2014 à 11h27
    "Les joueurs comme Javier ne sont pas seulement des joueurs-symboles ou des icônes qui représentent un club depuis très longtemps, ce sont également des vrais champions qui resteront dans l'histoire de ce sport de par leur comportement et leur professionnalisme et bien sûr pour leur attachement au maillot."

    En fait Totti se rend surtout un bel hommage à lui même avec cette phrase non??

  • Milan de solitude le 13/05/2014 à 11h41
    Bien que le niveau des chroniques soit très inégal, cette rubrique me plaît beaucoup.
    Pourquoi ne pas nous offrir un florilège de la saison la semaine prochaine, ou la suivante, comme les Cahiers du foot en ont l'habitude après les grandes compétitions ?

  • Radek Bejbl le 13/05/2014 à 19h14
    La semaine prochaine il y aura également une édition, pour la suite on verra ce qu'on peut faire (comme je mets toujours la même énergie dedans, je saurais pas dire par exemple ce qui mérite ou non de figurer dans un florilège). En tout cas le format s'est installé et reviendra à la rentrée.

    En vrac. Pour Totti, je pense qu'il y a un peu des deux. Je n'avais pas analysé sous ce prisme instinctivement. J'ai envie de dire qu'il place Zanetti dans une catégorie avec lui, dans l'idée du "nous autres on est à part". Riquelme veut effectivement prolonger sa carrière pour quatre ans (pour Marseille j'ai plus lu Banega ou Valdivia). Quant à Sassuolo, c'est effectivement à double tranchant. C'est une belle histoire... même si elle est rendue possible par les faiblesses des autres.

  • Milan de solitude le 13/05/2014 à 19h26
    Content de savoir que nous vous retrouverons l'année prochaine.
    Je n'entendais pas florilège dans le sens d'une sélection de vos meilleurs billets, mais d'un résumé de l'année avec le même format : des commentaires de chacun de vous, ce que vous avez aimé le plus, détesté le plus, des infographies, etc., qui portent et synthétisent à vos yeux toute la saison écoulée. À votre guise.

  • Radek Bejbl le 13/05/2014 à 19h57
    Me disais aussi que c'était bizarre. D'ailleurs je sais même pas pourquoi j'ai répondu ça. Il y aura en effet des "bilans", dont la forme reste encore à définir, pour faire le pont entre la fin des championnats et le début du Mondial.

  • C. Moa le 14/05/2014 à 14h42
    Petite remarque : aucun club italien parmi les clubs avec un centre de formation efficace !

  • leo le 14/05/2014 à 16h50
    Juan-Sebastián Verón prend également sa retraite.
    Même s'il n'y a pas fait toute sa carrière, il est quand même un personnage emblématique du club d'Estudiantes.

La revue des Cahiers du football