Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Zoff 1982, la Parata

Un jour, une parade – Le 5 juillet 1982, l’Italie bat le Brésil (3-2) et rejoint les demi-finales du Mundial espagnol grâce au triplé de Paolo Rossi, mais aussi grâce à la Parata de Dino Zoff sur la tête d’Oscar, à l’ultime minute de jeu.

Auteur : Christophe Zemmour le 17 Dec 2013

 


Gianni Brera, célèbre journaliste sportif transalpin connu entre autres pour son ironie, avait demandé où étaient partis les yeux de Dino Zoff quatre ans plus tôt, lorsque les frappes pourtant exceptionnelles des Hollandais Erny Brandts et Adrianus Haan avaient éliminé l’Italie lors du dernier match du groupe A du second tour du Mundial 1978. En ce 5 juillet 1982 à Barcelone, alors que l’on joue la dernière minute et que la Squadra Azzurra mène 3-2 face au Brésil au même stade de la compétition, son capitaine a le regard bien posé sur le ballon. Et surtout, il l’a entre ses mains, bien au chaud.
 


Oscar de l’arrêt

Oscar, défenseur central auriverde monté pour tenter d’égaliser, vient de voir sa tête captée magnifiquement par le portier italien, et la qualification pour le dernier carré s’envoler définitivement. Pourtant, le coup franc d’Eder depuis le côté gauche était parfaitement tiré, enroulé ce qu’il faut. Zoff, agité avant l’exécution de la passe, place un petit mur et se déplace à petits pas sur sa ligne de but. Oscar, posté au second poteau, est laissé seul par la défense transalpine et frappe fort de la tête sans sauter. La balle part sur la gauche de Zoff.


Le gardien de la Juventus se couche instantanément et tend ses deux bras vers le cuir. Outre son côté décisif, c’est surtout la qualité de l’arrêt qui est remarquable. Au lieu de renvoyer le ballon des deux poings, ce que beaucoup de gardiens auraient sûrement fait, Zoff le bloque. La parade combine donc réflexe et maîtrise manuelle. Plus que le soulagement pour les tifosi, elle suscite le respect. Zoff a quarante ans et il vient de réaliser l’un de ses plus beaux exploits.
 

 

 


Effectuer cet arrêt – surnommé a posteriori La Parata – à ce moment-là, c’est la marque des très grands. Zoff le dit lui-même: “Je ne sais pas si c’est la plus belle parade, mais je suis sûr d’une chose: c’est la plus importante.” L’histoire retient pourtant plus le triplé de Paolo Rossi et le scénario en forme de course-poursuite entre les deux géants. Trompé par Sócrates au niveau de son premier poteau, et par Falcão sur une frappe d’en-dehors de la surface, Dino Zoff sort l’arrêt déterminant.
 


Mots doux

Il permet à cette grande équipe d’Italie de poursuivre sa renaissance après un premier tour poussif et ponctué de trois matches nuls. Plus rien ne l’arrêtera, ni la Pologne battue (2-0) en demi-finale, ni la RFA balayée (3-1) en finale. Les images de ce triomphe associent la joie de Enzo Bearzot, de son capitaine et de Sandro Pertini, tous trois acteurs, avec Franco Causio, du célèbre cliché de la partie de scopone lors du vol retour vers l’Italie, le trophée de la Coupe du monde posé sur la table.
 

 



 

Grâce à ce Mundial, Dino Zoff a noué une relation particulière de respect, voire d’affection, avec son sélectionneur et son président. Interrogé par la télévision après le match face au Brésil, Enzo Bearzot reçoit un baiser de son gardien, fou de joie suite à la victoire. A ce propos, le célèbre coach dira: “C’est un geste qui dépasse notre modestie frioulane.” Le président de la République italienne aura, lui, des mots touchants envers Zoff, lorsque celui-ci annonça la fin de sa carrière. Des mots doux qui vinrent alors adoucir “l’amertume” du portier de la Juve, battu quelques jours plus tôt par le tir de Felix Magath en finale de la C1 1983.
 

Ce trophée manquera à jamais au palmarès de Dino Zoff après l’échec de 1973 face à la tête de Johnny Rep, sur un continent dont il n’a jamais été le champion, son équipe d’Italie laissant filer l’Euro 2000 à quelques secondes de la fin face à la France. Très critiquée par Silvio Berlusconi à la suite de cette défaite, qui lui reproche alors de ne pas avoir établi de marquage individuel sur Zinédine Zidane, la légende vivante, très en colère, décide de démissionner. Quand on sait les prestations respectives du meneur de jeu français et des Azzurris en ce 2 juillet 2000, et ce sur quoi s’est joué le match, quand on connait la stature du bonhomme, on comprend qu’il n’ait plus eu envie d’entendre ce genre d’insanités.

 

Réactions

  • l'homme de la pampa le 17/12/2013 à 22h02
    Marius T
    aujourd'hui à 08h37
    - - - - -

    Ah l'immense Ray Clemence, légende liverpuldienne, malheureusement peu en réussite avec l'Angleterre, et surtout en rude concurrence avec Peter Shilton, d'ailleurs titulaire en 1982.
    Le début des 80's, une belle époque avec de grands gardiens, outre les 2 Anglais je pense notamment à Rinat Dasaev, Jean-Marie Pfaff, Jozef Mlynarczyk, Pat Jennings, Ubaldo Fillol, Thomas NKono, Joseph-Antoine Bell...

  • Tonton Danijel le 18/12/2013 à 01h05
    Jean-Luc Ettori, Jean Castaneda... ah, pardon.

  • Josip R.O.G. le 18/12/2013 à 07h51
    Je relance matitunalement d'un Jan Tomaszewski!

  • Ba Zenga le 18/12/2013 à 09h15
    ...Joël Bats.

  • l'homme de la pampa le 20/12/2013 à 08h32
    Par "anti-chauvinisme primaire" j'avais omis Joël Bats qui effectivement mérite sa place dans cette liste.
    En outre il convient certainement d'y rajouter Luis Arconada, qui valait bien mieux que sa boulette en finale de l'Euro 1984, et, bien qu'il m'en coûte de l'écrire, Harald Schumacher qui, nonobstant son exécrable réputation en France, est considéré comme l'un des meilleurs gardiens allemands avec à son palmarès un Euro (1980) deux finales de CM et un titre de meilleur gardien de l'Euro 1984.

La revue des Cahiers du football