auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article précédent

Spirit of 1882

Touré 1983, sensuel et sans suite

Un jour, un but – Il y a trente ans, José Touré s’envole au-dessus du commun des footballeurs et capture le ballon de la finale de la Coupe de France pour inscrire un but inoubliable.

Partager


José Touré tente un petit pont sur Dominique Bathenay, mais le capitaine parisien a bien vu le coup et repousse d’un tacle assuré. Le ballon flotte sur la pelouse avant d’être récupéré par Seth Adonkor. À trente mètres de la cage parisienne, le natif d’Accra a le choix. Au milieu des défenseurs du PSG, trois coéquipiers devant lui dressent une ligne aux abords des seize mètres: Loïc Amisse, complètement sur la gauche, Vahid Halilhodži? sur l’arc de cercle et, intercalé entre les deux, José Touré.
 


Plein les yeux

Cela fait quarante minutes que cette soixante-sixième finale de la Coupe de France nous en met plein les yeux. Les joueurs du Paris Saint Germain, tenants du trophée, et ceux du FC Nantes, tout récents champions de France, sont portés ce soir-là par une envie toute simple, celle de jouer au foot. Les deux équipes ont lancé le match sans attendre. D’entrée, sur un coup franc lointain, Pascal Zaremba a envoyé une frappe de mule dans la cage de Jean-Paul Bertrand-Demanes. Paris a ouvert le score, mais Nantes, à peine ébranlé, s’est mis à faire circuler le ballon et à réciter ses gammes: jeu en mouvement, circulation de balle, quadrillage du terrain, les Nantais se sont emparés du match et c’est presqu’en toute logique que Bruno Baronchelli, bien lancé par William Ayache, s’est échappé pour aller mystifier Dominique Baratelli d’un petit lob… à la Giresse.
 

 



 

Le match est d’une extraordinaire qualité. Les actions se succèdent pour le plaisir des yeux. On voit José Touré tenter un retourné spectaculaire sur un centre de Bossis. Michel N’Gom inscrire un but que l’arbitre refuse pour un contrôle du bras. Dominique Baratelli s’offrir un vertigineux plongeon aérien sur un centre d’Adonkor. Avec le recul, tout semble avoir été préparé pour le chef-d’œuvre à venir.
 


Brésilien

40e minute : Adonkor choisit d’alerter José Touré, et lui envoie un ballon aérien. En suivant ce ballon des yeux, Touré entre dans la surface, légèrement décalé sur la gauche. Il est suivi par deux défenseurs parisiens, Tanasi l’arrière droit et Lemoult l’arrière gauche. Le Nantais s’envole, ouvre les bras et accueille le ballon sur sa poitrine – il dit souvent que c’est son geste préféré. Revenu au sol, il ne laisse pas rebondir le ballon. Il le maintient en l’air d’un petit contrôle, puis lui fait décrire un arc de cercle au dessus le lui-même, échappant ainsi à ses deux adversaires tout en s’ouvrant la voie du but. Et sans attendre, Touré frappe le ballon de volée du pied gauche. Il est un peu excentré, mais il frappe juste. Le ballon passe à quelques centimètres du pied d’un Dominique Baratelli désarticulé et s’en va finir sa sublime trajectoire dans le petit filet.
 

C’est une explosion de plaisir qui secoue le Parc des Princes. Le public applaudit à tout rompre cet enchaînement d’une audace folle. Le banc de touche nantais s’émoustille tandis que le parisien reste béat. Les journalistes cherchent le superlatif qui correspond le mieux à cette arabesque. À la télé, les ralentis défilent, et le commentateur ordonne: "Messieurs, des buts comme ça, on en redemande!"



Sans suite

Un mois plus tôt, le Nantais avait déjà régalé le stade parisien lors de sa première sélection en équipe de France, où il ponctua d’un but de félin une victoire éclatante des Bleus face à la Yougoslavie (4-0). Pour son élégance et son aisance technique, associées à sa peau mate et au maillot jaune de son club, José Touré est fréquemment surnommé le Brésilien. La presse ne résiste pas au plaisir de l’imaginer évoluant aux cotés des Socrates, Zico et Falcao, inoubliables magiciens du récent Mondial espagnol. Des chroniqueurs plus zélés se félicitent de ces touches de couleurs qui illuminent le sport français: Yannick Noah vient de remporter Roland-Garros, Serge Blanco mène le jeu du Quinze de France, et Touré, donc, annonce l’avenir du foot français.
 

La carrière du Brésilien ne tiendra malheureusement pas toutes ses promesses. José Touré illuminera bien quelques saisons encore les pelouses de l’Hexagone, mais une grave blessure en 1986 accompagnée de différents problèmes d’ordre personnel le rangeront à la marge. José Touré fait désormais partie, avec Jean-Marc Ferreri, Philippe Vercruysse ou Daniel Bravo, de la génération qui devait poursuivre la voie tracée par celle de Platini et Rocheteau, mais dont le talent a volé en éclat face aux turpitudes du foot-business des années 1980.
 

La suite de la finale de la Coupe de France 1983 n’appartient quant à elle plus au FC Nantes. L’équipe de Jean-Claude Suaudeau s’est laissée griser par son propre jeu, sans s’apercevoir en deuxième période que son adversaire reprenait le dessus. Le Paris Saint Germain inscrira deux buts et remportera la finale (3-2), l’une des plus belles de l’histoire.
 

 

 

Partager

> sur le même thème

Une lueur bleue à Buenos Aires

> du même auteur

Les footballeuses de Preston

> Dossier

Histoire FC

Un jour, un but


Richard N
2019-05-30

Francis 1979, un million le but

Un jour un but – Le 30 mai 1979, Trevor Francis marque le seul but de la plus improbable des finales de la Coupe des clubs champions qui voit la victoire de Nottingham Forest sur Malmö FF.


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-23

Solskjær 1999, le miracle du Camp Nou

Un jour un but – Le 26 mai 1999 à Barcelone, le Norvégien Ole Gunnar Solskjær achève le Bayern Munich en ponctuant le plus ahurissant final de la Ligue des champions.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Le forum

L'empire d'essence

aujourd'hui à 19h24 - leo : Renault arrive en F1 en 77 avec ses moteurs turbo >>


Foot et politique

aujourd'hui à 19h17 - Tricky : Metzallicaaujourd'hui à 17h09Pendant ce temps le chairman Mr Bercow refuse un vote oui/non au deal... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 19h07 - Milan de solitude : Cessez de blasphémer, un peu. >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 18h40 - Lucho Gonzealaise : Voilà sehwag, tu as tout bien résumé. Encore une fois, revoyez l'action qui amène le poteau de... >>


Manette football club

aujourd'hui à 18h35 - Seven Giggs of Rhye : Merci pour les retours les gars. C'est en cours de téléchargement, je ferai un retour quand... >>


Messages de service

aujourd'hui à 18h01 - Troglodyt : Modérez votre déception quant à l'absence de réactions au sujet de la revue, peut-être que... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 17h44 - forezjohn : Apparemment ils se sont déjà engueulés pendant le match, à propos des relances de notre CRS... >>


Pharmacie Football Club

aujourd'hui à 16h50 - Cris CoOL : Cela dit, si l'on fait courir les athlètes pieds nus, il n'est pas dit qu'ils perdront au change. >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 16h06 - AKK, rends tes sets : Oui, évidemment qu’il est valable, mais la règle n’est pas l’esprit pour les hors-jeu (ce... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 15h46 - Kireg : Gilles et jeuneaujourd'hui à 11h24----En répondant point par point à ton texte, je ne pense pas... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)