auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Drôle de fair-play

> article suivant

Sous la Coupe de Memphis

> article précédent

Zozo et Roro dans un bureau...

Stade malaise

Deux ans après "Papa Blog", le site "Passion Malherbe" a mis fin à ses activités, découragé par l'état d'esprit qui règne au sein de son club favori, le SM Caen. Drôle d'ambiance en Basse-Normandie.
Partager
Le Stade Malherbe de Caen avait à peu près tout pour cultiver l'image d'un club sympa. Loin des turpitudes du "haut niveau", des clasicos et des crises automnales, il aurait pu être le club du professionnalisme à visage humain, ou quelque chose du même genre. Un club qui serait la fierté de sa région, et qui drainerait nombre de supporters fidèles et présents à tout instant, aussi bien lorsque l'équipe joue les premiers rôles (en Ligue 2) que lorsqu'elle se bat pour le maintien (en Ligue 1).


smcaen_logo.jpgQui ose faire de l'esprit?

Il semble pourtant que le club normand ait choisi une autre voie. Celle des chiens de garde. À Malherbe, on fait régner l'ordre et on exige le respect. Le club normand a en effet pris le parti de "maîtriser sa communication". Sur internet, il dispense les bonnes informations à travers un site officiel qui se veut être la voix du club, unique et indiscutable. Seulement, bien d'autres sites existent sur la toile qui traitent du Stade Malherbe. Comme partout ailleurs, ils sont l'œuvre de supporters dévoués, et proposent un contenu souvent plus intéressant. Tout irait bien dans le meilleur des mondes si ces sites se contentaient de résumer les rencontres de l'équipe. Mais ces amateurs ont le toupet de donner leur avis, de critiquer les choix de l'entraîneur, d'égratigner les joueurs, voire de faire porter au club la responsabilité d'une défaite! Pire, certains font même de l'esprit.

Début 2007, déjà, le club normand avait défrayé la blogosphère avec l'affaire "Papa Blog" (lire "Scandale à la papa"). Quatre jeunes supporters caennais s'étaient inspirés du célèbre Petit José pour le cuisiner à la sauce normande et brocarder l'entraîneur de l'époque, Patrick Parison. Si, du côté de Marseille, José Anigo avait su la jouer fair-play en riant des mésaventures du personnage qu'il avait inspiré, on se montra nettement moins enclin à sourire sur la côte normande. L'entraineur caennais, ainsi que son mentor Franck Dumas, manifestèrent leur agacement... en déposant une plainte. Les blogueurs, surpris et effrayés, mirent aussitôt fin à la farce. Franck Dumas avait conclu sans la moindre honte: "S'ils ont peur, ils ont raison d'avoir peur" (lire "Fermez-là quand je l'ouvre").


Mon avocat sur ton site

Deux ans plus tard, c'est une nouvelle histoire de fermeture de site qui attire l'attention sur le club caennais. Passion-malherbe.com, un site indépendant très visité, affiche fin octobre un message d'adieu d'Aline Chattel (à retrouver dans le cache de google), la principale protagoniste du site. Celle-ci explique qu'elle part se consacrer à de nouveaux projets. Mais une interview édifiante sur le site de So Foot (1) montre qu'elle a également été vaincue par l'étrange mentalité qui règne au sein du club normand. Quelques extraits de l'interview laissent pantois:
À la fin de l’entraînement, Dumas vient me voir et il me demande "C’est bien vous, Aline ? – Oui, c’est moi. – Vous ne manquez pas de culot de venir photographier les joueurs aux entraînements alors que vous les incendiez sur votre site. Je vous interdis d’assister aux entraînements".

Un autre extrait, concernant cette fois la star de l'équipe reléguée en 2009, donne le même sentiment de gêne:
Je vais voir Savidan qui venait de sortir des vestiaires. "Ah non, pas d’interview" me dit-il (...) je lui explique ma démarche et il m’a juste répondu "Mon avocat surveille votre site et a relevé plusieurs messages, faites attention".

Si les propos de l'entraîneur caennais ne surprennent plus grand monde, ceux de l'international français (une demi-sélection, deux papinades ratées) ne manquent pas d'étonner. Faut-il croire que tous les joueurs professionnels se paient des avocats pour rechercher un mot de travers dans les forums de supporters? Ou n'est-ce, comme on l'espère, que l'expression d'une paranoïa aigüe née de relations difficiles avec la "vraie" presse?


Contre leur camp

Les pressions directes ou indirectes exercées par le SM Caen ont ainsi contribué à décourager et, in fine, faire disparaître deux sites de supporters... Cela n'a rien de glorieux. Cela confine même au ridicule tant on sait que ces webmasters indépendants n'ont pas vraiment la possibilité matérielle de se défendre. On reste surtout étonné par le fait que des protagonistes du foot professionnel, prospères et privilégiés, puissent prendre ombrage de propos contenus dans des pages web réalisées par des gens comme vous et moi. Voilà bien l'éléphant effrayé par une souris.

Les sites indépendants, les forums et les blogs sont animés avant tout par la passion de leurs auteurs. Ils sont bons ou mauvais, mais ils participent à la vie de leur club, transmettent son histoire et sa culture. On peut ajouter, cyniquement, qu'ils participent gracieusement à la promotion de l'équipe, du match à venir et des maillots disponibles en boutique. L'énergie dépensée à les faire disparaitre témoigne bien de la courte vue des professionnels du football. Le plus inquiétant est que ceux-ci n'hésitent pas à brandir la menace judiciaire pour parvenir à leur fin. C'est sans doute l'air du temps qui veut que les tenants du moindre pouvoir n'hésitent pas à s'en servir, au mépris de la plus élémentaire des libertés d'expression.


(1) Lire l'interview "RIP Passion Malherbe, entretien avec Aline Chattel".
Partager

> sur le même thème

Luxe sonore

> du même auteur

Blanc 1998, le but en Nord

Les médias et les journalistes


Mark Sanderson
2018-03-05

Le vestiaire doit-il garder ses secrets ?

When Saturday Comes – La Premier League n'a jamais eu de Charles Biétry pour envoyer des caméras dans les vestiaires. Mais elle s'interroge sur la possibilité d'ouvrir plus grand leurs portes. 


Jérôme Latta
2018-03-01

Netflix tombe dans le jeu de la Juve

Loin de sa promesse d’entrer dans "l’intimité" d’un club de football, la docu-série de Netflix sur la Juventus reste en façade de l’institution, et au service dune marque internationale désincarnée.  


Jérôme Latta
2018-01-02

Unes de L’Équipe en 2017 : du football et des hommes

Une Balle dans le pied – L'étude des 364 unes du quotidien sportif en 2017 indique l'hégémonie du football sur les autres disciplines, celle du PSG sur les clubs de foot, et la faible présence du sport féminin.


>> tous les épisodes du thème "Les médias et les journalistes"

Sur le fil

Les gilets oranges ont bien bloqué la France.

RT @CKuchly: Après un match comme ça, il n'y a plus de patriotisme. On se lève, on applaudit, et on part s'acheter un maillot de Frenkie de…

Les Football Leaks 3 révèleront que la France et les Pays-Bas s'étaient arrangés pour reléguer l’Allemagne.

Les Cahiers sur Twitter