auteur
Pierre Martini

Du même auteur

Comment se faire éculer

En moins de quatre minutes, le "Buzz" du Canal Football Club enfile les clichés comme un ministre de la Culture les erreurs de communication.
Partager
Nous devons présenter nos excuses à Canal Football Club et à ses responsables éditoriaux. En critiquant la séquence "Le Buzz" dans un article récent ("Liberté d'éructation"), il nous avait bêtement échappé qu'elle constituait littéralement un cas d'école, un exercice destiné aux écoles de journalisme, grâce auquel les élèves apprendront tous les travers que leur futur métier requiert. L'épisode de dimanche 18 octobre l'a bien montré, avec une accumulation forcément délibérée de ces bricolages intellectuels et de ces pensées pré-pensées auxquels les apprentis journalistes doivent se former.

Trois minutes trente de pure démonstration, une leçon en sept points.

ecule_2.jpg

1. Choisir un sujet éculé et faire semblant de le mettre en question:
"Paris SG, inéluctable crise d'automne?"


2. Commencer avec une entrée dramatique sur fond de musique angoissante, en additionnant les poireaux et les carottes dans un style de rédaction de troisième:
"Sur le Camp des Loges cette semaine, les premiers froids d'octobre. Hoarau à l'écart, Erding au ralenti, signe d'une attaque décimée. Peguy Luyindula au sol, terrassé par un jeune coéquipier aussitôt viré de l'entraînement. Tout cela n'a rien de très rassurant. Au-dessus de ce club, qui passe si vite d'un excès à l'autre, du blanc au noir, planerait-il une vieille habituée des lieux? [crescendo dramatique de la bande-son] La crise d'automne" (1).


3. Interroger des personnes qui sont parties prenantes du problème, afin d'être sûr de ne pas avoir de recul. Les laisser avouer qu'ils parlent d'un phénomène qui est largement une vue de l'esprit:
• Jérôme Touboul (L'Équipe) : "C'est pas un phénomène scientifique qui fait qu'on peut être certain chaque année que le PSG sera en crise pendant l'automne. Mais bon, ça s'est produit suffisamment de fois ces quinze dernières années pour qu'on y voie parfois un peu un clin d'œil de l'histoire".


4. Passer du coq à l'âne et d'un marronnier à l'autre en embrayant sur les "tentations" parisiennes qui dévoieraient les joueurs.
"Et si la crise venait de l'air de Paris, qui peut transformer n'importe quel joueur, même le plus sage [image de Ronaldinho]?" L'expert digresse. Jérôme Touboul: "Pour peu qu'il y ait un bon début de saison, par exemple, il est courant que les joueurs prennent la grosse tête".


5. Passer de l'âne à la chèvre et du deuxième marronnier au troisième en embrayant sur la "pression" parisienne qui dévorerait les joueurs.
"Autre explication, la pression des supporters, des médias. Malgré les blessures, inévitables après deux mois de championnat [images de banderoles et de graffitis], les Parisiens n'ont pas de droit à l'erreur".

ecule_1.jpg
En gage de crédibilité, l'expert sera placé sur fond de pelouse.

6. Interroger des personnes qui sont parties prenantes du problème, afin d'être sûr de ne pas avoir de recul. Les laisser avouer qu'ils parlent d'un phénomène qui est largement une création de leur esprit:
• Arnaud Hermant (Le Parisien) : "Au Paris Saint-Germain, il y a souvent un problème de temps. On tente des projets mais on laisse pas mûrir [image de Charles Biétry]. Les médias sont tout de suite, et nous les premiers, en émoi. On s'interroge, on dit 'Ouh là là qu'est-ce qui se passe, est-ce qu'il ne va pas y avoir quelque chose?' et voilà".


7. Revenir sur la lubie de départ pour faire croire qu'on ne parle que de ça depuis le début, en insistant bien afin de l'aider un peu à se produire (2).
"Ils en sont loin, c'est vrai. Mais échapperont-ils au syndrome? Depuis ce match contre Lille fin août, les Parisiens n'ont plus gagné. Trois nuls, une défaite à Monaco [image de Grégory Coupet]. Même si le club paraît plus stable que par le passé, méfiance".


* * *


"Et voilà", comme dit l'autre. On ne sait toujours pas si le PSG est plus sujet que d'autres clubs à un creux dans ses résultats automnaux (pour savoir cela, il faudrait se fader des statistiques et risquer de parvenir à une vérité décevante), ou bien s'il est juste meilleur sujet que d'autres clubs pour des journalistes ne reculant devant aucune porte ouverte et n'hésitant pas à traiter d'un phénomène avant même qu'il se produise.
 

(1) Non, vous n'êtes pas devant Stade 2.
(2) Imaginez le bordel si la notion de prophétie autoréalisatrice (une prédiction ou une croyance tellement martelée qu'on finit par la faire advenir) était enseignée au CFJ, selon la définition du sociologue Robert K. Merton: "C’est, au début, une définition fausse de la situation qui provoque un comportement qui fait que cette définition initialement fausse devient vraie". Les joueurs interrogés dans le reportage de Canal+ l'expriment très bien: "Si vous pensez à la crise au PSG, ça veut dire que vous êtes foutus" (Sylvain Armand).
Partager
>> dernière réaction : «.» / 27/10/2009 à 14h16
>> voir les 20 réactions

> déconnerie

Dégrillage

> sur le même thème

Vol à l'étalage

> du même auteur

L'heure bleue

Les médias et les journalistes


BIG
2020-02-03

Extension du domaine de la ligue

Il n'y a pas si longtemps, le football ne cochait pas toutes les cases de notre emploi du temps: il fallait l'attendre, et se résigner à son absence chronique. 


Jérôme Latta
2020-01-10

Si la Ligue le dit, est-ce que c'est vrai ?

Minichro – Réussir à transformer des chiffres partiels, biaisés et peu probants sur la fréquentation en triomphe pour la L1, c'est le pari relevé par un article de L'Équipe


Rémi Belot
2019-12-10

« On était au début des années 2000, c'était nouveau, ça parlait de foot »

Faro, dessinateur qui a été de l'aventure du mensuel des Cahiers, travaille aujourd'hui pour L'Équipe ou France Football. Il nous parle de l'évolution du dessin de presse dans le sport.


>> tous les épisodes du thème "Les médias et les journalistes"

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 18h56 - O Gordinho : Les explications psychologisantes, les calculs de matches joués, les réflexions sur la pertinence... >>


La Ligue des champions

aujourd'hui à 18h50 - Yul rit cramé : Dans la formule actuelle, 4 pays, ça nécessite un sans faute du gros 4, ça paraît donc assez... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 18h36 - Gouffran direct : Dit l'âne. >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 18h34 - L'amour Durix : Lyon n'aime Messiaujourd'hui à 17h38On se moquera moins des dirigeants du Barça quand ceux du PSG... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 18h18 - 2Bal 2Nainggolan : Biclette....Après Jakobsen au sprint hier devant Viviani (toujours aucune victoire cette saison,... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 17h57 - Roy compte tout et Alain paie rien : Les pneus non, mais la géométrie du train avant a un impact aérodynamique sur la voiture. Le... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 16h52 - OLpeth : Sens de la dérisionaujourd'hui à 16h44OLpethaujourd'hui à 16h14Ben ça fait quand même quelques... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 16h44 - Mallardeaufraiche : Un couteau Suisse... Enfin si j'ai bien compris, l'Helvétie pour lui c'est son terrain de jeu,... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 15h27 - Le génie se meurt ? Ah mais l'mage rit : Je relance le... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 12h58 - Tonton Danijel : Certes, surtout en année olympique (le seul titre qu'il lui manque, en individuel du... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)