> déconnerie

357 Magnum

> article suivant

Revue de stress #120

> article précédent

De buts en Blanc...

15 raisons de préférer le rugby au foot

C'est le moment où jamais de retourner son maillot. Extrait du #23 des Cahiers du football (avril 2006).
Partager
• « I will survive » est bien plus drôle chanté avec l’accent de Bernard Laporte qu’avec celui d’Aimé Jacquet.

• Les joueurs ne se cachent pas pour prendre de la créatine.

• Lyon est un club insignifiant.

• Les Italiens sont bons perdants et les Allemands ne gagnent jamais à la fin.

• On peut se retrouver au milieu des supporters adverses avant pendant et après le match, et boire un coup quand même.

• Ils restent solides sur les fondamentaux : fourchette dans les yeux pendant le match, coup de fourchette solide après le match.

• Parce que jamais les singeries de buteur n’égaleront les frissons d’un haka néo-zélandais.

• Il donne l’occasion d’entendre au moins une fois par an le plus bel hymne national au monde: Flowers of scotland.

• Le président de la Ligue professionnelle est une légende du jeu et pas un avocat énarque et moustachu.

• Le trophée national est un bouclier, pas un ridicule boulon post-moderne.

• L’extrême droite ne vient pas draguer les moins de dix-huit ans dans les tribunes.

• Rives est plus crédible en casque d’or que Rothen.

• Gilles Verdez n’écrit pas dans le Midi Olympique.

• Contrairement à Roland, Roger Couderc a pris sa retraite à temps.

• On peut enfoncer les doigts dans les yeux de ses adversaires en toute impunité.

bw_footrugby4.jpg

> retrouvez les 15 raisons de préférer le foot au rugby
Partager

Déconneries


Kireg
2017-10-20

Parodie de football

"Je ne vais pas aller sur les réseaux sociaux, ce sont les gens qui ne travaillent pas qui passent leur temps sur les réseaux…" a dit Christian Gourcuff. Véridique? Plongée (caricaturale) au coeur du Stade rennais.


@Hinho
2017-08-21

"Cette année, c'est la bonne !", chronique rennaise

Chaque club construit sa légende avec ses propres moyens. Pour le Stade rennais, c'est celle de ses échecs, une épopée de déboires sans autre consolation que la certitude d'être unique. Éphéméride rouge et noir. 


Antoine Seignez
2017-08-13

Mbappé allait changer le monde

Dans un bar, rencontre fantasmée (?) entre un journaliste et l'attaquant que le monde s'arrache. Et s'il n'avait pas les ambitions qu'on lui prête et voyait la suite de sa carrière autrement?


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"

Sur le fil

Que vaut réellement l’OL de Génésio? - https://t.co/yhFxTQf90w

Notre supporter rennais, @Kireg_Norpe, poursuit sa thérapie. Et balance son Erminig. "Parodie de football" -… https://t.co/HQ4vEgGSoV

Eh bien c’est une très belle Revue de stress, dites donc - https://t.co/Q3dkZXsJmG https://t.co/mi9tQg1BoP

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

No country for old Maine

"Sans Rivière à Angers." (lequipe.fr)

Kanté pas dans le disert

"Kanté a laissé un vide." (lequipe.fr)

La lettre du QI moqué

"La lettre émouvante de Cristiano Ronaldo à propos de son enfance." (lequipe.fr)

Kylian aime bipper

"PSG : C’est quoi la montre de Kylian Mbappé ?" (sportune.fr)

Joueur dudit manche

"Une star du porno sponsorise un club de district." (footamateur.fr)