auteur
Pierre Martini

Du même auteur

> article suivant

Delta 1000, balle populaire

> article précédent

De vilaine manière

Un cas d'école

La main d’Henry a abusé l’arbitre, ce n’est pas une raison pour se laisser abuser par l’arbitrage vidéo, une nouvelle fois présenté comme la solution miracle. France-Irlande montre le contraire.
Partager
La main d'Henry, un cas d'école en faveur de l'arbitrage vidéo? Bien sûr, puisque cette faute non sanctionnée, en plus d'avoir été décisive durant une rencontre à très fort enjeu, est incontestable et que les images attestent d'une défaillance de l'arbitre, qui a pris la mauvaise décision. C'est donc le genre de situation dont se saisissent les partisans de la vidéo et leur suiveurs, avec pour argumentation: "Alors, vous voyez bien..." On notera parmi eux la présence de Jacques Attali ("Il faut en venir à l’arbitrage vidéo, qui réglera ça") ou de Frédéric Lefebvre, inévitable porte-parole de l'UMP: "Les Français n'ont pas à être mal à l'aise après le match d'hier. Il y en a un qui doit être mal à l'aise, c'est Michel Platini, qui a toujours refusé la vidéo" (1). Pour Alain Finkielkraut, c'est tout aussi clair: "La preuve est faite que [la vidéo] est absolument nécessaire. (...) Le public est infaillible et le public constate les fautes des arbitres". Autre intellectuel de plateau, Pierre Ménès n'a pas manqué de crier sa foi en la vérité jaillissant des images: "Avec la vidéo, tu sais. Ça dure cinq secondes. Main. Terminé".


Et les autres actions ?

Personne ne niera que les images permettent régulièrement de constater une faute qui a échappé à l'arbitre. Mais s'il s'agit d'appliquer l'arbitrage vidéo, il faut décider a priori de ses modalités d'application et considérer tous les cas de figure auxquels il s'appliquerait – pas seulement ceux qui, a posteriori, font l'unanimité. Ainsi, imaginons qu'un ou plusieurs arbitres postés devant des écrans et ayant à disposition des batteries de ralentis aient eu à intervenir au cours de ces barrages entre l'Irlande et la France. Il leur aurait aussi fallu juger bien d'autres actions litigieuses, parmi lesquelles les interventions dans la surface de Given sur Évra (au match aller) ou sur Nicolas Anelka (au retour). A propos de cette dernière, L'Équipe –peu suspect de relativisme arbitral – se perd en conjectures: "Même après visionnage de la vidéo, il apparaît compliqué de se prononcer" (2).

anelka_given.jpg

Dans ces situations cruciales mais indécidables, résolument ambivalentes – et bien plus fréquentes que les erreurs indiscutables faciles à juger –, comment feront nos arbitres vidéo pour trancher à froid dans un sens ou dans l'autre, quand rien ne fait objectivement pencher la balance? Eux ne pourront pas imiter les commentateurs de télévision qui voient ce qu’ils ont envie de voir et convertissent leurs impressions en jugements catégoriques. Qui peut croire que leurs sentences ne vont pas déclencher des scandales et des accusations encore plus outrées que des décisions prises à chaud par un homme sur le terrain? L'argument des vidéophiles selon lequel il est anormal que les arbitres ne disposent pas des mêmes images que tout le monde se retournerait contre eux: tout le monde aura les mêmes images que les arbitres... mais pas forcément la même interprétation.


La chimère d’un arbitrage sans erreurs

Revenons-en à la main d'Henry. Elle est une tricherie avant d'être une erreur d'arbitrage, mais elle était suffisamment visible pour être perçue par les officiants ce soir-là, même à vitesse réelle. Un arbitre placé derrière les buts, comme testé actuellement dans le cadre de l'arbitrage "à cinq", aurait pu être abusé lui aussi, mais sa présence aurait considérablement réduit le risque d'erreur... sans quasiment rien changer aux modalités de l'arbitrage et du jeu – là où l'arbitrage vidéo aurait des conséquences lourdes et engendrerait des effets pervers en série (Lire "Un crime contre le jeu").
En définitive, les seules erreurs d'arbitrage que permettrait d'éviter la vidéo sont des erreurs qu'un meilleur arbitrage éviterait lui aussi, à bien moins de frais. Il vaut alors infiniment mieux travailler à réduire la marge d'erreur des arbitres plutôt que poursuivre la chimère d’un arbitrage sans erreur. En d’autres termes, en football, il faudra toujours concéder aux arbitres de football le droit à l'erreur – une nécessité absolue, mais complètement oubliée aujourd'hui.


Enfin, il y aurait bien une autre méthode pour éviter les affaires du genre d’Irlande-France, si les instances du football s’obligeaient à se mettre en conformité avec la morale et le fair-play qu’elles prétendent défendre, c’est-à-dire à ne plus considérer que les tricheries (et non les erreurs arbitrales) font à ce point partie du jeu. Elle consisterait à infliger des sanctions sévères aux auteurs de trucages avérés, comme c’est peu ou prou le cas pour les auteurs de violences. Personne n'a évoqué cette possibilité au cours de la polémique, alors qu'on ne voit pas quel scandale il y aurait, aujourd’hui, à suspendre Thierry Henry pour plusieurs matches en sélection, quitte à mettre en danger sa participation à la Coupe du monde? (3) Sans remettre en cause le résultat du match, ne serait-ce pas faire quelque peu œuvre de justice, au lieu de laisser l’acte impuni (et Henry exposé à une vindicte internationale)?
Si les autorités mettaient en œuvre des politiques volontaristes, quelques jurisprudences initiales auraient rapidement des vertus dissuasives et amoindriraient les tentations. L’esprit du jeu y gagnerait, et les futurs France-Irlande rendraient des verdicts plus justes, encore soumis aux innombrables aléas du football, mais pas à une entourloupe notoire.


(1) Cette citation du “toujours bouillant” Frédéric Lefebvre a bien entendu été reprise dans un article du Figaro, signé Romain Schneider et intitulé: "Pourquoi le football a absolument besoin de l'arbitrage vidéo". L'auteur assène que si le football n'évolue pas, contrairement au tennis ou au rugby, ce n'est pas parce qu'il s'agit d'un sport profondément différent, mais à cause de "l'obscurantisme des instances du ballon rond". Aucun autre argument à signaler.
(2) "D'un côté, Given ne donne jamais l'impression de pouvoir se saisir du ballon puisqu'il s'en trouve toujours à plus d'un mètre, et la seule chose qu'il peut toucher, c'est la cheville d'Anelka. Ce dernier peut encore redresser la course du ballon. Mais, d'un autre côté, aucune image à disposition ne permet de déclarer avec certitude qu'il y a contact entre la main droite du premier et la jambe du second".
(3) Les cinq matches de suspension infligés à Djibril Cissé à la suite du France-Portugal espoirs de novembre 2003 l’avaient ainsi privé de l’Euro 2004, dont il n’aurait pu participer qu’à la finale.
Partager

> sur le même thème

On refait les règles

> du même auteur

Le retour des zombies

Les règles et l'arbitrage


Jérôme Latta
2017-12-21

Goal Line Technology, la comédie de l'année

La GLT de GoalControl, prestataire de la L1, apporte du spectacle dans un registre inattendu. Et puisque la Ligue veut faire durer la comédie, apprécions-la à sa juste valeur. 


Jérôme Latta
2017-12-07

Polémiques sur l’arbitrage : la fabrique de l’imbécillité

Une Balle dans le pied – Des arbitres auteurs de bonnes décisions ont encore été éreintés ou insultés par des commentateurs, joueurs et dirigeants. Rien d'étonnant quand on a institutionnalisé une vision stupide de l'arbitrage.


Richard Mason
2017-12-05

Quand le rouge restait dans les cartons

When Saturday Comes – Avant d'être clairement codifiés, les cartons rouges étaient une marque d'infamie à laquelle les arbitres hésitaient à recourir. Retour sur une histoire qui a connu son tournant en 1970. 


>> tous les épisodes du thème "Les règles et l'arbitrage"

Sur le fil

Vous reprendrez bien un petit peu de Gazette de la Ligue 1? https://t.co/Uvwn2rSftN

RT @LaurentFavre: En Iran, des femmes qui se déguisent, bravent les interdits et risquent la prison juste pour pouvoir entrer dans les stad…

Fumigène nouvelle génération, "sans chaleur", l'invention d'un pyrotechnicien danois - https://t.co/4dVhmjbxao

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 11h56 - Portnaouac : Et il va faire quoi le dirlo ?Menacer le gars susceptible de lui rapporter un peu de pognon en cas... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 11h47 - Pascal Amateur : Personne pour citer "The Big Red One" de Samuel Fuller ? ("Au-delà de la gloire" en VF) Avec Mark... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 11h47 - La Metz Est Dite : Très joli, Label. >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 11h45 - Tetsuo Shima : forezjohnaujourd'hui à 11h27---Mais non, comme la règle n'est pas bonne, l'arbitre ne doit pas la... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 11h40 - Brian Hainaut : Hydresecaujourd'hui à 11h32Ah tiens, moi qui me demandais ce qui était sorti de bien en rap... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 11h40 - PCarnehan : Oui, exactement. S'il n'est pas Neuer, il ne mérite pas pas non plus une réputation à la David... >>


Le Ch'ti forum

aujourd'hui à 11h38 - Brian Hainaut : C'est moi ou les courbes sont en train de se croiser entre le LOSC et le RCL d'un côté, et le... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 11h38 - beltramaxi : Y a vraiment encore un suspense insoutenable sur NDDL ? Ils envoient 455 CRS juste avant d'annoncer... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 11h20 - rockitrOM : Il va quand même falloir surveiller les blessures avant d'espérer mieux, ne serait-ce qu'en... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 11h19 - Tonton Danijel : Tsonga n'avait pas hérité d'un tableau facile mais a réussi à se débarrasser de Shapovalov... >>


Les brèves


Fahrenheit 4-5-1

"Quand la température monte entre joueurs et arbitres." (lequipe.fr)

Gigi, larmes rosso’

"Les tifosi de l'AC Milan ont fait craquer Gigi Donnarumma qui a fondu en larmes." (lequipe.fr)

Téléteubé

Lala : ‘Des erreurs bêtes’. (lequipe.fr)

Pibe de horror

"Une statue de Maradona complètement ratée." (libé.fr)

Se sortir les rince-doigts

"Les joueurs d'Everton privés de repas de Noël." (lequipe.fr)