auteur
Richard Coudrais

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> déconnerie

HBA, le BHL du futur

> article suivant

Une éternité avant le Brexit

> article précédent

Stanley Matthews, un Anglais en or

> article précédent

La boîte à chants

Touré 1985, décembre rouge

Un jour, un but – Le 11 décembre 1985 à Nantes, José Touré s’élève au-dessus d’un rideau de fer pour tromper le meilleur gardien du monde. 

Partager

 

Le Stade de la Beaujoire s’est tu. Très brièvement. Fedor Tcherenkov vient d’envoyer un tir imparable sous la barre de Jean-Paul Bertrand-Demanes et son but a concrétisé la domination du Spartak Moscou sur le FC Nantes.

 

Cette équipe soviétique est réputée meilleure à l’extérieur, où elle n’a pas à faire le jeu. Au tour précédent, le FC Bruges et son attaquant français Jean-Pierre Papin ont été piétinés (1-3) sur leur pelouse alors qu’ils avaient cru avoir fait le plus dur en s’inclinant par la plus petite des marges (1-0) au match aller.

 

 


Onze

Un temps d'arrêt

Le scénario semble se reproduire pour le FC Nantes en huitièmes de finale de la Coupe de l’UEFA. Moscou sous la neige, la rencontre aller s’est disputée à Tbilissi et les hommes de Jean-Claude Suaudeau se sont imposés 1-0, Pierre Morice ayant battu Rinat Dasaev sur penalty.

 

Au match retour, le Stade de la Beaujoire est donc retombé dans le silence. Mais très vite, il a repris ses encouragements. Il reste vingt minutes à jouer et il s’agit de ne pas laisser tomber les Canaris. On a trop souvent reproché au public nantais de ne jamais être derrière ses joueurs quand ils en avaient besoin.

 

Aussitôt après l’engagement, Nantes obtient un coup franc à quarante mètres des buts. Pierre Morice l'exécute, envoyant un long ballon aérien vers la surface soviétique. Rinat Dasaev est prêt. On dit que c’est le meilleur gardien du monde et, jusqu’à présent, il a justifié cette réputation.

 

 

 

 

Le ballon aérien de Morice s’approche de la surface soviétique. Le gardien a bien évalué la trajectoire, il s’avance pour s’en emparer. Mais soudain, il marque un temps d’arrêt. Il voit José Touré s’élever au-dessus de son coéquipier Almir Kayumov.

 

Le Français monte très haut, comme suspendu dans les airs. Lorsque le ballon lui parvient, il assène un coup de tête pour en dévier la trajectoire. Rinat Dasaev est lobé. Ses pieds restent accrochés au sol. Il peut juste se retourner pour voir le ballon mourir dans les filets.

 

 

 


L'étoile de Touré

La Beaujoire explose d’une formidable clameur. José Touré a égalisé. Qui d’autre que lui pouvait, en cet instant, percer le rideau de fer dressé devant la cage soviétique? L’antre du jeu collectif, une fois n’est pas coutume, s’en est remis au talent individuel de son meilleur homme.

 

José Touré est alors au sommet de son art. Il a définitivement gagné sa place en équipe de France en marquant un but de grande classe contre l’Uruguay, puis en contribuant à la qualification pour le Mundial mexicain. Avec Nantes, il multiplie les matches de qualité, notamment en Coupe de l’UEFA où les hommes de Suaudeau semblent lancés pour un long parcours. 

 

 

 

 

Contre le Spartak, José Touré a fait étalage de sa palette technique, de sa vista, de sa classe, rendant fou les défenseurs soviétiques. "Vous avez Dasaev? Nous, on a Touré!" auraient pu chanter les supporters. Le match se termine sur un score nul (1-1) qui qualifie les Nantais. Ceux-ci attendent désormais avec impatience la suite.

 

Les quarts de finales, en avril 1986, tourneront mal. Les Nantais s’inclinent face à l’Inter Milan et José Touré sort au cours du match retour, le genou brisé. Une blessure qui l’empêchera de participer à la Coupe du monde mexicaine (et d’affronter notamment l’URSS au premier tour).

 

De longs mois plus tard, en septembre 1987, Rinat Dasaev et José Touré se retrouvent au Stade Lénine de Moscou à l’occasion d’un match URSS-France. Et, dès la treizième minute, Rinat Dasaev encaisse un but inscrit de la tête par José Touré. Une tête qui ne lui revenait décidément pas.

 

 
 

Partager

> sur le même thème

Lettre ouverte à Laurent Blanc

Un jour, un but


Richard Coudrais
2020-11-30

Bouba Diop 2002, coup de tonnerre à Séoul

Un jour, un but – Le 31 mai 2002, le Sénégalais Papa Bouba Diop fait tomber la foudre et l'équipe de France en marquant le premier but de la Coupe du monde 2002 face aux champions du monde. 


Richard Coudrais
2020-06-23

Figo 2000, un ballon en or

[rétro Euro 2000 • 3/5] Un jour, un but – Le 12 juin 2000, Luis Figo décoche une frappe limpide qui remet le Portugal dans le bon sens. 


François Thomazeau
2020-04-28

M’Baye Niang, un trait dans la nuit

Un jour, un but. Tout au bout de la nuit de Séville, le Stade rennais s'offre ce qu'il ne croyait pas pouvoir s'offrir: plus qu'une qualification, une grande saison. 


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Le forum

Aimons la Science

aujourd'hui à 03h11 - leo : forezjohnaujourd'hui à 00h13De ce que j'ai entendu sur le pfizer l'immunité après 1 injection... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 01h24 - pavlovitch : Petit retour sur mes parties en phase de poule des branquidats. J'aurais voulu le faire après... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 01h22 - FPZ : Encore un gros match de Reynet, qui nous sauve une paire de fois en 1ère (et désormais détourne... >>


La L1, saison 2020/2021

aujourd'hui à 01h09 - forezjohn : Si les perfs française en UEFA sont décriées à raison on oublie toujours un peu facilement les... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 01h02 - Lucho Gonzealaise : Dans un sens, Levert a eu beaucoup de chance d'être tradé, avec la visite médicale que ça... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 00h31 - Seven Giggs of Rhye : Ce combo 2&17 à 5 yards de sa propre endzone, j'évite le sack et le safety, j'obtiens le first... >>


Foot et politique

16/01/2021 à 23h32 - matthias : fabrafaujourd'hui à 23h17Ok, tu es en mode borné donc je vais m’arrêter là. Peut-être que... >>


Paris est magique

16/01/2021 à 23h16 - PCarnehan : « face » à un bloc bas... >>


Etoiles et toiles

16/01/2021 à 23h10 - Sens de la dérision : J'ai pensé à Winding Refn alors hein bon... >>


Le fil éclectique

16/01/2021 à 22h57 - L'amour Durix : Roger Cénisse12/01/2021 à 14h51-----C'est pas toi qui avais des problèmes avec un voisin ?... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)