auteur
Gilles Juan

 

Footballeur du dimanche et philosophe de comptoir. @Gilles_Juan


Du même auteur

> article précédent

Jeu rapide et but lointain

> article précédent

Le Spectacle

Cristiano, l'art du retournement

Le retourné anthologique réussi par Cristiano Ronaldo face à la Juventus mérite une exégèse. Il résume aussi le personnage: irritant mais irrésistible. 

Partager

 

J’ai mal au coeur à l’idée d’écrire ce qui va suivre. Bien sûr, je n’ai jamais contesté les qualités objectives de Cristiano Ronaldo: il est fort du droit, du gauche, de la tête, de près, de loin, il est technique, il est puissant, il est rapide. Mais j’ai toujours considéré qu’il y avait, dans ses gestes, y compris ses audaces techniques, quelque chose de très rigide, de trop tendu, de mécanique. Bien huilée sans doute, mais disgracieuse, du coup. Pas de naturel, pas de fluidité. Un militaire au foot.

 

Mais hier, il a mis le plus beau des retournés. Jugement hâtif? Subjectif? Et Papin, et Rooney, et Simba? J’ai moi aussi voulu me dire ça, hier. Mais à tête reposée, je sais qu’il faut prendre modèle sur la dignité des supporters de la Juve qui l’ont applaudi hier, et trouver les mots pour rationaliser ce que j’ai éprouvé hier sans oser me l’avouer complètement.

 

 

 

 

Plus haut et plus droit

Deux raisons amènent à tenter un retourné: le ballon est derrière (on est dos au but), le ballon est trop haut. Sur ce dernier point, Ronaldo semble avoir proposé un nouveau record qui va sans doute être mesuré avec une précision un peu pathétique. Mais le fait est qu’il est monté haut, le salaud.

 

Dans ces moments-là, les choses ont l’air un peu miraculeuses: le centre est arrivé à la vitesse parfaite (suffisamment vite pour que le geste ne soit pas discrédité par la facilité du temps de préparation / exécution), à l’endroit idéal, tellement haut qu’il fallait déployer toute sa longueur et toute sa détente, et pas trop haut non plus pour pouvoir taper fort, du cou de pied.

 

Trop de retournés sont un peu des ciseaux latéraux. Là non. le dos de Ronaldo est pratiquement parallèle au sol, ce qui donne au geste une sorte de pureté. C’est moins difficile de rester un peu sur le côté, c’est moins entier. On reste dans le contrôle de ce qu’on voit, on ne prend pas le risque d’oublier le sol, on tombe mieux. À l’envers comme Ronaldo, on donne tout pour le ballon.

 

 

Plus à l’opposé

Le retourné de Rooney, plus beau parce qu’il va chercher la lucarne opposée? Penser cela, ce n’est pas regarder ce qu’il faut. Sans doute la trajectoire de la frappe de Ronaldo est-elle plus anodine, mais la singularité du retourné de Ronaldo ne concerne pas là où va le ballon, mais là d’où il vient. Ronaldo reprend un centre en retrait – regardez les compilations, c’est très rare. Il a dû aller chercher un ballon qui partait à l’opposé des cages, pour lui redonner une course dans le bon angle, vers les filets.

 

La plupart des retournés sont exécutés avec des centres qui viennent d’un joueur placé derrière le repreneur; ce dernier ne fait guère plus, en termes d’angle, qu’un flipper: il fait rebondir le ballon, en quelque sorte, ajustant à peu près un angle plus facile à trouver parce qu’il est ouvert à lui. Rooney avait vue sur le centreur et la cage; il a pivoté acrobatiquement pour faire réorienter, presque comme un rebond, la trajectoire du ballon. C’est très bien, déjà.

 

Ronaldo, c’est autre chose. Un retourné sur centre en retrait exige de renverser radicalement, de plier, de tordre, la trajectoire du ballon qui partait à l’envers. C’est plus difficile, donc c’est plus beau. Le retourné de Rivaldo, après un amorti sur un centre qui vient de derrière, a l’air bien simpliste à côté; il n’y a plus de recherche d’angle, c’est tout droit.

 

 

 

 

Plus Cristiano

Il fallait sans doute être bien gainé, pour réaliser cela. Avoir exécuté le geste mille fois à l’entraînement. Nourri ardemment le désir qu’un jour, en match, une telle passe arrive. C’est le secret de Ronaldo: l’abnégation, le narcissisme. Et c’est arrivé. Mais le moment de grâce passé, Ronaldo est redevenu lui-même. Il a célébré comme il sait faire: en donnant l’impression de montrer non pas qu’il est content, mais qu’il est très musclé. Quelle vulgarité ce type.

 

Il a dû être surpris de voir le public l’applaudir, lui si habitué à se complaire dans la faculté d’énerver l’adversaire. On dirait que ça l’a touché. Il a eu un geste simple, un geste modeste, qui ne lui ressemble pas, il a levé son pouce. Je suis triste que ce soit lui qui ait mis ce but, mais je dois faire pareil.
 

 

LIRE AUSSI
Cristiano Ronaldo, le dribbleur devenu tueur
Cristiano Ronaldo, le Dorian Gray du football

Partager

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Philippe Rodier
2018-07-18

Deschamps, le sens de l'histoire

Au terme d’une Coupe du monde durant laquelle l’équipe de France s’est muée en une machine clinique, les Bleus se sont adjugé une seconde étoile. Le triomphe d'une génération et d’un sélectionneur qui savait où il l'emmenait.


Christophe Kuchly
2018-07-17

Équipe de France : la victoire du talent

Les Cahiers sur lemonde.fr – Rarement en maîtrise lors de la finale contre la Croatie, les Bleus ont fait la différence sur des inspirations individuelles. Sur l'ensemble du tournoi, le succès est cependant incontestable.


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

Toujours le même discours: trop de matches de sélections, mais pas trop de matches de clubs, bien entendu. Et les b… https://t.co/mkw4m4ejEE

"Emmanuel Macron a fini par saturer les images et nuire autant à la célébration qu’à son autocélébration" -… https://t.co/0Bel28eX4h

[récit de voyage] Pluie de bière et chants offensants: un lecteur raconte la demi-finale et la finale des Bleus en… https://t.co/I9P1d24BpS

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 19h29 - Valbuena Jacta Est : Karim Rekki ? >>


Taquetique du tic au tac

aujourd'hui à 19h29 - Run : Ah ben je sais pas ce que les autres recherchent. Mais ce que tu recherches dans le sport n'est pas... >>


La vie et l'avis des coaches

aujourd'hui à 19h26 - liquido : On se souvient qu'il n'était pas rare en 1998 de renvoyer Thuram ou Desailly à leur force brute,... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 19h25 - Tricky : khweziaujourd'hui à 14h22------------Non, mais je sais bien que tu as raison, et en particulier... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 19h21 - cocobeloeil : Bah vu que M6 va revendre le club aux ricains ils vont essayer de récupérer un max de thunes... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 19h18 - bolkonsky : C'était tout de même une belle étape avec une chouette arrivée. Entendons nous bien je n'aime... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 19h14 - lyes : Intrusion sur le principe de départ, se mêler à un groupe censé être hermétique. Ensuite... >>


Pharmacie Football Club

aujourd'hui à 18h57 - Christ en Gourcuff : Ceci est le fil dopage.Utilisez le pour parler dopage.Laissez le fil omni sport pour parler de... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 18h32 - Run : Hamilton, 2 ans de plus chez Merc. Il se dit que Bottas devrait avoir la meme prolongation (mais... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 18h25 - Milan de solitude : Je le laisse sur la table au moins jusqu'à demain.Bonsoir. >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)