auteur
Mevatlav Ekraspeck

> article suivant

Revue de stress #174

> article précédent

Revue de stress #27

Ode à la Ligue 2

Moins belle que la Ligue 1, snobée par tant de monde, l'antichambre de l'élite a pourtant ses qualités. Il faut simplement apprendre à l'aimer...

Partager

 

Ma chère Ligue 2...

 

Ce soir, en ton sein, vient de faire un pas important vers ta grande sœur, belle et pimpante, nommée Ligue 1, un certain Gazélec d'Ajaccio.

 

Il n’y a que toi pour nous faire des trucs pareil, et ce qui rendrait fou tous nos voisins me fait, encore une fois, chavirer de bonheur.

 

T'es une vieille dame, ma p'tite Ligue 2... Quarante-cinq ans déjà, quand un soir d'été 70, quarante-huit équipes sont venues fêter ta naissance, en remplacement de la vieille acariâtre qui n'en faisait qu'à sa tête en ne laissant entrer personne d'un peu suspect, pas trop professionnel... Mais grâce à toi, fini le délit de sale gueule et de pauvreté.

 

Libre et accueillante, plein de petits Français ont appris la géographie par ton truchement. Tes courbes généreuses, allant des plaines du Valenciennois aux montagnes corses, ont toujours su faire découvrir à qui s'intéresse à toi des endroits où l’on ne s'arrête que pour faire le plein en allant, par millions, se jeter sur le béton azuréen entre juillet et août...

 

On ne va pas déterrer les archives du forum et des articles des Cahiers, on a déjà causé ici de ces patelins improbables à qui tu t'es généreusement offerte, et qui avaient fait l'objet d'un "Top 11" quand des esprits étriqués et chagrins décidèrent que non, tu ne dépucellerais pas Luzenac. Trop p'tit pour connaître les bonheurs charnels que tu aurais pu offrir...

 

Mais, Ligue 2, tu as su offrir à une plus belle que toi ces courtisans méritants, ces amours d'une fois, partis se prendre pour des princes dans un Parc l'espace d'une année: Istres, Châteauroux, Arles-Avignon, Gueugnon, Niort, Boulogne-sur-Mer. Il y a même des gars de Martigues, de Laval et de Guingamp qui s'y installèrent, dites donc...

 

 

 

 

Alors cette année, amoureuse, romantique, insoumise aux diktat de l'argent et des stades surdimensionnés, voilà que tu nous envoies le Gazélec, comme un doigt fièrement tendu à ceux qui aspirent à normaliser ce qui ne le sera jamais: le sport et son mérite, ses résultats parfois hermétiques aux lois des budgets et des économies libérées.

 

Pour cet anti-conformisme, cet acharnement à nous rappeler que la promotion n'est pas qu'une simple affaire de pognon, je crois que tu es la dernière des romantiques, et je crois donc que plus qu'une autre, tu t'approches de l'esprit porté par les Cahiers du Foot, magazine du foot et d'eau fraîche.

 

Moi, c'est pour ça que je t'aime... Même vieille, même mal foutue au niveau du calendrier, même délaissée par des spectateurs, qui, les pauvres, ne savent pas ce qui est bon... Ça fait plus de trente ans que tu fais partie de mes week-ends, et je ne me lasserai jamais de me jeter dans tes bras, peu importent les regards obliques des passants honnêtes... T'es ma cougar à moi.

 

Chère Ligue 2, je te remercie des Ajacciens, qui ont toutes les chances d'aller se fracasser chez la donzelle d'en haut, en se faisant casser la figure par les habitués de ses jupes, jaloux et peu partageurs. J'en connais même qu'il a fallu faire descendre de force... Mais ce Gazélec-là va aller déployer une magnifique banderole sous la moustache de certains, avec écrit dessus “C'est le sport qui décide, et on vous emmerde…

 

Il n'y a que toi pour nous faire des trucs pareils.

 

Et c'est pour ça que je t'aime.

 

Au passage, je te signale que pour les remplacer tes Gaziers, il y a des gens venus de la Bresse, que ta collègue de travail nommée Coupe de France connait bien, qui sonnent au bas de ta porte. Tu serais bien urbaine de lui balancer par la fenêtre un extrait du Code Civil, qui leur permettra de t'épouser dans les règles de l'art. Oserai-je te rappeler que des Ariégeois ont crevé sous ton porche cet été, et que tous ici, je crois, on aimerait bien que cela reste un accident, que ça ne devienne pas une habitude, quoi...

 

On sait que ce n'est pas de ta faute, que ton mari – polygame de surcroît – n'aime pas que tu te fasses trousser par n'importe qui... Mais bon, faut pas que tu te laisses impressionner. Quand on a aimé Montmorillon, on peut aimer tout le monde.

 

Partager

> déconnerie

La vie de côté

> sur le même thème

Bernardo et le masque du Zorro-zorro

Le foot français


Nicolas Sarzeaud
2019-04-29

Rennes, la victoire aux yeux rouges

C'est l'histoire d'un club à qui on affublait une image de perdant mais qui l'a quittée avec fracas ce week-end. Et celle de supporters qui ont vécu une soirée forcément à part.


Philippe Rodier
2019-04-03

Genesio, Aulas... Y a-t-il (encore) un pilote dans l'avion lyonnais ?

Jean-Michel Aulas semble encore avoir perdu du crédit en annonçant le report de la décision sur l’avenir de son entraîneur. Que reste-t-il désormais à l'OL? Le doute et une fin de saison en apesanteur…


Philippe Rodier
2019-03-25

Antoine Griezmann, le triomphe de l’intelligence

C’est une vielle tradition française: pour remporter une grande compétition internationale, il faut d’abord un homme providentiel. En 2016, il s’agissait d’Antoine Griezmann, alors nouvelle coqueluche du public français. Qu’en est-il aujourd’hui?


>> tous les épisodes du thème "Le foot français"

Sur le fil

«Composer une liste, ce n’est pas rendre la justice. Au contraire, c’est assumer d'inévitables injustices.» "Les a… https://t.co/iMcXgtjW7S

Droitisation du football : la fille de Footix est étudiante en école de commerce et Super Victor est déjà un grand… https://t.co/VcCsyko4Aw

"Oh ça va, ce n'est que du foot", épisode 673. Le prendre beaucoup trop au sérieux, c'est le principe… https://t.co/b1Ljt3TWLk

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)