auteur
Toni Turek

 

Überfan des footballs d’Allemagne et d’Autriche, passés et présents. Taulier de la Ventre Mou's League.


Du même auteur

> article précédent

Ligue 1, les fiches pratiques

La frontière entre Özil et Altintop

Hamit Altintop a reproché à Mesut Özil d'avoir, contrairement à lui, préféré la Mannschaft à l’équipe nationale turque. Un choix pourtant pas isolé, et parfaitement légitime...
Partager
Le 6 octobre, soit deux jours avant le match Allemagne-Turquie programmé à l’Olympiastadion de Berlin, le milieu international turc du Bayern s’est livré en des termes peu amènes à une attaque à l'encontre de Mesut Özil, dans une interview à la Süddeutsche Zeitung (1).

ozil_2.jpg

International Mannschaft
Interrogé sur le choix de l’actuel dépositaire du jeu de l’équipe nationale allemande, Altintop a taclé Özil sans ménagement: "Le football est parfois une affaire de cœur, mais beaucoup plus souvent un simple business. (…) Comme international allemand, Mesut (…) vaut davantage sur le marché des transferts et gagne plus d’argent. S’il avait opté pour la Turquie, il n’aurait pas joué de Coupe du monde et ne serait pas maintenant au Real. C’est aussi simple que ça".
Aussi simple? Voire. Souvenons-nous que des vingt-trois Allemands mondialistes appelés par Jogi Löw, onze étaient d’origine étrangère: Aogo (Nigéria), J. Boateng (Ghana), Cacau (Brésil), Gomez (Espagne), Khedira (Tunisie), Marin (Bosnie), Özil & Tasçi (Turquie), Klose, Podolski & Trochowski (Pologne). Özil est loin d’être le seul dans ce cas… Tous ces joueurs auraient donc opté pour l’Allemagne pour leur carrière, par facilité ou par avidité?

ozil_3.jpg

En fait, la priorité accordée à la Mannschaft est liée à divers facteurs:
- être né ou non en Allemagne
- avoir vécu plus ou moins longtemps (voire pas du tout) dans un autre pays
- avoir aucun, un seul ou ses deux parents originaires d’un autre pays
- se sentir plus proche des cultures et traditions allemandes
- avoir été approché d’abord par la fédération allemande
- avoir été international allemand Espoir, etc.


Le droit d'Özil
Dans son interview, Altintop précise que sa mère est turque, son père est turc, et donc que lui est et se sent turc – d’où son choix du maillot au croissant. Concernant Özil, son père vit en Allemagne depuis l’âge de deux ans et possède la nationalité allemande; de plus, Mesut est né en Allemagne (à Gelsenkirchen… comme Altintop!) et y a vécu dès son plus jeune âge. Il a toujours joué dans des clubs allemands – jusqu’à son départ à Madrid cet été – et il a porté le maillot allemand des sélections de jeunes (2). Le choix d’Özil peut bien être critiqué par Altintop, mais il n’est pas incohérent.

ozil_altintop.jpg

Pour d’autres, on est en effet loin des considérations familiales et culturelles. C’est alors davantage l’opportunité de devenir international A qui fait qu’une nation est choisie aux dépens d’une autre. D’où une situation particulière cet été, quand les deux demi-frères Boateng ont disputé un même match de Coupe du monde sous deux maillots différents: Jérôme le défenseur pour l’Allemagne, Kevin "Prince" le milieu pour le Ghana. Pourtant, Kevin Boateng avait joué dans les différentes sélections de jeunes d’outre-Rhin. Mais, ignoré par Löw et privé de perspectives avec l’Allemagne, il a ensuite exprimé sa volonté d’évoluer avec les Black Stars pour tenter de disputer la Coupe du monde sud-africaine – avec succès.


Opportunismes
L’histoire de Sebastian Boenisch est semblable. Né à Gliwice comme Podolski, le latéral gauche du Werder de Brême possède la double nationalité germano-polonaise. Courtisé tôt par la fédération polonaise, Boenisch a d’abord donné la priorité à l’Allemagne. Il a ainsi joué avec les Espoirs alors entraînés par Horst Hrubesch, et a été sacré champion d’Europe Espoirs 2009 en Suède. Mais estimant ses chances d’être sélectionné avec les A plus élevées avec la Pologne, Boenisch a profité de la disparition en 2009 du critère de la limite d’âge pour changer de maillot et choisir définitivement son pays de naissance. Il a joué son premier match international avec la Pologne en amical contre l’Ukraine le 3 septembre dernier.

Même sans la limite d’âge, le changement d’équipe nationale est encadré. Il ne peut avoir lieu qu’une fois – afin d’éviter les imbroglios comme cela arrive parfois entre clubs – et le joueur doit prouver l’existence d’attaches (famille, séjour de longue durée) avec le pays dont il convoite le maillot national – histoire d’éviter un nouveau "cas Ailton": on se souvient que le buteur brésilien, méconnu dans son pays, avait tout envisagé pour participer à la WM allemande de 2006, y compris se faire naturaliser… qatari! Par chance, il n’en est pas encore du choix des équipes nationales comme des transferts entre clubs…


Chez les jeunes et les voisins aussi
Revenons à nos Turcs. Outre Özil et le défenseur remplaçant Tasçi, l’Allemagne aligne quelques joueurs d’ascendance turque également dans ses équipes de jeunes, tels les deux jeunes milieux du FC Nuremberg Mehmet Ekici et Ilkay Gündogan, actuellement internationaux Espoirs avec la Mannschaft. Eux aussi auront un jour à se décider entre Turquie et Allemagne. De futures têtes de Turcs pour Altintop?

L’Allemagne est certes connue pour sa minorité turque forte de plus de deux millions de personnes, et le fait qu’Özil ait fait la une des journaux sportifs grâce à sa Coupe du Monde et à son transfert au Real Madrid a permis à cette minorité d’y être un peu plus reconnue. Mais l’Allemagne n’est pas la seule à aligner des joueurs aux origines turques.
Premier exemple, la Suisse: que ce soit hier avec l’ancien meilleur buteur helvète Kubilay Türkyilmaz et l’actuel entraîneur du FC Thoune Murat Yakin, ou aujourd’hui avec le milieu de l’Udinese Gökhan Inler, l’attaquant trentenaire du FC Lucerne Hakan Yakin et le jeune buteur du Bayer Leverkusen Eren Derdiyok, la confédération helvétique aligne elle aussi quelques footballeurs d’ascendance turque. Autre exemple: le Liechtenstein. La petite principauté a chez elle le gardien Cengiz Biçer, qui a fait ses débuts sous le maillot liechtensteinois en août dernier, lors d’un match amical en Islande.


Demande à Diego
Dernier exemple, l’Autriche: ces dernières années, la tenue rot-weiss-rot a été portée par des joueurs d’origine turque tels que le gardien Ramazan Özcan (1899 Hoffenheim), les milieux Cem Atan (Gençlerbirligi Ankara) et Yüksel Sariyar, et l’attaquant Muhammet Akagündüz. Actuellement, on compte encore chez les internationaux locaux le défenseur Ekrem Dag (Besiktas Istanbul), les milieux Ümit Korkmaz (Eintracht Frankfurt – photo), Veli Kavlak & Yasin Pehlivan (Rapid de Vienne).

ozil_korkmaz.jpg

On attend avec impatience les prochaines déclarations d'Altintop envers les Autrichiens d’origine turque, juste avant le match Turquie-Autriche, le 29 mars prochain. En espérant pour lui qu’elles aient plus d’impact – l’Allemagne ayant finalement battu la Turquie 3-0, avec un but d’Özil, malgré les sifflets des nombreux supporters turcs présents au stade de Berlin.
S’il le souhaite, Altintop pourra toujours discuter du sujet avec son coéquipier du Bayern Diego Contento. Révélation de la saison passée (ce qui lui a valu de passer pro en janvier dernier), le latéral gauche a déjà joué pour les moins de 20 ans allemands, mais a récemment déclaré qu’il se verrait bien jouer… avec son pays d’origine, l’Italie.


(1) L’interview d’Altintop (en allemand).
(2) L’interview d’Özil père & fils (en allemand) dans Rund.
Partager

> déconnerie

Blague Apartheid

> sur le même thème

Une lucarne de liberté

La politique et le droit


Ilf-Eddine alias Raspou
2019-04-06

L'USMA, le chant de l'Algérie

Les ultras algériens sont au cœur du soulèvement actuel. Comme ceux de l'USMA, aussi musiciens que supporters, dont les chansons sont reprises par tout un peuple. 


Jérôme Latta
2018-11-12

L'éthique en prime, ou le prix de la vertu

Une Balle dans le pied – Les primes d'éthique ne sont pas propres au PSG, et ne concernent pas seulement l'obligation de saluer les supporters. Mais elles témoignent d'une forme de cynisme désenchanteur. 


Jérôme Latta
2018-11-05

Super Ligue, la fin du super bluff ?

Le chantage des clubs riches auprès de l'UEFA repose depuis vingt ans sur la menace d'une ligue privée. Le projet d'une "European Super League", révélé par les Football Leaks, semble plus concret que jamais. 


>> tous les épisodes du thème "La politique et le droit"

Sur le fil

Sinon, en Ligue 1, on en est là. La Gazette: https://t.co/kZ2ru58Etc https://t.co/3D3KsFdCFX

[Un jour, un but] Solskjær 1999, le miracle du Camp Nou - https://t.co/yZKiyN86wl Par @richardcoudrais et @Ba_Zenga https://t.co/6SOiQk0Wvg

Surdimensionnement, accessibilité insuffisante, PPP toxiques, charges trop lourdes: on avait pourtant prévenu :) https://t.co/q05MFDvN9N

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)