auteur
La rédaction

Du même auteur

> article suivant

PSG, les maux de la fin

> article précédent

Danish theory

> article précédent

Avant Neuer, il y avait Higuita...

Avec le dos de la Kjaer

Matchbox – Trois jours après sa défaite logique contre le Brésil, une équipe de France remaniée a affiché pendant quarante-cinq minutes un visage séduisant contre le Danemark (2-0). La nalyseLe match de Christian JeanpierreLes observationsVu du forum

Partager

 

Il y a des matches que l'on se rend faciles en prenant l'avantage assez vite, mais cela présente souvent l'inconvénient de les rendre ennuyeux. Ennuyeuse, la seconde période l'a aussi été pour les Bleus parce qu'ils ne l'ont pas mieux maîtrisée. Alors que Didier Deschamps n'a pas procédé à des remplacements avant l'heure de jeu, ils ont perdu de leur cohérence dès le retour des vestiaires, et montré plus de limites face à un Danemark revigoré – mais qui n'aura pas été terriblement dangereux pour autant.

 

Ces deux rencontres disent du niveau de l'équipe de France qu'il s'est consolidé… quelque part entre ceux du Brésil et du Danemark. Elle conserve à la fois une homogénéité non exempte de fragilités, et sa marge de progression. Une progression à laquelle pourront contribuer quelques titulaires de ce onze remanié, comme Trémoulinas, Payet, Kondogbia ou Lacazette: la grosse année qui nous sépare de la sélection retenue pour l'Euro doit offrir à Didier Deschamps des chances de renforcer son groupe. Au moins ce dernier reste-t-il sous pression, secoué par la défaite face au Brésil et traversé par ce qu'il faut de doutes pour rester mobilisé.

 

 

 

La nalyse

Raphaël Cosmidis - Changements de joueurs et changement de système. Quelques jours après un match décevant face au Brésil, Didier Deschamps avait décidé de renouveler son onze de départ. Karim Benzema laissait sa place à Olivier Giroud et le 4-3-3 à un 4-2-3-1 dont le numéro dix s’appelait Dimitri Payet. Autour du Gunner et du Marseillais, c’est à Antoine Griezmann et Alexandre Lacazette que le sélectionneur des Bleus avait demandé d’animer la rencontre.

 

Hier, les premiers problèmes des Tricolores sont nés plus bas, dans les pieds de Morgan Schneiderlin et de Geoffrey Kondogbia. Loin, très loin de ses partenaires offensifs, la paire française au coeur du jeu a été obligée de passer par les airs. La supériorité d’Olivier Giroud dans ce domaine s’est alors révélée capitale. L’ancien Tourangeau a pris la plupart des ballons face à la défense centrale danoise, amenant le jeu à ses coéquipiers plus mobiles. C’est ainsi que Lacazette a ouvert le score, bien aidé par le dosage dans la passe de Payet et l’art du déplacement de Griezmann.
 

 


 

 

Le profil des hommes choisis par Didier Deschamps explique en partie ce bloc étiré. Des quatre offensifs qui ont commencé la rencontre, seul Payet était habitué à décrocher assez bas pour rejoindre ses milieux. Le Réunionnais évolue d’ailleurs dans un Olympique de Marseille qui souffre de temps à autres de la trop grande distance entre ses lignes. Malgré le no man’s land entre son duo au milieu et son quatuor d’attaque, la France est parvenue à atteindre les trente derniers mètres relativement aisément lors des quarante-cinq premières minutes. Lorsque que ce n’était pas une déviation de la tête d’Oliver Giroud, c’était une percussion de Kondogbia qui faisait avancer les Bleus, à l’instar du mouvement à l’origine du second but.

 

Vive et inspirée avec le ballon dans les trente derniers mètres, pouvant compter sur la largeur fournie par ses latéraux pour enchaîner les phases de construction, l’équipe de France n’a pas eu grand chose à faire sans. Parfois anarchique dans son positionnement défensif (Giroud se retrouvant à plusieurs reprises à défendre sur l’aile gauche alors que Griezmann vadrouillait dans l’axe), elle a su limiter Christian Eriksen et Michael Krohn-Dehli, auteur d’une excellente saison au Celta Vigo, à quelques tentatives finalement vaines.

 

La deuxième période aura vu les Bleus peu à peu se transformer en une sélection All-Stars de l’AS Saint-Étienne (entrées en jeu de Josuha Guilavogui, Blaise Matuidi et Kurt Zouma, se rajoutant aux titulaires Ruffier et Payet), réduisant la qualité du football au passage. Intrigante quand emmenée par Kondogbia et Schneiderlin, la formation de Didier Deschamps a reculé après la sortie du premier puis disparu avec celle du second. À l’exception des prises de balle toujours aussi stupéfiantes de Nabil Fékir, le deuxième acte n’a offert aucune réjouissance.

 

 

 

Le match de Christian Jeanpierre

Plutôt discret pour le septième anniversaire de la mort de Thierry Gilardi. Une "récupération norvégienne", suivie d'un "Galtier sélectionneur des Verts" (21e). S'est un peu éteint avant un double "Fékir sur un pas" et une indignation (la spéciale "c'est nul" qui sert aussi pour les lasers) sur les sifflets adressés aux Lyonnais. Le prochain Téléfoot étant un peu lointain, il a annoncé la finale de la Ligue des champions sur TF1.

 

 

 

Les observations en vrac

Organiser un match chez les Stéphanois pour que des Lyonnais leur volent la vedette, c’est malin. Heureusement, Christophe Jallet s’est pété l’épaule. Un partout.

 

Avec tous ces noms en -sen, on s’attendait presque à voir Serge Betsen sortir du banc danois.

 

On ne sait pas trop ce qu’il y a avec les défenseurs blonds aux yeux bleus à petite queue de cheval, mais ils aiment bien faire quelques câlins aux attaquants adverses (on ne t’oublie pas, Philippe).

 

Hier soir, Christian Jeanpierre a souvent vu des Norvégiens plutôt que des Danois. Comme quoi, Willy Sagnol avait raison: les Scandinaves sont tous les mêmes.

 

Le pouvoir de nuisance des 100 siffleurs sur 40.000 spectateurs tient à ce que l'on continue à dire que c'est tout le stade qui siffle.

 

Le seul Danois qui a gagné un truc dimanche soir, c'est Nicolas Deneyisursen.

 

 

Vu du forum

=>> Mama, Rama & Papa Yade – 21h17
"Il faut qu'ils se parlent sur le côté gauche"... C'est bien le soir à tenter du message politique en subliminal, tiens.

 

=>> Cris CoOL – 21h21
C'était beau, la tête de Deschamps au moment du but de Lacazette, avec une petite moue de dépit: "Je le fais jouer sous les sifflets, pas à sa place et avec les coiffeurs pour le plomber, et je vais être quand même obligé de le rappeler."

 

=>> Milan de solitude – 21h31
C'est la première fois que j'entends un public acclamer toutes les passes au gardien de but. À force de vanter le modèle allemand, la prudence et la sécurité ont acquis un certain crédit dans notre pays.

 

=>> PCarnehan – 21h53
La bonne idée du jour c'est d'avoir titularisé Évra et Sagna au poste d'assesseurs dans un bureau de vote des Départementales.

 

=>> Mama, Rama & Papa Yade – 22h30
Bon après Payet, Guilavogui, Matuidi et donc Ruffier, les paris sont ouverts pour le prochain entrant: Patrick Guillou ou Lilian Compan?

 

=>> Milan de solitude – 22h41
D'abord, Koscielny a repris de volée de son mauvais pied, puis il a repris de volée de son autre mauvais pied.

 

=>> Mevatlav Ekraspeck – 22h42
Grâce aux Danois, Fekir n'entend pas les sifflets. C'est l'effet Larsen.

 

 

 

Les titres auxquels vous avez échappé

Le coup de Giroud
Laisse moi kiffer le Vibe
Miami Kvist
Danois de coco
Écarter les Kvist
Le Wass communiquant
Danemark à seins
Danemark à l'ombre
Kvist and shout
Un match à Danois
Lacazette, ô Dieu

 

LIRE AUSSI
FRANCE-DANEMARK : LES GARS

 

Partager

> sur le même thème

France-Danemark : les gars

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


2018-09-10

Une olive dans l'orange

Dominatrice puis secouée, l'équipe de France est passée au-dessus des Pays-Bas sans les survoler. L'édito • Les observations • La nalyse • Les gars • Vu du forum 


2018-09-07

Les Bleus azurent à l’Allianz

Pour sa reprise, l'équipe de France a rapporté de Munich un 0-0 entre deux eaux. Neuer a montré sa satisfaction, Areola peut afficher la sienne.  


Philippe Rodier
2018-07-18

Deschamps, le sens de l'histoire

Au terme d’une Coupe du monde durant laquelle l’équipe de France s’est muée en une machine clinique, les Bleus se sont adjugé une seconde étoile. Le triomphe d'une génération et d’un sélectionneur qui savait où il l'emmenait.


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

RT @lemonde_sport: Football : la FIFA étudie des mesures pour réformer le marché des transferts https://t.co/Gm3OosZP2n

Au fait, le Classement en relief est de retour ! Dispo pour la L2 et cinq championnats européens:… https://t.co/48Frot0Npp

Les chiffres le confirment: en Ligue des champions, Paris craque trop souvent dans le dernier quart d’heure. "PSG,… https://t.co/OoiaxcVBNm

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 13h31 - Utaka Souley : Tonton Danijelaujourd'hui à 11h50Je crois que tu pointes l'essentiel dans la montée et la... >>


LA GAZETTE : Les gestes / Les antigestes

aujourd'hui à 13h24 - FPZ : GestesLe duel de gardiens de Monaco - Nîmes Les caviars sur corners et CF indirects de Bobichon et... >>


Observatoire de la violence dans le football

aujourd'hui à 13h15 - suppdebastille : "Christ en Gourcuffaujourd'hui à 13h01 Je ne vois pas, dans nos société occidentales, un sport... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 13h09 - Westham : JHG, laisse ton mail ici histoire que je te renvoie le lien de la ligue cédéfiste. >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 12h59 - 1792 : Je ne pense pas que le système doit la cause du problème, mais l'an dernier c'est avec une... >>


LA GAZETTE : les observations

aujourd'hui à 12h57 - Danishos Dynamitos : 4 buts refusés en trois matches à Geoffroy-Guichard avec la VAR uniquement utilisée contre elle,... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 12h54 - Danishos Dynamitos : Retour vers le futur"Et après avoir dévissé sa reprise du gauche (52e), il (Yannis Salibur) a... >>


EAG, les paysans sont de retour

aujourd'hui à 12h50 - Jankulowski Desailly Galasek : la *retraite forcée de Razza >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 12h50 - De Gaulle Volant : KoolJus de Ninoaujourd'huiEt on va peut être attendre avant de taper sur Menphis non?----Oui et... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 12h15 - Portnaouac : Parce que je ne parle pas (à cet instant) de la ré-écriture de l'histoire de ce fait divers,... >>


Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)