auteur
Tonton Danijel

Du même auteur

> déconnerie

90 minutes pour survivre

> article précédent

Porto Alegre ment

Entraîneurs, l'obsolescence programmée

Quelle est la longévité moyenne d’un entraîneur dans les vingt clubs présents en L1 la saison prochaine? Combien de saisons ont enchaîné ceux qui vont la commencer sur le banc? Petit état des lieux.

Partager


Pour commencer, comptons les saisons qu’auront enchaînées les vingt futurs entraîneurs de la L1, 2013/14 incluse, avec le même club [1]. Au moment de la mise en ligne, Carlo Ancelotti est considéré comme partant, mais son successeur n'est pas connu (les arrivées de Jean Fernandez, Philippe Montanier et Fabrizio Ravanelli étant en revanche actées). Faute de confirmation d'un départ à la Roma, on a considéré que Rudi Garcia resterait à Lille.

 


 

 


On relève que c’est Christian Gourcuff qui détient le plus long bail, à la tête du FC Lorient. Onze saisons consécutives, auxquelles on pourrait rajouter les dix durant lesquelles il a exercé de 1991 à 2001. Mais le Merlu s’exporte mal: son expérience à la tête du Stade rennais n’aura en revanche duré qu’un exercice… Rudi Garcia est sur la deuxième marche, Alain Casanova complète le podium. Détail étonnant: ni Gourcuff, ni Casanova n’ont remporté le moindre titre (Rudi Garcia n’ayant, pour sa part, que le doublé coupe-championnat de 2011 à son palmarès). Il semble que la satisfaction donnée par un entraîneur ne se juge pas seulement aux titres – mais aussi plus largement aux "résultats".
 

Notons aussi la relative jeunesse du haut du tableau: Christian Gourcuff, à 58 ans, fait figure d’ancien (mais il a débuté avec les Merlus vingt-deux ans plus tôt…). Rudi Garcia a 49 ans, Alain Casanova 51, Christophe Galtier 46, Frédéric Hantz 47, Hubert Fournier 45, Jocelyn Gourvennec 41…
 


Lorient et Marseille aux extrêmes

Autre statistique intéressante pour les entraîneurs ayant des emprunts à rembourser, la durée de vie moyenne de leurs confrères selon le club. Le tableau ci-dessous présente le nombre de saisons effectuées en moyenne par un entraîneur depuis la saison 1993/94 [2]. Pour les vingt clubs considérés, la longévité moyenne est exactement de deux saisons: le temps de poser ses valises, pas celui de construire une équipe.

 


 


Lorient détient là aussi le record de stabilité, le club ayant connu deux longues périodes gourcuffiennes, entre lesquelles se sont intercalés seulement deux autres entraîneurs: Angel Marcos (six mois seulement, d’août à décembre 2001 avant d’être recruté par le FC Nantes) et Yvon Pouliquen (de janvier 2002 à mai 2003). Yvon Pouliquen a néanmoins réussi à ramener le seul titre de prestige des Merlus, la Coupe de France 2002.
 

Derrière les Bretons, on retrouve Lille (qui a su maintenir Rudi Garcia, Claude Puel ou Vahid Halilhodzic pendant plusieurs saisons) et Guingamp (grâce au long bail de Francis Smerecki). Suivent Toulouse, Lyon – Jean-Michel Aulas n’ayant limogé qu’un seul entraîneur en cours de saison (Guy Stéphan, après une véritable démission de ses joueurs lors d'un 7-0 à Auxerre en octobre 1996) –, Valenciennes, Montpellier et Ajaccio.


 

Mandats les plus longs par club
Lorient : Christian Gourcuff 2003-...
Lille : Claude Puel 2002-2008
Guingamp : Francis Smerecki 1993-1999
Toulouse : Alain Casanova 2006-...
Lyon : Bernard Lacombe oct.1996-2000
Valenciennes : Antoine Kombouaré 2005-2009
Montpellier : Michel Mézy 1994-1998 et René Girard 2009-2013
Ajaccio : Baptiste Gentili 1992-2001
Reims : Manuel Abreu 1995-oct.2000
PSG : Artur Jorge 1991-1994
ETG : Pascal Dupraz 2007-2009
Bastia : Frédéric Antonetti 1994-1998
Bordeaux : Elie Baup, 1997-2003
Rennes : Frédéric Antonetti 2009-2013
Sochaux : Francis Gillot 2008-2011, Jean Fernandez 1999-2002 et Guy Lacombe 2002-2005
Nantes : Jean-Claude Suaudeau 1991-1997
Saint-Étienne : Christophe Galtier déc. 2009-...
Nice : Frédéric Antonetti 2005-2009
Monaco : Arsène Wenger 1987-1994
Marseille : Didier Deschamps 2009-2012
 


Champions de l'instabilité

Marseille porte une réputation de club instable assez méritée: depuis vingt ans, les entraîneurs tiennent à peine plus d’une saison! Toutefois, la situation semble s’être améliorée depuis l’arrivée d’Eric Gerets en septembre 2007. Les deux saisons consécutives du lion de Rekem, suivies du mandat "record" de Didier Deschamps (trois saisons consécutives), et du mandat en cours d’Élie Baup ont permis de faire remonter une moyenne faible.
 

L’AS Monaco a connu une première période délicate après le licenciement d’Arsène Wenger, durent laquelle seuls Jean Tigana et Didier Deschamps ont duré quatre saisons (avant des départs là aussi délicats). Avec l’arrivée de Claude Puel, l'OCG Nice va-t-il renouer avec la continuité, telle celle que Christophe Galtier a réussi à ramener à Saint-Étienne?
 

Nantes, autrefois réputé pour sa stabilité, figure aussi en bas du classement: de 1960 à 2001, le club n’avait connu que cinq entraîneurs différents. Coco Suaudeau reste le recordman depuis 1993 (José Arribas avait fait mieux, avec seize saisons consécutives de 1960 à 1976). Depuis le licenciement de Raynald Denoueix à la mi-saison 2001/02, le club a consommé douze entraîneurs différents, dont... huit depuis l’arrivée de Waldemar Kita en septembre 2007.
 

Le cas de Sochaux est particulier: le club n’a pas les moyens de conserver ses meilleurs entraîneurs, comme Alain Perrin, parti à Lyon en 2007 après une seule saison dans le Doubs, ou Francis Gillot, recruté par les Girondins de Bordeaux en 2011. Enfin, louons le mérite de Frédéric Antonetti, qui a réussi à effectuer de longs mandats à Bastia, Rennes, Nice mais aussi Saint-Étienne (où seul Galtier le dépasse) – autant de clubs guère réputés pour leur stabilité.
 

 

[1] On aurait pu prendre tous les clubs pros, ou tous ceux ayant déjà évolué à l’étage supérieur, mais cet échantillon a été retenu pour des raisons de simplicité.
[2] Certains entraîneurs ont connu plusieurs périodes, comme Luis Fernandez au PSG, Albert Emon à l’OM, Gourcuff à Lorient… On a compté le nombre d’entraîneurs, sans dissocier les périodes. Par ailleurs, l'ETG étant récent et résultant de plusieurs fusions successives, la moyenne a été prise en compte depuis la naissance de l’Olympique Croix de Savoie, saison 2007/08.

 

Partager

> sur le même thème

Et au milieu coule un Javier

> du même auteur

Les Bleus, version 4-4-2.0

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Stéphane Pinguet et Pierre Martini
2020-01-10

Roger Courtois, buteur d'époques

Plus présent dans les palmarès que dans les mémoires, l'avant-centre Franco-Suisse Roger Courtois a marqué le FC Sochaux et traversé des époques agitées. 


Enzo Olivera
2019-12-25

Diego Forlan : « Tout ce dont tu as rêvé quand tu étais gamin »

Entretien – Meilleur joueur du Mondial 2010, Diego Forlan évoque l'émotion des Coupes du monde, ses passages à l'Atlético et Villarreal, ce qu'il garde de sa carrière…  


Christophe Zemmour
2019-12-25

Diego Forlan, blond céleste

Passe en retraite - Une nouvelle vie commence pour Diego Forlan, nouvel entraîneur de Peñarol, dans sa ville natale de Montevideo. Hommage au merveilleux footballeur qu'il fut. 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)