auteur
Sylvain Zorzin

 

Incapable d’admettre qu’il a donné vie à Pierre Minus, il fuit l’opprobre en publiant de vraies histoires pour les vrais enfants dans les magazines Pomme d’api, Les Belles Histoires, Tralalire et Mes Premiers J’aime Lire.


Du même auteur

> article précédent

Licence to kill

Coca-Cola dégaze la violence en touche

Chronique cruelle – La FFF et le fameux soda s'associent dans une campagne pour le fair-play. Mais que venait faire là la marque à bulles? Enquête pour de rire.
Partager
Avec la LFA (Ligue du football amateur) et sous l’égide de la FFF, Coca-Cola a donc décidé de "promouvoir les valeurs positives du football" au travers d'une charte "On parle tous football", prônant le fair-play et l’absence de violence. On avait déjà eu droit aux bracelets de Nike mettant fin au racisme et à la haine entre les peuples. Et, sans doute pris d’un accès de naïveté, je pensais que le Coq sportif voulait lutter contre la faim dans le monde, avant de me rendre compte que ça ferait des nuggets lourds sur les talons.
Bon. Que Nike affirme être indifférent à la couleur de peau de ses travailleurs du Tiers-monde, que Puma veuille faire croire que de jeunes Africains rejoindront plus vite l’Atlantide (via des embarcations trouées) avec leurs chaussures aux pieds, on peut le comprendre, ça fait toujours de la bonne conscience à placer à côté du foie gras les soirs de fête.

coca_1.jpg

Mais Coca-Cola? Que vient faire la marque aux plusieurs parfums (Zéro, Cherry, et bientôt Zéro Cherry pour les célibataires moches) dans cette philanthropie footballistique de façade? Surtout en mettant en place tout un dispositif de "protocole" à respecter, avec des gens qui écrivent qu’on a bien serré la main de l’équipe adverse avant et après la rencontre, dans un esprit de pur fair-play et sans violence, ouh là surtout pas de violence (1).
Ce dispositif paraissait trop complexe, trop volontariste; il semblait cacher quelque chose. C’est pourquoi les Cahiers du football ont décidé d’enquêter. En exclusivité, nous avons pu nous procurer les premiers documents de travail de la firme américaine. Et on comprend quand même un peu mieux. N’empêche, c’est vrai que Coca-Cola empêche la violence sur les terrains de foot.

coca_2.jpg

PS: A noter que, lorsqu’on a présenté le slogan de Coca-Cola "Mettons la violence hors-jeu" à Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique lyonnais s’est immédiatement exclamé: "Mais non il n’y a pas hors-jeu c’est un scandale vous tuez le foot monsieur Piccirillo aah aah", avant d’appeler Philippe Lucas pour qu’il commente les images dans France 2 Foot.

> Retrouvez l'auteur de cette chronique sur le blog cruel dont elle est issue.

(1) Lors de chaque match officiel des catégories 13 et 15 ans, chaque équipe s’engage à respecter la charte "On parle tous football" au cours de la rencontre. Dûment remplie, une feuille de protocole consigne la façon dont ont été "valorisés les comportements positifs sur et en dehors des terrains". Et comme ça ne rigole pas, on peut même gagner des trucs.
Pour plus d’informations, cliquez:
www.fff.fr/onparletousfootball
www.coca-cola.fr/html/on-parle-tous-football.html
Partager

Déconneries


Agence Transe Presse
2020-05-27

"Sensible Stadium" : l'UEFA, les clubs et les télévisions passent au stade virtuel

Agence Transe Presse – Tribunes, ambiance et public artificiels: un consortium veut mettre en œuvre son projet de stades dématérialisés et de "football augmenté" dès la saison prochaine. 


Hind
2020-04-02

Comment vivre le football sans le football

Démode d'emploi – Avec l'arrêt des compétitions, le sevrage est brutal, mais les vrais accros sauront trouver des substituts. 


2020-02-26

Guide des communiqués officiels de l'OL

L'Olympique lyonnais fait désormais la guerre à ses propres supporters, et il n'a à peu près aucune chance de la gagner.


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"