auteur
Christophe Zemmour

Du même auteur

> déconnerie

Bundesliga Fashion 70's

> article précédent

Les caresses de Coutinho

Carbajal, de Rio à Londres

Les belles histoires de la Coupe du monde – Il est le premier joueur à avoir disputé cinq phases finales de Coupe du monde. Antonio Carbajal, c’est une aventure internationale débutée à Rio de Janeiro en 1950 et conclue à Londres seize ans plus tard.

Partager

 

Il avait débuté cette Coupe du monde anglaise sur le banc, ou plutôt derrière les buts pour assister le nouveau gardien titulaire de l’équipe du Mexique, le jeune Ignacio Calderón. Antonio Carbajal, portier moustachu charismatique aux mains nues, a déjà participé à quatre reprises à la compétition suprême depuis 1950. Le dernier match de poules face à l’Uruguay, le 19 juillet 1966 à Wembley, sera finalement pour lui l’occasion de devenir le premier joueur à disputer cinq phases finales. Et par là même, de joliment finir une carrière longue de dix-huit années.

 

 

 

Un gardien heureux

Carbajal, encore amateur, est appelé en 1948 dans le groupe mexicain pour les Jeux Olympiques de.... Londres, déjà. Antonio connaît sa première sélection en A un certain 24 juin 1950, pour le match d’ouverture du Mondial brésilien. C’est aussi l’inauguration du mythique Maracanã. Le jeune gardien doit faire face aux incessantes attaques des Ademir, Zizinho et autres Jair et Baltazar. Le Mexique s’incline (0-4), mais Carbajal mesure sa chance d’avoir été là: “J’aime voyager, et je n’avais jamais joué devant tant de personnes. C’était incroyable. J’entendais crier ‘Brasil! Brasil!’ et cela m’a vraiment stimulé et motivé. Les Brésiliens étaient des joueurs absolument fantastiques. C’est un plaisir de m’être mesuré à eux.”

 

Les performances du Mexique ne sont pas bonnes lors des deux matches suivants, respectivement défait par la Yougoslavie (1-4) et par la Suisse (1-2). Il en va de même en 1954 et 1958: El Tri et son gardien s’inclinent à chaque rencontre. La Coupe du monde chilienne est plus clémente pour Carbajal. Après une nouvelle défaite initiale face au Brésil (0-2), puis contre l’Espagne (0-1), le Mexique remporte enfin son premier match, en battant la Tchécoslovaquie (3-1), futur finaliste – mais alors déjà qualifiée pour les quarts. Carbajal est considéré comme le meilleur gardien du tournoi, et déjà, il établit le record d’être le premier joueur à prendre part à quatre éditions d’un Mondial.

 

 

Et dire que le jeune Antonio n’aurait même jamais dû jouer au football... Son père, qui a déjà perdu un fils renversé par une voiture alors qu’il s’amusait dans la rue, lui interdit de pratiquer ce sport. Carbajal tombe pourtant amoureux du football et brave les ordres de son paternel. C’est ainsi qu’il délaisse le poste d’attaquant et qu’il devient gardien de but dans les rues du district de San Rafael à Mexico, cette place dans les cages lui permettant de voir son père arriver et de s’échapper le cas échéant.

 

 

Un gardien éternel

Pour ce dernier match de poules du Mexique lors de la World Cup 1966 face à l’Uruguay, le sélectionneur Ignacio Trellez remplace Calderón par Carbajal. Antonio devient alors “El Cincocopas”. Cinq phases finales de Coupe du monde disputées, il faudra attendre 1998 et Lothar Matthäus pour voir cette performance rééditée. Une marque que son compatriote Rafael Márquez a désormais rejointe lors de l’édition russe: “C’est super qu’il ait la chance de le faire. C’est pour cela que sont faits les records: pour être égalés et battus.”

 

En ce 19 juillet 1966, Carbajal se débarrasse rapidement des gants que le gardien remplaçant de l’Angleterre lui a offerts. Il n’en a en fait pas l’habitude et ce n’est pas aujourd’hui, dans ce qui est son ultime match, qu’il va commencer. Antonio garde sa cage inviolée toute la rencontre (0-0), une première pour lui dans un Mondial. Une belle manière de se retirer et de conclure son histoire avec une compétition à laquelle on ne cessera de le rattacher: “J’ai toujours voulu être quelqu’un et je pense y être parvenu. J’ai joué ma dernière Coupe du monde il y a plus de cinquante ans, mais les gens se souviennent encore qui je suis.”

 

Son homologue du jour, Ladislao Mazurkiewicz, le félicite, et il part dans un tour d’honneur pluvieux. “J'aurais pu jouer quelques saisons supplémentaires, mais je me suis dit que tout devait terminer ici. Car quoi de mieux que Wembley? Quel meilleur souvenir qu'une Coupe du monde?” On ne saurait le contredire.

 

Partager

> déconnerie

Zidane, l'Eire de rien

> sur le même thème

2010, Casillas des as

> du même auteur

1966, Moore en son jardin

> Dossier

Histoire FC

Histoire FC


Adrián Sánchez Esbilla
2019-03-14

Le dernier châtiment de Cruyff

Líbero – Johan Cruyff a fini sa carrière de joueur au Feyenoord Rotterdam en 1983/84, après avoir été écarté par l'Ajax. Une saison chez le rival de toujours pour régler ses derniers comptes. 


Jon Spurling
2019-03-06

L'hiver où le football anglais se regarda dans la glace

When Saturday Comes – L'hiver 1978-1979 connaît un froid extrême et des grèves qui plongent la saison dans le chaos. Il marque aussi un tournant dans l'histoire du football anglais. 


Christophe Zemmour & Richard N
2019-02-14

Banks 1970, l'arrêt du siècle

Un jour, une parade – Le 7 juin 1970, à Guadalajara, le roi Pelé marque un but que le gardien anglais Gordon Banks annule d'un réflexe extraordinaire. L'histoire a retenu qu'il s'agit du plus bel arrêt de tous les temps.


>> tous les épisodes du thème "Histoire FC"

Sur le fil

La Gazette de la L1, son Championnat à l’envers, son vertigineux Classement en relief - https://t.co/4V8ksdyVcS https://t.co/0rVwogAAJg

Certaines sélections ont bien de la chance de ne pas avoir été le jouet des délires graphiques de leurs équipementi… https://t.co/LYGB4uokYZ

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

La Ligue des champions

aujourd'hui à 03h10 - Pavarrois : Pascal sort de ce pseudo ! (Excellent au passage) >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 02h47 - Tricky : Mesdames, messieurs, Jimmy Buckets Butler (après avoir dormi trois quart temps)C’est sympa de... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h34 - impoli gone : Match assez frustrant au Formidable.1ère mi-temps maitrisée, avec beaucoup d'impact et un gros... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 00h28 - OK Choucroute! : Bon, comme je vais faire dodo, je vous donne le prénom : Klaus. Klaus Mann, donc. >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h15 - M le Mendy : Vient de sortir la bande annonce de "Once Upon a time in Hollywood" le prochain Tarantino sur... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h06 - Delamontagne est Belle : suppdebastille20/03/2019 à 23h32Oui j'imagine tout à fait c'est cool d'être dans l'opposition,... >>


Le Palet des Glaces

20/03/2019 à 23h53 - Gouffran direct : Mauvais karma pour Amiens. Bien fait pour eux. >>


L'empire d'essence

20/03/2019 à 23h45 - Run : Voila, j'ai fini. Dans l'ensemble les acteurs se montrent sous un visage tout a fait positif... >>


Paris est magique

20/03/2019 à 23h26 - cocobeloeil : Sinon, Bala ne vous demande jamais des pronos concernant le PSG ?Chez nous on l'a malheureusement... >>


Café : "Au petit Marseillais"

20/03/2019 à 23h22 - Super Hérault : Nicordioaujourd'hui à 20h32Je ne suis qu’amour pourtant.Perry Cox et Jordan Sullivan donc, dans... >>


Les brèves

De Nuremberg à Pôle Emploi

"Nuremberg vire son entraîneur." (lequipe.fr)

Faut pas des Koné

"Boxing Day en L1, Koné dit non." (maxifoot.fr)

Abstinence

"Fuchs absent trois mois." (lequipe.fr)

Doc Gynéco en public

"Les oreilles écartées par ses gants noirs, Mario Balotelli a ouvert ses écoutilles face aux tribunes de Gaston-Gérard." (lequipe.fr)

Flammengo

"Brésil : incendie meurtrier au centre de formation de football de Flamengo." (rfi.fr)