auteur
Stéphane Pinguet

Du même auteur

> article suivant

La place de San Marco

> article précédent

Liverpool sur un fil rouge

> article précédent

Cavani et Icardi, frères devant

All the president’s OM, ces amis qui ne veulent pas partir

L’OM a inventé un métier: ancien président de l’OM, un poste plus durable que celui de président de l'OM, et qui permet d'exister indéfiniment dans les médias. 

Partager

 

D’une seconde à l’autre, ils ne sont plus rien. Ils étaient la girouette autant que le vent et, en quelques secondes, leurs destins basculent. Une rupture, unilatérale, souvent violente et sauf exception, sans appel.

 

Il faut partir, partir vite, partir loin, partir à jamais. Il faut partir digne et silencieux, il faut partir en disgrâce en supportant opprobre et injustice. Il faut partir sans se retourner. Il faut surtout partir en sachant une fois pour toutes la fermer. Ce n’est pas le plus simple, mais la décence doit être de rigueur.

 

Oui, le président d’un club de football est tout autant un ex-président. Il prend sa fonction, l’occupe pendant une durée indéterminable, la quitte plus ou moins volontairement et vaque à d’autres occupations moins exposées à la passion irrationnelle du monde du football.

 

 

 


Présidents ventouses

Il y a bien évidemment quelques exceptions. La première, le président qui préside plusieurs clubs comme Jean-Luc Dayan. La deuxième, le président à vie car il en est le propriétaire omnipotent comme Jean-Michel Aulas. La troisième, très particulière, le président élu, puis viré, puis qui cherche à revenir comme au Real Madrid ou FC Barcelone.

 

Voilà ce qui règle à peu près l’ensemble des configurations. Mais il y a l’Olympique de Marseille et sa flopée de présidents ventouses, persuadés d’avoir été et d’être encore le sauveur providentiel dont le club a l’air d’avoir toujours besoin parce que lui, il sait comment bien faire dans le contexte que tout le monde veut particulier à Marseille.

 

L’OM a donc bien inventé un métier, celui d’ancien président de l’OM. Cette caste très fermée permet à tout moment d’intervenir sur la vie du club, d’émettre un avis sur les résultats "pas à la hauteur de l’ambition de ce grand club". Et d'enchaîner sans finesse sur un péremptoire: "Aujourd’hui on voit bien que j’avais raison".

 

Voilà qui présente une double utilité: 1) souligner l’injustice d’un débarquement non digéré par des ronds de cuir qui n’y comprennent rien et 2) dire en substance que la direction actuelle va dans le mur si on ne l’écoute pas, lui l’ancien qui donne son conseil gratuitement parce que c’est la famille.

 

 


Signes distinctifs

Depuis 1986, l’OM collectionne les présidents à vie. Ils s’accumulent progressivement et constituent une formidable armée de réserve médiatique à ressortir quand le club fleure le parfum de scandale, de crise ou de ridicule, autant dire plusieurs fois par saison.

 

Si l'on exclut les présidents intérimaires ou fusibles avec un passage de moins d’un an, il nous reste de sérieux candidats au melon d’or: Bernard Tapie, Jean-Claude Gaudin, Robert Louis-Dreyfus, Yves Marchand, Christophe Bouchet, Pape Diouf, Jean-Claude Dassier, Vincent Labrune et Jacques-Henri Eyraud.

 

De cette liste, retirons Robert Louis-Dreyfus pour raison de santé, Jacques-Henri Eyraud qui est toujours en place, il nous reste Yves Marchand comme président normal. Les autres vivent toujours régulièrement dans les médias et les réseaux en tant qu’anciens présidents de l’OM – avec une mention spéciale tout de même à Jean-Claude Gaudin, qui cumule avec le statut de maire à vie.

 

Il est même possible de mettre devant chacun d’eux leur marotte, le signe distinctif dont ils se prévalent régulièrement pour assurer la postérité à leur mandat.

 

Bernard Tapie a pour lui l’étoile et le soutien indéfectible du peuple marseillais. Tapie, président plébiscité, éphémère manager général en 2001 pour un retour raté et propriétaire du puissant et influent groupe de presse local depuis 2012, afin de se payer sans filtre et à moindre frais les dirigeants en poste: " C’est ça qui me gonfle à l’OM : sous des apparences de grands professionnels, les mecs à la tête sont nuls. Pas les joueurs, pas l’entraîneur, ils sont bons eux! Il faut se dire aussi que les joueurs de foot ne respectent que deux types de personnes dans les clubs: un ancien joueur qui les a fait rêver et celui qui les paie. Et pas celui qui est payé pour te dire ce qu’il faut faire" (La Provence, août 2019).

 

Jean-Claude Gaudin a, à son crédit, la trouvaille du repreneur post-Tapie et reste à ce jour le propriétaire du Vélodrome, temple sacré de l’OM: "Le Stade vélodrome, c'est comme le Vieux-Port ou Notre-Dame-de-la-Garde, ça appartient aux Marseillais. Ce sont les Marseillais qui possèdent le Vélodrome. Il n'est pas question de vendre le Vélodrome" (RMC, avril 2018).

 

Robert Louis-Dreyfus compte à son palmarès le titre perdu en 1999 (entente illicite évidemment) et la finale perdue de C3 (dopage adverse assurément) et – plus sérieusement – le retour d’une certaine rationalité.

 

Christophe Bouchet remplace Tapie pour l’avoir critiqué dans un livre. Il mène une bataille titanesque pour une meilleure répartition des droits TV, autrement dit, sa bataille pour faire prévaloir à l’OM, malgré l’absence durable de titre, son rôle de club historique en France et gagner plus. "Il y a quinze ans, je n'avais pas eu peur de ferrailler contre la Ligue pour obtenir une répartition des droits télé plus logique. Aujourd'hui, on voit que j'avais raison car cela a permis à certains de dégager des marges de manœuvre considérables" (Le Parisien, 2017 – après son élection à la mairie de Tours).

 

Pape Diouf peut se prévaloir de sa bonne gestion, de la reconstruction laborieuse et efficace pour un retour solide dans le top 5 français, et de la victoire en coupe Intertoto. Jaloux de son successeur qui lui a volé le titre de champion qu’il pensait donner à Marseille, il se fend toujours d’une mise sous pression des dirigeants ou d’un jugement hautain sur leur action: "J'aurais probablement agi différemment…" (La Provence, juillet 2019) ou "On peut dire que le recrutement est une faillite, puisque les joueurs qui ont été pris n'ont pas apporté ce que l'on attendait d'eux" (Onze Mondial, décembre 2018).

 

Jean-Claude Dassier tient le titre de champion avec l’équipe de Pape Diouf et le rôle du mec qui ne sait pas trop comment il est arrivé là. On le ressort du formol pour le pire – donc sur CNews: "Aujourd'hui, l'OM c'est un vrai calvaire. Quand on voit où en était le club il y a quatre ou cinq ans (ndlr: quand c’était moi) et où il en est avec le président qui va partir... Marseille, c'est quand même Marseille, on ne fait pas joujou avec ce club comme ça a été le cas ces dernières années" (Le Phocéen, juillet 2016).

 

Vincent Labrune est l’ami du proprio, l’homme de réseaux, le fossoyeur d’une belle équipe pour rétablir piteusement un équilibre précaire afin d’améliorer la vente, il est apprécié dans tous les milieux, sauf celui du foot et sauf à Marseille. "Labrune est resté copain avec les présidents. Il peut être casse-couilles, mais c’est un mec sympa pour prendre un café! Il essaye aussi de rentrer dans les dossiers, mais il confond tout… Il a le trouillomètre à zéro à l’idée de disparaître du foot. Il voudrait être influent… Mais il l’est plus!", témoigne un anonyme (20 Minutes, février 2019).

 

Enfin, Jacques-Henri Eyraud, en poste, dont on ne prédit pas pour le moment une postérité douillette dans le cœur des Marseillais, tant le côté diplômé d’école de commerce rigide ne sied pas au nécessaire bordel ambiant: "Nous avons un projet autour de la performance mais aussi un projet de redonner des valeurs à ce club" (conférence de presse, 27 octobre 2016).

 


Fenêtre de tir

Ces hautes figures restent là, tapies dans l’ombre, et ne supportent pas d’avoir à partager les miettes d’aura que ce club permet d’obtenir. Même sans gagner de titre, la venue d’un grand joueur sera toujours saluée. Même sans être adoré, le président restera dans les mémoires pour tout acte de défense du club et de ses supporters, encore mieux s’il y a du panache.

 

Ce n’est pas seulement un club à part, c’est le microcosme marseillais dans sa globalité qu’il faut savoir appréhender en jouant sur certaines cordes sensibles pour ne pas être oublié. Chaque président de l’OM connaît fort bien le statut particulier de cette fonction éreintante. Avec la faible probabilité de gagner des titres, il n’a qu’une fenêtre de tir limitée pour s'inscrire dans les mémoires.

 

L’histoire se joue donc dans cette capacité à incarner le club, ses valeurs et ses ambitions le plus souvent frustrées, à défendre les couleurs sans dévoyer l’identité aux plus belles offres – que ce soit pour la vente d’un joueur, le nom du stade ou le sponsor du maillot.

 

L’enjeu du mandat de chaque président marseillais n’est pas une gestion réussie, mais, finalement, la défense obsédée de cette identité forte qui sert avant tout à convaincre les Marseillais eux-mêmes de ce particularisme un brin folklorique dans le paysage français. Sinon, il y a Giovanni Ciccolunghi.

 

Partager

> sur le même thème

Liverpool sur un fil rouge

Les clubs et les équipes


Richard N
2020-03-29

FC Nantes 1995, le grand tourbillon

Les grandes équipes – Donné pour mort trois ans plus tôt, le FC Nantes réalise une saison exceptionnelle. Une réussite portée par la formation et un projet de jeu sans recrutement ni vedettariat. 


Richard N et Christophe Zemmour
2020-03-21

United 1995 : une saison rouge et sèche

En 1995, au beau milieu de sa mainmise sur le football anglais, Manchester United rate complètement sa saison 1994/95: l'équipe d’Alex Ferguson termine deuxième. 


Hugo Hélin
2020-02-17

OL : sans colonne vertébrale, c'est dur de marcher

Visualisation – Onzième de Ligue 1, l'OL a peu de certitudes dans le jeu. Et cela se voit dans les temps de jeu de sa première partie de saison. 


>> tous les épisodes du thème "Les clubs et les équipes"

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 11h45 - OLpeth : Je recommande pas leur modèle ô que non. Mais en matière d'industrialisation, de cogestion des... >>


Libertadores / foot sud-américain

aujourd'hui à 11h41 - Edji : Je précise alors un peu mon propos (qui se voulait plus une réaction d'humeur qu'une analyse... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 11h39 - khwezi : Personnellement, je ne trouve pas que le football soit futile dans ces moments là, bien au... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 11h36 - Maurice Eculé : Oui avec la moyenne mobile sur une semaine, la moitié de la variation quotidienne est due à la... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 11h27 - Dan Lédan : Match 3 : Dupin (fallait bien en choisir un mais , alors , j'ai beaucoup de mal avec ce style ,... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 11h08 - De Gaulle Volant : Viser le maintien"Guy Roux craint le coronavirus, car il est dans «la mauvaise catégorie»"... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 11h00 - fireflyonthewater : blafafoire30/03/2020 à 18h47Merci pour ta reponse … et courage courage … >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 10h00 - L'amour Durix : Superz Hérault, Tonton, Il me semble que les récompenses individuelles sont attribuées avant la... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 09h52 - Mevatlav Ekraspeck : Je découvre la série Alex Hugo de F2, avec Le Bihan et Astier père.La montagne y est sublime. Je... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 08h35 - vertigo : Il faut séparer le président du président. >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)