auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article suivant

Shankly, une utopie socialiste

> article suivant

Une éternité avant le Brexit

> article précédent

Di Meco fait le ménage

Bouchet redouble

Hey, toi le jeune! Tu ne connais pas le sympathique Christophe Bouchet, ex-président de l'OM candidat à la présidence de la FFF? Rappel et Best of.

Partager


Le football offre souvent plusieurs vies à ses personnages, qui peuvent ainsi effectuer des come-back plus ou moins fracassants. Christophe Bouchet a connu une vaste bien qu'assez brève notoriété en tant que président de l'OM de 2002 à 2004, durant une des rares périodes de cohérence de Robert Louis-Dreyfus, qui lui avait accordé sa confiance sur la foi... de ses enquêtes assez critiques sur le club. Car Christophe Bouchet a été journaliste avant cette vie-là: sur des radios locales, à l'AFP puis au Nouvel Observateur.

 


"La meilleure équipe depuis dix ans"

Auteur du livre Comment devenir riche et célèbre sans vraiment le mériter, Bouchet n'entendait pas faire carrière comme plumitif: après Marseille, il reprend une société de marketing sportif puis devient directeur général de Sportfive, l'agence de marketing sportif du groupe Lagardère.

 

Une trajectoire bien gérée, ou presque: il quitte Sportfive en 2011, alors que l'entreprise périclite, et en 2012 il prend une veste spectaculaire aux législatives (1,62% à Tours) sous la bannière du Parti radical – une formation politique informe qui convient assez bien à l'opportunisme du personnage et au caractère indéfini de ses idées.

 

À la tête de l'OM, son bilan est d'abord positif: des comptes remis à l'équilibre, l'achèvement de la Commanderie, la Ligue des champions retrouvée. En 2003/04, il sauve sa tête en coupant celle d'Alain Perrin [1] avec lequel il était arrivé, et côté recrutement, réussit un grand coup en faisant venir Didier Drogba – ce qui compense les fiascos Pedretti, Lizarazu et l'imbroglio Barthez [2].

 

La saison s'achève sur une finale de Coupe de l'UEFA, mais c'est la gestion calamiteuse de l'après-Drogba qui précipitera sa chute: à la suite de la vente de l'Ivoirien (pourtant déclaré "intransférable") à Chelsea, il promet "la meilleure équipe de l'OM depuis dix ans", mais voit sa formation rapidement distancée au classement, le poussant à la démission en novembre.

 


Plus antipathique que JMA

Christophe Bouchet est par ailleurs resté dans les mémoires comme un militant acharné du libéralisme appliqué au football, avec des positions de nature à faire passer Jean-Michel Aulas pour un modéré. Il obtient d'ailleurs la réforme du système de répartition des droits TV avec l'introduction du "critère de notoriété".

 

Démagogique et antipathique dans des proportions bien équilibrées, il aura fini par se faire détester de tout le monde. On se souvient qu'il était allé jusqu'à réclamer la restitution du titre de 1993, "remporté sur le terrain" (lire notre article de mai 2003 et ses 267 réactions). Il se signale aussi par son étonnante propension à dire tout et son contraire.

 

Comme c'est le même homme qui, aujourd'hui, vient de se déclarer candidat à la présidence de la FFF avec autant de légitimité à défendre l'intérêt général du football français qu'un ancien patron de l'industrie pharmaceutique à devenir ministre de la Santé, nous vous avons réservé un petit best-of de ses meilleures déclarations de président de l'OM. Vous comprendrez d'autant mieux celle qu'il profère aujourd'hui.

 

[cliquez sur l'image pour l'agrandir]

 

 

 

 

[1] Lire "Le difficile an II de l'ère Bouchet-Perrin". Alain Perrin sera accusé par l'OM de "faits de harcèlement sexuel", "exhibition sur le lieu de travail" et "défaut d'information de l'employeur".
[2] Barthez est recruté à l'automne 2003 en provenance de Manchester United, mais les dirigeants découvrent tardivement qu'il ne sera pas qualifié avant le début d'année. Dans l'intervalle, Vedran Runje – qui accomplissait un joli parcours à Marseille – se décomposera complètement. (lire "Barthez, antithèse")

 

Partager

> déconnerie

2011 en 11 déclarations

> sur le même thème

Un cadavre dans le Blaquart

La Ligue et la Fédération


Jérôme Latta
2020-11-10

Ligue 1 à dix-huit clubs : une bonne idée, de mauvaises raisons ?

Minichro – Le président de la LFP pousse l'idée d'une réduction de l'élite française à dix-huit équipes. Quelles sont les intentions derrière ce projet? 


Jérôme Latta
2017-05-09

"Plan stratégique" de la Ligue : le football français veut avancer à l’économie

Une Balle dans le pied – La LFP vient de présenter son programme 2017-2022 pour rattraper les quatre grands championnats européens. Avec un volontarisme économique qui peine à penser au-delà de l'économie.


Yann Le Sauce
2016-03-29

La LFP et son révélateur

Le révélateur de hors-jeu, outil imparfait et propice aux polémiques, est pourtant utilisé de nombreuses fois dans un match. Et même par la Ligue, qui reprend sur ses plate-formes ce qu'elle interdit dans les stades.


>> tous les épisodes du thème "La Ligue et la Fédération"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)