Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Rocheteau, l'ange vain

Autoportrait craché – Dominique Rocheteau, chevalier de l'éthique de retour chez les Verts, gère sa carrière sans forcer. L'auréole sous le bras.

Auteur : Jérôme Latta le 30 Nov 2010

 

 

À l'époque, je ne supportais pas qu'on m'appelle l'Ange vert. Aujourd'hui, le malentendu ne me gêne plus. J'écoutais Dylan quand la France s'adonnait à Sardou, et j'avais les cheveux plus longs de quelques centimètres que la moyenne de mes contemporains, en cette époque pileuse. Mais j'étais beaucoup trop sage pour incarner un George Best à la française. Deux cartons jaunes dans toute ma carrière, l'épopée stéphanoise et la naissance du PSG, 49 sélections dans la plus belle équipe de France de l'histoire: un parcours céleste, quoiqu'un peu marqué par la fatalité avec Glasgow et Séville comme points d'orgue.


Éthiqueté

On me disait décalé dans le milieu du football, mais c'est quand il a fallu quitter le terrain que je n'ai plus réussi à trouver ma place. Agent de joueur, premier rôle à contre-emploi. "J'étais parti dans cette voie plus par philosophie que pour le business", ai-je dit un jour. Avec Ginola et Pedros comme clients, je pouvais repasser, pour la philosophie. J'ai continué avec les erreurs de casting, mais chez Pialat, pour Le Garçu avec Depardieu. Pas très concluant, mais pas pire que Cantona, l'autre rebelle présumé du foot français.
J'ai pantouflé chez Darmon, qui a souvent fait dans le social pour les anciennes gloires. Je me suis attelé, mollement et en pure perte, à presque tous les projets de second club à Paris: Saint-Denis-Saint-Leu, Red Star, Paris FC. Et puis j'ai créé mes stages de foot à Royan en 2003, après les autres mais comme les autres. Ça au moins, ça marche. J'ai aussi fait le consultant plan-plan pour Stade 2 et Radio France, chez Vendroux. Ah, Vendroux... C'est bien au Variétés Club de France qu'on fait les plus belles carrières dans le football français, si vous l'ignoriez.

rocheteau_auto2.jpg

La mienne, je l'ai surtout faite dans l'éthique. Président du Conseil national de l'éthique de la Fédération dès sa création en 2002. Le truc le plus inutile de la terre. Du bénévolat, heureusement. Missions: "Informer les organes supérieurs du football des faits susceptibles de nuire à l'image du football". Comme si les organes supérieurs n'avaient pas la télé. On s'est battus pour avoir un pouvoir de sanction, avant de demander à ce qu'on nous le retire, puisque nos décisions finissaient toujours par être cassées.
Je remerciais les présidents de club quand ils daignaient répondre à nos convocations après avoir insulté un arbitre en plusieurs langues. On s'est fait Fiorèse, quand même. On ne l'a pas raté. Il faut dire qu'il était à terre. Le reste du temps, j'ai avalé les couleuvres, essuyé les affronts. "Notre action est peut-être vaine, j'ai parfois le sentiment de me battre dans le vide". Les gens me demandaient souvent pourquoi je ne démissionnais pas, mais ça allait bien à mon spleen, cette inutilité.


L'ange vert du décor

Et puis c'est porteur, l'éthique. Il faut des vrais spécialistes comme moi, qui ont bien compris qu'en réalité tout le monde s'en fout, de l'éthique. La preuve: je suis aussi membre du Comité d'éthique de la FIFA. Il y a plein de petits boulots: après les sifflets de France-Tunisie, Laporte m'a demandé de présider un groupe de travail afin d'améliorer le civisme dans les stades. Il y avait Roustan dans le groupe, alors pour le travail, on ne craignait rien. Après, c'est Bachelot qui m'a confié une commission "pour réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour combattre la violence dans les stades". Les missions impossibles, personne ne te reproche de ne pas les mener à bien. J'ai gardé une image de missionnaire – d'ailleurs je parraine un centre de formation à Hô Chi Minh-Ville et je pigeais encore tout récemment pour Sportfive (ancienne maison Darmon) au profit du marketing de la Coupe de France.
Les malentendus ne se dissipent pas. Je porte des polos Lacoste, j'ai cautionné "l'outrage à l'hymne national", et il y en a encore pour me croire de gauche. Je ne suis pas de droite pour autant, notez bien: je m'applique à être le moins de choses possible. "Il n'est ni bon, ni mauvais, il est différent", a dit de moi Patrick Chêne. Pas mal. En tout cas, j'ai compris que l'Ange vert, c'était mon ange gardien, et je me suis réconcilié avec lui. Le titre de ma biographie en 2005: On m'appelait l'Ange vert. Je vous montrerai mes ailes, un jour.

rocheteau_auto1.jpg

À cinquante-cinq ans, pourtant, j'ai décidé qu'il était temps de me lancer, et j'ai répondu à l'appel de l'AS Saint-Étienne. Ils m'ont préféré à Sagnol, probablement parce qu'ils savaient que je n'allais fâcher personne, alors que Willy avait déjà énervé tout le monde. À mon arrivée, j'ai bien précisé que je venais d'abord pour observer, que mes responsabilités n'étaient pas très définies. Pas question de changer mes habitudes. Et puis au bout de deux mois, l'ASSE est en tête du championnat, les médias nous refont le coup du retour des Verts. Je n'ai rien eu le temps de faire, mais on m'en attribue déjà le mérite. J'ai pourtant pris garde de rester dans l'abstrait: je suis là pour restaurer les "valeurs" du club, je l'ai bien martelé.
Maintenant, Romeyer me demande de remplacer Comolli, qui ne servait à rien. Un rôle sur-mesure pour moi. Me voilà vice-président du conseil de surveillance, conseiller spécial du président, membre de la cellule de recrutement, chargé d'un plan de développement sportif... S'ils créent une sous-direction de l'éthique, je sens qu'elle sera pour moi.


rocheteau_perret.jpg
Commencer avec la tête de Rimbaud jeune et finir avec celle de Pierre Perret vieux, c'est toujours mieux que de finir avec la tête de Rimbaud vieux.

AUTOPORTRAIT CRACHÉ : CHRISTOPHE DUGARRY
AUTOPORTRAIT CRACHÉ : PIERRE MÉNÈS
AUTOPORTRAIT CRACHÉ : MICHEL SEYDOUX

Réactions

  • Yes, Hakan! le 30/11/2010 à 00h39
    Tout simplement, Bravo. Sans flagornerie aucune. C'est à ce genre d'article que l'on ne peut qu'admettre que les CDF sont, de nos jours, devenus indispensables.

  • Flying Welshman le 30/11/2010 à 08h58
    En tout cas, avec seulement deux cartons jaunes dans sa carrière, il n'a guère été un Rimbaud warrior.

  • Tonton Danijel le 30/11/2010 à 09h22
    Peut-être le meilleur des auto-portraits, partagé entre le respect pour l'ancienne idole (capillaire?) et le regret de le voir cantonné à des rôles subalternes. Un constat que je partage en tout cas.

  • Mipoulet le 30/11/2010 à 09h31
    C'est magnifiquement écrit, un poil condescendant, j'ai adoré cet article.

    A quand un auto portrait craché par Barthez ?

  • vertigo le 30/11/2010 à 14h17
    Très bon.

    "J'écoutais Dylan quand la France s'adonnait à Sardou". Ce serait bien si cétait le contraire aujourd'hui, que Toulalan écoute Sardou et que la France s'adonne à Dylan.
    Bon, je retourne à mes albums Panini.

  • Sens de la dérision le 30/11/2010 à 14h22
    Non, aujourd'hui, une partie de la France écoute Sardou, une autre Booba. Personnellement je ne savais pas que Dylan avait chanté après Beverly Hills.

  • Fugazi le 30/11/2010 à 14h24
    Un truc que j'ai pas compris, Rocheteau n'est pas angevin, il est de Charente Maritime.
    Sinon, bel auto-portrait, j'ai bien aimé ses passages radiophoniques, rien que par le fait qu'il ait cherché à vaincre sa timidité.

  • 12 mai 76 le 30/11/2010 à 16h08
    Très bel autoportrait. Il est juste de se moquer un peu de son rapport à l'éthique, tant toutes ses missions dans ce domaine furent inefficaces.
    Mais sur le terrain il était exemplaire. Je n'ai jamais vu un joueur se prendre autant de mauvais coups, à une époque où les fautes étaient autrement plus violentes qu'aujourd'hui. Fauché, taclé par derrière, balancé, accroché par le maillot... Rocheteau se relevait, ne protestait pas, reprenait place sur son aile et dès le premier ballon qui lui venait dans les pieds, piquait droit sur son défenseur pour le passer, en sachant qu'il se ferait à nouveau couper en deux.

  • Ba Zenga le 01/12/2010 à 14h26
    Très certainement une de mes séries favorites chez les Cahiers. Et puis, on se reconnaît tous à un moment donné de notre vie dans Dominique Rocheteau. Je kiffe ce gars.

  • Yes, Hakan! le 07/12/2010 à 12h00
    FUGAZI
    mardi 30 novembre 2010 - 14h24
    Un truc que j'ai pas compris, Rocheteau n'est pas angevin, il est de Charente Maritime.

    -----
    C'est vrai Fugazi, je m'étais fait la même remarque en lisant l'article "quel est le rapport entre Rocheteau et Angers ?"... il n'y en a aucun.

    Mais j'aurais proposé un autre nom d'article à Dame Rédac' :
    Rocheteau, l'Ange Vret.

    C'est moins cynique, c'est sûr, mais plus nostalgique et plus réaliste, je pense...