En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Real Madrid, autopsie d’une saison sans titre

Gagner de l’argent ou des matches? Les deux si possible. Sauf que le Real Madrid, qui finira la saison sans trophée, veut d’abord le premier. Une stratégie présidentielle qui n’empêche pas le club d’être compétitif sportivement mais possède de sérieuses limites.

Auteur : Christophe Kuchly le 18 Mai 2015

 

 

La Liga est bicéphale. Ses deux entités majeures, le Real et le Barça, sont en position de force pour ramener des trophées chaque année, à l’échelle nationale mais aussi européenne. Et pourtant, depuis douze ans, plus d’une saison sur deux s’est terminée sans rien pour les Madrilènes. Trois Ligas, deux Copa et une Ligue des champions, soit un palmarès moins fourni que celui de Marc Bartra. Provocation mise à part, cela reste très inférieur au potentiel d’un club qui cumule palmarès, pouvoir d’attraction et grands joueurs. Parmi ces titres, deux Ligas ont été remportées sous la présidence de Ramon Calderon, qui n’a duré que trois ans. Six des sept saisons terminées les mains vides l’ont été avec Florentino Perez aux commandes. Pas forcément un hasard.

 

 

Le choix du clinquant

Inutile de revenir sur l’époque des Galactiques, avec ses succès et ses échecs, mais qui laisse un goût de trop peu compte tenu des joueurs de l’époque. En revenant aux affaires en 2009, Perez n’a pas vraiment changé sa ligne directrice, qui avait au moins eu du succès au niveau commercial et médiatique. Plutôt que de prendre une star par saison, il a beaucoup dépensé selon les opportunités. Kaka, Xabi Alonso, Benzema et Cristiano Ronaldo d’abord. Özil et Di Maria l’année suivante. Puis, plus récemment, Modric, Bale, Isco, Kroos et James, pour citer les plus connus. Tous de bons joueurs, mais pas forcément des hommes répondant aux besoins du moment. Des stars établies ou en devenir qui ont un point commun: hormis Xabi, ce ne sont que des joueurs offensifs, meneurs, ailiers ou attaquants de formation. Même Coentrao, comparé à ses débuts à Luis Figo, est un ailier reconverti. Quand on joue à onze, ça fait beaucoup de garçons à mettre sur le terrain en même temps.

 

 

 

 

Les entraîneurs étaient-ils forcés de faire jouer les recrues les plus chères? Même sans remarques directes de la part de la hiérarchie, on imagine bien qu’il est assez compliqué de mettre un transfert à plus de cinquante millions d’euros sur le banc. Plus que le prix, des joueurs au profil plus défensif ayant également été achetés depuis six ans, c’est toutefois le côté bankable qui peut faire hésiter au moment de composer l’équipe. Au moins autant vis-à-vis de joueur que du président, qui a déjà prouvé qu’il n’hésitait pas à se débarrasser des coaches qui ne lui convenaient pas. Et comme, au-delà du prestige, la plupart des arrivants ont de vraies qualités, essayer de les associer n’est pas forcément un mauvais calcul. Cela a même rapporté une Ligue des champions l’an dernier, avec un onze pourtant pas franchement équilibré sur le papier mais finalement fonctionnel.

 

 

Le guide et son relais

C’est que le capitaine du bâteau sait y faire. Carlo Ancelotti n’est pas ce que l’on peut appeler un entraîneur exigeant. Il gagne, ne se plaint pas particulièrement en conférence de presse, ne cherche pas à imposer un style de jeu particulier à ses équipes et sait gérer des stars, même celles dont il n’a pas réclamé la venue. Le profil parfait pour entraîner ce Real-là, et un changement bienvenu après le passage chaotique de José Mourinho. L’air de rien, le technicien italien a ainsi pu faire passer l’idée d’alternance des gardiens – avec Iker Casillas remplaçant en championnat la saison dernière – sans qu’il n’y ait de drame, et trouvé une formule qui marchait sur le terrain.

 

À l’image de Vicente Del Bosque, l’homme qui avait remporté les trophées de l’ère galactique, Ancelotti incarne la force tranquille. Il est l’un des entraîneurs les plus titrés du football mondial et probablement le seul regroupant toutes les qualités requises. Ce qui ne veut pas dire qu’il a tout réussi lors de ses deux années en Espagne. Les expérimentations à la pointe basse de son 4-3-3 – qui se mue en 4-4-2 en phase défensive – se sont soldées par des échecs: Sergio Ramos perdu, Asier Illarramendi trop tendre, Sami Khedira blessé et jamais dans son élément et enfin Toni Kroos, au volume de jeu insuffisant, n’ont jamais comblé le vide laissé par Luka Modric, victime de plusieurs blessures. Un seul élément absent et tout l’équilibre est menacé. Paradoxal vu l’effectif.

 

 

L’équilibre du milieu

C’est pourtant ce qui arrive à un Real qui joue régulièrement avec deux latéraux de débordement et six éléments offensifs, dont trois doivent s’insérer dans un milieu cohérent. Le modèle barcelonais a prouvé que l’on pouvait faire fonctionner un 4-3-3 avec des relayeurs-créateurs (Xavi/Iniesta) en les associant à une sentinelle. Yaya Touré moyen tactiquement et trop porté vers l’avant, c’est Busquets qui est sorti de la réserve pour stabiliser l’ensemble. Aujourd’hui, avec un trio meilleur offensivement mais moins travailleur que du temps de Pedro, par exemple, il faut renforcer la récupération et la construction. D’où le rôle de Rakitic, l’autre Croate, recrue pas sexy sur le papier et pas spécialement sur le terrain, pourtant essentielle au niveau collectif.

 

 

 

 

Au Real, Luka Modric peut être la pointe basse du triangle à condition que James et Isco remplissent leur part pour récupérer rapidement le ballon. Presque personne ne pouvant lutter avec cette équipe, on arrive alors généralement dans une configuration d’attaque-défense où il suffit de marquer sur l’une des nombreuses occasions, provoquées mécaniquement par l’avantage technique et physique.

 

Comme Toni Kroos, Modric est un meneur de jeu qui a appris à jouer plus bas. Avec Carlo Ancelotti, l’homme qui a façonné Andrea Pirlo, ils ont un bon professeur. Mais Kroos a un an d’apprentissage de moins et, peut-être, tout simplement moins de qualités pour occuper le poste. Et c’est là que l’on en revient au recrutement, ou plutôt au renouvellement de l’effectif l’été dernier. Si le groupe d’alors était déjà très tourné vers l’attaque, Florentino Perez n’a pas jugé utile de garder Xabi Alonso, le meilleur récupérateur du club, et surtout Angel Di Maria. L’Argentin, qui a ajouté à ses qualités offensive un énorme volume de jeu au milieu, était le joueur le plus important de la saison dernière. C’est lui qui a, directement ou indirectement, fait la majorité des différences dans la capitale. Lui, aussi, qui a transcendé une Argentine plutôt morne au Mondial. L’offre de Manchester United et son potentiel marketing limité l’ont poussé bien plus au nord, dans une équipe qui ne sait pas l’utiliser, tandis qu’Isco n’arrive pas encore à épouser toutes les facettes du rôle. Qualités et opportunités...

 

 

Bêtes noires et détails

En demi-finale européenne, il n’y a pas eu beaucoup de jeu. Des occasions, certes, mais principalement sur coups de pieds arrêtés, tirs lointains et actions individuelles. La Juventus, contrairement à beaucoup d’équipes espagnoles, sait refuser le jeu, évoluer en contre et garder sa solidité en évoluant regroupée. Privés d’espaces, Bale et Ronaldo n’ont jamais pu prendre la profondeur. Comme souvent face à l’Atlético Madrid, éliminé en Ligue des champions après deux derbys faute d’avoir su reproduire l’étouffant pressing mis en place lors de la victoire 4-0 en février, en Liga. Une bête noire plus tactique que psychologique ces dernières saisons, pour une formation merengue dont beaucoup de qualités sont celles d’une spécialiste du contre, mais qui n’a pas le loisir de souvent le pratiquer. D’où un amusement plus prononcé l’an dernier face au Bayern que contre cette Juve.

 

Pourquoi le Real Madrid n’a rien gagné cette saison? Pour les mêmes raisons qu’il était à deux minutes de faire chou blanc l’an dernier: une forte concurrence sur le plan national, un effectif déséquilibré et un jeu dépendant de quelques joueurs. L’entraîneur a sa part de responsabilité, tout comme les stars. Mais personne ne découvre aujourd’hui que Bale est principalement un joueur rapide avec une bonne frappe, ni que Ronaldo est un buteur délocalisé sur le côté. Ils n’impulsent pas, ils sont le bout de la chaîne.

 

Vu le talent de l’ensemble – qui aurait très bien pu gagner un ou deux trophées cette saison, tant le football se joue parfois à peu de choses – il suffirait peut-être simplement d’un travailleur de plus et de quelques alternatives sur le banc (Hernandez, le deuxième attaquant, était derrière Falcao, Rooney et Van Persie à Manchester, club d’un niveau actuellement bien moindre) pour être encore plus fort. Verratti ou Krychowiak? Un attaquant comme Gameiro? "Cela ne sert à rien s’ils ne jouent pas", pourrait souffler le champion du monde Sami Khedira. Pareil pour Alvaro Morata...

 

Réactions

  • Ba Zenga le 18/05/2015 à 09h43
    Analyse intéressante avec laquelle je suis assez d'accord. Et même si ça ne se joue pas à grand-chose face à la Juve (une meilleure application devant le but, peut-être), l'équipe a eu un gros passage à vide en début d'année civile où elle a perdu beaucoup. Surtout après une fin 2014 à plein régime. Il est d’autant plus décevant de voir ce Real ne rien gagner cette saison.

    L'absence de Modric a été dure à compenser, mais je trouve l'intégration de Kroos et James réussie et pas étrangère à la transformation de cette équipe au jeu direct à une formation bonne dans la possession (d'où probablement aussi le rôle crucial du croate). Il y a en effet le problème de profondeur de banc que souligne l'article qui est assez dérangeant pour un club de ce calibre. Et quand Di Maria et Bale étaient décisifs en 2013/14, on n’a pas trouvé l’équivalent du premier et le second a été moins performant cette saison.

  • Jean-Luc Skywalker le 18/05/2015 à 10h32
    Leave Marco alone !

  • gurney le 18/05/2015 à 14h54
    Toujours aucun commentaire de Léo pour nous dire que chaque transfert du réal répond à une logique purement sportive ? Quelqu'un a téléphoné chez lui ?

  • Sens de la dérision le 18/05/2015 à 15h04
    Pourtant... on parle d'un club qui a changé de façon de faire il me semble depuis 5 ou 6 saisons.
    Sur 12 ans par exemple, le Real fait demi, puis quart, enchaîne 6 éliminations en huitième (!!) mais sur les 5 dernières années, c'est 4 demi-finales et une victoire.
    Sur les mêmes cinq dernières années, une victoire en Liga, une place de troisième et le reste 2ème avec à chaque fois plus de 100 buts marqués.
    Et si le principal problème du Real, c'était juste qu'il y a une équipe intouchable en Espagne ?

  • Ba Zenga le 18/05/2015 à 15h46
    Verratti au Real, je suis pour! Parce qu'il est très bon et je trouve que ce serait un beau mariage. Et surtout s'il y a encore Ancelotti pour l'aider à progresser... Et puis, si ça peut le faire partir de Paris, j'en serais d'autant plus ravi.

  • leo le 19/05/2015 à 12h12
    gurney
    18/05/2015 à 14h54

    Toujours aucun commentaire de Léo pour nous dire que chaque transfert du réal répond à une logique purement sportive ? Quelqu'un a téléphoné chez lui ?
    ---

    Le truc amusant, c'est ce lien causal "pas de titre = les choses ont été mal faites", alors qu'on parle de football, le sport dans lequel les résultats sont les moins logiques et faciles à expliquer.

    Quant aux "logiques purement sportives", quelle est la logique purement sportive qui explique le transfert de Luis Suarez au Barça ? C'est pourtant une réussite flagrante !

  • Radek Bejbl le 19/05/2015 à 13h27
    L'absence d'un grand numéro 9 pour prendre la suite de Saméto (ou Zlatan) et soulager un Messi plus fatigué depuis 2 ans. Sinon le lien existe, même si j'ai encore plus développé l'incertitude du foot dans le texte que toi en commentaire.

  • leo le 19/05/2015 à 14h21
    Ça n'était pas adressé à l'article (avec lequel je suis globalement d'accord), Radek, c'était un commentaire plus général sur ce qu'on peut lire quand une équipe se fait sortir d'une compétition.

    Concernant les transferts de la deuxième période Florentino, s'il y a beaucoup de stars offensives, tu oublies Khedira, Esteban Granero, Arbeloa, Albiol, Carvalho, Carvajal, Sahin ou Illarramendi (je ne compte pas Varane parce que c'est un pari sur un jeune joueur même si c'est de loin une meilleure recrue que n'importe qui dans cette liste). Parmi eux, 4 milieux axiaux qui n'ont pas été à la hauteur des attentes placées en eux, loin de là.

    Mais comme tu le dis, pour jouer seul milieu défensif dans une équipe avec Cristiano Ronaldo, Benzema et Bale qui ne font quasiment aucun effort défensif, il faut plus qu'un Kroos (qui a d'autres qualités), il faut soit un milieu axial d'exception comme le sont Busquets et Xabi Alonso (qui a planté le Real à deux jours de la fin des transferts, après les titularisations de Kroos, ce n'est pas vraiment Florentino Perez qui n'a pas voulu le garder) soit qu'au moins un autre milieu partage le boulot (ce que faisait à merveille Modric, un peu moins bien James même s'il est plus travailleur que ce à quoi je m'attendais).

    La solution pour un Real plus compétitif contre les grosses équipes semble évidemment être un milieu à 4 (avec Illarramendi en l'absence de Modric) et Benzema (ou Bale) accompagnant Cristiano Ronaldo devant... facile à dire "a toro pasado" mais Ancelotti, comme le monde entier, s'est forcément rendu compte du potentiel de cette formule lors des absences de Bale.
    Cela aurait à la fois apporté plus de solidité au milieu et une meilleure circulation de balle (quel manque de solutions, d'imagination au retour contre la Juve !).

  • Radek Bejbl le 19/05/2015 à 15h03
    Ah, au temps pour moi. Je l'ai en partie pris pour moi comme ce n'était pas vraiment dit en commentaire. Je suis d'accord avec toi sur le diagnostic sur l'équipe actuelle. Effectivement j'ai un peu mis de côté les transferts défensifs parce qu'on était pour moi sur du renforcement de l'effectif plus que sur une amélioration directe du XI. Je reconnais, parmi ceux que tu cites (je considère pas Granero et Carvajal comme des transferts, c'est du rachat) avoir complètement oublié que Sahin ait un jour fait partie du Real. Et c'est vrai que Xabi c'est lui qui a imposé le truc, en effet.