Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Messi peut-il être une erreur de casting ?

Minichro - Prisonnier de la politique sportive de dirigeants qui ne privilégient pas le projet sportif, le PSG reste bloqué dans la même impasse. 

Auteur : Jérôme Latta le 25 Nov 2021

 

La minichronique pose une question, elle n'y répond pas toujours et, à la fin, elle en pose une autre.

* * *

Évidemment, l'hypothèse est scandaleuse. Quelle équipe ne rêverait pas d'avoir Lionel Messi dans ses rangs, et laquelle n'en profiterait pas ?

Le Paris Saint-Germain, est-on tenté de répondre à la seconde question, sur la foi de prestations décevantes de l'Argentin, mais surtout sur celle des prestations collectives du club.

 

 

La défaite contre Manchester City n'a fait que confirmer, voire aggraver le diagnostic émis après la demi-finale de Ligue des champions 2021. Une équipe homogène capable d'une expression collective aboutie a plus de chances de réussir que celle qui compte surtout sur les éclairs de ses génies.

Certes, cette théorie aurait été mise à mal si Neymar avait converti la balle de 1-2 à l'issue de cette splendide action à 43 passes. Mais, en novembre comme en mai, Paris a observé ses propres lacunes dans le miroir mancunien.

Si Messi a fait admirer son sens du placement à Manchester, c'est en se trouvant en position idéale pour contempler les superbes buts de City, c'est-à-dire ce qui manque à son nouveau club... et qu'il ne pouvait en aucun cas apporter.

Sous le coup de l'enthousiasme délirant qui a salué son transfert, de tels doutes sont restés inaudibles. Le PSG allait aligner la meilleure attaque, voire la meilleure équipe du monde, n'eût-elle pas encore disputé un seul match.

On ne s'interroge pas assez sur ce qui fait une superstar, sur ce qui lui vaut un statut et des privilèges qui, sans cela, peuvent plomber une équipe.

Recruter Messi sans se séparer de Mbappé, c'était poursuivre une fuite en avant, croire qu'on allait résoudre les déséquilibres de l'effectif en les accentuant. Malgré des renforts aux postes faibles (Hakimi, Nuno Mendes, Wijnaldum), le PSG ne se cogne que plus fort à ses propres limites.

En pointant du doigt celles de ses milieux, l'absence de Verratti ou les insuffisances supposées de Pochettino, observateurs et supporters se le mettent dans le même œil.

Le problème n'est pas que les dirigeants parisiens ont installé l'armement d'un F-16 sur un Cessna. Plutôt qu'ils ne se sont toujours pas résolus à construire une équipe, ni à confier tout le pouvoir sportif à leur entraîneur.

Depuis 2012, ils n'ont jamais abandonné leur politique du casting consistant à aligner les jouets dans la vitrine, comme s'ils évoluaient dans une ligue Fantasy. À leur décharge, cette stratégie a parfaitement fonctionné sur le plan économique, contribuant à la médiatisation et à la valorisation du club.

Avec cet état d'esprit, ils n'ont évidemment pas résisté au coup exceptionnel que leur autorisait la fenêtre de tir ouverte par la pandémie - allègement du fair-play financier, rivaux en crise, crédit illimité. Messi est arrivé, les problèmes sportifs sont restés.

Le star system n'est toujours pas un système de jeu. Existe-t-il un entraîneur en mesure de faire performer cette équipe immature qui ne semble pouvoir jouer qu'en 7-0-3, d'imposer aux ego son autorité, enfin établie par les dirigeants ?

La suite de la saison peut encore démentir l'hypothèse, mais la révolution qui s'impose semble appeler des changements bien plus importants que celui de l'homme sur le banc.

 

Réactions

  • gurney le 25/11/2021 à 16h29
    Evidemment qu'il va falloir attendre la fin de saison pour définir si la saison de Messi est réussie ou ratée.
    Mais si elle s'arrêtait au 31 décembre, après une première moitié de saison, on pourrait en tout cas déjà le dire, sans que ce soit un crime.
    Le joueur lui s'en remettra. Il a eu une telle carrière que ça n'entache en rien son parcours.
    Par contre pour Paris ça serait une sacré tâche d'avoir été le club qui a déclenché (indirectement ou pas) le déclin de Messi.

  • Sens de la dérision le 26/11/2021 à 07h12
    Dans chaque article sur le PSG que je lis, j'ai l'impression qu'on y parle : "absence de Verratti". Tout dépend-il de ce seul joueur ?

  • Bernard Diogène hier à 12h49
    "On ne bâtit pas une équipe championne en deux chèques et deux opérations publicitaires". Extrait de France Football de l'automne... 1974, en référence au début de saison poussif de l'OM malgré le recrutement de Paulo César et Jairzinho (ça ira mieux par la suite avec un deuxième place à la fin).
    Nasser Al-Khelaifi n'avait qu'un an et ne savait sans doute pas lire, il a donc des circonstances atténuantes. Il ne pouvait pas imaginer qu'il aurait les mêmes problèmes 47 ans plus tard, pensez donc...

La revue des Cahiers du football