Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Professeurs corons

Lens-Lille en folie: le derby d’un Nord devenu complètement hype méritait bien son compte-rendu.
Auteur : ni.com le 13 Mars 2008

 

Surfant sur la déferlante Bienvenue chez les Ch’tis et profitant d’un report opportun du derby en plein milieu d’une semaine bien creuse, Canal+ a donc fait le pari de diffuser Lens-Lille mardi soir. Au vu du triste spectacle offert samedi dernier par ces équipes concernées par le maintien, et des dernières prestations télévisuelles du LOSC (qui feraient passer un épisode de Derrick pour la suite de L’Arme Fatale), on ne peut que louer la ténacité du diffuseur.
Même si tout le monde s’accorde à dire que Bollaert, c’était mieux avant, l’ambiance pour le derby a tenu ses promesses: un stade plein à craquer, les encouragements lors de l’entrée et du retour des Sang et Or sur la pelouse, dix dernières minutes absolument irrespirables pour les supporters lillois… On regrettera cependant les jets d’objet sur les joueurs, la banderole CM2 ("Luchin, Stade de France, grand stade, quoi que vous fassiez, vous serez toujours laids") et cette agaçante tendance à renforcer les clichés (franchement, "Les Corons" à la mi-temps, c’est vraiment obligé?).


L’incroyable audace lilloise

Sans surprise, le LOSC aligne un seul véritable attaquant. Il est vrai qu’entre Fauvergue (au coin), Kluivert (incapable de jouer dans les espaces), Youla (incapable de jouer tout court) et Frau (pas qualifié), le choix de Mirallas s’imposait comme une évidence. L’entame du match est clairement à l’avantage des Dogues, dont on découvre qu’ils peuvent déployer un jeu vif, alerte et tourné vers l’avant. C’est donc logiquement que Lille se crée les meilleures occasions mais la défense à cinq (quatre défenseurs et l’arbitre de touche) de Lens contient les assauts volontaires de son adversaire.
Les supporters lillois auront du mal à faire abstraction des décisions de l’assesseur de M. Chapron, qui a, à leurs yeux, réussi un hat-trick: deux hors-jeu erronés et l’annulation d’un but apparemment valable (évitant ainsi à Runje de se faire appeler Mickaël jusqu’à la fin de la saison). Corinne – c’est son prénom – aura encouragé la malheureuse vision sexiste de l’incapacité féminine à comprendre les subtilités d’un sport dont Albert Dupontel disait qu’on serait prêt à se battre à coups de canettes pour lui.

À la 17e minute, les spectateurs se frottent les yeux en constatant qu’il y a trois joueurs lillois dans la surface lensoise sur une action de jeu. Décontenancé par cette soudaine audace, Demont rate son contrôle et permet à Bastos de devenir le meilleur buteur du club.
Cette ouverture logique du score marque le début du derby tel que tout le monde l’avait imaginé: Lens attaque (souvent n’importe comment) et Lille bétonne et relance (à l’écossaise). Lens aurait dû égaliser sur une passe lumineuse de Carrière mais Boukhari préfère se lancer dans une imitation assez réussie du crabe, s’emmêlant les pinces et ratant le coche. Pour le consoler, l’arbitre lui donne un carton jaune mérité pour simulation (ou imitation)


Le foot pour les nuls

La pause arrive, permettant à JPP de nous montrer sa science du foot en réponse à une question très pertinente du journaliste : "Jean Pierre, que faut il faire pour gagner ce match?" "Ben, égaliser d’abord, puis en marquer un deuxième". C’est tout simple en fait, le foot. Avec des consignes aussi claires, les Lensois se ruent à l’attaque, sans se créer de véritables occasions, Lille ayant dressé un mur défensif protégé par les deux brise-lames, Makoun et Cabaye.
C’est justement Makoun qui rate l’occasion de faire le break sur un coup franc relâché par Runje, décidément peu inspiré hier. Le tournant du match est sans conteste la tête imparable de Mangane à quelques centimètres de la lucarne de Sylva, qui était pour une fois resté sur sa ligne.

Le break intervient effectivement à la 83e minute, lorsque Beria reprend victorieusement un centre parfait de Mirallas. La probabilité combinée de voir Mirallas réussir un dribble puis choisir la meilleure solution et de voir un défenseur lillois dans les six mètres adverses – alors que Lille mène à l’extérieur et qu’il reste moins de dix minutes – est à peu près aussi élevée que celle de voir Ribery gagner "Questions pour un champion" ou Lio avoir une pensée profonde. C’est d’ailleurs pour cela que les commentateurs de Canal mettront plusieurs minutes avant de réaliser que ce n’était pas Bastos qui avait conclu l’action.
0-2, l’affaire semble pliée. Elle l’est, en tout cas, pour Canal+ qui a juste le temps de montrer le classement après cette victoire acquise aux Lillois, qu’Hilton relance le match d’un coup de tête dans le but vide, Sylva ayant opté pour une sortie Grégorinienne (soit à distance équivalente du but et du ballon). Puel, qui a visiblement consommé lui-même l’ecstasy prescrite à ses joueurs, décide alors de faire rentrer Youla, qui a ainsi l’occasion d’améliorer encore un peu son ratio engueulades / minutes de jeu.


La fin du match est haletante mais rien n’y fait – ni les centres à l’emporte-pièce, ni les dribbles aléatoires, ni les tirs de petite vieille –, le LOSC met fin à sept ans de disette en terres lensoises et se donne un peu d’air dans ce drôle de championnat. Lens se complique la tâche et devra faire plier des Marseillais revanchards après leur revers à Saint-Pétersbourg pour éloigner, au moins temporairement, le spectre de la relégation.


Les observations en vrac
• À votre avis, le spectre de la relégation, il ressemble à Nouzaret?
• Les jets de pièces de deux euros sur les joueurs, c’est pour lutter contre l’image de pauvreté du Nord?
• Il y avait vraiment pas la place d’écrire "NANANANANERE" sur la banderole lensoise?
• Mangane, c’est sa vraie tête?
• Bollaert, c’était mieux avant. Lens, c’était mieux après (le mercato).
• Ils ont vraiment terminé le reportage par un "Salut les biloutes" sur Canal?
• Pourquoi ils chantent pas "Le Sud" à la mi-temps à Marseille?
• On parie que si c’est Landreau qui fait la faute de main sur le but annulé de Bastos, l’arbitre le valide?

Réactions

  • Qui me crame ce troll? le 13/03/2008 à 14h45
    Très sympa cet article je trouve. A part sur les Corons, après tout , pour une fois qu'une équipe a un chant différent des "Qui ne saute pas", "Supporters supporters" etc, je trouve ça sympa.

  • Vieux pré le 13/03/2008 à 14h53
    oui, sympa

    bravo à l'auteur (tu es chevalier aussi ?)

  • Santiago Padchili le 13/03/2008 à 15h59
    Excellent article.
    Du genre à annoncer la résurrection de Larry !!

  • taivince le 13/03/2008 à 16h09
    Ben oui c'est cool les Corons, au moins ça veut dire quelque chose. Qui préfère I will Survive ou 7 nations army? Pour moi c'est pas un cliché que de se référer au passé laborieux de la région.

  • le nihiliste le 13/03/2008 à 16h23
    "Lens aurait dû égaliser sur une passe lumineuse de Carrière mais Boukhari préfère se lancer dans une imitation assez réussie du crabe, s’emmêlant les pinces et ratant le coche. Pour le consoler, l’arbitre lui donne un carton jaune mérité pour simulation (ou imitation)"


    il faut voir les images de cette action, c'est plus parlant... c'est dany boon en black, sur scène !

    celui-la, s'il réapparait en équipe première, c'est que leclercq a pris un sacré coup de vieux...

  • visant le 13/03/2008 à 16h36
    Très bon article, merci.

    Mais pareil pour "les corons", il me semble qu'elle est souvent chantée à Bollaert, pas uniquement pour les derbys et les caméras de Canal. Je n'y vois pas un cliché, et en plus ça rend plutôt bien.

  • tofsanne le 13/03/2008 à 21h29
    Eh oui il est très souvent chanté, puisque c'est à chaque match, j'y suis "abooné".
    Malheureusement, de loin c'est très sympa, c'est cool quand on entend 10 secondes tous les 3 mois, mais moi, cette chanson, je la déteste, je l'exècre, je l' honnis, bref je la haie, et j'y ai droit tous les 15 jours. C'est une chanson d'une tristesse incommensurable, et ça correspond à tous les clichés sur les corons du Nord.
    Sinon, le reste de l'article, je suis tout à fait d'accord.
    Juste un petit truc supplémentaire: Quand Lens est allé au Parc des Princes, Paris n'avait pas gagné depuis 4 mois (3-0), Lille n'avait plus mis un but de 14 567 minutes, bref, comme Marseille a perdu à St Petersbourg, c'est le moment de venir à Bollaert. Heureusement que Metz va mieux, sinon le 5 avril, on se prenait 0-4.

  • Tapas Tef y Graf le 14/03/2008 à 06h38
    Triste les corons? Non je trouve pas.
    Melancolique oui.

  • tes fessées le 14/03/2008 à 11h12
    Je suis récemment allé à Bollaert et je dois avouer que j'ai été impressionné par le stade qui chante les corons. Les chants de supporters sont quand même souvent d'une débilité profonde. Pour une fois qu'un chant a une signification tout à fait honorable, je ne comprends pas qu'on puisse le dénigrer. Ce chant a d'autant plus de signification dans la région Nord-Pdc: Lens la laborieuse contre Lille la bourgeoise.
    J'espère juste que ceux qui se moquent de ce chant ne sont pas les mêmes qui s'extasient devant certains chants anglais qui ont aussi parfois une origine sociale.

    Sans pensée régionaliste, on peut supporter une équipe pour son beau jeu mais derrière une équipe, on supporte souvent sa ville, le pays à sa mère, etc. Les supporters utilisent régulièrement des symboles de leur région (la croix occitane, le drapeau breton ou corse, la tour eiffel, les rillettes du mans, la saucisse de strasbourg, l'arrogance bordelaise, etc.) et reprendre une chanson à l'honneur d'une région paraît normal si l'on se place dans une recherche identitaire.
    Cela change aussi des speakers imbéciles qui essayent de chauffer le stade à la mi-temps.

    Par contre, la lensoise (une marseilleise transformée en l'honneur de lens) est parfaitement ridicule.

  • Gomincha le 14/03/2008 à 11h29
    C'est une impression où cette chanson est "vraiment" devenue l'hymne du stade à la mort de Pierre Bachelet (en 2005 je crois) ??

    Parce que je n'avais le sentiment de l'entendre aussi régulièrement lors des retransmissions auparavant.

    Un fidèle peut-il m'éclairer ? ^^ Merci.


La revue des Cahiers du football