Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Pourquoi il faut répondre à l’appel de financement du Tours FC

Vous rêvez de posséder un club? Le Tours FC vous propose de prendre des parts à peu de frais, pour l'amour plus que pour la fraîche. 

Auteur : Mevatlav Ekraspeck le 11 Avr 2021

 

 

En préambule, tout est là. Voilà de quoi s’amuser un peu, comme on lâche son billet sur une grille de pari sportif. Ou presque… Devenir proprio pour cinquante euros? Chiche…

 

Ah, Tours… Sa cathédrale Saint-Gratien, sa basilique Saint-Martin, ses bords de Loire (et de Cher), son climat incomparable, ses volleyeurs… Une exception, ceux-là, tiens. LA dernière institution de Grenon. Car la ville dispose de cette faculté à enterrer tous les clubs de sport qui auraient pu faire sa renommée.

 

 

 


L’art du sabotage, une tradition multisport à Tours

L’ASPO Tours, championne de France de basket en 1976 et 1980, finaliste européen… Ses hockeyeurs, premier club non-montagnard à remporter le titre, là encore en 1980… Son club de rugby, qui pousse le succès jusqu’au professionnalisme en intégrant la ProD2 en 2001, avant de se faire liquider comme ses deux homologues précédemment cités. Tous crevés, et végétant désormais dans les niveaux amateurs ou assimilés.

 

Le football ne fait pas exception: pensionnaire de Ligue 1 de 1980 à 1985, puis de nouveau stabilisé en D2 entre 2008 et 2018, le Tours FC est incontestablement un mets de choix pour la DNCG, qui a mis un point d’honneur à torpiller les Ciel et Noir pour les amener aujourd’hui au cinquième échelon national. 1993, 1998, 2013, 2019 et 2020, pour les décisions les plus marquantes, sans compter les interdictions de recrutement à titre onéreux, les encadrements de la masse salariale.

 

Attention, point d’acharnement ou de despotisme quelconque de la part du gendarme financier: c’est juste une forme de contrôle au faciès, du chiffre facile parce qu’on sait qu’à partir du moment où on cherche un truc dans la comptabilité tourangelle, on va trouver quelque chose. Un peu comme un équipage de la BAC contrôle Sofiane et Kévin au pied de la téci histoire de pas revenir bredouille d'une nuit de patrouille.

 

Bref, quand le Tours FC, à la remontée du métro, t’alpague pour te demander: "T’as pas cent balles?", normalement, tu passes ton chemin et tu accélères le pas.

 


La fête du SCIC ?

Ce bon président Ettori nous a expédiés de la cinquième place de L2 aux tréfonds de la N3 sans sourciller, mettant en avant l’exécrable rôle des acteurs locaux (maire, presse régionale…) et nationaux (DCNG) pour expliquer cette progression à l’envers. Quand il prend du recul et passe la main au président délégué Guillaume Barre, un certain Luc Dayan entre dans la danse pour essayer de réanimer le cadavre – fort de ses intérims pour Nantes, Lens, Strasbourg ou Valenciennes.

 

L’idée est donc de regarder ce qui se fait dans une situation pareille. Autant ce fut de Corse que vinrent quelques ennuis avec le président, autant c’est de l’Île de beauté que surgit la trouvaille: celle d’une société coopérative d’intérêt économique, une SCIC, qui relève de l’actionnariat populaire, assise sur laquelle le Sporting Club de Bastia, lui aussi polytraumatisé de la gestion financière et sportive, a rebondi et toque aujourd’hui à la porte de la L2.

 

Voilà donc que le club de la préfecture d’Indre-et-Loire vous suggère d’investir la modique somme de cinquante euros dans cette aventure, histoire de réunir des fonds pour racheter les parts de la SASP.

 

Vous pensez bien que Jean-Marc Ettori ne va pas plier bagage sans retrouver un minimum ses billes, déjà que le tourisme n’est pas très porteur avec le Covid (il préside aux destinées de Corsicatour), alors si en plus il quitte le 37 en récupérant la moins-value qui correspond au prix actuel du club, on a déjà fait meilleures opérations dans le monde des affaires…

 


Un rêve pour pas Cher

Pourquoi diable financer cette opération? Pourquoi donner ces cinquante euros à ce tonton Roger qui vous les demande à la veillée de Noël pour financer cette idée géniale qui va le faire devenir richissime quand ça fait trente ans qu’il est incapable de finir le mois avec un solde positif à la Banque postale, et que chaque tentative de monter une boîte se solde par une visite des huissiers?

 

Allez, quelques arguments. Déjà… Qui, parmi vous, possède un club de foot? Même à 0.001%? Ce n’est pas la classe, ça, de pouvoir sortir entre deux bières: "Je suis actionnaire minoritaire de l’ancien club de Giroud et Koscielny!" Un ancien capitaine des Bleus et son serial-buteur. Et on passe sur Delio Onnis, Tony Vairelles ou encore Claudiu Keserü et Andy Delort.

 

Et puis Tours, c’est loin de rien. Ami parisien, c’est à deux heures de turbo-mazout ou une heure de TGV… Et quand tu arrives à Saint-Pierre-des-Corps, le stade est à une vingtaine de minutes à pied… Ami lyonnais, un direct te prend à la Part-Dieu pour te faire traverser la France bucolique et t’amener dans le cœur du pays, et tu as cinq heures de trajet pour finir ta comptabilité.

 

Ami nantais, tu veux te projeter dans l’après-Kita? Tu veux voir ce qu’est l’œuvre finale d’un dirigeant compétent mais incompris, mal entouré ou persécuté cruellement? Alors la projection tourangelle est pour toi, viens et approches sans crainte… Nous écrivons ton avenir, sois des nôtres!

 

Ensuite qui peut se vanter d’investir dans un club aux structures professionnelles aussi belles? Un stade de plus de 14.000 places, un ancien centre de formation, des hectares de bâti… offert pour le prix d’une caisse de Vouvray. Vous n’imaginez pas les trésors d’imagination qu’il a fallu déployer pour amener aussi bas un club au potentiel pareil. Alors ne soyez pas bégueules, et récompensez comme il se doit les efforts consentis.

 


Prestige tourangeau

Certes, il faut être honnête: si on investit, les chances de retrouver son argent sont aussi élevées que celles de voir Tours en coupe d’Europe d’ici dix ans. Sur l’échelle de la bonne affaire, on est à mi-chemin entre les emprunts russes et les actions Eurotunnel. Mais on n’investit pas dans une entreprise pareille pour faire du fric. C’est un billet "eau fraîche", dans la plus pure aspiration du cédéfiste moyen. C’est un don fait au football.

 

Quoi de plus réjouissant que de voir votre investissement s’ébrouer gaiement devant les prestigieux clubs de Déols, Saint-Jean-le-Blanc, Amilly, Avoine ou Saran? Comment résister à l’attrait d’un bon gros derby contre l’Ouest tourangeau ou Montlouis-sur-Loire? On n’a pas toujours l’occasion d’investir dans le club prestigieux d’une cité si importante. Vous en connaissez beaucoup, vous, des villes de cette envergure qui disposent d’un club autrefois prestigieux en National 3?

 

Poitiers? Jamais foutu un pied en L1 ceux-là. Cannes? Tu parles d’une métropole, un ramassis de vieux riches. Alès, une misérable sous-préfecture? Mulhouse, 110.000 habitants gelés de novembre à mars, est-elle de taille à être comparée aux 350.000 fiers habitants de l’agglomération tourangelle? Besançon, jamais foutu d’aller en D1? Gueugnon, 7.000 pèlerins qui transhument parfois vers une stèle à la mémoire des Acedo (Non, Tony, on ne t’a pas parlé, reste là où tu es)… Istres et son enrhumoir construit à Fos-sur-Mer?

 

Il faut être objectif: vous ne trouverez pas en N3 aussi prestigieux que les Tourangeaux, personne n’a fait l’effort de descendre aussi bas pour se rendre accessible et offert au premier venu. À part, je vous le concède, le Racing de Paris, voire l’ETG, qui bougerait encore, aussi…

 


Un club pour les Cahiers !

Ami cédéfiste, tu tiens là devant toi un rêve accessible, pour pas très cher qui plus est. Je le répète, n’espère pas revoir ces quelques dizaines d’euros que tu t’apprêtes à lâcher dans la nature. C’est un peu comme si tu allais acheter une bibliothèque chez un grand distributeur suédois du meuble en kit (il y en a un à Tours, preuve du grand développement du bled…) en espérant la revendre plus cher sur le bon coin un peu plus tard. Non, ta Billy, tu la bazarderas aux encombrants quand tu seras lassé.

 

Mais cracheras-tu vraiment sur l’impatience de découvrir le résultat d’un Chartres-Tours? Reculeras-tu devant une recherche pour trouver un stream moisi retransmettant la réception à la Vallée-du-Cher – quel beau stade – de redoutables Vierzonnais? Frissonneras-tu pour la lutte à l’accession qui mettra aux prises ton club de portefeuille aux redoutables réserves orléanaises ou castelroussines?

 

Dame rédac, ô toute puissante, n’as-tu pas quelques économies cachées sous une pile de revues invendues pour te lancer dans l’aventure afin de faire correspondre ce club aux valeurs de ton football? Le Tours Football des Cahiers, comme suggéré sur le forum, n’aurait-ce pas une certaine allure?

 

Allons, m’sieurs dames, laissez-vous donc tenter, et rentrez ici en laissant toute espérance hormis celle de vous amuser un peu. Près pour vous lancer dans un petit Tours de manège? Alors c’est ici

 

Répétez après moi: allez Tours !
 

Réactions

  • McManaman le 12/04/2021 à 09h50
    Alors là, si ça ne finit pas de convaincre les derniers indécis... Je rajoute un apéro offert à la maison pour tous les actionnaires des cahiers lors de l'ouverture de la prochaine saison.

    (Par contre la cathédrale c'est Saint Gatien, rognetudju)

  • Le Pobga du Coman le 12/04/2021 à 09h52
    En plus, en tant que nantais, c'est bien: on peut se faire la main sur un autre club et apprendre de nos erreurs avant qu'un jour A la nantaise réussisse à reprendre le club.

  • Cheerman le 12/04/2021 à 09h54
    Wahou, l'article donne envie, et en plus tu cite la ville où j'ai grandis avec tout le respect que l'on lui doit (Saran pour les curieux).

    Ca me donne envie de les lacher ces 50 euros !

  • Kéruzorro le 12/04/2021 à 10h20
    Excellent article ! ça interpelle forcément ...Vais réfléchir... Dommage que cela s'adresse aux personnes qui ne possèdent pas de club sinon j'en aurai parlé à mon pote François-Henri Pinault... mais lui il ne peut pas car il a déjà un club ! ;)
    L'article est sympa et le projet aussi ! On vous souhaite de réussir !

  • Sens de la dérision le 12/04/2021 à 10h29
    J'ai vu que si on lâche 100 euros, on a un maillot gratos. On peut le floquer Bergougnoux ?

  • Mevatlav Ekraspeck le 12/04/2021 à 10h47
    Ah oui, tiens, mon correcteur a ajouté un R à Gatien...

    Et oui pour Bergougnoux, notre prophète.

  • Telstar le 12/04/2021 à 10h50
    Hum, deux heures de turbo-mazout, toi tu vas avoir des problèmes... Et puis bon, St-Arnoult quoi !

    Mais tu m'as convaincu.

  • JoGo le 12/04/2021 à 10h51
    Et Rabah Madjer, c'est du poulet ?

  • L'amour Durix le 12/04/2021 à 10h59
    Cheerman, vraiment désolé pour toi.
    Grandir à Saran, quelle épreuve ! Mais si ça ne te tues pas, Saran plus fort. Askip.

    Et Mev, bel argumentaire. Franchement, tu as convaincu le chien d'Orléans que je suis.
    Puis j'ai lu la dernière ligne.

    Il y a des limites à tout...

  • Le génie se meurt ? Ah mais l'mage rit le 12/04/2021 à 11h26
    Je suis outrée. Citer les remparts de Tours, mais ne pas citer la 4S où on joué Jean-Philippe Gation (médaillé olympique mon coco), et Jean Michel Saive, c'est ostracisé tout un pan du sport tourangeau et surtout effacé des tablettes l'un des sports les plus populaire au monde, le tennis de table.