Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

OM : une catastrophe industrielle

L'impact du reportage de M6 et l'hypothèse d'un retour de Bernard Tapie traduisent l'ampleur de l'échec de Robert Louis-Dreyfus à Marseille. Autopsie d'une expérience très malheureuse…
Auteur : Jamel Attal le 2 Avr 2001

 

Une embarrassante publicité
Le reportage de M6 n’est évidemment pas exempt de critiques. La publicité brutale dont il fit l'objet peut sembler excessive, mais encore est-elle conforme à la notoriété du club et à la fascination qu'il exerce. Sa présence dans une émission au thème assez stupide ("Recherche victoire désespérément"), entre Kournikova et Prost, était en soi assez incongrue. Mises en avant, les images de l'enterrement de Francis "le Belge" —qui montrent certains membres du club parmi l'assistance de son enterrement— sont plus spectaculaires que probantes et la méthode est discutable. Patrick Fancello, dans La Provence du 28/03, rappelle que des "révélations" bien plus significatives figurent dans le livre de Jean-Louis Levreau ("Le séisme marseillais"), et n'ont pas rencontré un tel écho. Cette tendance au sensationnalisme a donné l'impression que le club était entièrement aux mains de la mafia et de ses supporters, et les clichés sortent plutôt ragaillardis de ces vingt-cinq minutes (mais les suspicions aussi malheureusement).
La partie à charge sur les supporters, est moins contestable, mais tout aussi dommageable. On devrait se féliciter que les supporters puissent être entendus au sein des clubs et pas seulement réduits au statut de consommateurs. Les réactions virulentes des ultras lors des deux dernières saisons procédaient en partie d'une légitime réaction au tout-marketing des nouveaux dirigeants. Le problème est que la professionnalisation de certains supporters et leur intéressement financier aux résultats du club font qu'ils se constituent en force de pression incontrôlable. Certes, les supporters marseillais ont de tout temps exprimé leur colère, et de façon pas toujours mesurée. Le pouvoir de nuisance acquis aujourd'hui par certains d'entre eux est cependant devenu insupportable, avec leur implication directe dans le management du club. L'épisode burlesque de la "conférence de presse" annonçant aux médias le limogeage d'Abel Braga résumait à lui seul des dérives incroyables de la part d'un club de cette envergure.

Les hors-jeu de Louis-Dreyfus
L'échange qui eut lieu ensuite sur le plateau de l'émission, entre l'animateur de M6 et le président-actionnaire n'a hélas pas relevé le niveau. Prenant immédiatement son interlocuteur en défaut, Olivier Carreras a ensuite été présomptueux, prêtant le flanc à la défense pourtant très peu convaincante de Louis-Dreyfus (et qui avait lui-même reconnu avant la diffusion que le document allait "faire très mal à l'image du club et de Marseille" —L'Equipe 27/03). A la sienne aussi. Si sa responsabilité ne semble pas directement engagée, l'ancien président d'Adidas doit convenir que le club lui a complètement échappé et que son management a été indigent.
La communication de Robert Louis-Dreyfus laisse décidément perplexe, et son total manque de naturel, sa fragilité devant le constat certes évident de ses échecs renforcent l'idée qu'il est perdu dans un univers qui le fascine mais auquel il est totalement étranger. L'énigme est tout de même de taille: comment peut-on réussir aussi bien dans les affaires, y acquérir une respectabilité, et se planter totalement dans le monde du sport, jusqu'au ridicule et à la perte de contrôle? Le malentendu est pourtant bien là, car l'intéressé affichait clairement ses certitudes et son objectif au moment de son arrivée: "prouver que l'on peut réussir la même chose dans le sport que dans les affaires" (sic).
Le reportage est allé chercher en archive une autre phrase anthologique, que RLD prononce péniblement, comme s'il récitait une leçon: “Notre consommateur, il a quatre ou cinq ans, il va à l’école. Son cahier est OM, son stylo est OM. On lui met la piqûre“. Le rapprochement entre le football, l'enfance, "notre consommateur" et la toxicomanie est confondant de bêtise, mais il résume bien l'idéologie et les intérêts des nouveaux propriétaires des clubs.
L'échec de RLD est effectivement celui d'une illusion dont il n'est d'ailleurs pas la seule victime: celle que le football, à la veille de son basculement total dans le big business, serait à court terme un fabuleux jackpot pour les investisseurs. Ce mépris du contexte local, des dimensions culturelles et humaines du football et même de la logique sportive a été violemment rabattu par la réalité.

Quoi que l'on puisse en penser, le reportage de Serge Aragones (journaliste marseillais, faut-il le signaler) vient accabler un OM en perdition sur tous les plans. Il altère un peu plus l’image du club, alors que cette image est peut-être son plus précieux capital. Il a pu sembler inépuisable, et il se reconstituera sûrement, mais en l’absence prolongée de résultats sportifs, avec l’accumulation des déboires, l'OM de l'ère LD semble en avoir dilapidé une grande partie. Son expérience phocéenne forme un catalogue de déboires à même de dissuader n'importe quel investisseur audacieux. L'ouverture du capital souhaitée par les dirigeants va être problématique, et cette absence de perspectives économiques enfonce certainement le président dans sa déprime.

Tapie en désespoir de cause
Dans nos "grands clubs", on l’impression que les remèdes sont pires que le mal. Une impression qui se confirmerait si Bernard Tapie revenait, comme la presse en remue l'idée actuellement. Les premiers concernés se prêtent aussi au jeu, puisqu'ils ont dialogué ensemble sur RTL9 dimanche soir, et que le "pourquoi pas?" de RLD a laissé la porte ouverte à son ultime erreur de casting.
Il y a un peu plus d’un an, l’hypothèse avait été poussée par l’ex-président lui-même, qui avait montré à cette occasion que son instinct démagogique ne l’avait pas quitté, en proposant une souscription nationale destinée à faire des supporters de l’OM des "socios" copropriétaires de leur club. Une offre de service repoussée à l'époque avec condescendance par l’actionnaire majoritaire, qui sommait Tapie d’aligner les 500MF nécessaires à la reprise du club. Une façon d’écarter les avances de celui qui se déclarait être occasionnellement son "consultant", et n'a aujourd'hui plus aucun poids économique. En retour, Tapie avait déclaré que jamais il n'accepterait d'être l'employé de Louis-Dreyfus (voir Tapie : bluff et démagogie, 12 juin 2000). Mais RLD s'est une nouvelle fois trompé en pensant que jamais les circonstances d'un rapprochement ne pourraient être réunies. Car le seul scénario qui pouvait permettre un retour de Tapie aux commandes s'est déroulé en une saison, presque inéluctablement. A cette époque, l’affaire OM-Monaco avait semblé offrir à l’équipe dirigeante l’opportunité de "faire le ménage" dans l’entourage du club et de reprendre la main sur des bases assainies. Las, le maintien d’Yves Marchand et les résultats sportifs ont sonné le glas d'un redressement rapide. Aujourd'hui, acculé dans une impasse de laquelle il voudrait sortir sans être totalement dépouillé, Louis-Dreyfus n'a plus de solution sportive, il est toujours entravé par les influences occultes et les conflits internes, menacé par l'information judiciaire ouverte sur les comptes du club... La situation lui échappe tellement que seul un "homme providentiel" semble en mesure de lui sauver la mise, fût-il un rival encombrant.

Il est bien trop tôt pour croire acquis le retour de Nanard sur le lieu de ses exploits. Aussi anxieux que nous laisse l'éventualité de ce come-back (voir C'est Tapie pour eux), nous ne pouvons réclamer une mesure d'excommunication à vie contre un homme, même si nous soupçonnons celui-ci d'être le démon du populisme. Son déboulé dans le football français actuel aurait le mérite de secouer un cocotier déjà ébranlé par les tempêtes récentes. Il n'est qu'à entendre Noël Le Graët, qui cache à peine son amusement…
Et l'OM, comment survivra-t-il?

Réactions

  • Eric le 02/04/2001 à 20h34
    Olympique de Magouille. Tristesse, amertume, dégoût, révolte, indifférence, joie... Les sentiments sont mitigés suivant que l'on est supporteur du club ou pas. Mais les amoureux du football ont dû se tasser, s'enfoncer un peu plus profondément dans leur fauteuil en regardant le reportage de M6 consacré au club marseillais. Les combines et associations en tout genre semblent régir la vie de ce club (de cette ville ?).
    Les auteurs du reportage ont eu, chose n'est pas coutume dans les médias, le courage d'exprimer une opinion partisane. Le propos n'est pas là de prendre parti. Mais d'exposer quelques reflexions. Robert Louis-Dreyfus s'est trompé, celà semble évident, et cela ne fait que renforcer l'idée générale qui trotte dans l'air: le football, ce n'est pas les affaires, et un club ne peut être comparé à une entreprise. C'est certainement là que le "patron" de l'OM s'est trompé. Habitué à déléguer, il n'a pas choisi, par manque de connaissance, les hommes appropriés. Cette petite erreur lui a coûté une bonne leçon d'un montant approximatif de 800 millions de francs! La 2ème remarque, c'est que l'ambition politique ne peut se satisfaire des résulats liés à une science heureusement inexacte. Bernard Tapie, qui a cru détenir le tryptique gagnant "club-business-aura" s'est lourdement affalé. L'addition a été salée! La 3ème, et non des moindres, c'est que la droiture et le respect ont infiniment plus de chances de conduire au paradis que les coups tordus qui régissent les milieus fréquentés par ces différents messieurs.
    Que l'on accuse RLD et sa mégalomanie, Rolland Courbis et ses mauvaises fréquentations, JM Roussier et sa manière de gérer les conflits, Bernard Tapie et ses ambitions, cela ne change pas grand chose. Ce club est à l'image d'une ville cosmopolite, tiraillée entre les différences et les conflits internes, les envies de réussite, de sortir du lot, et les besoins de s'affirmer, de s'imposer. Il n'est donc point étonnant que des allusions furent faites à propos des relations entre proches du club et milieu du banditisme, entre sportifs et monde des affaires, un terrible triangle "relations-argent-pouvoir", un autre tryptique qui régit la vie de ce club et de cette ville.
    Les joueurs, dans tout ça ? Telle est bien la question que, loin de toute préoccupation, ne semblent pas se poser les décideurs ou les clubs de supporteurs que l'on a habilement mis dans sa poche. Comment donc ne pas en arriver au geste de Belmadi, ulcéré, qui jette sa chaussure dans le public ? Non, ce joueur qui se bat pour son sport, sa fierté et son honneur, qui court beaucoup et se bat, non, décidement, il ne mérite pas ces sifflets et ces insultes. Il n'est pas, comme un autre avant lui fut villipendé, "indéfendable". Le geste n'est pas excusable, mais il est plus que compréhensible. D'ailleurs, dans toutes les affaires et scandales politico-financiers qui agitent notre pays en ce moment, on cherche avant tout le responsable avant de fustiger le présumé coupable. Plutôt que d'accabler le sportif, on pourrait se pencher sur le coeur du problème, le(s) vrai(s) responsable(s), celui ou ceux qui ont armé le bras de Belmadi...

  • salutbonhomme le 02/04/2001 à 22h32
    Je suis tres impressionne par l'honnete de l'un de vos commentaires: "nous ne pouvons reclamer une mesure d'excommunication a vie contre un homme."
    Je vous rejoint tout a fait sur ce point et vous suis reconnaissant de cette geniale analogie religieuse ... j'espere egalement que les CdF sauront continuer a resister a la tentation de l'integrisme footballistique.
    un regret cependant, ce serait encore mieux si vous pouviez-vous abstenir de denoncer le populisme...
    Franchement a force d'entendre denoncer le populisme et la demagogie sur tous les tons, a tort et a travers par tous les medias, (et notamment malheureusement par vous), j'en arrive a douter de la definition et du bien fonde de l'utilisation de ces termes.
    simplement une remarque donc : le football est un sport et un spectacle extremement populaire et federateur, quel est selon vous la nuance entre motiver, faire rever et etre demagogue?
    Quelle est selon vous la nuance entre etre populaire (opinion des supporters marseillais sur tapie) et populiste (votre avis et celui de 99 % des medias... et oui vous etes pensee unique...)



  • ZZ le 03/04/2001 à 09h07
    Le principal reproche que l'on puisse faire à l'auteur du reportage, en dehors de l'emploi de clichés, c'est de ne rien avoir apporté de nouveau.... C'est ça qui est méprisable car son reportage est gratuit, il n'explique en rien la situation actuelle de Marseille... En tout cas, sur le plan sportif, les principales raisons de la déroute restent sportives et les regards doivent être tournés vers les joueurs... Je veux bien que le climat soit pesant, qu'ils n'aient pas l'impression d'être dans un club de foot mais eux, ont-ils fait preuve de professionnalisme à un seul moment??? (j'exagère mais peu en vérité malheureusement) quand je vois le putsch qui se prépare pour Clemente (certains joueurs se plaignent de "mal s'entraîner" et se plaignent dès que Clemente veut les faire travailler), je me dis que la différence entre l'OM d'avant (avec la pression des supporters, la main mise du milieu) et l'OM d'aujourd'hui (avec la pression des supporters et la main mise du milieu) réside en 2 points : la qualité du président et la qualité (pas seulement sportive) des joueurs...

    Par contre, la rumeur Tapie se précise et même si comme vous je suis sceptique, finalement, attendons de voir... A part retomber dans les travers d'une certaine époque, on ne peut pas faire pire qu'actuellement...

  • el mzawer le 03/04/2001 à 15h01
    Tapie a l'OM : ca y est , c'est officiel.

La revue des Cahiers du football