En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

L'Allemagne et l'art de la relance

Euro : les Cahiers sur lemonde.fr  Avec Mats Hummels et Jerome Boateng, l'Allemagne brille par sa faculté à construire depuis l'arrière.

Auteur : Christophe Kuchly et Raphaël Cosmidis le 3 Juil 2016

 

 

Et si le mot-clé de cet Euro 2016 était la “relance” ? Depuis le début de la compétition, c’est la capacité à construire proprement depuis l’arrière qui semble distinguer les bonnes équipes des autres. Samedi soir, à Bordeaux, le quart de finale entre l’Allemagne et l’Italie opposait deux formations douées dans ce domaine, fournies en pieds adroits et fidèles à une sortie de balle de qualité. D’où l’impression de maîtrise technique ressentie depuis les tribunes, même les systèmes et styles s’annulent.

 

Brillante face à l’Espagne en huitièmes de finale, l’Italie aura été l’une des surprises de l’Euro. Avec les blessures de Marco Verratti et Claudio Marchisio, les deux penseurs du milieu, Antonio Conte avait perdu la technique et la réflexion nécessaires pour pratiquer un jeu plus ambitieux et plus flamboyant. Très vite, le sélectionneur de la Nazionale, qui prendra les rênes de Chelsea dans quelques semaines, s’est adapté à ces absences : il a modifié le style de sa formation, devenu plus direct et plus aérien avec le duo Pellè-Eder, et a confié les responsabilités de création à des hommes pourtant très loin du but adverse : Giorgio Chiellini, Leonardo Bonucci et Andrea Barzagli.

 

 

 

Lire l'article :

Réactions

Aucune réaction