En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Greenpeace calcule l'empreinte écologique des footballeurs

Agence Transe Presse – Pour la planète, il y a pire que la déforestation: le footballeur. Encore un coup dur pour Djibril Cissé, n°1 au palmarès des joueurs les moins écologiques.

le 11 Avr 2011

 

Londres, le 11 avril 2011 (ATP). L'association Greenpeace a rendu publique, ce matin, une étude pour le moins singulière: dans ce document de 64 pages, l'ONG, connue pour sa capacité à alerter l'opinion avec des opérations originales, a calculé l'empreinte environnementale d'une trentaine de footballeurs – pour la plupart internationaux. Et les résultats sont plutôt accablants pour ces derniers, dont le mode de vie a un coût pour la planète. "Nous n'avons pas voulu stigmatiser les footballeurs, se défend cependant Steve Harris, directeur de la campagne "Energy [r]evolution" de Greenpeace. Mais leur notoriété permet de passer des messages." Comme ceux-ci: l'impact environnemental estimé des seuls footballeurs de Premier League dépasse celui du Lesotho tout entier, et celui de l'effectif du Real Madrid coûte chaque saison à la planète autant que la destruction en forêt amazonienne de l'équivalent de 10.000... terrains de football!

atp_footballeurs_greenpeace.jpgCes sportifs cumulent en en effet les pratiques éco-dommageables: goût pour les grosses cylindrées, demeures surdimensionnées excessivement gourmandes en énergie, multitude de déplacements en avion pour le travail et les vacances, etc. Le rapport note par exemple que leurs lieux de villégiature comprennent souvent les pays du Golfe, dont l'urbanisation à marche forcée en plein désert contribue au réchauffement climatique... qui menace à brève échéance l'existence même des Maldives ou des Seychelles, autres destinations privilégiées par les joueurs.
Mais ce ne sont pas seulement leurs mœurs dispendieuses qui sont en cause, car des pratiques plus banales pèsent aussi: "Un club pro utilise chaque année autant de bouteilles d'eau qu'une maison de retraite accueillant une centaine de résidents", précise ainsi Greenpeace, qui n'a toutefois pas mené la même comparaison pour la consommation de médicaments.

Au palmarès individuel, on remarque la première place de Djibril Cissé, "dont la flotte automobile présente le bilan carbone annuel d'un Airbus A320" et dont les colorants capillaires comportent une liste impressionnante de substances toxiques. Interrogé lors d'une conférence de presse de son club, en marge d'une journée du championnat grec, l'attaquant français du Panathinaïkos n'a pas tardé à réagir: "Je ne suis pas carbonisé, mes bilans sont excellents", s'est-il exclamé avant que le journaliste ne puisse expliquer le malentendu, l'international ayant déjà regagné son Hummer. Conscient de l'effort de pédagogie à produire, Greenpeace a signalé son souhait de développer des actions avec des joueurs ou des clubs désireux d'adopter des comportements plus vertueux pour l'environnement.

"Pourquoi ne pas commencer par un clin d'œil, avec les Verts de l'AS Saint-Étienne dont le stade est déjà équipé d'une centrale photovoltaïque?", s'est amusé Norbert Krief, un des porte-parole de l'antenne française de l'association. Cette idée a déclenché un échange d'amabilités entre le club du Forez et l'OL, avec une saillie de Jean-Michel Aulas, le président lyonnais interrogé par l'ATP: "Si être écologique, c'est se chauffer au charbon et ne se déplacer qu'en bus au colza parce qu'on ne sort jamais de France, laissez-moi rire. Et le stade des lumières, vous croyez peut-être que je vais l'éclairer à la bougie?" La réplique ne s'est pas fait attendre, de la part de son homologue stéphanois Roland Romeyer, qui a estimé que l'OL "abusait effectivement des énergies fossiles avec un défenseur comme Cris".

On mesure le chemin restant à parcourir pour convaincre l'industrie du football professionnel de devenir plus écologique, sans parler de la perspective, évoquée lors de la présentation du rapport, de créer un jour un label de footballeurs bio. De quoi faire encore réagir Djibril Cissé, qui a bien connu à Auxerre l'éleveur de poulets en batteries Gérard Bourgoin.

Réactions

  • LLBB1975 le 11/04/2011 à 08h39
    Un début (presque) crédible et puis cela part en cacahouète pour le plaisir de tous.

    Ma préférée : l'énergie fossile de Cris

    Une interrogation : Norbert Krief ? Vraiment ? Un guitar héro vert ?

  • Tonton Danijel le 11/04/2011 à 09h22
    Notons quand même le remarquable bilan écologique de Pape Diakhaté, qui fait bien attention à tacler suffisamment haut pour ne pas arracher un seul brin de pelouse. Les défenseurs de l'herbe (non, pas toi, Fabien) te remercient, Pape.

    (euh, sinon, blague à part, je frémis quand je pense au bilan CO2 des clubs pros... de vraies usines à gaz, même si on pourrait compenser en exploitant le vent produit par les dirigeants. Surtout avec Jean-Claude Dassier, qui avec une bonne éolienne pourrait alimenter tout Marseille).

  • jeronimo le 11/04/2011 à 09h37
    Bravo, j'y ai cru jusqu'à la première place de Cissé, et saisi d'un doute, j'ai même cherché le dit rapport sur le site de Greenpeace !

  • pipige le 11/04/2011 à 09h50
    C'était l'article prévu pour le 1er avril ?

    Un petit faible pour "Un club pro utilise chaque année autant de bouteilles d'eau qu'une maison de retraite accueillant une centaine de résidents", précise ainsi Greenpeace, qui n'a toutefois pas mené la même comparaison pour la consommation de médicaments. "


  • José-Mickaël le 11/04/2011 à 11h13
    Pareil, j'ai commencé par y croire... mais la réplique de Cissé était trop drôle pour être vraie... En tout cas c'est très bon !

  • Pascal Amateur le 11/04/2011 à 11h57
    Eh bien, j'ai failli y croire à votre histoire !... Jusqu'à ce que je vois qu'elle était sur le site des Cahiers du foot. Mais c'est très sympa quand même.

  • jeronimo le 11/04/2011 à 12h24
    J'en profite pour dire que ce n'est qu'aujourd'hui que je comprends le pseudo Pascal Amateur.

    Il est excellent.

  • MarcoVanPasteque le 11/04/2011 à 13h41
    Miam, y a bon !

    (quand même les gars, faut réviser vos gammes, "Agence Transe Presse" ça aurait du vous mettre le puce à l'oreille)

  • mr.suaudeau le 11/04/2011 à 13h58
    Les CdF papier sont morts. Vive les Cdf papier!

  • KidA le 12/04/2011 à 08h44
    Rigolez pas, ça existe déjà: à Marseille ils ont engagé un consultant qui mesure l'empreinte écologique du club et qui propose des solutions pour en réduire l'impact...