Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

L1 :: La Gazette :: J26

Auteur : Le Feuilleton de la Ligue 1 le 3 Mars 2009

 

classement_0809_26.jpg


Les résultats de la journée

Paris SG-Nancy : 4-1
Le Mans-Le Havre : 2-0
Valenciennes-Lille : 2-0
Sochaux-Nice : 1-0
Bordeaux-Lorient : 1-0
Monaco-Saint-Étienne : 2-2
Nantes-Grenoble : 1-1
Lyon-Rennes : 1-1
Auxerre-Toulouse : 1-1
Caen-Marseille : 0-1



Les 5 gestes décisifs

• La remise dosée de la tête exécutée par Helstad pour lober Ba et offrir à Gervinho le deuxième but manceau.
• La chevauchée chaloupée à la Titi Camara de Maurice-Belay, qui élimine cinq adversaires à l’arrachée avant de décaler Erding dont le centre en retrait est conclu par une belle frappe victorieuse de Sverkos.
• La crise de schizophrénie de Penneteau, qui claque la frappe surpuissante de Bastos sur sa barre, comme s’il était un vrai gardien de but.
• La volée en se couchant sur le dos expédiée par Bergougnoux dix secondes après son entrée en jeu.
• Le missile vert hebdomadaire, expédié par Matsui fraîchement sorti de Pimp my quadriceps sur les conseils de Dernis, Machado, Payet, Ilan et Matuidi.

gaz26_matuidi.jpg


Les 5 gestes gratuits

• L’ouverture de Coutadeur à soixante-quinze mètres du but, qui trouve Helstad dans le dos de sept Havrais, lequel se fait superbement reprendre in extremis par Franquart.
• La chevauchée d’Hatem Isabey qui se joue de quatre Niçois pour pénétrer dans la surface, avant d’écraser le lob piqué qui l’aurait fait entrer dans le top but de la saison.
• L’extérieur à contre-temps d’Isabey et la remise sans contrôle de Sverkos qui permettent au FC Sochaux de développer la plus belle action du week-end en démultipliant les transmissions en triangle pour traverser le terrain en quinze secondes avant qu’Erding ne se précipite à la conclusion.
• La louche de Pichot au-dessus de deux Niçois, pour lancer Isabey dans la surface adverse, dont le centre n’est pas exploité par Erding.
• L’enchaînement contrôle de volée du gauche-jongle de la cuisse-ouverture de volée du pied droit réussit par Hoarau pour lancer Giuly en profondeur, qui ne lui vaudra pas la moindre citation au classement des passeurs, l’ancien international ne trouvant que l’intérieur du poteau.



Les 5 antigestes

• Le rasoir deux lames de Jérôme "Harald" Alonzo sur Moreira: un premier pied en avant vient balayer la cheville tandis qu’un deuxième de sécurité vise le genou. Et si Bazdarevic n’avait pas exagéré la semaine dernière?
• Le contrôle américain plein axe de Chedjou, qui n’obtient pas l’homologation "Zubrelance" iso 9001, les Valenciennois n’en profitant pas pour marquer.
• Le double contact talon-fesse opposée de Chedjou, à l’origine du coup-franc indirect sifflé dans les six mètres lillois.
• La sortie du gardien qui s’aperçoit à mi-trajet qu’il ne veut plus sortir finalement, parfaitement exécutée par Bracigliano sur le premier but d’Hoarau, puis par Landreau sur la Pauleta de Féret.
• Le genou de Meriem qui manque de décapiter Janot, lequel met un point d'honneur à récupérer le ballon avant de tomber dans le coma.


benzema_renvoi.jpg
Karim Benzema prépare son compte-rendu sur ses coéquipiers.


La bannette

Le miroir du football
Eric Gerets (OMTV) : "Même Hatem défend, s'il revoit les images il va pas croire que c'est lui".

L’ami d’Olivier Besancenot
Antoine Kombouaré (losc.fr) : "Le facteur réussite était aussi de notre côté".

L’ennemi de Gérard Majax
Rio Mavuba (losc.fr) : "Si on continue comme ça, on risque une grande désillusion".

L’équipe qui se décompose
Matthieu Dreyer (sport24.com) : "C'est avec détachement que je me suis acquitté de mon travail".

L’éjaculateur précoce
Elie Baup (Ouest-France) : "Le jeu généreux de la première mi-temps a laissé des traces".

L’éjaculateur tardif
Julien Sablé (ogcnice.com) : "Nous avons eu du mal à rentrer dans le match. Ce n'est pas un problème d'envie".

Le stratège fou
Daniel Jeandupeux (Ouest-France) : "Notre adversaire était préparé à contrarier notre stratégie. Mais il n'avait peut-être pas prévu qu'on pouvait changer de stratégie à la mi-temps".

Le joueur pas près de tirer sa révérence
Daniel Moreira (L'Équipe) : "C’est bien simple, si nous nous étions inclinés ce soir, j’aurais tout bonnement été dégoûté!"

Le remake de Sauvez Willy
Jean-Claude Darcheville (L'Équipe) : "Je me suis tout de suite mis dans le bain".

Le retour des morts-vivants
Damien Perquis (L'Équipe) : "Il fait plus beau, moins froid et les blessés reviennent".

La ville où on n’épluche rien
Daniel Moreira (L'Équipe) : "Là, c’est Grenoble, on n’en fera pas un tas dans les journaux..."

L’attaque Meetic
Grégory Pujol (L'Équipe) : "On se cherche, il me trouve, je le trouve, ça se passe très bien".

La défense à plat
Antoine Kombouaré (lfp.fr) : "L'idée, c'était que si ils voulaient marquer, il fallait qu'ils nous marchent dessus".

La nouvelle Vie de Bryan
Bryan Bergougnoux (L'Équipe) : "Le coach m’a dit que c’était le destin, que j’allais marquer et cela n’a pas tardé".


Le Top Marche ou crève
1. Antoine Kombouaré (L'Équipe) : "Il faut continuer et ne surtout pas se croire arrivés".
2. Daniel Moreira (L'Équipe) : "Pour autant, on n’avance pas avec nos nuls".
3. Mehmed Bazdarevic (lfp.fr) : "Il faut gagner des matches car avec trois points on avance plus vite".

Le Top cruel
1. Elie Baup (lfp.fr) : "Ce nul, c'est marquant, cruel, très difficile à vivre".
2. Christophe Galtier (L'Équipe) : "Ça nous arrive encore contre un concurrent direct et c’est cruel".
3. Frédéric Hantz (lfp.fr) : "La L1 est parfois cruelle, les joueurs se comportent très bien à l'entraînement mais ils ne trouvent pas de récompense dans les matches".


valbuena_souffrance.jpgNe vous inquiétez pas, le Culbuto se remet tout seul à la verticale.


La minute pas très fraîche de Steve Savidan

"Tout le monde connaît Baup dans le milieu. Moi je n'ai qu'une chose à dire, c'est un enculé. Euh, pardon, un monsieur enculé". (conférence de presse)


La minute Philippe Lucas de Jean-Louis Triaud

"Et pourquoi pas à huit? Ce serait encore mieux. Selon moi, ça n'apportera rien et surtout pas des corrections aussi simples que les hors-jeu ou les buts. On pourrait plutôt envisager quelque chose qui ressemblerait au système du tennis ou du rugby, avec la possibilité de revoir, par exemple, deux actions concernant des décisions simples, comme les actions de but. S'il y a un litige, seul un revisionnage de l'action est efficace. L'arbitrage à cinq, je m'en fous!" (L'Équipe)


La minute Bernadette Soubirous de Lionel Tonini

"J'arrête parce que j'en ai marre. C'est épuisant. Puis les résultats n'incitent pas vraiment à continuer. Je suis déçu par l'équipe. Mais j'irai au stade. Et je pourrai enfin regarder les matches. Parce que quand on anime, dos à la pelouse, on ne voit rien". (La Provence)



Calamités girondines

Suite à la suspension de quatre matches prononcée pour Fernando, Jean-Louis Triaud a déclaré: "On va réfléchir dans les jours qui viennent à ce qu'on peut faire. Quand on insulte un arbitre, on finit un moment ou un autre à le payer. Vous n'avez pas autre chose à m'annoncer? Un orage de grêle sur Bordeaux, le feu à ma maison? Ou quelque chose d'autre comme ça?".

On peut essayer :
• Yoann Gourcuff a déjà choisi : il ira à Arsenal.
• On a trouvé des traces de l'ADN de Levytsky sur le passeport de Cavenaghi.
• Ricardo se démène pour être libre en fin de saison.
• Jurietti reste.
• José Anigo ne trouve aucune qualité à Yoan Gouffran.
• Ramé reste aussi.
• Wendel a encore perdu deux kilos.



Canal Foutaises Club

gaz26_sochaux.jpg

Du match consistant des Sochaliens et de leurs mouvements de choix entrevus la veille dans Jour de Foot, les téléspectateurs de Canal Football Club n’ont pas eu le privilège d’être tenus informés. La fenêtre décryptée de 43 secondes généreusement offerte par le magazine dominical aux Doubistes (1) a été entièrement consacrée au buteur de la rencontre, Vaclav Sverkos, très bon joueur au demeurant, en passant sous silence une performance collective de qualité. Des choix éditoriaux certainement dictés par des informations de premier plan, comme en témoigne le découpage de la séquence:

• Interview de Sverkos, qui nous apprend qu’il est très heureux d’avoir marqué ce soir à Bonal: 15 secondes.
• La voix-off posée sur le ralenti d’un choc aérien nous informe que Sverkos est décisif, buteur, déjà craint, et robuste: 14 secondes.
• Conclusion de l’action du but marqué par le Tchèque: 9 secondes (20% de la séquence).
• Ralenti de Sverkos poing levé en fin de match: 5 secondes.

La Ligue a bien fait d’insister auprès de Canal sur la nécessité de diffuser les images de la L1 en clair: ce faisant, elle a contribué à instaurer une nouvelle grande loi mathématique. La règle des 20/80 s’applique désormais au traitement du championnat de France: 20% de football, 80% de foutaises.

(1) À comparer, par exemple, aux deux minutes dix dispensables offertes à Olivier Rouyer pour faire l'apologie de Casanova laissant ses joueurs se débrouiller sans lui à la mi-temps d'Auxerre-Toulouse.


La main dans le sac

gaz26_landreau.jpg

Pour tous, Landreau restera éternellement cet adolescent de dix-sept ans jeté à peine pubère dans le football professionnel. Et pour qui les nuits d'hôtel sont toujours aussi longues. (Cueilli sur psg.fr)



Les observations en vrac

• José Anigo aimerait bien faire savoir que bon alors en fait si, contrairement à ce qu'il a démenti, il est sur Bergougnoux.
• Ça doit vraiment être immangeable les scotts eggs et le pudding écossais pour que Darcheville soit revenu aussi affûté.
• 150 minutes de jeu, et toujours aucun but encaissé par la charnière Zubar-Civelli.
• Dites donc, cette scoumoune, elle a l'air solidement collée au cul des Stéphanois.
• Attention, en ne marquant aucun but pendant que Grenoble en inscrivait un, Le Havre risque de perdre de vue un de ses derniers objectifs: conserver sa dix-neuvième place du classement des attaques, le seul dans lequel les Normands ne sont pas derniers.
Jérôme de Bontin démissionnera lors du prochain conseil d'administration de l'AS Monaco, pour laisser sa place à un successeur inconnu. En fait non, le 10 Sport va annoncer qu'il a été missionné par le Prince Albert pour partir à la recherche de capitaux ukrainiens afin de racheter Frédéric Piquionne à l'OL.
• Tel que c'est parti, l'os iliaque de Benzema 2009 s'apprête à devenir aussi célèbre que le quadriceps de Zidane 2002.
• Ça y est, Bordeaux est relancé. En battant Lorient qui n'avait plus gagné depuis huit matches (victoire contre Le Havre), et amputé de Gameiro et Le Pen, mais Bordeaux est bel est bien relancé.



Le révélateur à la truelle

Y aurait-il du laisser-aller dans le car régie? Ces derniers, temps, ceux qui sont chargés de fixer la ligne du révélateur ont eu tendance à la coller au petit bonheur la chance, ou carrément de travers. Sans perturber les commentateurs plus que ça. 

gaz26_revelateur.jpg



gaz16_dictionnaireOL.jpgL'OL de A à Z

Partageons la passion du septuple champion de France en parcourant une définition extraite de son dictionnaire officiel (1). Cette semaine, la lettre J, comme Jacquet.

"1976-77: première saison complète de l’entraîneur Aimé Jacquet. Il restera à Lyon quatre saisons et demie. Une réflexion du président de l’époque le touchera beaucoup: 'Qui sait si un jour vous ne reviendrez pas entraîner l’OL quand vous aurez appris votre métier'. Alors que Lyon vient de se maintenir grâce à Aimé Jacquet".

La semaine prochaine: la lettre K comme Kabongo (2), un attaquant qui reviendra peut-être un jour à l’OL quand il aura appris son métier, qui sait?

(1) Le dictionnaire officiel de l’Olympique lyonnais, éditions Hugo&Cie.
(2) Eugène Kabongo est le buteur le plus prolifique de l'OL des années 87-90 avec 48 buts inscrits en 83 matches, dont 22 pour la seule saison 88/89.



Les questions

• Mais quand interdira-t-on le relancer de championnat?
• Youssouf Hadji a ouvert un salon de coiffure. Et si Frédéric Antonetti ouvrait un cabinet de conseil en image?
• Un stade de 80.000 places quand on n'est pas fichu de gagner plus d'un match à domicile – et encore, c'était Le Havre – depuis la mi-novembre, est-ce bien raisonnable, Jean-Michel?


valbuena_souffrance_1.jpg
Injustice comptable : un martyr religieux, ça peut obtenir jusqu'à 10.000 vierges, alors qu'un bourricot, ça a juste six mulets.

Vu du forum

=>> betomar (O téfécé)
Sur ce match, on ne peut plus parler de baraka, c'est une faille spatio-temporelle de la taille de Carrefour Portet:
- 27e: Sirieix passe meneur de jeu.
- 46e: Mansaré rentre à droite (excuse pour ne pas centrer:"j'étais pas sur mon bon pied").
- 75e: Gignac loupe deux buts en deux secondes à deux mètres des cages.
- 80e: Mansaré sort (excuse jugée non valable par Casanova, ou blessure?).
- 81e: Mansaré décisif: Bergougnoux, sur son premier ballon, marque du genou (d'où il n'est pas mou). Pas dit qu'il fasse vraiment exprès.

=>> le père fouya (Café Au petit marseillais)
Entendu au café en face de chez moi, juste après l'occasion de Ben Khalfallah: "Zubar, c'est le seul Guadeloupéen qui sait pas faire barrage".

=>> Dinopatou (Café Au petit marseillais)
La stat à la noix du jour : depuis le début de l'année 2009, on a disputé 7 journées de championnat, pour 7 buts inscrits (soit le score fantastique de 1 but / match) et... un seul but encaissé (en plus c'est à Sochaux, ça compte pas), soit un total de buts vus pendant nos matchs de 8. Lors du début de la saison en 2008, ce même total avait été atteint au bout de... une journée

=>> Le_footix (Gerland à la détente)
Voir Keita défendre en arrière gauche, m'a rappelé que dans l'encyclopédie alternative du football manque l'expression "balader à tous les postes".
Variantes:
"On emmène pas mal de joueurs en balade au poste". (un policier anglais)
"Mon baladeur iPod capte tous les postes, surtout du R'n'B". (Karim Benzema)
"J'ai eu mon poste en chantant une ballade à Pape Diouf". (Mamadou Samassa)

=>> Lemon (Paris est magique)
Cette saison, on a une veine de pendu. C'est tout. Y a pas à tortiller. Il nous arrive que des trucs improbables. Donc si vous titularisez Civelli, y a de grandes de chance que Giuly le blesse. À vous de voir.

> L'indispensable forum des Cahiers 



L'envers du championnat

Inutile de se voiler la face plus longtemps: la Ligue 1 est bel et bien en pleine décrépitude. Le peu de crédibilité qu’il reste à notre compétition domestique repose sur les épaules musclées du Havre, solide leader qui passe l’obstacle du Mans avec succès, ce que nul n’était parvenu à faire depuis le 29 novembre.

Mais derrière les Normands, c’est du grand n’importe quoi. Sochaux tombe pour la deuxième fois consécutive, et partage désormais une deuxième place qu’il occupait en solitaire depuis la 18e journée. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir souligné l’indigence de leur jeu, encore incompatible avec une quelconque ambition samedi soir: avec de tels gestes techniques, une répétition maladive d’enchaînements collectifs, et des mouvements déraisonnables vers l’avant, on finit fatalement les poches pleines de points.

Saint-Étienne passe in extremis devant les Lionceaux à la différence de buts, position flatteuse offerte par un finish optimal en dépit d’une maladresse chronique: Alain Perrin a beau réclamer à ses hommes de ne pas s’approcher trop près du but adverse, plus ils frappent de loin, plus les Verts multiplient les bévues.
Seuls huit clubs semblent dérochés, les deux élus qui accompagneront Le Havre dans un monde meilleur devront être particulièrement en veine pour s’extirper d’un peloton de poursuivants extrêmement dense.


valbuena_poteau.jpg"J'ai eu un peu peur quand j'ai vu qu'ils avaient installé cette toise jaune et orange pour rentrer sur le terrain. Au Parc Asterix j'avais pas pu faire le Grand Huit mais là ça va, je passe."
> Les lucarnes se font la malle dans le
le diapo des lecteurs

Réactions

  • Pierre Des Loges le 03/03/2009 à 10h12
    La ville où on n’épluche rien
    Daniel Moreira (L'Équipe) : "Là, c’est Grenoble, on n’en fera pas un tas dans les journaux..."
    __________________

    Par delà la vanne, Dany n'a pas tort dur ce côté-là...

    Après Lyon-Nice, en titre principal de "L'Equipe", c'était: "Nice volé à Lyon"

    Après Bordeaux-Nice, toujours en une, mais dans un coin, c'était "Bordeaux volé à Nice".

    Après Nantes-Grenoble, il faut aller dans les pages intérieurs, pour tomber sur le billet de Quignou "Alonzo aurait dû être expulsé". Et pas un patacaisse violent contre l'arbitre du match.

    Donc soit L'Equipe se fiche de Grenoble, soit leurs journalistes ont décidé de ne plus faire des caisses sur les erreurs d'arbitrage. Merci de ne pas répondre.

  • FPZ le 03/03/2009 à 10h23
    Forez Tagada
    mardi 3 mars 2009 - 10h05
    > funk
    Euh, faut être sérieux deux secondes : sur l'image de droite, aucun effet de parallaxe ne peut expliquer que la ligne défie ainsi les lois de la perspective. La ligne d'horizon où devraient se rejoindre les parallèles, ce n'est pas les panneaux de pub!
    Quand aux autres images, il faut expliquer pourquoi la ligne est placée nulle part entre deux joueurs.
    ------------

    Sur la dernière, funk et toi êtes d'accord, hein...

    Sur les 2 premières, sous réserve que le révélateur soit effectivement parallèle à la ligne de but, la ligne me semble bien placé, non ?
    (ie au niveau de la partie du corps de l'avant-dernier défenseur la plus proche de sa ligne de but)

    Par contre, nous ne voyons pas le ballon (enfin, je le vois pas en tout cas), ni par conséquent son "départ", il reste donc le problème du choix de l'image arrêtée...

  • Hurst Blind & Fae le 03/03/2009 à 10h28
    Sur les deux premières images la ligne est placée avant le dernier défenseur. Sur la première on voit bien qu'un Nancéen a un pied et un mollet dans la zone blanche, sur la seconde elle est placée entre les jambes du dernier défenseur au fond. On pourrait croire qu'elle est placée sur Cavenaghi devant mais en fait il a un pied à l'interieur aussi (en plus c'est le gauche, ça porte malheur)

  • Dinopatou le 03/03/2009 à 10h29
    Save Our Sport
    mardi 3 mars 2009 - 10h03

    Je savais que mon commentaire sur votre but te ferait plaisir *smiley*

  • FPZ le 03/03/2009 à 10h34
    Hurst Blind & Fae
    mardi 3 mars 2009 - 10h28
    --------

    Pour la première, tu chipotes, la délimitation est sur son pied...

    Pour la seconde, effectivement, je croyais que les blancs attaquaient (le joueur du fond étant donc HJ), mais si c'est l'inverse effectivement le joueur du fond couvre l'attaquant.

  • tholotforever le 03/03/2009 à 10h37
    Pierre Des Loges
    mardi 3 mars 2009 - 10h12
    La ville où on n’épluche rien
    Daniel Moreira (L'Équipe) : "Là, c’est Grenoble, on n’en fera pas un tas dans les journaux..."
    __________________

    Tas pour Tribunal Arbitral du Sport, n'est-ce pas ?

    Sinon, sur le révélateur, c'est moi où sur la première image, le révélo est placé sur le dernier défenseur, ou plutôt sur l'arbitre ?

  • Hurst Blind & Fae le 03/03/2009 à 10h40
    FPZ
    mardi 3 mars 2009 - 10h34
    Pour la première, tu chipotes, la délimitation est sur son pied...
    ---

    C'est pas moi qui chipote, c'est le révélateur ;-) La ligne devrait être sur son talon, mais en fait on voit bien que le réal se plante de joueur et l'aligne sur le Nancéen du bas au lieu de l'aligner sur celui du haut. Se planter de 30cm quand on prétend mesurer le hors-jeu au millimètre, c'est un peu du foutage de gueule.

  • Pierre Des Loges le 03/03/2009 à 10h43
    Pour rebondir sur le tas, j'ai bien aimé dans les anti-gestes:

    "Le rasoir deux lames de Jérôme "Harald" Alonzo sur Moreira: un premier pied en avant vient balayer la cheville tandis qu’un deuxième de sécurité vise le genou. Et si Bazdarevic n’avait pas exagéré la semaine dernière?"

    C'est surtout que les entraîneurs devraient être cool, zen, lexomi-mil dans leurs propos (même si à chaud, c'est dur). J'ai pas souvenir d'un coach qui se soit emporté dans ses propos et qui ait ensuite bénéficié d'un meilleur arbitrage. Bazda n'en a pas trop fait sur ce coup-là, la peur qu'il y ait réellement un mort la prochane fois?

    Sans doute Bazda sait que son équipe ne peut pas marquer plus d'un but par match, le nul étant une bonne affaire, il n'y a qu'à espérer que Jérôme "Hugo" Alonzo se prenne quelques matchs après revoyure et l'incident sera clos.

  • animasana le 03/03/2009 à 11h01

    Save Our Sport
    mardi 3 mars 2009 - 10h03
    Hé ani, t'as vu, pleins de petits cadeaux pour Sochaux! alors oui c'est mérité, mais bon souvent ça suffit pas.

    Merci les CDF. Merci.
    -----------

    Pareil, quoi que je suis mitigé entre la joie de voir le FCSM y figurer, et celle d'avoir fait de Dinopatou une star (il va encore plus se promener chez nous, s'il pense que ça peut lui apporter la gloire, ça tombe bien, fallait remplacer Cécile le minibus).

    C'est vrai que ça a bien joué ce week end, et effectivement, ce n'est pas avec les comptes rendus télé (mise à part sur le journal régional de Fr3) qu'on peut s'en rendre compte.

    Et ils font chier d'en faire des caisses sur Sverkos, on risque de le garder encore peu de temps...faut surtout pas leur parler de Mikari.

  • rom's le 03/03/2009 à 11h07
    Je sais pas pour CFC, mais avec seulement cinq matchs samedi soir, les résumés étaient bien plus fournis que d'habitude à Jour de foot. Vraiment agréable (surtout Sochaux / Isabey).