Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Mains occultes et hors-jeu du genou

Deux "mains" et un "hors-jeu": Lyon-Lens a confirmé l'incroyable incompétence de ceux qui se permettent de juger la compétence des arbitres sans comprendre ni l'esprit, ni la lettre des règles.
Auteur : Pierre Martini le 2 Oct 2007

 

Il y a des épisodes très ordinaires auxquels les membres de la famille du foot tiennent à donner du relief en s'y mettant à plusieurs, l'acharnement collectif n'étant pas la moindre de leur spécialité. Dans ce registre, le lynchage d'arbitre reste le principal loisir pour des bataillons de consultants et de journalistes désœuvrés. Prenez le match Lyon-Lens: un véritable cas d'école pour nos cancres las, ravis de placer le football et ses règles sous l'angle du PBDC (plus bête dénominateur commun). Et qu'ont-ils de plus commun que leur détestation machinale des arbitres?


C'est l'intention qui compte
rouyer_margotton.jpgLa foudre s'est donc abattue sur Thierry Auriac. En cause notamment: deux "mains" dans la surface qu'il aurait oublié de transformer en penalties, suscitant les glapissements d'Olivier Rouyer durant la retransmission sur Canal+. S'agissant d'évaluer l'intentionnalité d'une main, dans des cas aussi ambigus, on pourra pourtant discuter indéfiniment, soumettre les actions à des panels de spectateurs ou d'arbitres, on en viendra toujours à la même conclusion: ces actions sont discutables, elles ne dégagent aucune unanimité, ne peuvent être jugées que subjectivement. Et un éventuel "arbitre vidéo" se trouverait dans une impasse à chaque fois qu'il aurait à statuer à froid, contrairement à l'arbitre qui doit se décider dans le feu de l'action.

Malgré tout, l'esprit binaire de nos amis de la télévision ne peut se résoudre à cette indécidabilité. Le verdict tombe, définitif: "Y a penalty" (Rouyer, 73e minute). "Oh là là là là, ben oui, c'est pas possible, c'est dingue ça (...) C'est pas volontaire certes (...) Moi j'arrive pas à comprendre ces décisions d'arbitre, c'est kekchose qui m'insupporte. C'est fou ça" (Rouyer, 80e). "Là aussi il y avait une main, et là aussi, il y avait penalty" (Margotton, 80e). (1)


Le hors-jeu au microscope
L'autre "tournant" du match s'est déroulé en fin de première période : l'ouverture du score de Fabio Santos aurait dû être, selon les  annulée pour une position de hors-jeu du Brésilien. "Révélateur" à l'appui, nos professionnels de l'image arrêtée croient disséquer l'action alors qu'ils ne font que rester bloqués sur une infime portion de celle-ci. Pourtant, le prétendu avantage pris par le buteur est centimétrique, et tient donc avant tout de la qualité de la passe et de celle de l'appel. On oublie évidemment de constater que, sur l'action, la défense lensoise est complètement dépassée, au sens propre. Ce sont les Lyonnais qui font la différence, pas l'arbitre.
Dans un amusant pas de deux, Olivier Rouyer et Grégoire Magotton reconnaissent du bout des lèvres la logique de la décision arbitrale tout en insistant sur les conséquences ("Mais ça pèse lourd pour Lens"). Ils ont beau admettre que le doute doit profiter à l'attaquant, on sent que cette décision leur reste un peu en travers de la gorge. Durant la pause, Rouyer enfonce son clou: "On a dit hors-jeu de très peu, mais quand il y a hors-jeu, il y a hors-jeu".

On en revient à cette vision complètement infantile de la règle du hors-jeu, consistant à l'appliquer à la lettre, double-décimètre en main, plutôt que d'essayer d'en respecter l'esprit et la finalité (lire "Pour en finir avec le hors-jeu au centimètre"). Car dans l'esprit, il n'y a aucune raison que le but de Fabio Santos soit refusé. En salle de presse, Papin pourra dire qu'il n'a "pas aimé l'arbitrage"... comme si les entraîneurs devaient "aimer" l'arbitrage.


Le révèle à tort
revelateur_canal3.jpgCette comédie n'est pas complète. Car si l'envie nous prend, comme ces obsédés, de nous pencher sur le fameux révélateur et de lui accorder le pouvoir de dire la vérité, le constat est aussi clair que possible: la ligne est placée à hauteur du pied du défenseur, alors que son genou est manifestement devant – ce qui tendrait à "remettre en jeu" l'attaquant lyonnais.
Chers amis, le réalisateur de Canal+ qui nous bassine avec ses ralentis et ses images arrêtées (au lien de nous remontrer cette splendide action dans son intégralité) ne connaît même pas la règle du hors-jeu, qui stipule que doit être prise en compte n'importe quelle partie du corps (à l'exception des bras). Genou compris. Et l'image arrêtée se met à "révéler" une apparence contraire à la première...

Comble de l'aveuglement, Joël Quiniou, dans sa chronique de L'Équipe, tout comme Sébastien Tarrago dans son compte-rendu du match, n'ont pas pris la peine de regarder l'image et ont donc basé leur analyse... sur la foi du commentaire d'Olivier Rouyer. Après le cercle vicieux, voici le cercle idiot, qui voit chacun s'enfoncer dans l'erreur de l'autre. Et pendant ce temps, un trio arbitral qui fait correctement son boulot se fait fustiger par des incompétents notoires...
Qu'attendent les arbitres ou leurs instances représentatives pour rentrer dans le lard de ces tartufes et leur retourner leurs politesses? Pour créer un blog qui tiendrait la chronique de leurs pitoyables erreurs? S'ils ont besoin d'un coup de main...


(1) Phénomène étonnant: Rouyer énonce la règle (la main n'est pas volontaire), mais la réinterprète à sa guise (alors qu'il affirme par ailleurs qu'être hors-jeu de dix centimètres ne se discute pas). Joël Quiniou va plus loin dans sa chronique et donne dans le biétrisme en écrivant: "Le seul critère de l'intentionnalité de la main dans la surface n'est pas satisfaisant. (...) Je considère en effet qu'à partir du moment où un joueur – de façon délibérée ou non – repousse le ballon avec le bras parfaitement décollé du corps, il y a dans son inconscient une volonté, malgré tout, de chercher à enrayer illicitement la progression adverse". Non seulement un ancien arbitre nous ressort la fable du "bras décollé du corps", mais en plus il invite ses confrères en activité à sonder l'inconscient des joueurs...
revelateur_quiniou.jpg

Réactions

  • vendek1 le 02/10/2007 à 15h52
    Qu'attendent les arbitres ou leurs instances représentatives pour rentrer dans le lard de ces tartufes et leur retourner leurs politesses? Pour créer un blog qui tiendrait la chronique de leurs pitoyables erreurs? S'ils ont besoin d'un coup de main...

    ________________

    On se demande.

    La soupe est-elle si bonne que ça pour qu'ils ne balancent pas une grève digne de ce nom ?

    Manque de cohésion ?

    Ces mecs sont bons.
    Combien prennent-ils de décisions par matches ? 70 ? 80 ? 100? Plus ?
    Pour combien d'erreurs ? 3 ou 4 maxi, parfois aucune.

    100% d'accord av l'article de P Martini, cela va sans dire.

  • Cleaz le 02/10/2007 à 15h58
    eskimo
    mardi 2 octobre 2007 - 13h23
    Cleaz addict
    mardi 2 octobre 2007 - 11h40



    Je ne parlais pas de l'analyse de l'arbitre dans sa petite tête mais de l'analyse de Clivier1 il me semble en contradiction avec le post d'avant....



    Sinon je répète ma question quel est le but de l'article? Si c'est pour débattre 100 ans sur hors jeu ou pas, je vois pas l'intérêt de l'article. A la limite, les CDF n'avaient peut-être même pas besoin d'analyser les actions en profondeur pour savoir qui à tort ou qui à raison. Seul le fait qu'un jugement est souvent difficile à prendre et qu'il ne sert à rien aux commentateurs de s'exciter est necessaire pour qu'on dise, laisser les arbitres tranquils surtout quand ca se joue à rien du tout comme la.

  • ULF le 02/10/2007 à 16h12
    >Roger Cénisse
    >Pour ma part, je me refuse à penser que les différentes cabales exercées par tel ou tel média sur les arbitres peuvent être suivies d'effets, que ce soit au niveau des arbitres ou de la LFP ou autres (théorie du complot). C'est dans ce sens là que je qualifie les médias gravitant autour du football d'"épiphénomènes".

    tu ne penses pas que le denigrement par les media des compétences des arbitres et la remise en cause de leurs decisions puisse influer sur le fait qu'au quotidien ils se fassent insulter/molester sur les terrains et en dehors?

    et je ne vois pas pourquoi le lynchage médiatique de trezeguet serait plus important. perso je le trouve injuste et injustifié, mais ce n'est pas ca qui va vraiment lui porter préjudice. la juve ne va pas le saquer pour ca, et domenech risque meme de le re selectionner juste pour emmerder les journalistes ^^


  • funkoverload le 02/10/2007 à 16h33
    Merci rédac et pierre martinoche.
    Très franchement, je ne suis pas optimiste, mais si on ne prend pas rapidement des mesures extrêmement fermes contre non seulement les manifestations d'humeur des joueurs sur un terrain, et sur les élucubrations, éructations plutôt des trop nombreux vautours salivant autour d'un match de foot on en arrivera bientôt à un lynchage, bien réel cette fois-ci d'un homme, qui bien que n'ayant pas le même maillot etc.

    On ne l'a pas assez souligné ici, mais la différence avec le rugby est flagrante, immense. Pas un seul spectateur de rugby ne va se priver de critiquer un arbitre, de l'envoyer finir sa digestion dans un lieu plus approprié. Mais d'une part jamais un joueur ne va discuter une décision de l'arbitre et d'autre part jamais on n'entend un commentateur faire les réflexions - qui me sont franchement de plus en plus insupportables - que l'on entend au cours d'un match de foot.

    Inutile sans doute d'attendre quoique ce soit des medias. Ils suivront le mouvement comme d'habitude.
    Alors tout commence en bas. Ce qu'il manque clairement au foot c'est une décision d'exclusion temporaire qui a deux vertus : calmer le protagoniste et ne pas pénaliser définitivement son équipe. Chaque réflexion à une arbitre - je ne pense pas à une demande d'explication - devrait être sanctionnée immédiatement d'une exlusion de 10min, dès les plus jeunes catégories.
    Connaissant l'énorme conservatisme de l'international board, c'est toutefois une sanction qu'on risque d'attendre longtemps.
    Deuxième point : la ridicule commission d'éthique française devrait prendre ses responsabilités et sanctionner sans faiblesse toutes les réactions franchement inadmissibles des dirigeants que l'on entend journée après journée.
    Et enfin, last but not least, les arbitres doivent aussi faire leur révolution - et le règlement avec eux : pourquoi ne pas pouvoir revenir sur une décision par exemple ? Pourquoi ne pas comme au rugby expliquer clairement (je dis clairement à dessein : au rugby, non seulement les décisions sont commentées, mais elles sont "normalisée") à chaque fois la raison d'un coup de sifflet ?

    Je ne comprends pas pourquoi les arbitres ne sont pas capables d'une telle réflexion. Masos sans doute.

  • funkoverload le 02/10/2007 à 17h29
    Camarade Martini.
    En tant que commissaire politique des CDF, je me dois de te mettre en garde contre tes errements droitiers et petit-bourgeois. Dois-je te rappeler que la ligne des CDF met désormais l'accent contre la lutte acharnée contre le vampire Lyonnais ? As-tu bien conscience des dégats considérables que peut causer un article comme le tien aux objectifs des CDF pour l'accomplissement de la révolution footballistique ?
    Ne te rends-tu compte que la défense de valeurs bourgeoises comme le respect de la liberté arbitrale va à l'encontre de la volonté des masses ?
    Je compte sur toi camarade pour faire ton autocritique immédiatement, et dénoncer le caractère odieux de la validation du premier but lyonnais !

  • Simonol le 02/10/2007 à 17h58
    funkoverload:
    "Mais d'une part jamais un joueur ne va discuter une décision de l'arbitre"

    Sauf le (très) pénible Pichot bien entendu.

  • Dehu Sex Machina le 02/10/2007 à 18h05
    A donf avec Funkoverload
    L'attitude des joueurs vis-à-vis de l'arbitre (et des anciens joueurs devenus commentateurs tv) n'est pas (plus) admissible. Aucun autre sport co n'est aussi laxiste sur le chapitre. Etonnons-nous ensuite que les journalistes et les spectateurs en remettent une couche, c'est la tradition donc la norme. Mais au nom de quoi ? que les supp' médisent, très bien, mais les acteurs (joueurs, entraineurs, présidents et commentateurs impartaux) n'ont qu'à la boucler, ne pouvant être à la fois juge et partie. Alors il y a le "ça fait partie du foot, c'est comme ça qu'on l'aime" genre "j'aime la gnole parce que ça rend con"...
    Mon diktat:
    - joueur non capitaine qui s'adresse à l'arbitre: carton jaune (anti-jeu)
    - capitaine qui s'adresse à l'arbitre de manière irrespectueuse: idem
    - joueur qui touche volontairement l'arbitre: carton rouge
    - entraineur ou président qui taille l'arbitrage: grosse prûne pour le club.
    - commentateur tv: je vois pas ... c'est son droit le plus légitime, tant qu'il ne passe pas trop pour un gland et prend soin de souligner le favoritisme pro-OL, il est amha le moins blâmable des protagonistes.

    (assortir les cartons jaunes de 10mn d'exclusion est un concept intéressant genre "powerplay", à voir sur un autre fil)

    Rhaaa ça soulage




  • José-Mickaël le 02/10/2007 à 18h12
    lien :

    J'apprécie que tu n'aies pas oublié la 2è source d'erreur : à quel instant doit-on arrêter l'image ? J'en avais parlé lors d'un article similaire, montrant qu'un attaquant lancé parcourt une distance non-négligeable entre deux images à 1/25è de seconde. Or il est quasi impossible d'arrêter précisément l'image au moment où le ballon quitte le pied du passeur.

    Encore une fois et comme l'ont bien dit Les Cahiers, on ne doit pas chercher à juger un hors-jeu au cm puisque c'est impossible pour l'arbitre de le faire, d'où l'application de la règle : on laisse l'avantage à l'attaquant.

    Bref, je suis d'accord avec ta conclusion, et j'ajoute qu'elle montre l'impossibilité de juger le hors-jeu par vidéo (au cas où on voudrait tester l'arbitrage assisté par vidéo).

    Cleaz Addict :
    > Sinon je répète ma question quel est le but de l'article?

    C'est pourtant clair, non ? C'est de dénoncer le lychage médiatique des arbitres. Peut-être que les journalistes professionnels qui ont la chance de lire Les Cahiers vont se poser des questions, au lieu de faire confiance à la toute-puissance des jugements de Canal + ? Si cet article peut un petit peu y contribuer, ça sera toujours ça de gagné.

    J'imagine le rédacteur en chef de L'Equipe...
    - Les gars, vous avez vu l'article des Cahiers ? C'est très intéressant, il semble indiquer que le hors-jeu dénoncé par Canal + n'y était pas. Dans vos papiers, vous vous êtes basés sur quoi pour parler de ce hors-jeu ?
    - Ben, de l'image arrêtée de Canal !
    - Lisez l'article, vous verrez que ce n'est pas évident.
    - Mouais, pas convaincu. Avec la perspective, le genou est à 20 cm du pied, donc il reste 5 cm : il y avait hors-jeu de 5 cm.
    - Lis la suite, sur l'avantage laissé à l'attaquant en cas d'incertitude.
    - Ah ouais, c'est vrai... Hé, ils posent de bonnes questions ces Cahiers. On m'avait dit que c'était juste des bobos de gauche.
    - Bon, les gars, la prochaine fois, essayez de ne pas vous laisser trop influencer par l'unique source de Canal +. On est quand même le premier quotidien sportif de France, et on a un devoir de qualité. Donc désormais, dans des cas similaires, soyez moins affirmatifs, posez-vous des questions.
    - OK chef, c'est noté.

    Utopie ? Ah...


  • Loul le 02/10/2007 à 18h15
    Vous êtes sûrs de votre coup pour la 2ème source d'erreur ?

    La fréquence des images filmées par Canal (et même par lors de la plupart des retransmissions sportives depuis un paquet d'années) n'est elle pas supérieure à ces 25 images/secondes (j'ai bien dit filmées, pas diffusées en direct of course) ?

  • ouais.super le 02/10/2007 à 18h31
    Loul, il existe certaines caméras qui filment à 50 images secondes et même plus afin de faire des ralentis fluides, mais quand on a des ralentis sur un hors-jeu et qu'on a en live le technicien qui avance et recul en image-par-image, on voit bien que les mouvements des joueurs entre deux images sont loins d'être insignifiants, ce qui laisserait à penser qu'on est bien à 25 images/secondes dans la régie comme sur notre téloche.

    Qu'un technicien télé me dise si je me goure, c'est bien sûr toujours envisageable.