Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

L1 :: la Gazette :: Journée 6

le 23 Sept 2008

 

Les résultats de la journée

Nantes-Valenciennes: 2-0
Lille-Auxerre: 3-2
Toulouse-Sochaux: 2-1
Saint-Étienne-Paris SG: 1-0
Nice-Le Mans: 2-2
Lorient-Caen: 1-1
Nancy-Rennes: 0-0
Marseille-Monaco: 0-0
Le Havre-Lyon: 0-1
Grenoble-Bordeaux: 0-1



Les 3 gestes de la journée
 
• Le contrôle orienté de la poitrine réalisé en extension par De Melo pour lancer un coéquipier en direction du but.
• Le boulet expédié dans la lucarne de Landreau par James Mac Dabo.
• Le une-deux en talonnades réussi par Gervinho et Maïga dont les télés du monde entier se seraient gargarisées s'il avait été réalisé par Kaká et Ronaldinho.


Les 5 antigestes de la journée

• L’arrêt derrière sa ligne de but réussi par Letizi.
• Le casse de Braïce tenté par Wendel qui n'a miraculeusement pas les croisés de son vis-à-vis sur la conscience.
• Le tacle d’Hansson sur Hadji, pour lui montrer que son grand frère n’en rajoutait pas quand il lui parlait d’Eric Di Méco.
• La volée pépère, assurée aux six mètres du plat du pied par Hoarau pour être sûr de rater de cinq bons mètres le but vide.
• La belle faute dans sa surface de Perquis, très régulier au classement des antigestes.



La bannette

Le has been qui en redemande
Bixente Lizarazu (Canal football club) : "Moi, je viens insuffler l’esprit offensif allemand. On va faire des 3-3, des 4-4…" Laisse tomber, ils ne veulent plus de toi à l’OM.

La vanne testée sur le mauvais panel
Laurent Paganelli (Canal football club) : "C’est pas Pape Diouf le président de Marseille, hein! Il a été démis de ses fonctions, hier. Ah non, vous z’êtes pas au courant? Ah, je plaisante!"

Le prof de maths de Fabrice Fiorèse
Jean II Makoun (L'Équipe) : "Après l’expulsion de Sidney, on s’est retrouvés à 10".

Le coaching priapique
Pablo Correa (L'Équipe) : "On ne sait pas pourquoi mais on est raides".

L'important, c'est les trois jours
Jean-Alain Boumsong (olweb.fr) : "C’est ici, au Havre, que j’ai fait mes classes".

Le joueur qui a passé la pelouse au détecteur de métaux
Stéphane Ruffier (L'Équipe) : "On a trouvé un style de jeu". Si personne ne le réclame d'ici un an et un jour, vous aurez le droit de l'utiliser pour vous.

Le collectif impacté par la flambée du pétrole
Franck Dumas (AFP) : "Une équipe de Lorient que l'on a sentie un peu sur la réserve".

La subprime de match
Elie Baup (AFP) : "L'essentiel est assuré". Chez AIG?

La débande-annonce
"Jamais il n'y a eu en championnat de 0-0 au Vélodrome entre ces deux clubs" (présentation de Marseille-Monaco lors de Canal Football Club).


Le top "Dead or Alive"
• Antoine Kombouaré (AFP) : "Ce soir, on a ressuscité des morts".
• Frédéric Antonetti (AFP) : "Si vous avez un fusil et qu'on vous donne pas de cartouches vous pouvez pas tirer".
• Claude Puel (olweb.fr) : "C’était un match une nouvelle fois très vivant".



La minute pathologique de Pierre Ménès

"Oui je sais: quatre bons résultats et aucun bon score... La 5e journée a pas été terrible pour moi. Mais en même temps, je peux pas prévoir les erreurs d'arbitrage! Si les deux buts valables de Sainté à Caen avaient été validés, j'aurais eu bon...". (Yahoo!)



La minute qui dégage les bronches d’Antoine Kombouaré

"Que Pascal Praud ose se pointer pour me serrer la main, me demander si je vais bien et me poursuive en me disant qu’il n’a jamais dit ça… Je n’aime pas les menteurs, les hypocrites, les faux-culs, les mielleux. Qu’il assume plutôt que venir me chercher des embrouilles. Je suis respectueux avec les gens respectueux et con avec les cons! Maintenant, l’incident est clos. Je ne vais tout de même pas perdre mon temps avec Pascal Praud!" (in L’Équipe, en raison de la qualification de "trompettes" dont l’ancien journaliste de TF1 aurait affublé son effectif)



La minute tchou-tchou d’Eugène Saccomano

"Allez interroger maintenant les maires de Saint-Lô, d’Auxerre, d’Aix-en-Provence, qui ont laissé passer le train, au moment du chemin de fer au début du siècle, ils sont fous! Parce que leurs villes ne se sont pas développées, parce qu’il n’y avait pas le chemin de fer! Alors les stades c’est pareil. On veut surtout pas être dérangé par les stades, ça sent la frite, la bière et cætera! Ca sent le populo! Et MERDE! T’as tous ces gens qui veulent se mettre devant ces stades, ne rien faire, les stades ON LES VEUT! Pleins!" (On refait le match – L’Équipe TV)


antonetti_frotte.jpg
Dans le monde de l'arbitrage professionnel, c'est ce que l'on appelle le couloir de la mort.


Le physique, c’est dans la tête

C’est une bien étrange impression qu’ont laissée les Lillois à leurs supporters, au terme d’une rencontre calibrée pour les résumés télévisés: des buts, du suspens, et un final à couper le souffle avec un Jack Bauer brésilien. Une fois les émotions de cette victoire à l’arrachée retombées, il reste les interrogations quant à la schizophrénie du LOSC.

La première mi-temps met en scène une équipe autoritaire dans la conquête, au jeu parfois trop stéréotypé pour surprendre, mais qui convainc davantage quand elle parvient à combiner sur les flancs, avec de nombreux dédoublements des latéraux. La recrue De Melo est comme un poisson dans l’eau, point de fixation privilégié dans le circuit préférentiel de son équipe, dont on se demande même comment elle évoluait sans lui.

Egalisation par Hazard
De retour des vestiaires, du moins le croyait-on, la baisse d’intensité du pressing, et le manque de compacité dans l’organisation, offrent des espaces béants aux Auxerrois, qui ne se font pas prier pour aller remporter logiquement la victoire. Un de ces matches où l’emprise s’inverse spectaculairement suite à une mauvaise gestion athlétique de l’événement. Quand il n’y a plus de jus, aucune ambition ne peut être entretenue.

Pourtant, quand Lille égalise (presque) par Hazard en fin de rencontre, on découvre que les maux n’étaient pas liés à des organismes déficients. De nouveau déterminés, les Lillois finissent par l’emporter par KO, après avoir couvert de coups les buts de Riou pendant les six dernières minutes. Le combat physique, c’est manifestement dans la tête qu’il se gagne.



La stat futile de la journée

Les Bordelais viennent de battre leur second promu de la saison. Après la victoire contre Nantes en Gironde, Grenoble est tombé à domicile. Ainsi, 6 de leurs 10 points ont été marqués contre des petits nouveaux."Facile!" diront certains. Ne nous contentons pas de cette trop brève analyse, creusons un peu:

• On compte entre 1 et 4 promus par saison (depuis 1945).
• En 1955/56, la Division 1 ne comptait qu'un seul promu, Sedan, qui en profita d'ailleurs pour remporter la Coupe de France.
• À 3 promus, comme aujourd'hui, la meilleure performance date de 1978/79: Strasbourg obtint 6 victoires et +15 de goal-average dans ses confrontations contre les promus.
• À 3 promus, le pire bilan est co-détenu par Nîmes (en 1953/54) et Sochaux (1994/95), avec 6 défaites et -8 de différence de buts.
• À 4 promus (c'est arrivé 9 saisons), personne n'a réussi à faire mieux que Nice en 1958/59 (7 victoires, 1 nul, 0 défaite, +17).
• À 4 promus, personne n'a fait pire que Lens en 1946/47, avec une seule victoire et 7 défaites.

Voilà maintenant les 10 premiers du classement du nombre de points moyens pris contre les promus (en appliquant la victoire à 3 points, et en ne comptant que les équipes qui ont affronté au moins 20 fois des promus). :
1.  Nantes : 1,91
2.  Monaco : 1,82
3.  Paris SG : 1,78
4.  Saint-Etienne : 1,74
5.  Marseille : 1,72
6.  Reims : 1,72
7.  Bordeaux : 1,69
8.  Auxerre : 1,68
9.  Lyon : 1,67
10. Caen : 1,62

• Le plus mauvais de ce classement encore en activité en Ligue 1, c'est Le Havre, avec en moyenne 1,25 point par match contre un promu. Son parcours est peu glorieux: sur 114 rencontres l'opposant à un petit nouveau, Le Havre a gagné 37 fois, partagé les points 32 fois et perdu 45 fois. Mettons ça sur le compte de l'inexpérience d'un club encore tout jeune.
• Gueugnon et Châteauroux sont les seuls à n'avoir jamais perdu contre un promu.

La semaine prochaine, nous balaierons tout un ensemble de paramètres (météo, affluence, loi des séries, ...) pour comprendre comment Makelele a réussi à ne pas avoir de carton jaune lors de la 5e journée

=>> Texte motorisé par Poteau rentrant, site de stats inédites et décalées sur la Ligue 1.



Canal se distingue en faisant comme tout le monde

Il y a un an, Cyril Linette, directeur de sports de Canal+ nous annonçait "Sur Jour de foot, l’erreur, cela a été de faire une émission qui, quoi qu’il arrive dans la journée de L1, soit l’illustration de ce qu’on a lu dans L’Équipe toute la semaine" (lire l'interview). D'une certaine manière, le pari est réussi: c'est désormais l'ensemble de l'antenne qui s'est approprié les lubies du quotidien, plongeant la tête la première dans la moindre névrose qu'on lui mettrait sous la dent.
Et comme L'Équipe décide régulièrement de réduire quatre-vingt-dix minutes de football à deux décisions arbitrales, le poison contamine de plus en plus souvent la rédaction de la chaîne cryptée. La maladie avait commencé à se répandre le soir de Lyon-Nice, dont le résumé dans Jour de foot n'avait été monté que sous l'angle de l'arbitrage. Comme s'il s'agissait du seul fait du match. Les Spécialistes, censés représenter l'expertise de la chaîne, se vautrent  depuis longtemps dans la cabale, à tel point que leur dernier avatar, Les Spécialistes Europe, vont chercher des erreurs d'arbitrage en Angleterre, comme pour apaiser le manque en milieu de semaine.

Coups bas livrés
Le comble – on ne parlera prudemment pas de sommet – fut pour l'instant atteint par la bande annonce… de Marseille-Monaco, qui dans une ambiance inquiétante présentait le match comme un rencontre sous haute tension arbitrale, en reprenant les discours démagogiques d'Olivier Rouyer datant du samedi précédent (lorsqu'il avait fait huer un arbitre par le public). Malsaine, populiste autant qu'erronée, cette présentation annonce le pire quant aux intentions de la chaîne pour la saison en cours: il s'agira de frapper en dessous de la ceinture.
Heureusement pour Canal+, d'autres chaînes luttent chaque jour (surtout les dimanches et lundis) pour faire baisser encore un peu plus le niveau d'exigence des téléspectateurs.



Un ange passe

Invité sur le plateau de Direct Sport (Direct 8), Dominique Rocheteau, président de la Commission de l’éthique, se voit interrogé sur l’existence de ladite commission. Gêné aux entournures, il déplore timidement un manque de moyen et de crédibilité qu’il doit évoquer avec Jean-Pierre Escallettes dans l’espoir de continuer à servir le football.

Mais dès qu’il s’agit de se prononcer sur l’actualité, c’est plutôt Jean-Patrick Lescarboura, son contemporain spécialiste du bottage en touche, que l’on croit entendre: "La Commission de l’éthique ça ne concerne pas du tout le terrain, c’est tout ce qui nuit à l’image du football, mais en dehors du terrain". Pour ce qui est des déclarations à l’emporte-pièce du spécialiste du contrôle avec le pied en porte-manteau à l’encontre de Luc Sonor, un autre joker est rapidement dégainé: "Nous c’est les licenciés, c’est pas les journalistes hein. Les journalistes sont pas licenciés dans le football".
Si on a bien suivi, pour être sanctionnable, une entrave à l’éthique doit donc être proférée par un licencié, mais surtout pas sur le terrain –sauf s’il se prénomme Fabrice.




Les observations en vrac

• Il faut vraiment que Valbuena arrête de répondre à toutes les interviews qu'on lui propose.
• Que le stagiaire d'M6 qui a remplacé le thermos de café de Vincent Coueffé par du déca se dénonce.
Sept minutes d'arrêts de jeu, ça peut pas toujours donner PSG-Real.
• S'ils veulent entretenir des ambitions, les Niçois doivent absolument éviter de mener 2 à 0.
• Après "Elber a encore plusieurs saisons dans les jambes", après "Carew va se régaler dans les défenses de L1", après "Milan Baros va trouver un terrain idéal pour se relancer", les producteurs la série comique "savoir gérer les recrutements en attaque" produite par l'OL sont heureux de vous présenter leur dernier épisode: "Rémy n'a pas l'étoffe pour s'imposer chez nous".
• L’appel du 22 septembre de Bernard Lions: "Je lance un appel à Charles Villeneuve, le président du Paris Saint-Germain: faites-nous venir Ronaldo! Si tu veux relancer l’intérêt du championnat de France, fais-nous venir une authentique star!" Dire que De Gaulle n’est même plus là pour entendre ça.


roux_poing.jpg
"Et là, Djibril s'avance vers moi et je lui dis: "Wesh Cousin, bien ou bien?"


Les questions de la journée

• On pourrait pas organiser une minute d’applaudissement dans les stades de Ligue 1 pour féliciter Micoud de son départ à la retraite, histoire qu’on s’aperçoive un peu plus de son absence que de celle d’Olivier Quint?
• À ce sujet, quand entendra-t-on un joueur dire qu'il a pris sa retraite simplement parce que ses performances déclinaient?
• Quand il a quitté le terrain en bougonnant à l’heure de jeu pour voir, assis sur un banc, ses coéquipiers marquer les deux premiers buts de Sunderland à domicile cette saison, est-ce que la Ligue 1 ne lui manquait pas un petit peu quand même, à Djibril?



Les petites annonces

• Boucherie bordelaise solde surstock suite à excès de zèle de certains de ses employés.

• Entraîneur brésilio-principautaire donne cours de soutien en maçonnerie. Niveau Calcio exigé. Mortier fourni, parpaings à prévoir.

• À nos lecteurs expatriés. Si vous entendez des cris au loin, rassurez-vous: il ne s’agit que des restes d’un débat entre un membre de la rédaction piégé par Patrick Montel pour échanger son point de vue sur le niveau de la L1 et de l'arbitrage avec Jérôme Touboul sur Europe 1 Sport.

Réactions

  • rom's le 23/09/2008 à 09h49
    Chouette gazette, comme toujours. Par contre, hors sujet, mais BOB, la loi que tu cites me semble un des trucs les plus insupportables en terme de droit.

  • funkoverload le 23/09/2008 à 10h00
    Le casse de Braïce tenté par Wendel qui n'a miraculeusement pas les croisés de son vis-à-vis sur la conscience.
    ---
    Après l'arbitrage video, la Lourdes analyse ?

  • JihaiR le 23/09/2008 à 10h06
    Chouineur.

  • Diablesse Rouge le 23/09/2008 à 10h30
    FPZ
    mardi 23 septembre 2008 - 08h40

    Pierrot il fait partie de la grande famille des COTYseurs maintenant, donc tu peux suivre ses résultats. Pseudo PIERROT LE FOOT, je vais désormais pêcher ses pronos toutes les semaines sur son site/blog et Pagis Est Magique les inclut dans les résultats et différents classements.

  • FPZ le 23/09/2008 à 10h49
    => Diablesse : je sais, et c'est même grâce à (à cause de ?) moi...
    (Cf. fil "Tout sauf les pronos)



  • Le_footix le 23/09/2008 à 11h16
    Merci pour cette brillante Gazette, m'dame Rédac.

    Bravo d'avoir repéré le une-deux talonné du Mans. En fait, je pense que si Gervinho avait réussi à centrer ensuite et que, soyons fous (très), Le Tallec l'avait repris dans les filets, là oui ça faisait le tour de l'Europe pour de vrai.

    Le LOSC va être intéressant à suivre parce qu'il faut bien avouer que le pauvre Puel n'a étrangement jamais bénéficé des moyens offensifs dont dispose désormais le très joueur Rudy Garcia (d'ailleurs c'est pas lui qui a joué dans Ocean's Eleven et le Couperet ?

  • luckyluke le 23/09/2008 à 11h19
    Moi je crois que j'ai trouvé pourquoi Makelele n'a pas eu de carton lors de la 5ème journée :-))


    Sinon, la principale raison pour laquelle Rémy réussit à Nice, c'est qu'il y est titulaire, non?

  • Diablesse Rouge le 23/09/2008 à 11h40
    FPZ
    mardi 23 septembre 2008 - 10h49

    Sois-en béni et remercié alors FPZ!

  • la touguesh le 23/09/2008 à 13h37
    Ca fait bien 6 mois que mes alternatives au diaporama ne sont pas retenues, et la, hop, quelle meilleur manière d'apprendre que les temps de vache maigre sont finis (ou que je suis reparti pour 6 autres mois) qu'en constatant que la vignette couloir de mort (avec sa faute de frappe) est dans la gazette de la L1 ?? Merci ...

    Bravo pour cette bien belle gazette !!

  • Olf le 23/09/2008 à 13h43
    Brest Of Burden
    mardi 23 septembre 2008 - 09h38
    Autant que la Rédac apparemment, je reste ébaubi devant le traitement réservé aux arbitres dans les média depuis un temps certain.
    Je rappellerai donc que "les arbitres et juges sont considérés comme chargés d'une mission de service public au sens des articles 221-4, 222-3, 222-8, 222-10, 222-12, 222-13, et 433-3 du code pénal et les atteintes dont ils peuvent être les victimes dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de leur mission sont réprimés par les peines aggravées prévues par ces articles" (loi n°2006-1294).
    Je me pose alors la question : lorsqu'un arbitre est accusé de parti pris, qu'on le traite indirectement de voleur, quand on le menace d'ouvrir les grilles du parking pour le livrer aux supporters en colère, ou autre, ne peut-il pas porter plainte ?
    S'il y a des juristes qui peuvent éclairer ma lanterne ...

    --------------------------

    A priori, il me semble que le cas des journalistes qui allument le corps abritral n'entre pas dans le cadre de cet article que tu cites. Le rapport de l'Assemblée nationale précise bien qu'il s'agit de "considérer les violences ou les menaces infligées ou proférées à l'encontre des arbitres et des juges dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de leur mission comme des violences ou des menaces aggravées passibles des peines renforcées prévues par le code pénal." La notion d'exercice suppose apparemment que les actes soient effectués sur le terrain. En tout cas, la question des critiques proférées a posteriori n'est pas évoquée dans le cadre de cet article.


    Reste toujours la possibilité de porter plainte pour diffamation, mais ça n'entraîne pas les mêmes sanctions. Et condamner un journaliste pour diffamation n'est pas chose courante (n'est-ce pas Mme rédac', vous qui êtes infaillible, même face à un singe hurleur?).

    Et sinon, une bonne petite grève? Ce serait l'occasion pour Balbir d'aller arbitrer et de montrer ce qu'il vaut, puisqu'il a déjà arbitré José Touré et les équipes Canal...

La revue des Cahiers du football