auteur
A la gloire de Coco Michel

 

L'Atelier du forum: là où se proposent, s'écrivent et se peaufinent les articles à plusieurs mains.


Du même auteur

> déconnerie

Tabloïd, numéro 1

> article précédent

Paris ouvre sa marque

> article précédent

Barton-Ibrahimovic : le Clashico

Et pour quelques journées de plus

Lors de la saison 2002/03, l’En Avant de Guingamp obtient avec Drogba, Malouda et Coco Michel son meilleur classement parmi l’élite. C'était il y a dix ans.

Partager 
Partager sur Facebook
Twitter Mail


Après avoir vécu une saison sportive 2001/02 difficile, avec un maintien obtenu lors de la dernière journée, le club connait une intersaison assez mouvementé. C’est tout d’abord le retour à la présidence de Noël Le Graët. Devenu président du club en 1972, il profite de l’émergence d’une génération dorée (quarts de finaliste de Coupe Gambardella en 1969 contre l’ASSE) pour hisser le club du niveau régional à la Division 2 en 1977 [1]. L’épopée en Coupe de France en 1973 (élimination de quatre clubs de Division 2) révèlera le club et inspirera le film Coup de tête à Jean-Jacques Annaud, qui en fera le Trincamp de son histoire. De proches collaborateurs (Bertrand Salomon 1991-1998, puis Alain Aubert 1998-2002) chauffent le fauteuil présidentiel pendant que Noël Le Graët assure des responsabilités nationales – il a été président de feue la Ligue nationale de football entre 1991 et 2000.

 


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Après trois saisons et demi au poste d'entraîneur, les bons résultats obtenus par Guy Lacombe lui permettent de monter en gamme et de prendre les commandes de Sochaux. Il est remplacé par Bertrand Marchand (né à Dinan), novice à ce niveau, ce qui est pour beaucoup dans l’incertitude planant autour de cette équipe. Nommé par Noël Le Graët, ce Costarmoricain (mais gallo) a longtemps entraîné Thouars en CFA 2, avant de devenir responsable du centre de formation et entraîneur-adjoint au Stade rennais.
 


Breizh touch + Drogbazooka

Autre régional de l’étape, Ronan Le Crom (né à Lorient) perpétue les bonnes relations auxerro-guingampaise (entre paysans, on se comprend). Seulement voilà, à vingt-huit ans, l'actuel troisième gardien du PSG n’a pas quatre matches de Ligue 1 dans les gants, pas très rassurant pour garder les cages d’une équipe promise à la relégation. En défense, Hubert Fournier, taulier de la première heure de Guingamp, décide à trente-quatre ans de se donner des vacances à Rouen (National). Il est remplacé par un autre junior, Nestor Fabbri, qui prolonge d’une pige sa carrière en France pour enfin découvrir la Bretagne. Sa mission est de taille, puisqu’il devra canaliser le fougueux Blaise Kouassi. Ils seront accompagnés à droite par Jean-Louis Montero, en provenance de Sedan.
 

Banni par le Stade Rennais et sa politique de recrutement dispendieuse et hasardeuse (Fleurquin, Loeschbor, Lucas, Ivanov…la belle époque), Christophe Le Roux (né à Lorient) poursuit son tour de Bretagne et repose son baluchon à Guingamp (Lorient, Guingamp, re-Lorient, Nantes, Rennes, re-Guingamp donc, avant de finir sa carrière à Vannes). Enfin, le prêt de Gaël Danic (né à Vannes), en provenance de Rennes, vient doubler le poste d’ailier gauche. Malheureusement Malouda ne lui laissera que peu d’occasions de s’exprimer.
 

Arrivé au mois de janvier pour remplacer Fiorèse (qui fugue au PSG), la deuxième saison de Didier Drogba, passé durant son enfance par Brest et Vannes, confirmera le choix du président Alain Aubert. Intéressé d’abord par Daniel Cousin, c’est finalement son remplaçant qui est choisi, grâce aux conseils avisés de Bertrand Marchand (travaillant alors pour le Stade rennais), et à la situation contractuelle du joueur: Drogba arrive contre un chèque de 150.000 euros. Après des débuts difficiles, un séjour forcé à Bréhat durant l'automne lui permettra de progresser physiquement. Le "tueur de mouette" est métamorphosé, Drogbazooka est né.
 


L’équipe-type

 

Remplaçants : Loussouarn. Yahia – Ferrier – Sikimic. Talhaoui – Baret – Bah – Danic. Bardon – Eloi. Et encore…Franck Ribéry ne sera pas retenu à la suite d’un essai d’une dizaine de jours (bah oui, on avait Hakim Saci).

Les matches amicaux donnent le ton : cette année, on ne s’ennuiera pas au Roudourou. Bertrand Marchand veut du jeu, et avec les joueurs qu’il a sous la main, ses velléités offensives seront assouvies. Certes, l’équilibre demeure assez instable (3e attaque avec 59 buts marqués, 13e défense avec 46 buts encaissés), mais dans l’ensemble l’équipe pratique un football agréable, plus proche de ses aînés des années 70 et 80 que du jeu pratiqué en Division 1 par Smerecki ou Lacombe. Joueuse mais inconstante, l’En Avant perdra beaucoup de points contre les mal classés, et totalisera un faible nombre de matches nuls. Le parcours de l’équipe accentue la tradition guingampaise de la lutte du "petit" contre le "gros", en s’illustrant particulièrement contre les grosses écuries.
 


Hiver difficile, printemps renversant

Sixièmes à trois points du leader, puis douzièmes au soir de 30e journée (12 victoires, 4 nuls et 14 défaites), les Guingampais vont enchaîner une série de sept victoires (Troyes, Marseille, Bastia, Lens, Nantes, Monaco, Lyon) et un match nul (Sochaux), échouant à la septième place, à trois points de la Ligue des champions et six du titre. Guingamp est même leader d’un classement virtuel retenant les confrontations entre les dix ou douze premiers du championnat écoulé, preuve de la capacité de cette formation à se surpasser lors des grands rendez-vous, et de son irrégularité contre des équipes plus faibles.
 

La fin de saison sonnera le glas de cette fabuleuse dynamique, en même temps que le départ du duo Drogba-Malouda, qui parviendra à se reformer quelques années plus tard à Londres. L’équipe ne se remettra pas des changements de l’intersaison 2003 (départs de Drogba, Malouda, Fabbri, Montero, acclimatation difficile de Fuentes, Cabanas, Goussé, Dagano) et le club sera relégué à l’issue de la saison.
 

Malgré des recrutements clinquants et ambitieux, le club ne parviendra pas à remonter en Ligue 1. La coupe de France remportée au nez et à la barbe des rennais en 2009 constituera une anomalie pour une équipe de moins en moins convaincante en championnat, et logiquement reléguée en National l’année suivante. Cet événement se révèlera finalement bénéfique pour le club. Repartie sur des bases plus saines, l’équipe remonte en Ligue 2 et poursuit depuis une dynamique positive, sous la houlette d’un jeune entraîneur, Jocelyn Gourvennec.
 


Et pour aller plus loin : le documentaire Une petite ville dans un grand stade, sorte de Les Yeux dans les Bleus guingampais, tourné lors de cette saison 2002/03.


[1] Voir ce reportage datant de 1978 (équipe de Guy Stéphan, Christian Gourcuff…).

 

 

 

Les temps forts de la saison

1ère journée : Guingamp 3-3 Lyon
Carnot (24e), Bardon (89e), Drogba (94e) ; Juninho (3e), Chanelet (38e), Anderson (51e)
Juninho Pernambucano ouvre la marque d’entrée avec une feuille morte somptueuse qui trompe Le Crom, ce qui n’est pas sans inquiéter les supporters guingampais sur les capacités de leur nouveau gardien. Le champion en titre mène 3-1 à cinq minutes de la fin, mais les Bretons arracheront l’égalisation dans les arrêts de jeu, ce qui gratifiera le Roudourou d’une grimace de JMA. Finalement, le déroulement du match symbolisera la saison des Guingampais.


3e journée : Guingamp 3-0 Rennes

Malouda (34e, 87e), Le Roux (68e)
Dynamisés par le final du match d’ouverture, les Guingampais enchaînent par une victoire à Bastia, avant de recevoir leur voisin préférés. Le lob de Christophe Le Roux, sur le géant rennais, inspirera Georges Cadiou, l’inénarrable commentateur radio de Radio-France-Breizh-Izel: "Il a envoyé paître Cech". Guingamp est leader. Le lob de Le Roux.
 

28e journée : Guingamp 3-2 Paris
Guillaume (61e), Drogba (69e, 90e) ; Ronaldinho (21e), J. Leroy (55e)
Menés 2 – 0, avec notamment un but Ronaldinhonesque, les Guingampais vont éviter l’affront de l’aller (5-0), et arracher la victoire dans les arrêts de jeu. Le but inhumain de Ronaldinho, le but stratosphérique d’Auriol Guillaume.
 

32e journée : Marseille 0-2 Guingamp
L.Bah (12e), Drogba (15e)
Coup dur pour les Marseillais, leader ex-aequo avec Monaco, avant ce match. Lionel Bah connaît là le sommet de sa courte carrière, avant de subir une vilaine blessure dont il ne se remettra jamais.
 

36e journée : Nantes 0-4 Guingamp
Le Roux (22e s.p., 38e), Carnot (48e), Drogba (54e s.p.)
Après Rennes, Christophe Le Roux continue de se signaler auprès de ses ex-employeurs.
 

37e journée : Guingamp 3-1 Monaco
Carnot (23e, 51e), Malouda (93e) ; Nonda (56e)
À deux journées du terme, Monaco a trois points de retard sur le leader lyonnais. La victoire guingampaise, devant 18.001 spectateurs (nouveau record d’affluence) sonne la fin des espoirs de Deschamps, et sacre les Lyonnais. Le premier but de Carnot.
 

38e journée : Lyon 1-4 Guingamp
Govou (66e) ; Drogba (18e, 68e), Malouda (20e, 47e)
Les supporters lyonnais ont bien compris que leurs protégés ne sont pas en état pour disputer un match de football, suite aux célébrations du second titre. Preuve, s’il en est, Govou est l’unique buteur lyonnais. Les chants "Merci Guingamp, merci" n’amadoueront pas des Guingampais sans pitié, qui infligeront une cinglante défaite à Lyon, et un hoquet à JMA.
 

Partager 
Partager sur Facebook
Twitter Mail

> déconnerie

Ruffier : The facts

> sur le même thème

Paris ouvre sa marque

> du même auteur

OM 2013/14 : la fiche pratique

Les clubs et les équipes


Toni Turek
2014-02-17

Le HSV, bientôt achevé ?

Relégable, le club de Hambourg vit une saison 2013/14 très difficile. La descente du plus ancien membre de la Bundesliga peut-elle encore être évitée?

 


asunada
2014-02-10

«Toucher le ciel et l'enfer presque en même temps»

La grandeur d'un club se mesure à l'aune de son palmarès, mais elle se nourrit aussi des petites histoires qui font la grande. Ça tombe bien, des histoires, chez l'Atlético Madrid, on en a à revendre. Morceaux choisis.


asunada
2014-01-23

Colchonerotique

À mi-saison, l'Atlético Madrid est en tête de la Liga, à égalité avec le grand Barça et une marche devant l'ennemi juré, avec un impressionnant total de 51 points. L'occasion de redécouvrir ce grand d'Espagne. 



>> tous les épisodes du thème "Les clubs et les équipes"

Sur le fil

RT @rcosmidis: Le 30 for 30 sur Hillsborough, doc d'ESPN diffusé hier soir, est disponible en streaming http://t.co/6GQxD2ogyl

RT @jlefilliatre: [@Challenges] Le tour de passe-passe comptable qui pourrait coûter cher au #PSG http://t.co/554qv2f7Qi

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

EAG, les paysans sont de retour

aujourd'hui à 20h51 - Le Meilleur est le Pires : Tu parles, sur un malentendu ils vont sortir un U19 capable de planter en moins de 5 occasions *en... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 20h46 - Didier Feco : Très bel hommage d'Everton et de tout Goodison aux victimes d'Hillsborough. >>


LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 20h37 - Troglodyt : balashov22 aujourd'hui à 18h12 Bala, cette année encore je fais tout mon possible pour te... >>


Libertadores / foot sud-américain

aujourd'hui à 20h11 - maDoudou Makhosa-Cisse : il doit être encore temps, mais il m'a fallu du temps pour me remettre de cette chute en J6 du... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 19h27 - Joey Tribbiani : Coach Potato aujourd'hui à 18h54 Impact d'irresponsabilités ------ Dis-moi Coach, dans une... >>


Lost horizons

aujourd'hui à 18h23 - inamoto : Merci les gars je vais essayer tout ça. >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 18h01 - La baie des champs : Tonton Danijel aujourd'hui à 17h08 ...voir le placement d'émission avec la traditionnelle... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 17h55 - AKK, rends tes sets : Le pense-bête pour s'avoir comment ça s'écrit, c'est Danitch. >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 17h25 - Zorro et Zlatan fouillent aux fiches : Bon on va s'en tenir là Finalistes de la Coupe Latine 1949 Barça - Sporting Portugal 1950... >>


Le Palet des Glaces

aujourd'hui à 17h18 - jeannolfanclub : ANA (1) - DAL (8) 4-2 COL (2) - MIN (7) 4-3 SLB (3) - CHI (5) 2-4 SJS (4) - LAK (6) 3-4 BOS... >>


Les brèves

jouer derrière

"Chelsea ne s'avoue pas vaincu" (Canal+). Seulement une demi-douzaine ce soir-là chez John Terry.

Chelski comme Schumacher

"Chelsea est encore tombé !" (lequipe.fr)

Rio de généraux

"Rio : intervention militaire." (sport24.com)

prêtre défroqué

"Les Young Boys surpris." (lequipe.fr)

Youssou N'Dour +1

"Keita, huit secondes, un but." (lequipe.fr)