auteur
Eugène Santa

Du même auteur

> article précédent

Fédération : une paix armée

> article précédent

Nettoyage à sec

Thierry Roland : l'aspiration par le vide

Quelle est la plus-value apportée par Thierry Roland aux images qu’il commente? Pour le savoir, nous avons transcrit et commenté in extenso ses commentaires lors de la première mi-temps d’Auxerre-Arsenal, le 1er octobre dernier. Grand reportage aux confins de l'être et du néant.

Partager

A force de l’entendre on ne l’écoute plus : Thierry Roland nous a tellement habitués au peu de pertinence de ses commentaires qu’on ne s’étonne presque plus de cet état de fait. En les transcrivant noir sur blanc (purgés des phrases purement descriptives du style: "Boumsong, qui passe à Mexes, en profondeur pour Benjani, etc."), leur vide abyssal donne pourtant le vertige. Avec sa logorrhée de banalités et d’imprécisions, Roland ne nous épargne ni les digressions sur l’usage du français en Belgique (38e minute), ni les échanges sans intérêt sur les pratiques informatiques de son acolyte Larqué (43e).

 

Lors de la deuxième mi-temps (dont nous ne vous infligerons pas la retranscription intégrale), Roland, avec la complicité de Jean-Michel Larqué, nous rejoue par ailleurs pour la énième fois la saynète d’une pathétique private joke sur son confrère Stéphane Tortora (78e): à l’arrivée du soigneur sur le terrain, Roland prétend bien connaître ce "William-Joyce Tortory" ("dit Steven Tortoro", rajoute Jean-Michel Larqué, comme si la plaisanterie n’était pas déjà suffisamment lourde), "un véritable gentleman"… Passons également sur la confusion concernant Oleg Luzhny, ukrainien pour tous, mais russe selon notre homme, pour qui ça ne fait de toute façon pas une grande différence. Bref, un festival d’humour gras, de bavardages et de copinage divers. Mais surtout une véritable performance : celle de ne pas faire la moindre observation tactique ou technique sur le déroulement du match pendant 90 minutes…

 

Auxerre-Arsenal, 1ère mi-temps

2e minute (Robert Pires est interviewé depuis le début du match par Jean-Michel Larqué) - Voilà… Avec un Robert Pires toujours aussi disponible, toujours aussi sympa, en un mot un garçon qui nous a énormément manqué en Corée et au Jap…, pas au Japon, simplement en Corée, mais bref c’est le passé et il en jouera d’autres des Coupes du monde, du moins, c’est tout ce qu’on lui souhaite…

 

3e minute - C’est en équipe invaincue que se présente ce soir l’équipe d’Arsenal. C’est une équipe qui gagne tout, qui a tous les records: le record de matchs disputés et gagnés à l’extérieur, le record des buts marqués, le record d’une succession de matches sans défaites sur plusieurs saisons, bref une équipe incontrôlable et qui a pris la succession de Manchester United à la tête du championnat anglais… Notez la précision des statistiques énoncées par Thierry Roland. Pas de chiffres précis, pas de renseignements sur les périodes concernées ni sur les compétitions dont il s’agit, ce qui rend finalement son information tout bonnement sans intérêt. Pierre Péronet précisera un peu plus tard l’un de ces chiffres…

 

4e minute - L’arbitre est un belge, Monsieur Franck De Bleeckere… Un trio d’arbitre venu d’Outre-Quiévrain, voilà qui doit faire plaisir à M. Goethals, toujours fervent téléspectateur de TF1… Thierry Roland a l’obligation contractuelle de citer une fois par match le terme "fervent spectateur de TF1" en y associant un nom dont le choix est à sa libre appréciation (à l’heure qu’il est, Tahar Ben Jelloun n’a toujours pas été cité).

 

9e minute - Ils sont vifs, ils sont très-très vifs, ces joueurs d’Arsenal, tous…

 

10e minute - Inutile de vous dire que le stade de l’Abbé Deschamps est bien-bien plein ce soir, ça doit faire plaisir à Guy Roux. Toutes les places ont été prises et je suis sûr que si Auxerre avait disposé d’un stade plus grand il aurait été rempli de la même façon : ce n’est pas tous les jours qu’on reçoit l’Arsenal d’Arsène Wenger. Noter le "qui doit faire plaisir à", grand classique du discours de Thierry Roland (voir 4e minute). Dans la deuxième phrase, les noms "Auxerre" et "Arsenal" peuvent avantageusement être remplacés respectivement par "Lens", "Bordeaux", et "Gueugnon" d’une part, "Real", "Bayern" ou "Juve"… d’autre part. Il suffit finalement de connaître le nom de l’entraîneur de la deuxième équipe citée (et encore, c’est en option).

 

11e minute - Ils sont très-très concentrés les Auxerrois, ils veulent faire le maximum, c’est ce qui explique sans doute ces petites maladresses de début de match… On remarque le lien de cause à effet évident entre la concentration des joueurs et les erreurs qu’ils font sur le terrain. D’ailleurs tous les professeurs le disent à leurs élèves : "Si tu arrêtais un peu de te concentrer, tu ferais moins de fautes". Astuce : pour donner de la consistance à votre propos, faites comme Thierry Roland et doublez les adverbes ("bien-bien plein", "très-très concentrés"). 13e minute - Je me faisais la réflexion hier en regardant Lens jouer à La Corogne, comme les corners étaient mal tirés, vraiment. On ne fait pas attention et on a tort, car ce sont des occasions de but. Et le centre en retrait, c’est l’arme absolue…

 

17e minute - Sur les coups de pied arrêtés ils ne sont pas maladroits les Gunners, ils ont de grands gabarits…

 

20e minute - Jacques Santini qui va donner demain (NDLR : le 2 octobre) la liste des joueurs retenus pour le très important France-Slovénie le 12 octobre prochain, et Mexès pourrait bien en faire partie… Ceci constitue sans doute la prise de risque maximale dans le commentaire de la soirée.

 

23e minute - Pierre Péronet : "Une petite phrase de Guy Roux : perdre un ballon contre Arsenal, c’est comme jeter un bifteck dans la cage aux lions" - Ahhhaaah (ricanement chevrotant)… Pas mal… C’est imagé… "Je la ressortirai aux Grosses Têtes"…

 

26e minute - Empêcher Arsenal de marquer c’est déjà un exploit…

 

30e minute - On est entrés dans le troisième et dernier quart d’heure de cette période… Rappelons à Thierry Roland que depuis maintenant plusieurs années, le chronomètre est incrusté sur l’écran et que les précisions temporelles sont dès lors quelque peu superflues. Inutile, donc de signaler cette information tous les quarts d’heure du match…

 

36e minute - La question minitel du jour : "Combien de club de Premier League sont dirigés par des entraîneurs français ?". 2000€ à gagner, le nom des gagnants à la fin du match…

 

38e minute - Jean-Michel Larqué : "Faute de Pascal Cygan, appelé par M. De Bleeckere…" - Oui, par Monsieur FRRRANCK de Bleeckere (NDLR : élévation de la voix sur le prénom, et imitation de l’accent belge). - Pierre Péronet : "La communication est assez simple avec Franck de Bleeckere, parce que même s’il a un nom à consonance plutôt flamande il parle quand même français et également anglais. - Ah ben les Belges ils parlent tous français (accent belge)… - Pierre Péronet : "J’en ai croisé quelques uns pendant l’Euro qui ne parlaient pas bien notre langue quand même..." - C’est pas possible… Dans quelles régions ? (accent belge) - Pierre Péronet : Ah, comme je vous le dis… - Jean-Michel Larqué : Voilà…

 

43e minute - Premier corner en faveur d’Arsenal… - Jean-Michel Larqué : "Le 2è, Thierry…" - Ah non je crois pas… Si ? Non. Moi je n’en avais pas noté en tout cas pour l’instant. Mais vous, vous avez le tableau des statistiques… - Ah, vous avez raison… Cliquer n’est pas mon fort ! - Vous n’êtes pas un cliqueur ? - Je ne suis pas un bon cliqueur, non… - Héhé… (ricanement). Mais vous avez d’autres qualités… On me disait que vous n’étiez pas vraiment un cliqueur… Je ne voulais pas le croire… - Pierre Péronet : Vous pourrez cliquer pour une minute de temps additionnel Thierry…

 

45e minute + 1 - Mi-temps donc, rien de marqué, une bonne 1ère mi-temps entre Arsenal et Auxerre : 0-0, il y aura des buts en seconde mi-temps du moins on l’espère… A vous Paris…

Partager

> déconnerie

France liste

> du même auteur

L'action de la 28e journée

Les médias et les journalistes


Christophe Kuchly
2017-11-14

Chroniques bielsiennes : Le quitte ou double

Épisode 2 – La menace du licenciement plane au-dessus de la tête de l'entraîneur lillois mais il continue à croire en la réussite du projet qu'il incarne. La marge de manoeuvre se réduit et sa communication change.


Christophe Kuchly
2017-09-21

Chroniques bielsiennes : Critiques et tensions

Épisode 1 – Entraîneur du LOSC depuis le début de la saison, l'Argentin n'a pour l'instant pas les résultats escomptés et les voyants, à l'orange, sont passés au rouge à l'issue d'une drôle de conférence de presse. Bienvenue à Lille, où El Loco interroge plus qu'il ne séduit.


horsjeu.net
2017-06-11

Le replay - saison 7, épisode 6

Et oui, c'est déjà le dernier épisode de la saison, marquée une nouvelle fois par une production irrégulière et pas toujours réjouissante. Mais ce chapitre se referme avec plus de dix minutes intenses.


>> tous les épisodes du thème "Les médias et les journalistes"

Sur le fil

OK, celui de Daniel est bien aussi : https://t.co/j0VfjeWSCr https://t.co/KYVDS7n5sV

Si on doit lire un article sur le départ de Bielsa, autant que ce soit celui de @SchneiderGrgory - https://t.co/Q6uv6rkEt3

Les Cahiers sur Twitter