auteur
Pierre Martini

Du même auteur

> article suivant

Retour vers le footoir [1]

> article précédent

La Coupe est vide

> article précédent

La Gazette du Mondial, numéro 9

Le Brésil cinq fois plus grand

La Seleçao a remonté la pente et décroché la Penta, quatre ans après son échec contre la France. Sa nette victoire contre une valeureuse Allemagne ne souffre pas plus de contestation que sa première place au Panthéon du foot mondial…
Partager
Le Brésil aura-t-il la place de mettre une cinquième étoile sur son maillot, ou optera-t-il pour une seule étoile… à cinq branches? C'est aujourd'hui le seul souci des Auriverde, dont la domination mondiale, malgré les critiques et les scandales, n'a été interrompue depuis 94 que par le 12 juillet français. Cette finale de prestige rentrera donc dans l'histoire par le biais des statistiques et par sa contribution à la légende (avec notamment la belle histoire de Ronaldo). La Coupe du monde des surprises consacre finalement la nation déjà la plus titrée… Comme en 94, c'est un Brésil pas totalement convaincant qui s'impose, mais au moins a-t-il renoué avec une partie de son mythe — même si c'est en le concentrant sur le talent de ses stars, les seules que l'on a vraiment vues durant le tournoi.


Un chouette week-end pour finir
Les deux matches les plus plaisants ont peut-être été les deux derniers de ce mois de juin. Après l'affrontement débridé entre la Corée du Sud et la Turquie, la finale de Yokohama a offert un spectacle agréable, intensifié par l'enjeu et bonifié par des Allemands qui ont joué le jeu et couru leur chance.

Passée la déception, ils tireront un bilan très positif de leur participation, avec une accession inespérée à la finale et une préparation idéale pour leur WM2006. Un groupe est peut-être né, que Völler aura pour mission de faire mûrir. Le National Elf a vraisemblablement réussi son match le plus accompli contre le Brésil, mais n'a pu démentir son destin d'outsider. Selon l'expression consacrée, la Seleçao l'a emporté grâce à ses individualités, mais on peut aussi penser que l'Allemagne a perdu à cause de la sienne… Mais ce serait faire injustice aux qualités de Kahn et à la spécificité de son poste que de l'accabler. On retiendra aussi que pour faire une passe décisive, il faut que Rivaldo rate son tir.
Toujours est-il qu'après avoir tenu une bonne heure en se procurant quelques occasions et en résistant à celles des Auriverde, les Blancs ont cédé logiquement devant plus forts qu'eux. Un des paradoxes de la formation de Scolari est que sa défense a progressé au fil des rencontres, pour n'encaisser que le seul but anglais dans la phase à élimination directe. Stabilisée à partir des huitièmes avec Edmilson dans l'axe, elle n'a pas été affectée par le turnover imposé aux autres postes par le sélectionneur et elle a tenu bon face aux attaques aériennes allemandes.

L'histoire de Ronaldo est belle, elle ressemble à celle d'un miraculé de l'orthopédie et au destin d'un grand footballeur. Ce doublé en finale et le titre de meilleur buteur sont de belles récompenses, appréciables pour un joueur dont on a souvent entendu dire qu'il n'était pas revenu à son meilleur niveau… Belle image aussi que celle de Cafu brandissant le trophée. Parfois éclipsé par les autres stars de la sélection, sa constance au plus haut niveau est bien résumée par sa présence lors des trois dernières finales.


Fin de partie
Probablement parce que la blessure est encore à vif, les allusions aux ex-détenteurs du titre ont été remarquablement rares, notamment sur TF1 ou Roland-Larqué ont accompagné d'un ton désabusé la consécration brésilienne. Nous avons tous éprouvé un pincement au cœur en voyant partir cet objet doré, la cérémonie ayant sonné le dernier coup de minuit. Mais malgré la déception, il faut bien se rappeler que la France a été championne du monde en battant le Brésil, aujourd'hui cinq fois plus titré qu'elle.
C'est toutefois un mois de frustration qui s'achève, privés que nous fûmes de tout moment d'émotion "nationale", ressentant en permanence l'absence des Bleus. Si l'équipe de France a beaucoup appris de la victoire, il lui reste à apprendre de la défaite, pour savoir tenir son rang. Un tel challenge l'attend pour la défense du titre européen, qui l'obligera à se réinventer très vite.

Partager

La Coupe du monde 2002


2010-06-11

10 raisons de ne pas gagner la Coupe du monde

Soyons lucides: il va falloir se préparer à cette éventualité. Alors autant voir déjà le bon côté de la chose.


Etienne Melvec
2002-10-21

Une inquiétante Coupe du monde

Le volet technique et tactique du rapport de la FIFA produit beaucoup de banalités, dont émergent pourtant des indices très significatifs de l'évolution du jeu: sens des buts, tendances tactiques, évolutions des rôles.... Et à l'arrivée, difficile de nier que la qualité du jeu a été très décevante.


Julie Grémillon
2002-10-21

L'organisation était presque parfaite

La FIFA a publié son rapport sur le Mondial 2002, sécuritaire et parfaitement organisé, complète réussite pour les pays hôtes et les acteurs économiques. Le tableau presque idyllique d'un sport sans dopage, qui ravit les sponsors, mais dans lequel les journalistes sèchent les matches et les joueurs sont en pièces détachées…


>> tous les épisodes du thème "La Coupe du monde 2002"

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 02h56 - Classico : - Ouais, très bon feeling avec Gueye. - En fonction de la durée des indisponibilités de cavani... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 02h00 - Run : Au Camp Nou il y a 6 mois, on prenait quel tarif ? >>


Aux Niçois qui manigancent

aujourd'hui à 01h38 - Redalert : Les gains marginaux vous suffisent pour l'instant pour être 2ème et si vous gagnez contre l'OM... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

aujourd'hui à 01h34 - Redalert : Mendy fait aussi 2 beaux arrêts mais une fois le pénalty arrêté (et un peu mal tiré par... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 00h53 - Moravcik dans les prés : Eh ben la stratégie Euro 2012 se poursuit : Cabaye arrive, parait-il.Normalement Ménez et Gameiro... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 00h31 - Nos meilleures Sané : - 4 points en 3 matchs, dont 2 à l'extérieur- 2 buts ce w-e venant de 2 recrues- des recrues qui... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h27 - Luis Caroll : Trickyaujourd'hui à 00h11Ou alors on s’en fout, tout est dans tout---C'est très précisément... >>


Lost horizons

25/08/2019 à 23h35 - SocRaïtes : Avec un bouquin de S. King ! >>


Observatoire de la violence dans le football

25/08/2019 à 23h34 - Easy Sider : Tricky,Certes pas que le foot. Mais les ultras c'est quand même très pratique quand on appartient... >>


Observatoire du journalisme sportif

25/08/2019 à 23h29 - Mik Mortsllak : Kiplé évoque rapidement le championnat portugais et le choc de la 3ème journée Benfica-Porto,... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)