auteur
Christophe Zemmour

Du même auteur

> article suivant

Retour de flamme

> article précédent

Bernabéu et l'invention du Real

Une coupe franche

Un peu effacée des mémoires, ou dénigrée rétrospectivement, la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe fit pourtant un merveilleux trophée européen.

Partager


C’était dans le manifeste des Cahiers du foot de 2003: “La glorieuse Coupe des coupes fut dans ses dernières saisons l’ultime compétition impliquant, pour y participer, d’avoir gagné quelque chose (à ceci près que les finalistes malheureux pouvaient y accéder quand même si leur adversaire était champion). En regroupant des équipes spécialistes des coup(e)s, elle garantissait un spectacle à part et offrait parfois de très belles surprises. Et puis quand on y pense: "Coupe des coupes", quel joli nom…“ Oui, la C2 fut une vraie princesse injustement traitée, mais qui a su malgré tout s’écrire une histoire digne de ses atours.
 


Miss Europe

Tout d’abord, cette compétition est toujours restée, de sa naissance à sa disparition, une coupe à élimination directe, préservant la fameuse saveur à la fois nostalgique et vivace des joutes footballistiques du Vieux Continent. Une authenticité qui était renforcée par la possibilité qu’elle offrait à des équipes de divisions inférieures d’y participer. Un peu comme, voire plus que, l’Europa League de nos jours, elle permettait de voyager à travers l’Europe, dans tous ses coins et recoins. Plus que ses consœurs, la C2 était un prolongement naturel de ses nourrices, les coupes nationales. Elle était belle, non pas pour son prestige, mais par sa formule, son idée, son histoire, sa forme, son spectacle.
 

Cependant, elle fut libertine, volage, “ouverte”, puisqu’aucun club ne l’a gagnée deux fois de suite. Dès la seconde édition en 1962, la Fiorentina, tenante du titre, perd face à l’Atlético Madrid. L’année d’après, les Colchoneros durent la laisser filer. Il en sera de même pour le Milan AC en 1974, Anderlecht en 1977 (qui la reconquit toutefois l'année suivante), Parme en 1994, Arsenal en 1995, le PSG en 1997. Faut-il y voir un clin d’œil, une logique implacable ou le comportement d’une fille pas si facile que ça au final? Même le prestigieux Real Madrid ne l’a jamais ramenée à la maison, perdant deux finales en 1971 et en 1983.

 



 


Cendrillon

La C2 fut, et est encore trop souvent décriée, critiquée, considérée comme la Coupe d’Europe de plus faible niveau. Comme la mémoire collective qui retient du PSG sacré en 1996 la finale contre le Rapid Vienne, alors que le plateau cette année-là fut des plus relevés et que les duels face au Celtic, à Parme et à La Corogne ne furent pas de tout repos pour le club francilien. Il ne faudrait pas plus oublier que la C2 bénéficiait d’une couverture médiatique plus importante que la C3, et que son prestige était supérieur.
 

La Coupe des coupes permettait une meilleure hiérarchisation des clubs européens. Elle donnait au continent une alternative plus équilibrée, un visage hétéroclite et plus divers – une Europe où tout le monde semblait pouvoir trouver son compte. Même si ses débuts furent difficiles à cause du manque de reconnaissance dont souffraient les coupes nationales (l’Espagne et la France n’envoyèrent pas de candidat lors de la première édition), l’engouement rencontré par les matches décidèrent l’UEFA et les fédérations à la récupérer et à la pérenniser. Certains pays organisèrent même une compétition domestique à cause du succès de la C2.
 


C’est une belle histoire

Comme la Coupe de l’UEFA, elle permettait à certaines équipes de se roder et de se construire en gagnant un titre majeur. Elle a pu écrire l’histoire de beaucoup de clubs, dont le dernier n’est pas le FC Barcelone. Le club catalan s’y est fait un palmarès et un nom avant de gagner la C1 tardivement, en 1992. Il en va de même pour Chelsea, vainqueur en 1971 et 1998, et champion d’Europe seulement en 2012.
 

Les routards de la nouvelle Ligue des champions sont loin d’être les seuls à avoir fait leurs armes avec la C2. D’autres s’y sont fait un palmarès, voire une histoire européenne tout court. Pêle-mêle, on peut citer la Fiorentina, Tottenham, l’Atlético Madrid, Manchester City, les Glasgow Rangers, Anderlecht, le FC Malines, le Parma AC. Et à l’image de Manchester United qui signa en 1991 un retour victorieux en battant le FC Barcelone en finale (2-1), après les cinq années de suspension des clubs anglais à la suite du drame du Heysel, permettons-nous de rêver de la résurrection de la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupes.


LIRE AUSSI : "DE QUELQUES MÉMORABLES MATCHES DE C2"

 

Partager

> du même auteur

Batistuta, à cœur et à cri

Les coupes européennes


Richard N
2019-12-16

Retour vers la C1

Et si la création d’une Superligue verrouillée par les gros clubs était l’occasion de revenir à une Coupe d’Europe dans son format initial? Nous nous y hasardons. 


Antoine Picardat
2019-09-16

Tentative de classement des "grands clubs" européens

On parle souvent de "grands clubs", mais comment mesurer cette taille? Proposition de méthode à partir des performances en C1, et résultats du classement.


Richard N
2019-05-30

Francis 1979, un million le but

Un jour un but – Le 30 mai 1979, Trevor Francis marque le seul but de la plus improbable des finales de la Coupe des clubs champions qui voit la victoire de Nottingham Forest sur Malmö FF.


>> tous les épisodes du thème "Les coupes européennes"

Le forum

L'empire d'essence

aujourd'hui à 01h10 - Run : 20 tours, reporte a demain. Donald devait etre ravi. >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 00h45 - PCarnehan : Habile placement de Lyon, entre Brest et Metz, dans ta liste des équipes de fin de tableaux. Tacle... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h41 - Mevatlav Ekraspeck : Et je découvre que Georges Beller eut un petit rôle dans un James Bond...Vous pouvez continuer... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 00h36 - Radek Bejbl : On peut prendre le truc dans tous les sens, il n'y a pas de comparaison entre un mec qui progresse... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h10 - le Bleu : Il n'a pas complètement tort, les équipes qui ont beaucoup joué en janvier souffrent aussi en... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h09 - Tonton Danijel : Au fait, vous avez aimé Joachim Son-Forget ? Vous allez adorer Agnès Cerighelli ! >>


CDF sound system

16/02/2020 à 23h12 - diabaté vous, que diable ! : Vu au Havre en concert, sur une petite scène en extérieur, pour la fête de la mer, pieds nus et... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

16/02/2020 à 22h59 - Mama, Rama & Papa Yade : On avait dit pas les mères et pas les habits. Bon tant pis, votre truc slim fit vermillion avec... >>


La L1, saison 2019/2020

16/02/2020 à 22h25 - Flo Riant Sans Son : Bien sûr, pour aller garnir un banc et jouer 1h par mois... >>


Festival de CAN

16/02/2020 à 21h46 - suppdebastille : J'ai eu la curiosité de chercher quel était le parcours de ce jeune camerounais Onana qui débute... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)