auteur
Clément Jumeau

Du même auteur

> article précédent

Le CNOSF contre la loi Buffet

Si ce n'est toi, c'est donc transfert

Le mois de mars n'est pas encore terminé, le mercato est à peine digéré, les principaux championnats européens sont toujours indécis, et pourtant, les bruits de transferts commencent. La situation tourne à l'absurde.
Partager
Le mois de mars n'est pas encore terminé, le mercato est à peine digéré, les principaux championnats européens sont toujours indécis, et pourtant, les bruits de transferts commencent. On annonce Zidane au Real, on parle de Thuram aux côtés de Laurent Blanc à l'Inter, on parle de tout et de rien, et l'on remet en marche l'implacable machine à rumeurs déstabilisantes dont nous vous parlions avant le mercato de cet hiver.
Nos confrères de la presse écrite sont les principaux responsables de cet état de fait. Ils sont les premiers à lancer ces sombres délires, qui, sur le nombre proposé, ne se vérifient pratiquement jamais. Quelle mouche les pique? Qu'ont-ils besoin, à chaque nouveau printemps de nous ressasser qu'on verrait bien Machin ou Truc à la Juve? C'est clair que cela nourrit grandement l'actualité. Les supporters étant bien souvent friands de nouveauté, de stars, curieux de voir qui portera leurs couleurs dès la prochaine saison. C'est forcément pour le fun, le droit au rêve, mais à quoi bon, lorsqu'au bout du compte, sur les 120 stars annoncées, pas une seule n'arrive cf le tumulte marseillais de ces deux dernières saisons, où Batitusta était régulièrement cité parmi les arrivants sûrs)?
Tout le monde y perd. Les supporters, déçus, deviendront un peu plus méfiants et seront prêts à exagérer l'échec de tel nouvel arrivant alors que son concurrent présumé, lui, aurait su y faire. Les journaux, forcément de moins en moins crédibles. Les joueurs, largués, aux abonnés absents quand les rumeurs prennent des proportions gigantesques (Dutruel et Luccin par exemple). Les clubs, aussi, parfois enclins à désirer que le silence soit respecté autour d'un éventuel transfert, pour une question d'argent et de concurrence bien entendu.
C'est donc de nouveau la foire qui commence. Encore plus tôt. Toujours plus tôt. Nos amis de France Foot (pourtant admirables bien souvent) entament seuls la danse dès cette semaine. Bientôt, l'Equipe s'y mettra. Ces rumeurs seront ensuite reprises sur l'internet et par les médias audiovisuels, et le tour sera joué.
Il serait bon de délimiter sérieusement cette période des transferts. Comment comprendre que des pré-contrats soient aujourd'hui signés, puisque la loi interdit la signature des vrais contrats en dehors des périodes autorisées? Le rôle des médias est immense dans le respect de ces règles. Le silence autour des clubs serait bienvenu. Il faudrait plutôt dénoncer les agents et divers démarcheurs peu respectueux qui contactent les joueurs parfois en plein entraînement. N'oublions pas que si les portables sont interdits dans certains lieux par certains clubs, ce n'est pas pour éviter qu'à la moindre sonnerie une équipe entière soit décimée à cause de réflexes malheureux des joueurs fouillant tous dans leur short au même moment.
Il ne s'agit évidemment pas de revenir sur la libre circulation des joueurs, ou sur le droit fondamental du libre choix dans le travail, bien au contraire, il s'agit plutôt de remettre ces valeurs au goût du jour. Faire en sorte qu'un joueur qui s'est engagé pour une équipe, termine tranquillement son travail pour cette équipe. La concurrence dans le football peut être saine et stimulante. Il faudrait savoir faire la différence entre le football et le mode économique mondial, pour ainsi éviter les pièges du libéralisme et se retrouver avec les mêmes travers peu glorieux d'une lutte sans pitié pour l'argent, au détriment de l'aspect social. A moins que nous n'y soyons définitivement entrés?
Auquel cas, le combat continue.
Partager
>> aucune réaction

Le bizness


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


2018-12-08

Les bénéfices de la Coupe du monde ruissellent (sur les gros clubs)

Une Balle dans le pied – La FIFA va distribuer 209 millions de dollars aux clubs ayant mis leurs joueurs à disposition des sélections, suivant l'éternel principe de l'enrichissement des plus riches.


Jérôme Latta
2018-11-05

Super Ligue, la fin du super bluff ?

Le chantage des clubs riches auprès de l'UEFA repose depuis vingt ans sur la menace d'une ligue privée. Le projet d'une "European Super League", révélé par les Football Leaks, semble plus concret que jamais. 


>> tous les épisodes du thème "Le bizness"


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)