> article suivant

Une simulation mal payée

> article précédent

Didier Deschamps, bilan critique

> article précédent

Dans la peau de Roberto Carlos

Revue de stress #110

Nous aussi on a fait une offre pour Mbappé. Les images • Les infographies • La devinette • Le rébus • La lucarne • Les immanquables • Le tweet • L'image du grenierLa bonne enseigne  

Partager

 

Le stress est pour nous, la revue est pour vous. On a laissé dériver nos filets pour ramener toutes sortes de choses à la surface, à voir, à regarder, à lire, à réfléchir et même à oublier.

 

 

Les images

 

 

En 1995, un petit jeune arrivait chez les pros à Saint-Étienne (via @ASSEmemories).

 

L'assistance vidéo a désormais son habillage. Avant le sponsoring?

 

 

Dimitri, un avis sur la performance de Thomas Lemar contre l'Angleterre?

 

Grosse ambiance lors de la finale de la Coupe de Pologne entre le Lech Poznan et le Legia Varsovie (via @LMDFoot_).

 

 

 

 

 

Les infographies

Comment identifier le style de jeu d’une équipe ou d’un joueur? (cotestats.fr)

 

La valeur d'un footballeur, à son apogée quand il a vingt-huit ans, décline quand il arrive à la trentaine (ecosport.blog.lemonde.fr).

 

 

 

 

 

La devinette / le livre 

La formule du "footballeur masqué", popularisée par les deux volumes du Secret Footballer anglais a fait florès dans l'édition. Après ses traductions et son adaptation française (Je suis le footballeur masqué, Hugo Sport), voici une variante: la biographie d'un joueur plus anonyme, habitué du Ventre mou – c'est le titre (écrit avec Mickaël Grall, Hachette, 15,95 euros) –, mais toujours incognito.

 

L'idée de départ est, cette fois, de faire le portrait d'un de ces professionnels qui ont mené une carrière honorable sans atteindre le très haut niveau, d'un footballeur normal, voire moyen, loin des galaxies de stars mais proche de la réalité du terrain. En somme, un récit de l'ordinaire du footballeur et un plaidoyer pour le footballeur ordinaire dont la lecture n'est pas franchement haletante, mais suffisamment instructive pour qu'on la recommande au moins aux jeunes des centres de formation.

 

Une partie de la curiosité suscitée par ce genre d'ouvrage tient à l'envie de deviner l'identité de son héros. Les indices ne manquant évidemment pas, nous les avons résumés ci-dessous – en espérant qu'il n'y a pas de fausses pistes. À vous de jouer (on n'a pas la réponse, cette fois).

 

Fils de commerçants aisés dans une petite ville de province à trois quarts d'heure de route du premier stade de Ligue 1, j'avais une dizaine d'années au début des années 90. Je ne suis pas passé par un centre de formation, mais intégrant à seize ans l'équipe de CFA2 de mon club, je suis remarqué par des recruteurs, décline une offre de l'AJ Auxerre pour signer un contrat d'aspirant dans l'équipe d'une grande ville proche de chez moi, qui évolue en L1. J'obtiens mon bac scientifique avec mention et un contrat espoir, et m'inscris en fac en première année de sciences économiques. J'évolue seulement avec la CFA, tandis que l'équipe une réalise de bonnes saisons et obtient même une qualification européenne. Comme on ne me propose pas de contrat pro au bout de trois ans, je signe en National et connais les joies d'une montée en L2 dès cette première saison, mais pars vers de nouveaux horizons au terme de la suivante. Je connaîtrai aussi une accession en L1, mais jamais de descente, et j'ai porté le brassard de capitaine.


En Ligue 1, j'ai connu des entraîneurs qui ont ensuite entraîné de très bons clubs européens en Espagne, Italie et Angleterre (l'un d'eux en Espagne et en Angleterre). Un de mes coaches, ambitieux, a été recruté par une bonne équipe de Ligue 1, à la tête de laquelle il n'a tenu que quelques mois. Je n'ai jamais disputé de finale de coupe nationale. Un de mes clubs a connu un différend avec le HAC. J'ai fini ma carrière dans un club de Ligue 1 qu'un président ambitieux a achevé de "structurer pour essayer d'en faire un incontournable du football français malgré des moyens modestes". J'ai pris ma retraite sportive il y a deux ou trois ans, et j'ai eu droit à une petite cérémonie pour mon dernier match à domicile.

  

La réponse de la dernière fois : Mark Bosnich.

 

 

 

 

Le rébus 


 

La réponse de la dernière fois : Rod Fanni (Rod Stewart-Fanny Ardant).

 

 

 

 

La lucarne de la semaine

 

"Ayé, j'ai fini de traverser le désert, j'ai atteint l'océan. Que je reparte dans l'autre sens?"

 

[-> le Diaporama

 

 

 

 

Les immanquables

Le Red Star revient au stade Bauer (lemonde.fr).

 

Les chaînes payent de plus en plus cher des diffusions vues par de moins en moins de gens (lemonde.fr / abonnés).

 

C'est au tour de Cristiano Ronaldo d'être mis en cause pour une histoire de fraude fiscale (lemonde.fr). Son agent Jorge Mendes va lui être entendu au sujet de Falcao (20minutes.fr).

 

Expulsions, penalties et Angleterre au programme des tableaux de bord de l'équipe de France (chroniquesbleues.fr).

 

Comment juger les performances de Paul Pogba? (20minutes.fr)

 

Le Mondial russe à son tour pointé du doigt pour les conditions de travail des ouvriers (20minutes.fr).

 

"L’antidopage français se fait du mauvais sang" (liberation.fr).

 

Spiros Kontoulis, joueur de l'AEK exécuté par les nazis (onclefredo.wordpress.com).

 

Retour sur la saison des invicibles Gunners (beautyfootball.fr).

 

Il y a quarante-quatre ans, Daniel Hechter prenait la direction du PSG (paris-canalhistorique.com).

 

 

 

 

Le tweet

 

 

 

Le tweet à dérouler en cliquant dessus

 

 

 

 

Le rappel

Chaque jour ou presque, le comité de vigilance médiatique de chez horsjeu.net assure la surveillance des médias. Alors n'hésitez pas à aller le lire.

 

 

 

L'image du grenier

Janvier 2012. Éric Cantona fait mine d'annoncer sa candidature à l'élection présidentielle, mais il ne s'agit que d'une opération pour relayer un appel de la Fondation Abbé-Pierre à faire du logement une priorité de la campagne. Comme à peu près tout ce que King Eric aura entrepris en matière politique (deux ans auparavant, il appelait les Français à retirer leur argent des banques), l'initiative n'aura pas grande suite.

 

 

 

 

 

La bonne enseigne

Steeve a fait une longue route de Lille à Ajaccio mais il a rentabilisé son trajet en investissant dans une boutique vestimentaire à Paris.


 

 

Crédits. La lucarne est de Tonton Danijel, le rébus de Varane de Komodo et la bonne enseigne de @OmarDafpunk.

 

Partager

> sur le même thème

Dans la peau de Roberto Carlos

Revue de stress


2017-06-23

Revue de stress #111

Fraîchement nommés ministres du beau jeu. Les images • Les infographies • La devinette • Le rébus • La lucarne • Les immanquables • Le tweet • L'image du grenierLa bonne enseigne  


2017-06-09

Revue de stress #109

Prêts à flamber sur le mercato. Les images • La vidéo • Les infographies • La devinette • Le rébus • La lucarne • Les immanquables • Le tweet • L'image du grenierLa bonne enseigne  


2017-06-02

Revue de stress #108

Totti Quanti. Les images • La vidéo • Les infographies • La devinette • Le rébus • La lucarne • Les immanquables • Le tweet • L'image du grenierLa bonne enseigne  


>> tous les épisodes de la série "Revue de stress"

Sur le fil

RT @Horsjeu: Un petit comité puisque la plupart des bêtises sont syphonées par les rumeurs de transfert. https://t.co/CkwJP2pZwc https://t…

RT @DomRousseauBlog: Le moment choisi par les gougnafiers de la LFP pour modifier l'emplacement des caméras afin qu'on voit moins le jeu. G…

Ça y est, Jean-Patrick Sacdefiel est sur Twitter. Sa syntaxe n’est pas à la portée de tout le monde. https://t.co/MZYBR7eKIB

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Wayne Ruiné

"Rooney perd 500 000 £ en deux heures au casino." (sofoot.com)

Eden Lazare

“Gomis : ‘J'ai vu l'OM mourir et ressusciter’." (lephoceen.fr)

J'y suis Giresse

"Mali : Giresse va rester." (sofoot.com)

Roland Tournevissé

"Red Star : Courbis ne les lâche plus." (lequipe.fr)

Dégoupillage

"Mauvaise opération pour Grenade." (lequipe.fr)